MIThrill : l’émotion portable

MIThrill (de l’anglais thrill, trembler ou provoquer une sensation ou excitation ; mais aussi jeu de mots sur le « Mithril », un métal solide et léger imaginé par J.R.R. Tolkien avec lequel les Nains de Khazad-Dûm font de formidables tuniques en cote de maille…), vise à imaginer de nouvelles interactions en matière d’interface homme-machine, via des composants portés à même le corps ou intégrés aux habits.
Le domaine de recherche concerné est le wearable computing, c’est-à-dire l’informatique portée comme un vêtement. A ce jour, MIThrill prend d’ailleurs la forme d’une sorte de gilet, comportant de multiples composants techniques : assistant numérique (Sharp Zaurus, sous Linux), nombreux capteurs, dispositif de visualisation monté sur des lunettes et autre lecteur de puces radio, le tout communiquant via un bus Ethernet ou via Wi-Fi.
Mais le projet ne se limite pas à la miniaturisation de composants informatiques somme tout classiques. Il vise au contraire à étudier les applications concrètes de ce type de technologie, et même les interactions sociales qu’elles peuvent susciter.
Le système est par exemple envisagé pour surveiller en temps réel les réactions (attention, intérêt ou même opinion) d’un auditoire lors d’une conférence. Les capteurs enregistrent les données provenant des participants (température de la peau, pression sanguine, mouvements du corps et de la tête, en signe d’acquiescement par exemple) et fournissent une visualisation globale et instantanée des réactions – même les moins perceptibles par le conférencier – de l’auditoire.
Outre des applications militaires, le système est également testé dans un but purement médical, en suivi automatisé de patients atteints de la maladie de Parkinson par exemple. En outre, on étudie la possibilité pour MIThrill de savoir ce que fait la personne qui en est équipée, afin d’adapter le type d’information ou de stimuli qu’il est adéquat de lui envoyer.
Dans ce cadre, les travaux les plus récents (.pdf : http://web.media.mit.edu/~rich/subliminal/208_DeVaul_R.pdf) démontrent que des messages subliminaux envoyés à l’utilisateur augmentent son efficacité (en l’occurrence, sa mémoire), même lorsque ces messages sont faux. Ces expériences conduisent à imaginer une application de la forme « assistant de mémoire » : MIThrill deviendrait un compagnon de l’utilisateur, lui permettant de se souvenir des choses ou des personnes quand sa mémoire est défaillante…
La veste et ses multiples équipements portée par un mannequin
MIThrill : http://www.media.mit.edu/wearables/mithril
Wiki associé au projet : http://borglab.media.mit.edu/wiki/borglab
MIThrill est un projet du sous-groupe Wearable Computing (http://www.media.mit.edu/wearables) du groupe Human Design : http://hd.media.mit.edu

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *