La VoIP, ses dangers, ses enjeux

La VoIP Security Alliance (VoIPSA), qui regroupe de nombreux experts, chercheurs, opérateurs et équipementiers a pour but d’établir la liste des risques de sécurité associés à la transmission de la voix comme un paquet de données. Aujourd’hui, la VoIP a subit peu d’attaque spécifique, surtout du fait du faible nombre d’utilisateurs de cette technologie : un rapport de Point Topic (enregistrement obligatoire) de décembre 2004 en recensait 5 millions dans le monde. Mais les chercheurs ont détecté des failles dans les différents protocoles utilisés pour la VoIP qui laissent notamment présager l’arrivée prochaine du « Spit » : Spam over internet telephony.

« Ce n’est qu’une question de temps avant que cela ne soit aussi répandu que le spam par e-mail », rappelle Michael Osterman d’Osterman Research, et ce alors que le Spim (Spam de la messagerie instantanée, apparue l’année dernière) totalise déjà 10 % du trafic de la messagerie instantanée selon les experts. Cependant, tous les acteurs ne sont pas alarmistes, comme le rappelle l’article de Wired : un représentant de Skype assure que les usagers contrôlent leurs communications et que le cryptage de bout en bout fonctionne bien.

Une étude récente d’IDC montre que les recettes des opérateurs européens de téléphonie fixe vont diminuer à mesure que la VoIP va se développer : les services de voix fixe en Europe devraient baisser de 3 % par an, passant de 108 milliards de dollars en 2003 à 95 milliards en 2008. Si de nombreux opérateurs de services de voix fixe « se targuent d’investir dans le haut débit, cela ne compense pas le fait que plus de la moitié de leurs recettes proviennent généralement de la voix », rappelle l’auteur de l’étude dans un article que lui consacre Zdnet.

En attendant, avec la multiplication des offres comme Wengo ou MyVox, la question de l’interopérabilité des services VoIP semble se poser avec toujours plus d’acuité. On voit mal comment la téléphonie IP pourrait connaître un décollage significatif, tant que cet obstacle ne sera pas levé – à moins d’assurer le monopole d’une solution au détriment de toutes les autres.

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

  1. Il est en effet bon de se préoccuper de « sécurité » pour la VoIP. Il faut rappeller que SIP (le standard actuel pour établir des sessions de VoIP, par exemple, sur le Net) est intégré dans le matériel des constructeurs de matériel réseau (CISCO, par exemple) et de PABX … Bref, l’usage de la VoIP est là. Même lorsqu’il est masqué aux yeux de l’utilisateur car utilisé comme « moyen de transport » de la voix sur l’infrastructure des opérateurs. C’est le cas dans tous les callshops de Belleville et d’ailleurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *