A lire ailleurs du 12/07/2010 au 19/07/2010

Les données ouvertes n'autonomisent pas les communautés – Internet Artizans

"Les données ouvertes ne sont pas une mauvaise chose, mais nous avons besoin de mettre en évidence l'écart entre le web sémantique et l'impact social du web. Le risque sinon est d'être emporté par une vague d'enthousiasme technocratique où l'espoir réside dans "un déluge de données pour créer une citoyenneté de données elles-mêmes alphabètes", explique Dan Mcquillan. L'ouverture des données est une activité sympathique alors que l'autonomisation des communautés est bien plus compliquée à réussir. Les données ne sont pas neutres, mêmes les données publiques, rappelle Dan Mcquillan. "Les données ouvertes ne sont pas une recette magique pour réparer les injustices"…

Les français de la Valley – TechCrunch.fr

Les start-ups françaises qui s'implantent dans la silicon valley… ne sont pas si nombreuses…

Quand les faits se retournent contre nous – The Boston Globe

Et si la plus grande menace contre la démocratie était cognitive ? C'est ce qu'explique Joe Keohane en revenant sur la croyance que la connaissance est le meilleur remède contre l'ignorance. Pas si sûr, en effet. Des chercheurs de l'université du Michigan ont montré que les gens changent rarement d'avis, même devant l'évidence des faits. Au contraire, l'information, même contraire à ce qu'ils pensent, les poussent dans les retranchements de leurs convictions. "Il est absolument menaçant d'admettre que l'on a tort", explique le politologue Brendan Nyhan – http://www.brendan-nyhan.com. A l'heure de l'infobésité, il n'a jamais été aussi facile pour les gens de se tromper, et en même temps d'être plus certains qu'ils ont raison, estime Joe Keohane. Pire, selon une autre étude, les gens les plus mal informés ont souvent des opinions politiques très tranchées. Seul bémol : nous avons plus tendance à écouter les arguments des autres quand on se sent bien dans sa peau que le contraire.

Des jeux vidéos comportementaux – FastCompany

Concevoir des jeux vidéos pour rendre les gens meilleurs, tel est le pari de Ayogo – http://www.ayogo.com – explique son patron, Michael Fergusson, à Fast Company. Inspiré de l'économie comportementale, l'idée est de pousser encore un peu plus loin les jeux sérieux comme le jeu http://apps.facebook.com/healthseeker/ où l'idée est de récompenser (via un système de points) des gens qui prennent de bonnes décisions pour leur santé quotidiennement (dès qu'ils font de la gym, mangent des fruits…).

Imprimer ses organes – h+ Magazine

Imprimer ses organes avec des imprimantes biologiques n'est pas encore pour demain reconnaît le magazine transhumaniste, mais cela ne l'empêche pas de faire le point sur l'état de la technologie, qui pour l'instant s'arrête à de la fabrication de tissus…

L'Etat du futur – KurzweilAI

A l'occasion de la parution de l'Etat du futur 2010 – http://millennium-project.org/millennium/2010SOF.html – publié par le Millennium Project, son rapporteur Jérôme C. Glenn fait le point sur les difficultés à venir : diminution de l'implication citoyenne, élévation de la température, du chômage, de la corruption, du terrorisme et des populations réfugiées… Cependant, la technologie propose encore quelques espoirs en matière de diminution de la mortalité infantile, des conflits, de la représentativité des femmes dans les organisations politiques, dans l'alphabétisation ou l'usage d'internet.

Google lance l'UGA, les applications générées par l'utilisateur – MediaTech

En lançant Google App Inventor pour Androïd, Google propose à chacun de devenir développeur. L'avantage est de s'appuyer sur une stratégie de conquête du public, au risque du spam et d'une moindre qualité. Peu de chances néanmoins que des applications à grand succès sortent de ces outils, estime Didier Durand…

Oubliez le brainstorming – Newsweek

La plupart des techniques de créativité qu'on utilise ne marchent pas ou pire, ont un impact négatif.

9 conceptions d'interfaces utilisateurs qui remplaceront les écrans tactiles dans le futur – HardGeek

Amusant recueil d'interfaces pour demain, notamment pour celles permettant de jouer avec de l'eau et de la boue.

Jeu vidéo : "Je perds donc je pense" – LeMonde.fr

Les jeux sérieux n'essayent pas de nous accrocher jusqu'à avoir mal aux doigts, mais juste de nous faire réfléchir, de nous convaincre…

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *