Pourquoi remettons-nous souvent les choses au lendemain ?

Par le 07/12/10 | 37 commentaires | 31,450 lectures | Impression

La procrastination est la tendance (plus cognitive que pathologique comme nous allons le voir) à remettre systématiquement les choses au lendemain. Mais, rappelle le journaliste David McRaney sur son blog, la procrastination correspond à une idée reçue qui affirme qu’on est paresseux et qu’on gère mal son temps, alors qu’à la vérité, elle est alimentée par notre faiblesse à gérer nos impulsions.

Un conflit cognitif entre le présent et le futur

Si vous jettez un oeil à la file d’attente des films que vous projetez de voir (comme c’est le cas sur un service de VOD ou de prêt de DVD comme Netflix), vous constaterez qu’elle est constituée pour beaucoup de documentaires passionnants et de films d’auteurs, plus que des derniers blockbusters (qui demeurent toujours parmi les plus loués, comme le montre l’étonnante cartographie des locations de Netflix). Selon une étude menée en 1999 (.pdf) par Daniel Read, George Loewenstein et Shoban Kalyanaraman, portant justement sur notre capacité à choisir entre des films mémorables et exigeants ou amusants et oubliables, nous avons massivement tendance à choisir les seconds au détriment des premiers. Et des études plus récentes insistent aussi sur notre inconsistance en la matière.

marshmallowswar
Image : Marshmallow Tug of War photographié par Alex Tran.

On a tous tendance à dire qu’on préfère les fruits, mais lorsqu’une tranche de gâteau se présente à côté d’une pomme, c’est, statistiquement, vers le gâteau que va le plus facilement se diriger notre main. C’est pourquoi les files d’attente des films que l’on doit voir sont pleines de bons films.

Les psychologues parlent ainsi du “biais du présent” pour caractériser le fait que nous sommes bien souvent incapables de comprendre que ce que nous voulons à long terme et ce que nous voulons maintenant ne sont pas la même chose. Le biais du présent explique pourquoi vous achetez des légumes et des fruits et que vous oubliez de les manger…

Alors qu’on prend de bonnes résolutions, la procrastination nous conduit à agir autrement… C’est pourquoi on attend la dernière minute pour acheter les cadeaux de Noël, qu’on oublie de s’inscrire pour aller voter, qu’on préfère jouer encore un petit peu au jeu vidéo alors qu’on a un devoir à rendre demain matin, etc.

“Vous pouvez essayer de combattre ce penchant naturel. Acheter un agenda. Rédiger une liste de tâche… Vous pouvez lire tous les livres que vous voulez pour vous détacher de vos mauvaises habitudes… Vous pouvez devenir un drogué de la productivité entouré d’instruments (comme RescueTime) pour vous rendre la vie plus efficace, ces outils ne vous serviront à rien, parce que le problème ne repose pas sur la gestion du temps, mais sur le conflit qui se déroule dans notre cerveau.”

Le secret de la maîtrise de soi n’est pas dans la volonté, mais dans la distraction

Dans les années 60, Walter Mischel a mené des expériences à l’université de Stanford sur les conflits de négociation des enfants. L’expérience est bien connue. Les enfants étaient assis devant une table avec des guimauves devant eux, ils pouvaient les manger tout de suite ou attendre que le chercheur revienne, auquel cas, il leur offrirait le double de bonbons.

Quand Walter Mischel a commencé à analyser les résultats, il a remarqué que les enfants qui avaient le plus vite saisi les bonbons étaient plus susceptibles d’avoir des problèmes de comportements, qu’ils ont obtenu de moins bons résultats scolaires que les autres… explique Jonah Lehrer dans l’excellent article qu’il consacra au New Yorker sur le “secret de la maîtrise de soi”.

The Marshmallow Test from Igniter Media on Vimeo.

Vidéo : Igniter Media a reproduit le test du Marshmallow, pour en faire une courte vidéo comique.

30 % des enfants ont réussi à attendre le retour du chercheur, 10 à 15 minutes plus tard. Bien qu’également soumis à la tentation, ils avaient eux trouvé une façon de résister…

Walter Mischel s’est rendu compte qu’il y avait un lien entre la performance scolaire des enfants et leur capacité à se contrôler. En 1981, il a recontacté 653 enfants qui avaient participé à l’expérience originelle, interrogeant leur capacité à planifier, à faire face à des problèmes à s’entendre avec leurs pairs. Et Mischel a remarqué que les enfants qui avaient cédé rapidement étaient plus susceptibles d’avoir des problèmes de comportement que les autres.

Pour Walter Mischel, l’intelligence tient en grande partie de la maîtrise de soi. Pour comprendre pourquoi certains enfants ne peuvent attendre et d’autres réussissent à se contrôler, il faut arriver à penser comme ils pensent. L’expérience de Mischel a montré que la maîtrise de soi dépend d’une compétence essentielle : la “répartition stratégique de l’attention”. C’est-à-dire qu’au lieu d’être obsédés par la guimauve qu’ils avaient sous les yeux (“le stimulus chaud”), les enfants ont essayé de détourner leur attention en se couvrant les yeux, en jouant à cache-cache sous le bureau ou en chantant des chansons. “Leur désir n’a pas été vaincu, il a simplement été oublié.” La clef est d’éviter de penser à la guimauve. Chez les adultes, cette compétence est souvent désignée comme la “métacognition” ou la “réflexion sur la réflexion”, permettant aux gens de déjouer leurs lacunes. Les enfants qui avaient une idée du fonctionnement de l’auto-contrôle ont été mieux à même de retarder la gratification. Mais certains enfants pensaient que la meilleure façon de résister était de fixer la guimauve, ce qui est une idée terriblement insoutenable même pour le dernier des gourmands.

Pour Mischel, le test de la guimauve est un test prédictif puissant. Si on est sensible aux émotions chaudes, alors il faudra faire de manière à mettre plus d’argent de côté pour sa retraite que les autres par exemple… Des travaux ultérieurs ont montré que les différences comportementales entre enfants étaient observables déjà chez des enfants de 19 mois. Alors que certains enfants éclataient en larme, s’accrochaient à la porte face au stress de l’expérience, d’autres surmontaient leur anxiété, se distrayant, jouant avec des jouets. Les enfants qui avaient pleuré étaient aussi ceux qui, vers 5 ans, avaient également du mal à résister à la tentation de la guimauve.

Pour Mischel, notre capacité à l’autocontrôle est autant génétique que sociale. Mais le test a montré que la capacité d’enfants à l’auto-contrôle issus de familles à faible revenu du Bronx était moindre que celle d’enfants de Palo Alto. “Quand vous grandissez pauvre, vous n’avez pas l’habitude de retarder votre rétribution. Et si vous ne pratiquez pas, vous ne saurez pas comment distraire votre attention, vous ne saurez pas élaborer les meilleures stratégies…” Les gens apprennent à utiliser leur esprit, comme ils apprennent à utiliser un ordinateur : par essais et erreurs.

Mais cela s’apprend très simplement et très vite. En donnant comme conseil aux enfants d’imaginer un cadre autour des bonbons, les résultats sont devenus très vite spectaculaires. “La seule façon de vaincre nos instincts c’est de les éviter, de prêter attention à autre chose. Nous disons que c’est de la volonté, mais cela n’a rien à voir avec la volonté”, explique John Jonides, un neuroscientifique de l’université du Michigan.

Mischel prépare une étude à grande échelle impliquant des centaines d’écoliers pour voir si les compétences de maîtrise de soi peuvent être enseignées pour qu’elles persistent à long terme. En d’autres termes, il veut apprendre aux enfants que les trucs ne fonctionnent pas que pendant l’expérience, mais qu’ils puissent apprendre à les appliquer à la maison, au moment de décider entre les devoirs et télévision par exemple. Pour Angela Lee Duckworth, professeur de psychologie à l’université de Pennsylvanie et responsable de ce programme, essayer d’enseigner l’algèbre à un adolescent qui n’a pas la maîtrise de soi est un exercice assez futile. Selon elle, la capacité à retarder une gratification serait un facteur prédictif de comportement plus efficace que le QI. Si l’intelligence est importante, elle l’est moins que la maîtrise de soi. Walter Mischel sait qu’il ne suffit pas d’enseigner aux enfants quelques tours, le véritable défi est de transformer ces trucs en habitudes, ce qui demande souvent des années de pratiques assidues. “C’est là que les parents sont importants”, reconnaît Mischel. “Ont-ils mis en place des rituels qui vous apprennent à retarder vos envies sur une base quotidienne ? Vous encouragent-ils à attendre ? Font-ils de manière à ce que cette attente vaille la peine ?” Pour Mischel, les plus banales routines de l’enfance (comme ne pas grignoter avant le diner, d’attendre le matin de Noël pour déballer les cadeaux…) sont des exercices d’entraînement cognitifs en catimini, pour nous apprendre à déjouer nos désirs.

Nous ne savons pas composer avec les délais

Si on offre à quelqu’un 50 $ maintenant ou 100 $ à la fin de l’année, il va choisir de prendre les 50 $. Si on offre 50 $ dans 5 ans et 100 $ dans 6 ans, temporellement l’écart n’a pas changé, mais il semble pourtant plus naturel d’attendre un an de plus, du moment qu’on aura déjà attendu longtemps. Pourtant, si nous n’étions qu’un animal raisonnable, nous choisirions toujours le montant le plus élevé, or nous avons plutôt tendance à nous saisir de ce dont on peut profiter au plus vite, rappelle David McRaney. Ainsi, Twitter nous semble plus gratifiant que de faire des tâches plus difficiles (comme écrire un article) dont dépend pourtant notre salaire en fin de mois.

Quand on est forcé d’attendre, nous avons tendance à être plus rationnels. C’est ce qu’on appelle “l’actualisation hyperbolique”. Traditionnellement, les économistes considèrent que les individus optimisent une fonction d’utilité intertemporelle en actualisant les gains futurs de manière linéaire ; c’est “l’actualisation exponentielle”. En fait, la psychologie et l’économie comportementales indiquent que les individus (mais aussi les animaux) actualisent les gains futurs de manière plutôt hyperbolique. L’actualisation hyperbolique rend possible un phénomène intéressant : l’inversion des préférences qui signifie qu’à un moment t, A est préféré à B, mais qu’à un moment t+n, B devient préféré à A, explique sur son blog Cyril Hédoin, maître de conférences en sciences économiques à l’Université de Reims.

Le meilleur moyen pour déjouer la procrastination, estime David McRaney, est de composer avec les délais. Pourtant, là encore ce n’est pas si simple. Une étude de Klaus Wertenbroch et Dan Ariely réalisée en 2002 (.pdf) avait créé 3 classes d’étudiants devant rendre 3 devoirs chacune. La première devait rendre les 3 devoirs bout de 3 semaines. La seconde classe a déterminé 3 délais différents. La dernière classe devait rendre un devoir par semaine. Sans surprise, c’est la troisième classe qui a obtenu les meilleurs résultats alors que le premier groupe a eu les résultats d’ensemble les plus catastrophiques. Les étudiants sans lignes directrices ont tous tendance à remettre leurs devoirs au dernier moment… Ces résultats suggèrent que si tout le monde a des problèmes avec la procrastination, ceux qui reconnaissent et admettent leur faiblesse, sont dans une meilleure position pour utiliser des outils disponibles capables de les aider à surmonter cette difficulté, explique Dan Ariely dans son livre (C’est (vraiment ?) moi qui décide). “La procrastination est une impulsion, comme d’acheter des bonbons à la caisse du magasin.”

Pour combattre la procrastination, il faut devenir un adepte de la réflexion sur la réflexion, conclut David McRaney. “Il faut comprendre que c’est le vous qui lisez ce texte et que c’est le même vous quelque part dans le futur qui sera influencé par différents désirs et idées, un vous dans d’autres dispositions, utilisant d’autres palettes de fonctions cérébrales pour peindre la réalité”. Il faut être capable de discerner les coûts des gratifications à chaque fois que vous êtes amené à choisir.

Voilà qui demeure plus facile à dire qu’à faire.

Rétroliens

  1. Procrastination : comment ne plus remettre son travail au lendemain | Zevillage
  2. Pourquoi remettons-nous souvent les choses au l...
  3. L’île mystérieuse | Antibuzz

34 commentaires

  1. par Albert

    Merci pour cet excellent billet !
    Effectivement, apprendre à attendre n’est pas le bienvenu dans notre société où tout semble toujours à disposition.

  2. par BenM

    Ce fut suffisamment intéressant pour que j’aille jusqu’au bout, ce qui est un exploit si l’on considère le peu d’articles intelligents dont je termine lecture face aux tweet, graphiques, listes et autres pré-digérés dont notre web quotidien est rempli.
    Ma procrastination n’a pas eu raison de cette lecture !

  3. par xS

    Je confirme, excellent article ! Merci

  4. par AstridS

    Cette expérience est vraiment intéressante. Néanmoins, j’ai un bémol quant aux conclusions de Mishel. Considéré que les enfants qui mange tout de suite le marshmalow à ceux qui tentent d’attendre et craquent est une erreur. Choisir le résultat immédiat est aussi intelligent que attendre pour en avoir deux. La personne qui choisis d’en avoir deux alors qu’elle n’a pas la capacité d’attendre et finalement mange avec culpabilité celui qu’elle a, est idiote. Celui qui attend et en a un deuxième est certainement le plus résistant. mais la petite fille qui n’attends pas, mange tout de suite, pars en prenant son assiette fait preuve de la plus grande maturité de toute. C’est à dire savoir profiter de ce qui est maintenant et passer à autre chose. Le petit garçon résistant, les mangent tout d’un coup.. ce qui contredit la patience qu’il avait fait preuve avant. non ?! :)

  5. par dutrieux

    Excellent papier ! Au Learning Club nous suivons les recommandations de D Mc Raney et nous prenons conscience de nos processus d’apprentissage, nous travaillons simultanément nos fonctions cognitives et exécutives.

  6. SI on préfère les blockbusters aux films d’auteurs, c’est parce les 1ers se regardent facilement, les 2ds sont chi#nts! On attends un moment où on aura envie de se prendre la tête, ce qui arrive rarement.

    Si on préfère 50$ tout de suite, c’est parce qu’on est pas sûr d’avoir les 100$ dans un an (un “tiens” vaut mieux que 2 “tu l’auras”) par contre dans 5 ou 6 ans, pas plus de certitude…

    Quand au bonbon, c’est aussi une question d’éducation des enfants, ce qui est lié aux problèmes de comportement évoqués…

    Sans remettre l’article en cause, je trouve que les exemples sont plutôt mal choisi. :-|

  7. par BenM

    @Did : Je regarde plus facilement The Dark Knight parce que c’est beau, dynamique et que, tout de même, j’aime ce que je regarde. J’ai vu Antichrist il y a peu parce que j’aime L.V.Trier : tout le monde avait balancé une “critique” stupide, totalement hors propos, et le film, quasi expérimental, est excellent.
    J’écoute beaucoup beaucoup de musique, mais plus difficilement Sven Tuur. Par contre, quand je commence, c’est parti pour des jours voire des semaines.
    Idem pour les autres arts.
    Donc, NON, les 2nd ne sont pas chiants : ils demandent juste une gymnastique intellectuelle que nous ne sommes pas toujours prêts à faire. Et, tout comme le sport, c’est la pratique régulière qui rend accro.
    Quant à la somme d’argent, il en serait exactement de même si tu avais l’assurance de l’avoir.
    Sans remettre ton commentaire en cause… quoique :)

  8. par 0xm0z

    Pour ma part j’ai tendance à choisir les films d’auteurs ou les films à forte reflexion.
    Peut être pour me dé-culpabiliser de ne pas travailler.
    C’est d’ailleurs cette même “motivation” dans ma “démotivation” qui me pousse à lire des articles comme celui-çi.
    Et qui au fond m’apportent peut être plus que si j’avais travaillé ! Allez savoir!

  9. par HYGER

    J’avais déjà entendu cette histoire de bonbons dans une conférence à l’IAE de Lyon en février 2008 : “Manager par les émotions”.

    Il semble d’ailleurs que l’intelligence émotionnelle soit le nouveau credo des recruteurs et que des tests pour les populations adultes ont été développés pour nos chers RH.

    La fin du seul “Vous êtes diplômés d’une grande école de commerce ou d’ingénieur” pour choisir ses futurs collaborateurs ?

  10. par ZeMarmotte

    Très intéressant cet article !!
    Je sais désormais quel est mon problème ou tout au moins le nom qu’on lui donne.

    Il est vrai que dans notre société du “tout, tout de suite”, on a oublié d’attendre. Alors que parfois cela s’avère nécessaire et réduit la frustration.

    Bravo, Monsieur l’Auteur.

  11. par Tralala

    Ouch quel article ! Je suis vraiment surpris, je découvre ce site et je dois dire que cet article vient de m’impressionner .

    Je vais de ce pas le recommander à ceux que je connais de prés.

    Moi qui vit sans téléphone portable, mais avec 4 ordinateurs, moi qui vit sans m’acheter d’habits , mais qui a besoin de costume pour travailler, moi qui n’a toujours pas acheter un seul cadeau de Noel, je me suis vraiment retrouvé dans ce superbe article, vraiment à méditer .

    Superbe !

  12. par Barbouseur

    Heu… C’est quoi au juste ce qui vous impressionne là dedans ? Le journaliste écrit bien mais ça reste de la psychologie… La théorie est pas trop mal pour une fois cela dit, puisqu’elle sert à discréditer la psychologie elle même :
    La psychologie c’est une affaire de gosses qui ne savent pas attendre la philosophie et qui préfèrent sauter sur les idées fausses et les simplifications avant même de comprendre quoi que ce soit, en se distrayant.
    La distraction est une névrose contemporaine, quand on ne veut pas voir la réalité en face et qu’on se perd dans l’action inutile, il vaut mieux ne pas trop l’encenser…

    En tout cas continuez la psychologie ! Vous êtes super facilement manipulables quand vous intégrez les concepts dont on vous gave, vous ferez des heureux !

  13. par bob krief

    Pour reprendre la problématique évoquée en début d’article, oui, nous éprouvons tous des difficultés à faire les choses rapidement. La notion de temps est essentielle dans l’exécution des choses à faire et les outils de gestion de tâches (les ToDo List) ne s’y trompent pas car elles proposent toutes de fixer des échéances. Mais elles n’ont pas sût gérer correctement le temps pour prendre en compte cette incapacité a FAIRE.

    En effet, on constate que les échéances fixées pour nos tâches sont souvent sujet à décalage et qu’au final l’ensemble de la liste de nos tâches est OVERDUE (hors délais). Dans ce contexte une ToDo List qui gère la notion de date est inefficace sauf à nous culpabiliser, nous stresser en soulignant le fait qu’on à 80% de nos tâches en retard (dans le rouge et en rouge en plus). Un outil qui se passerait de dates pour gérer nos tâches et qui ne présenterait à un instant T que celles que nous sommes en mesure de faire en fonction de la situation (et non pas d’une échéance) serait plus utile. Si je suis en train de conduire, je préfère savoir que je dois passer à la banque (même si je l’avais prévu pour demain) plutôt que de savoir que l’email pour mon client est en retard.

    Cela démontre bien qu’entre les taches que l’ont peut faire mais que l’on remet à demain et celles qui sont échues mais pour lesquelles je n’ai pas la possibilité d’exécuter, les outils personnels de gestion de taches avec échéances sont inutiles. C’est pour cela qu’ils ne sont plus utilisés au bout d’un moment, les utilisateurs retournent vite aux post-it, qui eux ne présentent pas ces inconvénients.

    Je vous invite à regarder un outil comme todogenius (http://www.todogenius.com/todogenius/Index.html) pour illustrer cette problématique : Pourquoi remettons-nous souvent les choses au lendemain ?. En effet todogenius prend en compte la procrastination.

  14. @BenM, je parlais des gens normaux, pas des gens qui savent qui est Sven Tuur. :D

    Quant à Antichrist, je ne suis même pas arrivé à regarder la bande-annonce en entier, alors que je suis sûr que je peux voir celle de Transformers plusieurs fois de suite. ;-) C’est mortellement ennuyeux ces films d’intello à petits budgets. Je regarde des films pour me détendre, pas pour me prendre la tête (il y a bien d’autres occasions pour ça).

    Pour la somme d’argent, ce n’est pas qu’une question d’assurance de l’avoir. Il y a plus de chance que je soit mort (ou autre!) dans 1 an que tout de suite. Alors que 5 ou 6 ans… il y a encore plus de chance qu’il se passe toute sorte de choses inconnues. Ça biaise les réponses…

  15. par Mikahel

    Je veux bien comprendre les observations faites quant au comportement humain et au lien entre la procrastination et la métacognition, mais je n’adhère pas aux conclusions moralistes qui en découlent.

    “Si les gens réfléchissaient plus, ils feraient les bons choix, à savoir manger des légumes, se cultiver avec des oeuvres nobles, etc.”

    Mais les bons choix en question sont des biais cognitifs : il ne faut pas manger que des légumes, il n’y a pas que les oeuvres nobles qui permettent de se cultiver. Ce qui pousse à la procrastination, c’est plutôt à mon avis l’idéalisation du “agir juste” qui rend l’acte “juste” trop difficile.

    Prendre toute de suite le billet de 50 plutôt que d’attendre demain le billet de 100, ça se justifie aussi quand on n’a pas confiance en l’avenir où aux promesses de l’autre. C’est la réaction du chasseur cueilleur qui n’est pas sûr de trouver à manger le lendemain et qui se gave de fruits. C’est une réaction de survie.

    Dans le monde que vous dénoncez tous, les autres commentateurs, d’égoïsme et d’immédiateté, quelle confiance pouvez-vous accorder à une parole donnée ? Peut être qu’au final, il n’y aura pas de billet de 100.

  16. par sandrine

    Bonjour
    Il y a beaucoup à dire sur cette expérience… comme sur de nombreuses expériences en psycho-cognition (qui touchent à la psychologie et sont prédictives sur les capacités comportementales) .. Le chercheur n’a pas pris en compte par exemple la question du projet personnel. Un enfant n’est peut etre pas en projet d’offrir 15 minutes de souffrance en echange d’une deuxime guimauve. Le deal n’a pas de sens pour lui.. ce n’est pas une question de maitrise de soi mais de choix. Certains enfants ne sont pas forcement plus maitres d’eux mais mieux dressés à obeir à une consigne meme si elle n’a pas de sens pour eux… Il y a donc la question du sens et la question de l’assertivité qui entrent en jeux en plus de celel de la maitrise de soi.
    Un autre exemple frappant: Piaget a montré qu’avant 5 ans, un enfant n’était pas capable d’appréhender les quantités: 5 boules Rouges alignées et 3 boules noires alignées mais plus espacées si bien que la longueur totale de la ligne noire dépasse celle de la ligne rouge… A la question “où y en a t’il le plus” les enfants répondent aussi bien noir que rouge.
    Récemment un scientifique a recommencé l’expérience avec des smarties. Et là Aucune erreur. Tout est donc une question de sens, quel sens a la question “du plus ” pour l’enfant. Plus de longueur, plus de vide, plus de boules? Alors que avec les smarties, pas d’équivoque. ce sera plus de désir.
    L’expérience des guimauves montre éventuellement que les enfants sont plus ou moins maitre d”eux mais aussi plus ou moins soumis à l’autorité de l’autre…

  17. par BenM

    @Mikahel : Hum…. si les chasseurs-cueilleurs s’étaient empiffrés, nous ne serions pas la pour commenter cet article. Et, non, ce n’est pas une réaction de survie, bien au contraire. De plus, le billet n’est pas présenté à un clochard.

  18. par Jean

    Bravo pour cette excellente note, qui rebondit sur un des articles, relatifs aux mécaniques ludiques mises en place par certains sites pour inciter les gens à dépasser le biais du présent : http://notrelienquotidien.com/2010/12/08/no-feedback-no-action/

    La difficulté de ne pas agir dans l’immédiat résulte également de l’absence de feedback immédiat.

  19. par Emmanuel

    “Patience est mère de toute les vertues” ? ;)

    Article (et commentaires) intéressant(s) en tout cas !

  20. par darma

    intéressant mais certains exemples sont un peu étranges, et me semblent faire défaut d’une première étape d’analyse du désir de chaque “sujet” vis-à-vis de l’objet de test.
    certains enfants peuvent ne pas aimer le marshmallow, d’autres peuvent l’avoir pour friandise préférée, ce qui biaise complètement le sens des résultats.
    l’algèbre est sans question aucune considéré ici comme quelque chose d’ennuyeux et rébarbatif, alors que cette matière peut être l’activité favorite de certains élèves ; ce fut notamment mon cas et je rentrais pressée à la maison de faire ces devoirs qui m’apparaissaient comme le meilleur amusement de la terre.
    pour pouvoir faire une quelconque conclusion à quoi que ce soit il faudrait donc au préalable établir une “échelle de préférence” de chaque individu, savoir ce que chacun considère comme “le meilleur” et déterminer sa patience relativement à ces résultats.
    dans l’absolu il ne fait aucun sens sur la patience d’un individu de savoir s’il a d’abord fait ses exercices de maths ou regardé un comics à la télévision en rentrant de l’école.

  21. par AddiKT1ve

    Pourquoi faire aujourd’hui ce que l’on peut remettre à demain ?

  22. par faselo

    C’est aussi sugéré le niveau d’obéissance, contre récompence,,
    les plus rapides ne sont pas les plus désorienté je trouve,,et aussi voir bien sur, les goûts pour cette friandise…,ect. Faut être étroit pour conclure cette expérience comme ce l’est présenté

  23. Cet article a été repris par LeMonde.fr.

  24. par sandraofmars

    Je confirme, j’ai été tentée de me laisser distraire par le son qui m’informait de l’arrivée d’un mail mais non je me suis concentrée et suis allée jusqu’au bout de l’article tant le désir de trouver une solution à cette procrastination qui me ronge était plus forte !
    Merci pour cet article et pour ces pistes…

  25. par Raph

    La procrastination a aussi à voir avec le souci de perfection : celui qui pose des exigences utopiques pour la qualité de son travail s’oblige à temporiser, car c’est là l’unique tactique d’évitement possible. Watzlawick (dans “Changements”)”recadre” la personne(un étudiant)en lui faisant accepter un compromis:produire un devoir de qualité,et un autre délibérément médiocre (qui obtiendra la meilleure note!).
    Remarques: “rédiger une liste de tâche” : une liste comporte plusieurs éléments, donc “tâches”. “Certains enfants éclataient en larme” : fondre, plutôt ? On pleure rarement une larme. Donc larmes, au pluriel…

  26. par dacron

    Sujet bien intéressant. D’autres exemples me viennent à l’esprit :

    Une jolie femme s’offre à moi, en me disant : ” Si tu attends 5 minutes, j’ai une copine splendide qui viendra se joindre à nous !”

    Evidemment, je n’attends pas, outre que ce peut-être pur mensonge, mais que surtout, en 5 mn, il peut se passer bien des choses, par exemple qu’elle change d’avis.

    Ou encore : j’arrive au restau, une très bonne adresse mais il faut attendre une demie heure, c’est complet mais alors j’aurais droit à un 2ème dessert gratuit. Evidemment, je me tire, car il me faut de suite faire un virement du montant prévisible de l’addition vers mon compte d’épargne retraite.

  27. par ppda

    Cet article est quasiment une simple traduction de http://youarenotsosmart.com/2010/10/27/procrastination/ (lien que vous citez au début de l’article).
    Il serait correct de mentionner que vous faites un usage intensif du contenu de l’article mentionné.

  28. @ppda : David McRaney et Jonah Lehrer sont effectivement les deux principales sources de cet article, comme cela est clairement indiqué et référencé.

  29. par ppda

    Il y a effectivement des liens vers les articles de ces personnes. Mais faire cela est différent de “clairement indiquer et référencer” le fait que “votre” article est une traduction à peine modifier et embellie.
    Bref, chacun sa conscience, et l’article de McRaney est très bon, autant avoir de bonnes sources d’inspiration.

  30. par ppda

    *modifiée

  31. par Gregoria

    Article traduit d’une expérience américaine, rédigé à destination d’Anglo-saxons, etc..

    En français, cela donne quoi ?

    Procrast.., c’est comme “addiction”, ce sont les nouveaux vêtements à la mode pour faire croire qu’on a des choses à dire. Et les bobos d’applaudir.. Cette vidéo & Cie, je l’ai déjà vue sur d’autres sites, désolée (mais je salue quand même le travail effectué).

  32. par lorendhal

    article intéressant pour alimenter les réflexions mais assez simpliste sur certains aspects. ainsi il semble que le quantitatif soit privilégié au qualitatif ( 2x plus de bonbons, c’est mieux, 100$ c’est mieux que 50$) or cela dépend du besoin immédiat. Il faut aussi trouver un équilibre entre la fourmi et la cigale… La notion de priorité/importance aurait également mérité d’être développée.

  33. par tina45

    slt Barbouseur,et meci pour ton avis

  34. par tatoo

    je n`ai pas compris quel est le lien/rapport directe ou indirecte entre la procrastinationet le marshmalow test?