Donner visage humain aux ordinateurs

Les agents pédagogiques du RITL
Amy L. Baylor, directrice du Centre de recherche sur les technologies innovantes pour l’apprentissage (Center for Research of Innovative Technologies for Learning, RITL) de l’université d’Etat de Floride, travaille à rendre l’ordinateur plus accessible. « Jusqu’à présent, le potentiel de l’ordinateur individuel comme outil d’enseignement et d’apprentissage reste limité parce qu’il manque d’âme », affirme Amy L. Baylor. D’où l’idée de le doter d’une personnalité propre par le biais d’un avatar. Cet agent pédagogique est un personnage animé en 3 dimensions qui représente le visage (et l’interface) de l’ordinateur, souligne Roland Piquepaille.

Clippy alias \"Trombine\"« Contrairement à l’ennuyeux et intrusif Clippy qui était intégré dans le logiciel Word de Microsoft, un agent intelligent bien conçu a exactement l’effet contraire : il enrôle les apprenants et les aide à concentrer leur attention sur le travail qu’ils doivent réaliser », explique Amy Baylor.

L’équipe du RITL peut définir les différents aspects de l’avatar afin de faciliter l’apprentissage, ce qui permet de simuler différentes stratégies d’éducation selon le public que l’on veut atteindre. Le personnage peut mimer les expressions émotionnelles humaines et utilise une plus large palette d’interactions que ne saurait le faire un système d’apprentissage traditionnel, comme la communication non-verbale.

Reste à poser la question de la limite de cette humanisation de nos PC. Dans les années 70, le roboticien Masahiro Mori avait théorisé que plus un robot ressemblait aux hommes, plus notre réponse émotionnelle à son égard était positive mais seulement jusqu’à un certain point. Au-delà d’un certain degré de ressemblance, l’appréciation cède brutalement la place à l’inquiétude, une rupture dans la courbe de « réponse émotionnelle » que Mori désigne comme la « vallée de l’étrange » (via Nicolas Nova).

Ce qui n’empêche pas les Japonais d’aller aujourd’hui toujours plus loin dans l’anthropomorphisme.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *