Big Blogger ?

Très intéressant reportage d’Emmanuelle Richard pour Libération sur les enquêtes conduites en ligne par des détectives privés pour le compte de quelques sociétés américaines désireuses d’en savoir plus sur les vies des candidats à l’embauche :

« Les cadres ont vite constaté que la jeune génération parade volontiers sur des blogs, ces carnets personnels publiés par millions sur le Web. « Je n’oublierai jamais la tête du directeur de la sécurité de la boîte en découvrant une photo de son fils à une soûlerie étudiante, un préservatif sur la tête », s’amuse la détective. Qui plus est, Junior était en dessous de l’âge légal pour boire de l’alcool, fixé à 21 ans aux Etats-Unis. Cynthia Hetherington comprend la bouffée d’angoisse paternelle : « La photo est peut-être drôle aujourd’hui, mais que se passera-t-il pour ce garçon dans deux, cinq ou dix ans, quand un employeur potentiel tombera dessus au gré d’une recherche Internet ? » »

Oui, « les blogs permettent de savoir si leurs propriétaires utilisent souvent des gros mots, font des blagues machistes… » Mais apprennent-ils vraiment quelque chose qui n’aurait été découvert rapidement, dans la vie quotidienne d’une entreprise ?« La consultante en management Marlyn Kalitan comparait ces sites personnels à des tatouages : un caprice de jeunesse, pas toujours bien réfléchi mais qui laisse des traces. » Qu’est-ce qu’une trace quand elle pratiquée par toute une génération ? Quand 80 % des candidats de demain auront des archives sur l’internet qui les concerne ? Le regard des employeurs sur ces pratiques ne se modifiera-t-il pas aussi avec le temps ? A n’en pas douter, il y aura demain des candidats politiques dont on pourra retrouver la trace sur des photos de soirées arrosées commises étant jeunes, accessibles par tous sur l’internet… Mais est-ce que cela choquera les gens de sa génération ? J’en doute fortement.

Notre regard sur ces traces va également évoluer. Parce qu’il ne concerne pas seulement les étudiants de tel quartier ou de telle promo : mais tous, indifféremment de leur statut social ou de leur lieu d’étude. La diversité qui s’exprime aujourd’hui sur le web casse certainement le moule des modèles de représentation.

À lire aussi sur internetactu.net

2 commentaires

  1. > en découvrant une photo de son fils à une soûlerie étudiante

    « estudiantine »
    Erreur fréquente.

    estudiantin, adj.
    Relatif aux étudiants
    [Flammarion – 1991]

    étudiant, n.
    Personne qui étudie
    [Flammarion – 1991]

  2. Je te rejoins tout à fait : le regard de la société va évoluer… et un grand pan d’hypocrisie va tomber.

    Par exemple, outre les employeurs, il sera aussi interessant de voir ce qui va se passer quand des gamins trouveront les photos des soirées de leurs parents…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *