Le modèle Amazon

Jeff BezosLe modèle Amazon, dix ans après son lancement, reste toujours plus d’actualité, car il n’a cessé de se réinventer. Pour preuve, regardons déjà cet article de la Technology Review qui montre comment, en pariant sur les services web, son P-DG Jeff Bezos change progressivement son modèle commercial. Aujourd’hui, Amazon n’est plus seulement un magasin en ligne, mais de plus en plus un outil de vente, une plate-forme et un ensemble de bases de données, qui peuvent être exploitées au profit de l’enseigne comme à celui de milliers de petits et grands partenaires. Ainsi, d’autres sites peuvent exploiter les bases produits d’Amazon et tout ce qui les environne, les commentaires et recommandations d’autres clients, les fonctions de personnalisation… dans le but de développer leur propre service. Seule contrainte : que la commande finale soit passée chez Amazon (et encore, l’enseigne ne demande pas d’exclusivité), moyennant d’ailleurs une confortable commission pour le site d’où proviendra l’acheteur. La recette ? Les web services, qui consistent à permettre à des logiciels différents de communiquer entre eux d’une manière standardisée, pour offrir à l’utilisateur un service cohérent. Utilisés à un niveau jamais atteint, ils permettent à Amazon d’offrir à des milliers de petits et grands fournisseurs de services des outils auxquels ils n’auraient pas accès d’une autre manière, et génèrent auprès de l’enseigne un trafic gratuit. « En partageant pas seulement ses données mais aussi ses outils de vente au détail et une part de ses profits, Amazon a changé une culture de la programmation gouvernée par la suspicion et la paranoïa en une source d’évangélisme, tout en canalisant ses revenus », conclut Wade Roush, l’auteur de l’article.

Le portrait ne serait pas complet sans prendre le temps d’écouter Jeff Bezos. Dans cette interview donnée au magazine Wired, l’entrepreneur explique que, plutôt que de faire de la promotion à la télévision qui ne donnait pas les résultats escomptés, il a préféré investir dans la livraison gratuite et les prix bas. Il conclut par une prédiction intéressante : « Aujourd’hui, 70 % du budget des sociétés est dédié à la promotion des produits contre 30 % alloués à la conception, dans 20 ans, ce sera l’inverse. » Comme le remarque Frédéric Cavazza : « Traduisez par là : plus besoin de faire autant de publicité, si vos produits (ou services) sont bons alors les clients vous trouveront. Ça donne à réfléchir… »

À lire aussi sur internetactu.net

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *