Atrébatie : un débat public exemplaire

EolienneLa communauté de communes de l’Atrébatie, dans le Nord-Pas-de-Calais, qui compte 27 communes et 12 000 habitants, a récemment mis en place une démarche remarquable de débat public, liant participation en ligne et participation « réelle ». Le prétexte de ce débat était de mesurer les enjeux de l’installation d’éoliennes sur le territoire, un sujet qui sait pourtant déclencher des polémiques. Le but affiché par les élus était de mieux associer les habitants à leur décision.

Le processus – mis au point par Sopinspace, la société de Philippe Agrain, l’auteur de Cause commune – s’est organisé en plusieurs étapes : les internautes étaient invités à proposer une série d’enjeux qui leur semblaient essentiels sur ce sujet, puis à décider collectivement de leur priorité. Une séance publique en petits ateliers a permis de débattre pleinement des enjeux qui avaient été décidés comme prioritaires. Les compte rendus ont été publiés en ligne et les élus en ont tirés les premières conclusions, comme l’exprime Pierre Guillemant, président de la Communauté de communes :

« Ce double choix du débat plus ouvert et plus long dans le temps grâce à un outil moderne de communication est une avancée réelle dans la pratique de la démocratie participative. (…) Par sa transparence, le débat, d’abord à distance pour la collecte de toutes les opinions puis en réunion publique pour tenter des synthèses utiles, révèle la position de l’opinion sur l’intérêt général qui n’est jamais la somme des intérêts particuliers. La question essentielle est bien celle de l’intérêt général qui nous concerne en tant qu’acteur citoyen sur la question de l’énergie et sur la chance qu’elle offrirait au titre du développement local.(…) Voilà un exercice de coopération entre citoyens d’un territoire qui démontre que le débat, bien construit dans la forme et sur le fond, est une voie intelligente et responsabilisante à exploiter …pour progresser sans tarder. »

Comme le concluait Loïc Blondiaux, un sociologue qui interroge avec vigueur le rôle des processus participatifs, lors de la présentation de ce projet organisée par le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais dans le cadre de l’appel à projet Dream II : « l’exercice de la responsabilité publique doit prendre en compte la transformation de la relation à la société ». Elle doit aussi dépasser la posture de simulacre de participation dans laquelle on tient souvent le concept de démocratie participative, pour mettre en place des procédures de discussions publiques (qui donnent de la visibilité aux propos de chacun) et permettent de donner des horizons d’action aux citoyens, comme aux politiques.

Souhaitons en tout cas que la méthode, initiée ici, se démultiplie.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *