A lire ailleurs du 20/02/2012 au 27/02/2012

. The Talent Society – NYTimes.com
En passant d’une société familiale à une société de gens vivant seuls (mais pas isolés), nous sommes passés d’une société qui protège les gens de leurs faiblesses à une société qui permet aux gens de maximiser leurs talents, estime David Brooks pour le New York Times, faisant une lecture personnelle du livre d’Eric Klinenberg, Going Solo. Les vieilles structures sociales ont longtemps étouffé la créativité, la nouvelle permet de les maximiser. Mais Brooks émet une nuance d’importance. Dans cette société, la vie est plus difficile pour ceux qui ont le moins de capital social.

. Prix de l’essence record : le pouvoir en place n’anticipe rien, c’est consternant – le Plus
Denis Baupin, adjoint au maire EELV de Paris tire la sonnette d’alarme alors que le prix de l’essence atteint des chiffres records. Nous n’avons pas anticiper les conséquences économiques et sociales de nos économies petro-dépendantes. Nous avons besoin de donner un coup d’accélérateur majeur au développement des transports collectifs, d’engager la mutation du secteur automobile, de favoriser les modes de déplacement alternatifs et de transporter plus sobrement et efficacement les marchandises. Mais, comme le disent nombre de commentateurs, si ces perspectives s’adaptent à la ville, que faisons-nous en dehors de celles-ci ?

. La pétition « Sauvons la vie privée ! » s’oppose au fichage informatique- Ecrans.fr
Une pétition lancée par 27 organisations, partis et syndicats (Attac France, NPA, PCF, le syndicat de la magistrature, l’union syndicale de la psychiatrie, la Ligue des droits de l’homme…) réclame le renforcement du droit d’opposition à l’informatisation de nos données personnelles. Rendez-nous nos données : la lutte s’accentue ! http://www.uspsy.fr/Petition-En-2012-sauvons-la-vie.html

. YouTube à la recherche du secret du « lol » – Le Nouvel Observateur
Les ingénieurs de YouTube travaillent à mettre au point un algorithme pour repérer les vidéos les plus drôles.

. Le citoyen a t-il une place dans l’open data ? – Libertic
Malgré les bénéfices qu’il pourrait en retirer, le citoyen paraît bien souvent éloigné du mouvement d’ouverture des données publics dont il ignore les principes voir l’existence. Si les services se développent, bien souvent, ils relèguent les citoyens au statut de simple consommateur de ceux-ci. La raison ? Bien souvent, l’absence de données directement utiles au citoyen, les « libérations » de données privilégiant celles permettant de développer des services à celles axées sur la citoyenneté et la vie publique. Autre raison, on favorise la diffusion au détriment de la participation : aucune plateforme ne réfléchit aux possibilités participatives des citoyens. L’open data ne s’adresse toujours pas au citoyen, conclut Libertic.

. Small Business’s Shrinking GDP Contribution – Businessweek
La part du PIB américain produite par des PME est inférieure à 50 % et décline constamment depuis 2002. Tendance lourde ou aberration provisoire ?

. Comment les innovations de rupture peuvent changer l’éducation ? – Isabelle Quentin
Stimulant résumé du livre de Clayton Christensen paru en 2008 et intitulé Disrupting Class : Comment l’innovation disruptive va changer la manière dont on apprend. Les millions de dollars dépensés pour équiper les classes ont finalement peu d’impact sur les façons d’enseigner et d’apprendre. Les enseignants utilisent les ordinateurs pour renforcer leur pédagogie plutôt que pour la modifier. Pour Christensen, en 2020, 50 % des élèves suivront des cours en ligne du fait de l’amélioration des formations en ligne, de la flexibilité permettant aux élèves de choisir leurs cursus, de la pénurie d’enseignants et de la diminution des coûts induits. Le système éducatif a également besoin d’être moins rigide et favoriser le développement de projets.

. Les nouveaux secteurs de l’internet et du mobile – TechCrunch
L’investisseur Vinod Khosla, fondateur de Khosla Ventures, dresse la liste des secteurs où il faut investir : la réduction de données (la mise en place de filtres), les Big Data, l’émotion, l’éducation 2.0, la télévision 2.0, les réseaux sociaux de nouvelle génération, les sites d’intérêts, la santé 2.0, l’internet des objets, les outils de publications personnels collaboratifs, les applications utilitaires et les places de marchés de désintermédiation.

. Les voitures sans conducteur arrivent au Nevada – Numerama
« Le Nevada fait un pas en direction des voitures sans conducteur. Une réglementation spécifique a été approuvée par la commission des lois de l’État visant à permettre aux industriels de tester dans des conditions précises ce type de technologie. Une opportunité pour Google, qui s’investit depuis près de deux ans dans ce domaine. »

. Comment la fermeture de Megaupload pourrait mettre en difficulté l’informatique en nuage- Techdirt
L’avocat Philip Corwin revient longuement sur les conséquences à terme que pourrait avoir la fermeture de Megaupload pour l’informatique en nuage : http://www.circleid.com/posts/megabusts_megaquestions_cloud_the_nets_future/ Dans les accusations à l’encontre de Megaupload, l’avocat montre que beaucoup pourraient concerner bien des hébergeurs de contenus dans les nuages comme Dropbox ou Youtube.

. Le commerce sur Facebook : un vaste flop – Business Insider
Le F-commerce n’aurait pas été le succès attendu, estime un rapport de Bloomberg : http://www.bloomberg.com/news/2012-02-17/f-commerce-trips-as-gap-to-penney-shut-facebook-stores-retail.html Nombreux sont les magasins qui ont déjà fermés (Gamestop, JC Penney, Nordstrom, Gap…). Facebook est plus un endroit pour communiquer que pour vendre, estime la responsable du marketing de Gamestop. Peut-être est-ce lié au fait que les magasins en question ont voulu reproduire leurs sites d’ecommerce dans Facebook, sans s’adapter au public et à l’interface ?

. Le jour où YouTube fermera – Ecrans.fr
Du jour au lendemain, les géants du Net peuvent décider de fermer un service, comme Delicious ou Megaupload, hier, à des échelles différentes et pourquoi pas FlickR ou YouTube demain. Quelles mémoires de substitution disposons-nous à l’échelle de l’informatique dans les nuages qui a pris la place de nos disques durs ? « Les technologies modernes nous condamnent à nous occuper d’elles en permanence », disait Alberto Manguel. Comment garderons-nous la main sur nos mémoires en nuage ? Confier notre mémoire culturelle à des acteurs commerciaux est une folie culturelle, conclut Olivier Ertzscheid.

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

  1. Une société qui permet aux gens de maximiser leurs talents… Maximiser est encore un peu fort mais c’est vrai que les nouvelles technologies de communication apportent ce bénéfice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *