La déclaration des droits des utilisateurs du web social

Par le 10/09/07 | 4 commentaires | 4,202 lectures | Impression

4 personnalités du monde de l’internet 2.0, Joseph Smarr, Marc Canter, Robert Scoble et Michael Arrington ont publié une “Déclaration des droits des utilisateurs de logiciels sociaux” qui rappelle certains droits qu’ils entendent défendre :

“Nous affirmons publiquement que tous les utilisateurs du web social ont droit à certains droits fondamentaux, notamment :

  • la propriété de leurs informations personnelles, incluant :
  • – les données de leur profil,
    – la liste des personnes avec lesquels ils sont liées,
    – le flux d’activité du contenu qu’ils créent ;

  • le contrôle de la manière dont ces informations personnelles sont partagées avec autrui ; et
  • la liberté d’autoriser les sites externes de confiance à accéder à ces données d’une manière durable.

Les sites en accord avec ces termes doivent :

  • autoriser leurs utilisateurs à syndiquer les données de leur profil, leur liste d’amis, et les données qu’ils partagent avec eux par l’intermédiaire du service, en fournissant une URL ou un identifiant d’API pérennes, ainsi que des formats de données ouverts ;
  • autoriser leurs utilisateurs à syndiquer leur flux d’activité en dehors du site ;
  • autoriser leurs utilisateurs à lier leurs pages de profil à des identifiants externes de manière publique ; et
  • autoriser leurs utilisateurs à découvrir les autres utilisateurs de leurs connaissance qui sont présents sur le site qu’ils utilisent, en utilisant les mêmes identifiants externes que ceux qui sont disponibles pour des recherches à l’intérieur du service.”

Un manifeste qui montre surtout le ras-le-bol de certains utilisateurs face au manque d’interopérabilité des réseaux sociaux, alors que leurs succès doit beaucoup au fait qu’ils soient des systèmes clos.

Reste qu’une solution d’interopérabilité des logiciels sociaux est loin d’être évidente comme le souligne David Larlet de Biologeek, qui prône la création d’entrepôts de données personnelles sur lesquels viendraient se greffer les services web, pour centrer le web de demain sur l’utilisateur, plutôt que sur les services : “L’avantage c’est que vous avez maintenant le contrôle de vos données car celles-ci sont récupérées et synchronisées régulièrement à partir de votre espace. Les services web deviennent des agrégateurs de votre contenu, sur lequel vous avez un contrôle total.”.

Sur ces mêmes sujets

Rétroliens

  1. Digiborigenes » La DDH des digiborigènes
  2. Nouveaux usages, nouveaux dangers

2 commentaires

  1. par FB

    par exemple, j’ai été très surpris de l’absence de réaction (peut-être que je me trompe?) à l’annonce, fin de semaine dernière, que FaceBook ouvrait l’accès de ses données à Google : système clos, basé sur la cooptation (et c’est fascinant, effectivement, de suivre les recoupements ou la propagation de ces relations volontairement cooptées), sollicite de façon répétitive des données privées, comme l’adresse ou le n° de portable (ayant refusé de les communiquer, FaceBook me relance régulièrement), et le côté très schématique du “profil” (marié, non marié, religion, politique) prend un sens différent si c’est à l’intérieur du réseau coopté ou si c’est accessible via moteur – alors oui, résolument, j’inscris sur FaceBook ou les autres (quel dommage, l’effondrement de technorati) l’URL de mon site, et rien d’autre

  2. Oui, tout à fait François. La frontière entre l’avantage et l’inconvénient est toujours plus ténue et bien des opérateurs du web surfent sur le fil de la lame.

    L’ouverture du contenu de Facebook aux moteurs de recherche ou le spam social généré par Quechup posent évidemment plus d’une interrogation et montre en tout cas le besoin de règles claires dans l’accès a ses données. D’où l’importance d’une prise de conscience comme celle proposée par ces 4 acteurs du web 2.0. Cela montre en tout cas que la gestion fine de l’accès est certainement encore plus déterminante que l’interopérabilité des données dans un premier temps.

    En tout cas, c’est peut-être plutôt en changeant de point de vue (centrer le web sur les utilisateurs plutôt que sur les services), qu’on résoudra/contournera le problème.Reste que cela va certainement faire apparaître aussi son flot de nouvelles difficultés…