Les robots apprendront-ils les émotions des humains avec qui ils interagissent ?

Feelix Growing est un projet de recherche européen coordonné par le professeur Lola Canamero de l’université du Hertfordshire en Grande-Bretagne. Le consortium rassemble plusieurs roboticiens, psychologues et neuroscientifiques européens dans l’objectif de construire un robot capable d’apprendre des humains, pour interagir avec eux d’une manière « socialement et émotionnellement appropriée ».

Via des caméra, des micros et des capteurs sensoriels, les robots devront être capable de détecter les émotions humaines comme la colère, la solitude, la joie. Le robot apprendra notamment des mouvements humains : la proximité physique entre les humains et les robots et la fréquence des contacts devraient les y aider. « Il est très important de détecter quand un utilisateur est en colère à cause d’une erreur qu’il a commise, ou encore si l’humain est seul et a besoin que le robot s’occupe de lui. »

Réagir aux sollicitations humaines est l’une des capacités essentielles que l’on attend des robots, comme le soulignait Frédéric Kaplan, spécialiste d’intelligence artificielle et chercheur au laboratoire Craft de l’Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne, lors de la conférence Lift. Dans ce but, ils doivent apprendre de leurs interactions avec les hommes et leur environnement (comme ce chien robot précipité dans une piscine, avec une combinaison de plongée adaptée, qui « apprenait » tout seul à nager en testant divers mouvements et en mémorisant ceux qui produisaient un effet utile ; ou celui qui apprend à reconnaître une balle), pour devenir capables de prédire les conséquences de leurs actions ou de leurs expressions.

Via la BBC.

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *