DSL ou Fibre optique : quel est le moteur du haut débit ?

Par le 02/09/05 | 1 commentaire | 2,574 lectures | Impression

Alors que la France vient d’atteindre ses 8 millions d’abonnés à haut débit (ajoutant 3 millions de nouveaux abonnés en un an), l’ADSL représente encore 94 % des accès selon l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). Comme les technologies alternatives, l’accès haut débit par un réseau de fibre optique est encore dérisoire en volume. En France, hormis des initiatives de collectivités territoriales (comme Pau Broadband Country ou le triangle Toulouse-Albi-Castres) et de rares opérateurs alternatifs, comme Erenis ou Completel, force est de constater que la Fibre optique au domicile (Fiber to the home), n’est pas encore au rendez-vous. France Télécom projette de lancer des expérimentations en 2006 pour à destination de clients professionnels, et l’on attend toujours Cité Fibre qui devait proposer un accès en Fibre optique sur Paris intra muros dès juin 2006. L’ADSL a encore de beaux jours devant lui…

Pourtant, il n’en est pas partout pareil. Au Japon, la fibre optique est en train de devenir la locomotive du développement de l’accès internet haut débit. Au premier trimestre 2005, les abonnements aux réseaux fibre optique japonais ont été plus importants que ceux à l’ADSL (entre 514 et 420 000 nouveaux abonnements à la fibre contre 350 000 à l’ADSL selon les sources). Si l’ADSL concentre 14 millions d’utilisateurs (68,5 %), son évolution subi un net ralentissement (+2,6%) alors que la Fibre optique a le vent en poupe (+17%), même si elle ne regroupe que 3,4 millions d’usagers (16,6%).

Selon la société d’étude japonaise EC Research, en 2008, la population d’internautes japonais devrait atteindre 64 millions de personnes, qui surferont à 90 % à haut débit (et à 45 % grâce à la fibre optique). Selon une étude du ministère des télécommunications japonaises, près de 50% des foyers déjà abonnés à l’ADSL envisagent un jour ou l’autre de passer à la fibre.

Via Silicon.fr et Yahoo.

Sur ces mêmes sujets