De la transparence

« La crise des caricatures danoises aura eu au moins une vertu dans la blogosphère : celle de faire comprendre le caractère impératif d’une certaine transparence de la part des blogueurs. Compte tenu du sujet, beaucoup se sont sentis forcés, en prenant position, de dévoiler des choses qu’ils n’avaient pas jugé nécessaires de rendre publiques jusque là. »

La crise des caricatures danoises aura eu au moins une vertu dans la blogosphère : celle de faire comprendre le caractère impératif d’une certaine transparence de la part des blogueurs. Compte tenu du sujet, beaucoup se sont sentis forcés, en prenant position, de dévoiler des choses qu’ils n’avaient pas jugé nécessaires de rendre publiques jusque là.

Beaucoup de billets précisaient ainsi de quelle confession religieuse était les blogueurs. « Je suis musulman », « J’ai beaucoup d’amis musulmans », « Je suis catholique mais non pratiquant », « Une partie de ma famille est d’origine juive, mais je me considère comme laïc », lisait-on.

De la part de blogueurs dont le journal web n’a rien d’intime, ces déclarations peuvent surprendre. Contrairement à une idée reçue, beaucoup de blogueurs n’affichent que très rarement, de but en blanc, les éléments biographiques, religieux ou politiques qui les caractérisent. La plupart des plates-formes de blogs offrent par défaut la possibilité de remplir un profil, mais celui est bien souvent vide, ou se limite à l’indication d’une profession ou d’une ville de provenance. C’est d’ailleurs le cas sur les blogs adolescents, dont la majorité sont anonymes et n’indiquent que rarement l’âge du blogueur, qui serait pourtant bien utile, souvent, pour apprécier ce dont il parle.

J’ai tendance à penser que les choses vont rapidement évoluer et que de plus en plus de blogueurs vont fournir par défaut des indications plus ou moins précises les concernant. Non seulement la démarche va sembler logique et naturelle, mais elle va s’imposer, au fur et à mesure que les prises de position vont se multiplier dans la blogosphère.

Il va de soi que des billets portant sur un produit commercial ou une entreprise ne sauraient se passer des précisions usuelles, relatives aux liens éventuels entre le blogueur et les sociétés dont il parle. Mais on peut admettre que cela n’est pas suffisant. Pour mettre en lumière un billet favorable à l’homoparentalité, ne serait-il pas préférable de connaître les préférences sexuelles de son auteur ? Pour comprendre les inquiétudes d’un blogueur face à son avenir professionnel, n’est-il pas utile de savoir son âge, l’endroit où il vit, les études qu’il a effectué ? Avant de commenter un billet décrivant une posture politique, n’est-il pas indispensable d’être informé des aspirations habituelles de l’auteur ou, a fortiori, des démarches militantes ou associatives qu’il mène par ailleurs ?

Bien sûr, il ne s’agit pas de remettre en cause le principe d’anonymat choisi par certains blogueurs, pour des raisons souvent légitimes et même parfois rendues obligatoires par l’endroit où ils habitent et les fonctions qu’ils occupent. Mais on peut demeurer anonyme tout en fournissant des informations utiles au lecteur pour cerner qui l’on est et pourquoi l’on écrit ce qu’on écrit.

Le principe est souvent appliqué, en particulier outre atlantique. Il n’est pas rare de voir des blogueurs afficher, dès leur page d’accueil, leur préférence politique, parfois même au sein du bandeau qui illustre leur blog. En France on a vu, lors de la campagne du référendum sur la Constitution européenne, quelques blogueurs modifier temporairement leur bandeau d’accueil pour y faire figurer clairement et sans ambiguïté leur intention de vote.

La campagne présidentielle devrait être propice à cela, et on peut s’attendre à voir se généraliser ces démonstrations de transparence. C’est tant mieux. Ne pas être obligé de lire l’intégralité d’un blog pour connaître quelques caractéristiques de son auteur est une bonne chose. Il est utile de disposer sur les blogs d’éléments favorisant la mise en perspective des thèses qu’y défendent les individus qui s’y expriment. Cela est cohérent avec le mode d’expression, direct et immédiat, privilégié sur les blogs. Et cela participe de leur intérêt, même s’ils sont tenus par des individus qui souhaitent demeurer anonymes.

Le procédé peut paraître manichéen et risque de favoriser une forme de communautarisme. Mais peut-on s’en passer ? Les blogs ne disposent-ils pas, en la matière, d’une liberté et même d’un atout que n’ont pas les médias traditionnels ? La recherche d’une forme de transparence, de la part des citoyens qui s’expriment publiquement et de façon personnelle, n’est-elle pas, finalement, ce qui caractérise le principe même du blog ?

À lire aussi sur internetactu.net

10 commentaires

  1. C’est dangeureux de déplacer le débat sur les personnes plutôt que sur le fond.
    Demandez à chaque blogger d’où me parlez vous? Etes vous un ennemi? avant même de lire ses arguments c’est vous faciliter la tâche pour éviter le débat et cela conduit à du très mauvais journalisme.

    Rappellez vous ces mots de Paul Valery: « celui qui me parle, s’il ne prouve pas c’est un ennemi ». C’est sur l’argumentation qu’il faut juger les bloggers et non pas sur leur feuille d’impôt, leur bulletins médicaux, leurs confessions au curé, les rapports des renseignement généraux …

    Si l’on commence la campagne par dire moi je suis un blog de droite et la france va mal à cause de la gauche, ou inversement, on est très mal parti. Le problème c’est un grave déficit d’idées et de projets dans la politique, une peur de l’avenir et un conservatisme qui paralyse le pays, avec en plus une plétore de candidats et de guerre de pouvoirs des bureaucrates de partis. Si l’on reproduit dans les blog les dérives des médias la France est très mal engagée. Catégoriser les gens c’est arriver à un système completement figé et hyper conservateur. Bref la France va se faire racheter par tous les autres pays qui vont de l’avant et qui ne se posent pas la question de savoir si les ancetres étaient catholiques ou protestants, girondins ou montagnards, republicains ou calotins.
    On s’en moque maintenant de tous ces débats d’arrière garde, il faut aller de l’avant. Et arrêter de décrédibiliser un blog parce que les ancetres du blogger ont participé à la saint Barthelemy ou l’on ne sait encore quel vieux drame Français.
    Ceux qui veulent figer la blogosphère n’y parviendront pas.

  2. Pourquoi ne suis-je pas d’accord avec ce texte de Cyril ? Parce que cela fait bien longtemps que l’on dit que les idées peuvent vivre indépendamment de la biographie de ceux qui les professent ; que c’est même un peu une base de la République (ce qui compte c’est ce que tu dis, pas qui tu es qui le dit).

    Cela va bien au-delà de la « disclosure » qui concerne les conflits d’intérêt : je commente le produit d’une société dont je suis actionnaire, par exemple ; je couvre la politique et je suis militant d’un parti…

    Dès lors que l’on doit dire qui l’on est avant de dire ce que l’on pense, tous les préjugés se donnent libre cours : « a bien sur, lui il pense ça parce qu’il est ça » : « ah c’est un beur qui poste un billet anti-sarko, pas étonnant puisque c’est forcément un casseur de bagnoles sans papier »… Plus besoin de s’intéresser à l’idée, surtout si elle nous choque a priori, il suffit de la disqualifier avec son émetteur.

    Et puis sur le fond, qui détermine quels sont les éléments biographiques qui peuvent avoir une influence sur une opinion ? Pour certains d’entre nous c’est le sexe, pour d’autres l’origine sociale, pour d’autre l’origine ethnique, les opinions politiques, l’orientation sexuelle, le fait d’être beau ou moche, mince ou gros, gaucher contrarié ou pas, adhérent de tel club de foot, ancien d’élève de telle école, ami de machin, d’avoir eu une enfance heureuse, d’avoir peur des coléoptères… comment savoir ? C’est justement le problème : en fait, pour une bonne part, ce ne sont pas les caractéristiques de celui qui écrit qui aident à comprendre, mais celles de celui qui lit – et qui va du coup filtrer le message du rédacteur en fonction des informations dont il dispose et de ses propres préjugés.

    Je sais bien que dans la réalité nous filtrons déjà, souvent, les idées en fonction de qui les émet. Il reste que, même si ça ne fonctionne pas pleinement, fait de pouvoir écrire ce qu’on veut sans se soumettre à une critique a priori du fait de ce qu’on est constitue une conquête politique essentielle. On sait bien que ca ne marche jamais exactement comme cela, pas plus en France qu’ailleurs ; mais ce n’est pas parce qu’un principe n’est pas pleinement appliqué qu’il ne peut pas subsister comme un but, ou comme une borne ; en tout cas le fait qu’il ne soit pas pleinement appliqué ne suffit pas à dire « alors, remplaçons-le par son contraire » !

  3. Attention de ne pas me faire dire ce que j’ai pas écrit : je ne remet nullement en cause le principe d’anonymat. Je ne parle que d’éléments relatifs aux engagements, implications ou préférences d’un auteur.

    Philippe Silberzahn sur Innovation Tribune me demande si je « connais le pedigree de tous les journalistes que je lis ». La réponse est non, et cela me gène de plus en plus.

    Un média a une histoire, une ligne éditoriale et des partis-pris qui font que le public peut mettre en perspective l’information qui s’y trouve. Lisons-nous de la même façon un article dans l’Humanité, dans le Monde et dans Libération ? Mais au-delà de ça, nous ne savons rien de plus et cela peut poser problème. Pour prendre un exemple simple : on a vu récemment une journaliste interviewer en direct une personnalité sur un plateau de télévision, sans mentionner aux téléspectateurs que cette personnalité était son conjoint. Est-ce normal ? Combien de téléspectacteurs étaient à même de percevoir qu’ils assistaient à une mascarade ?

    C’est précisément parce que nous ignorions tout de celles et ceux qui font l’information « officielle » que les blogs peuvent apporter quelque chose de différent. Car les blogs, avant d’être des médias, sont des personnes qui s’expriment. Que penser d’un nouveau blog qui vient d’être créé, et sur lequel s’exprime un individu anonyme ne précisant rien sur lui-même ? Comment le lire ?

    Malgré tout, bien sûr qu’un texte a une valeur en soi, indépendamment de la personnalité de son auteur. On peut aimer l’oeuvre de Céline sans adhérer aux convictions de l’individu. De même qu’on peut apprécier la prestation de Tom Cruise dans un film de cinéma sans pour autant aimer l’église de Scientologie.

    J’entend bien les arguments de Daniel. Mais ils me paraissent terriblement utopistes, et même irréalistes. Nous savons tous très bien que les blogs feront l’objet de vastes tentatives de récupération et de manipulation. C’est un leurre de croire que seuls des individus dénués d’intention commerciale, politique, idéologique s’empareront de cet outil.

    Beaucoup de blogueurs l’ont déjà compris et s’inquiètent de cela. Du reste, les informations nécessaires à l’établissement de la transparence pour laquelle je plaide existent souvent déjà. Simplement, elles sont noyés au fil de centaines de pages, au lieu d’être regroupées de façon synthétique sur une page « profil ».

    Je suis d’accord pour dire que cette transparence pourrait conduire à un excès de manichéisme. Mais mon utopie à moi est de croire que les lecteurs de blogs sauront dépasser leurs réflexes manichéens pour ne pas juger d’un texte sur la seule base du profil de son auteur, mais en utilisant ce qu’ils savent de l’auteur pour mieux mettre en perspective et mieux comprendre ce qu’il dit.

  4. Je lis : « ne serait-il pas préférable de connaître les préférences sexuelles de son auteur ? ».

    Quelle horreur !!! Quelle honte !!!

    Je vois que vous avez ajouté quelques éléments à votre profil sur votre blog – et oui, je vous lis… – mais vous avez oublié de dire vos préférences sexuelles (« être marié » n’indique pas de préférences).

    Et sur PointBlog ? Il faudrait aussi signaler le pedigré de tous les auteurs.

    Vous dites aussi : « … outre atlantique. Il n’est pas rare de voir des blogueurs afficher, dès leur page d’accueil … ». Mais ce n’est pas vrai. Ce n’est pas parce que quelques bloggeurs anglo-saxons le font que c’est que « le principe est souvent appliqué ». Il ne faut pas lire cela en terme de nombre mais en terme de pourcentage. Rapporté à la France, il se pourrait que vous ayez des surprises !

    Je pense que l’idéal pour satisfaire votre envie serait de créer un portail des blogs francophones qui ne seraient pas classés par thèmes mais par sexe, religion, pratiques sexuelles, parti politique, niveau intellectuel, comptes en banque, etc.

    Je vous souhaite bien du succès.

    Cordialement.

    PS: Je ne suis pas de « ceux qui critiquent et ne font rien » comme souvent sous-entendu sur PointBlog mais de ceux qui réagissent pour alimenter le débat. J’espère que vous saurez débattre en toute sérénité.

  5. @ Jean-Yves : Si vous souhaitez débattre, merci de commencer par ne pas tronquer les phrases que vous citez. Ma phrase était : « Pour mettre en lumière un billet favorable à l’homoparentalité, ne serait-il pas préférable de connaître les préférences sexuelles de son auteur ? ». C’est peut-être un raccourci, mais je veux seulement dire que, par exemple, un billet favorable à l’homoparentalité écrit par un militant d’une association gay, et le même billet écrit par un fervent catholique défenseur des valeurs familiales traditionnelles n’auront pas tout à fait le même poids, ni ne seront lus de la même façon. On peut s’en réjouir ou au contraire le regretter, mais c’est un fait : dans les deux cas, ce même billet ne sera pas lu, accepté ou compris de la même façon par ses lecteurs. Etes-vous vraiment en désaccord avec ça ?
    (à toutes fins utiles et au risque d’être légèrement hors sujet, je précise être hétérosexuel et favorable au principe d’homoparentalité).

    Pour ce qui est de pointblog.com, une page y précise – de façon succincte mais bien réelle – le parcours de chacun des contributeurs du site, ainsi que quelques uns de leurs goûts les plus marqués, le tout étant assorti de liens vers leurs blogs personnels respectifs. Vous trouverez d’ailleurs la même chose sur InternetActu.net (mais pas, en général, sur la plupart des sites de presse en ligne).

    Sur les blogs d’analyse politique aux Etats-unis, je n’ai fait aucune généralité. Là aussi, relisez mes phrases sans les tronquer et sans en inverser l’ordre : « Il n’est pas rare de voir des blogueurs afficher, dès leur page d’accueil, leur préférence politique, parfois même au sein du bandeau qui illustre leur blog. »

    Enfin, malgré le fait que cela semble vous choquer, sachez qu’il existe plusieurs plates-formes de blogs organisées de façon thématique, sur la base des préférences de leurs auteurs. Pour ne citer que deux exemples : Cyber Militant (plate-forme regroupant les sympathisants UMP) ou Blog-Feuj (plate-forme dédiée à la communauté juive d’Israël et de France). En cherchant un peu, vous trouverez d’autres exemples similaires.

    Pour conclure, il y a deux aspects dans l’opinion que j’exprimais dans mon billet : d’une part je suis favorable à une plus grande transparence, d’autre part j’ai l’intuition que c’est une tendance dans la blogosphère. On peut débattre du premier point mais pour le 2e, il suffit d’attendre et d’observer…

  6. @ Cyril : Sachez d’abord que j’ai l’habitude de lire et que je sais très bien le faire. J’avais bien et complètement lu chaque phrase de votre article. Je ne voulais pas recopier les phrases complètes mais peut-être aurais-je du pour faciliter votre compréhension…

    Je vais commencer par le plus facile : les portails « ciblés ». Vous me prenez pour un débutant comme vous le faites avec tout le monde. Bien sûr que les portails de ce type existent. Je connais aussi quelques portails de généalogie juive si ça vous intéresse.

    Je préfère en rester là sur ce point car vous allez faire semblant de ne pas comprendre pendant des heures pour ne pas avoir à expliquer le fond de vos idées.

    L’autre point.

    Mon point de vue est que quelque soient les mots qui se trouvent avant la virgule, c’est-à-dire avant « , ne serait-il pas préférable de connaître les préférences sexuelles de son auteur ? », cette question très choquante et ne devrais pas être posée.

    Vous vous considérez dans la normalité – marié, hétéro – alors vous l’affichez et voulez que tout le monde fasse pareil. Vous seriez homo ou bi, je doute fort que vous pensiez la même chose.

    Personnellement, bien que ça ne me dérangerais pas de dire mes préférences politiques, religieuses et sexuelles au fil d’une discussion, je ne le ferais jamais dans le cadre d’un profil et je n’ai pas à le faire.

    Même si la nouvelle mode des blogs imposait de le faire, je ne le ferais pas.

    Car j’ai très bien compris votre démarche : il s’agit de lancer une nouvelle mode et de faire le précurseur.

    Il est évident que si je parle de votre démarche à quelques journalistes (de gauche) qui ne vous lisent pas, vous allez avoir de la lecture !!!

    Allez, je suis certain que vous aurez plein d’autres idées non polémiques pour faire avancer le monde des blogs en France :-))

    Cordialement.

  7. En général, je ne répond pas aux procès d’iintention, donc restons en là.

    Vous me permettrez toutefois de me gausser en lisant le long portrait que vous publiez vous-même sur votre blog. Vous y décrivez certains de vos goûts, votre parcours professionnel, votre formation, l’endroit où vous habitez et ce qui vous motive pour tenir un blog, le tout en toute transparence. Bravo !

    Tout de même un peu désolé d’apprendre par vous que les « journalistes de gauche » ne lisent pas InternetActu.net. On m’aurait donc menti ?

  8. Je ne fais pas de procès d’intention mais je réagis à des propos que je condamne personnellement.

    En ai-je le droit ?

    Pour vous, ne pas être d’accord, c’est faire un procès d’intention. Vous avez une drôle de notion de la communication et de l’échange d’idées !!!

    Je ne suis pas là pour polémiquer non plus car j’ai bien d’autres choses à faire.

    Par contre, j’ai lu sur cette page des propos écoeurants et condamnables et, en tant que citoyen respectueux des libertés individuelles, je me devais de réagir.

    Gaussez-vous tant que vous pouvez à propos de mon blog, oh, roi de l’Internet et de la Blogosphère réunis !

    Mon blog s’adresse à un public qui ne passe pas ses journées à surfer et qui a besoin d’être rassuré quant à l’auteur du site qu’ils visitent.

    Mais aussi à ses motivations car elles impliquent sa crédibilité.

    Vous aurez néanmoins remarqué que je n’ai pas indiqué mes préférences sexuelles, politiques et religieuses.

    Je n’ai jamais écris que les « journalistes de gauche » ne lisent pas InternetActu car je ne connais pas vos lecteurs.

    J’ai très simplement dit que si je parlais de votre démarche à quelques journalistes, vous auriez de la lecture. Et j’ai indiqué « de gauche » après « journalistes » pour signifier que des journalistes « de droite », voire un peu plus vers la droite, seront forcément d’accord avec votre démarche.

    J’ai remarqué que vous aimez bien transformer les propos de vos contradicteurs et que vous ne répondez jamais à leurs questions. Pour des journalistes, je trouve ça bizarre…

    Pour finir, je lis dans Charlie Hebdo de cette semaine, page 15, dans la chronique de Charb, la phrase suivante :

    « Désigner quelqu’un par son appartenance éthnique ou culturelle supposée, c’est le début de la ratonnade. »

    Cordialement.

    PS: J’en resterais là quoi que vous répondiez car les lecteurs auront compris d’eux-mêmes que je ne suis pas méchant et que je voulais simplement réagir à des propos qui me choquent.

  9. De la transparence, vous en voulez … Nous avons en stock !

    Reste que les politiques n’aiment pas trop qu’on les mettent en face de la réalité. N’en déplaise à notre maire, qui une fois de plus à dépassé « les milites des bornes ».

    Si vous voulez voir une caricature de politicar du XIXème … pour peut-être même post-communard, c’est sur le blog noté ci-dessous que ca se passe :

    http://gagny.blogspot.com

    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *