A lire ailleurs du 20 au 26 septembre 2013

. Un accélérateur de startups veut développer les géants de l’Internet des objets – L’Atelier
Cisco et l’incubateur Techstars lancent à New York un accélérateur de start-ups spécialisé dans les objets connectés : http://www.rgaaccelerator.com

. Politique industrielle : halte à la nostalgie ! – LeMonde.fr
Pour économistes libéraux Augustin Landier et David Thesmar, le plan de politique industrielle de la France lancé le 12 septembre par François Hollande et Arnaud Montebourg est une erreur. L’innovation ne se décrète pas. Cette politique risque surtout de mettre en veille la concurrence et garantir des rentes d’acteurs industriels déjà en place. L’action de l’Etat doit se cantonné aux cas où le marché ne fonctionne pas, comme le financement de la recherche fondamentale. Plutôt que de démultiplier les dispositifs, il devrait surtout se préoccuper d’établir un cadre fiscal stable et simplifié. Enfin, oui, la France se désindustrialise, mais il serait tant plutôt d’accompagner le développement des services plutôt que de tenter de sauver une industrie qui remplace toujours les travailleurs les moins qualifiés par des robots. Les emplois de services sont les seuls qui pourront guérir le pays du chômage de masse.

. What We Watch
Le centre pour les médias Civic a construit What We Watch pour surveiller et monitorer les usages de YouTube qui rassemble chaque mois un milliard de visiteurs. En quoi les vidéos populaires sur YouTube différent-elles ou se ressemblent-elles d’un pays à l’autre… La plupart des vidéos ont des portées régionales ou nationales, expliquent les auteurs du moteur. Seule Katy Perry a connu une audience globale. http://civic.mit.edu/blog/ethanz/what-we-watch-a-new-tool-for-watching-how-popular-videos-spread-online Le moteur permet de regarder les vidéos populaires et communes à plusieurs pays.
whatwewatch.mediameter.org internetactu fing internetactu2net mesure vidéo medias

. Une étude indique pourquoi certains américains n’utilisent pas Internet – Clubic
Les non utilisateurs d’internet se partagent équitablement entre les gens qui ne sont pas intéressés par l’internet et ceux dans l’incapacité de se connecter.

. Comment faire que les startups du Hardware ne soient pas qu’un phénomène de mode – Wired.com
Pour Marc Barros, PDG de Contour – http://global.contour.com – une caméra qui se porte, la fabrication de matériel est à la mode. Mais pour obtenir une révolution matérielle qui ne soit pas une production de niche, nous avons besoin de changement et notamment d’aller rapidement sur le marché, pour apprendre des usagers et améliorer son produit. Mais le « produit viable minimal » (PVM) n’est pas si simple à obtenir, nous ne sommes pas dans le monde du logiciel qui peut produire une bêta. Beaucoup d’entrepreneurs sous-estiment la difficulté qu’il y a à tout faire, non seulement produire l’objet, mais le concevoir, le tester, l’emballer, le livrer, le produire, le documenter, le certifier… C’est ce qui explique que tant de produits qui se lancent sur Kickstarter explosent les délais… Un bon PVM se focalise sur une seule caractéristique. Au début Fitbit n’était qu’un podomètre, sans connexion sans fil. Le premier iPod n’avait que des fonctions et contrôles limités… Mais les startups matérielles doivent avoir accès aux meilleurs composants. Tout comme Amazon Web Services a changé le jeu pour les startups logicielles en leur permettant d’avoir accès à des serveurs de la même qualité que les géant d’internet, les startups matérielles ont besoin d’un AWS des composants. Or ce n’est pas si simple car nombre d’entreprises qui les produisent sont prêt à les vendre à des entreprises qui ne les concurrencent pas directement. Nous avons besoin d’une nouvelle race de fournisseurs de composants, qui soient plus réactifs et dont la production soit plus automatisée. Enfin, les fournisseurs de composants ont besoin de nouveaux outils pour mieux travailler avec leurs clients, afin que le lien entre conception et fabrication soit facilité. Enfin, le succès matériel repose sur d’autres choses, estime Marc Barros en évoquant son concurrent, GoPro, qui a réussi à créer un phénomène marketing en s’appuyant sur certains profils de consommateurs et en réussissant à construire très rapidement une image de marque. Bien sûr, ces points ne seraient rien sans évoquer la question de l’argent. Contrairement au logiciel, dans le domaine matériel, plus vous avez de succès, plus il faut de capital. Pour l’instant, les investisseurs se bousculent, mais cela ne durera pas s’ils perdent de l’argent.

L’étude de Renee DiResta – http://blog.noupsi.de/post/56881685860/hardware-by-the-numbers – montre bien la progression de startups dans le domaine matériel, mais également la progression des échecs. Contrairement au monde logiciel, dans le domaine matériel, les grandes sociétés n’ont pas encore pris l’habitude de racheter des startups. Cela doit changer, ce sera en tout cas un indicateur fort de changement.

. Big data, asymétrie et affaires – Ideas Bazaar
Pour l’anthropologue Simon Roberts de retour d’Epic 2013 qui se tenait à Londres la semaine dernière, les Big data étaient tapies dans toutes les conversations à la manière de la musique insidieuse de John Williams dans « les dents de la mer », comme une menace que nous serions incapables de surmonter. Mais les discussions sur le sujet l’on déçues. Simplistes, manichéennes… Elles semblaient toutes oublier les relations de pouvoir que les Big Data impliquent. Et Robert Simon de prendre un exemple. ll habite dans le sud de Londres et, du fait de son code postal, son assurance automobile était très chère. Pour la faire diminuer, il a été contraint d’y placer un dispositif de suivi, acceptant par la même que sa conduite (ainsi que celle de sa femme et de la jeune fille au pair suédoise qu’ils embauchent et accueillent). Quelle va être les implications de cette surveillance sur leur conduite ? Comment le système va-t-il faire la différence entre la conduite encore hésitante d’une jeune femme, et celle plus assurée de gens qui conduisent depuis 20 ans ? Désormais, les limitations de vitesses sont devenues une obligation. Pour l’instant, le système les catégorise comme « bons » conducteurs. Mais les chercheurs devraient porter attention à l’ambiguïté de nos réponses à ce type de services. Quelle ligne de démarcation devons-nous tracer entre la surveillance et la quantification de soi ? Surtout, nous sommes enfermés dans une asymétrie d’échange. Pourquoi nos cartes de fidélités nous proposent-elles certains produits, certaines promotions plutôt que d’autres ?

« Quand mes données commencent à vivre dans une chaîne de valeur complexe qui n’est ni visible ni explicable, l’asymétrie d’échange est évidente ». C’est comme aller faire le marché avec un bandeau sur les yeux. La rétroaction que nous recevons de ces services est souvent bien faible. Nous devons nous connecter aux sites pour obtenir des informations, pas de rappels, d’alertes ou même de réprimandes. « L’absence de réaction d’un système le positionne toujours comme un service fourni au bénéfice de ceux qui le fournissent ». Le jugement de la boite noire sur notre style de conduite (jugements qui vont changer la nature de la relation commerciale qu’on a avec son assureur) sont fermés à la conversation. Personne n’est prêt à discuter de ces jugements alors que des décisions seront pris en fonction d’eux. « L’asymétrie est l’une des caractéristique les plus évidentes et troublantes des relations de pouvoir inégales comme c’est le cas avec les Big Data ». Et l’anthropologue de nous adresser 3 questions pour mieux comprendre le phénomène : une sur la circulation des données (comprendre comment elles s’échangent), une sur le design d’interaction (quelles différences impliquent les services avec une asymétrie de rétroaction forte des autres ?), une sur les risques commerciaux des entreprises qui les collectent.

. Open data et tourisme : un potentiel qui reste à transformer – Lagazette.fr
Sabine Blanc dans le passionnant dossier sur l’Open Data qu’elle alimente pour la Gazette des Communes, revient sur les limites de l’Open Data et du tourisme. Si l’alliance semble prometteuse, force est de reconnaître qu’elle peine à porter ses fruits. Les concours sans suites se succèdent et les applications sans visiteurs également. L’open data ne suffit pas ? C’est ce qu’elle suggère en pensant que les éditeurs privés pourraient être plus à même d’en exploiter le potentiel en mêlant données publiques et données privées.

. Qu’est-ce qu’un Jpeg ? L’objet invisible que vous voyez tous les jours – The Atlantic
Tout savoir sur l’histoire du format .jpg

. Ne parlons plus des amateurs | L’Atelier des icônes
Pour André Gunthert, il nous faut comprendre la dualité historique de la figure de l’amateur fait surtout ressortir un conflit de légitimité.

. De nouveaux logiciels aident les avocats à accomplir l’impossible – VentureBeat
Ces dernières années, les cabinets d’avocats ont investi dans des logiciels pour accélérer le processus d’analyse des grands volumes de documents juridiques. L’examen assisté par la technologie ou codage prédictif (predictive coding) utilise des techniques d’apprentissage automatique pour automatiser la hiérarchisation des documents selon leur pertinence. Les ordinateurs ne remplacent pas les avocats, mais les aident à peaufiner leurs argumentaires, à examiner les pièces et les affaires auxquels ils peuvent se référer. Le logiciel n’éliminera pas les avocats, mais peut leur faire gagner du temps, estime un utilisateur de Relativity, le logiciel de predictive coding de KCura – http://kcura.com -, qui compte plus de 75 000 clients dans le monde.

. Les robots pourraient révolutionner la fabrication électronique chinoise – WSJ.com
Les travailleurs chinois deviennent trop cher : alors la Chine se robotise.

. Les opinions de la Cour suprême ne mènent nulle part – NYTimes.com
Une récente étude montre que 49 % des hyperliens qui justifient les opinions de la Cour Suprême américaine disponible sur son site mènent à des erreurs. L’hyperlien, sensé rendre les choses accessibles, ne joue plus son rôle, estiment Jonathan Zittrain et Kendra Albert, les auteurs de l’étude. Comment faire ? Dater les arguments ? Faire une copie des études et argumentaires pointés ? Le professeur Zittrain et ses collègues travaillent à une solution ambitieuse : perma.cc, une plateforme créé par des bibliothécaires permettant de capturer une information avec un permalien qui conserve ce vers quoi il pointe. http://www.perma.cc/

. Google affiche une note de satisfaction des médecins et hôpitaux – Numerama
Google Local se développe et s’impose dans les résultats de recherche en rendant plus visibles les avis des internautes sur les résultats de recherches géolocalisés.

. Xavier Niel va financer un méga incubateur à Paris – JDN Web & Tech
Xavier Niel va prendre en charge 90 % du coût du projet « Paris Capitale numérique » lancé par Fleur Pellerin, visant à faire de la Halle Freyssinet, dans le 13e arrondissement de Paris, l’un des plus grands incubateurs du monde, pouvant accueille plus de 1000 startups. Objectif : être opérationnel en 2016 !

. Enfants et technologie : ces lieux qui encouragent la création plutôt que la consommation – Rsln Mag
Retour sur plusieurs programmes qui posent autrement la question de l’apprentissage des enfants au contact de la technologie, comme City X Project à San Francisco – http://www.cityxproject.com – , Kid Mob – http://kadi-franson-09gl.squarespace.com – , Young Rewired State à Londres – http://www.youngrewiredstate.org – , Fabschool à Amsterdam – http://waag.org/en/news/fabschool-kids-curious-children – , Maker Kids à Toronto – http://www.makerkids.ca -…

. La sagesse du Coworking – Cluster 2020 live
Cluster 2020 a visité 15 centres de coworking à Helsinki, Paris, Londre pour faire un benchmark du Coworking européen qui montre que l’organisation de l’espace est primordial, que l’espace de réunion l’est tout autant, que tout espace de coworking doit avoir des rituels communautaires et faire un accueil chaleureux aux membres. Un rapport devrait prochainement être publié par Cluster 2020 et Garching Gate.

. Combien valez-vous ? – Privatics
Lorsque vous utilisez les services gratuits de l’internet, la plupart du temps, c’est en contrepartie de vos données. Le but de ce projet de l’Inria est d’évaluer la façon dont les annonceurs en ligne apprécient les utilisateurs en fonction de leurs profils. Le prix d’une annonce en moyenne est très faible (0,0005 $) mais elle varie selon la valeur de votre profil. L’équipe de recherche a développé un plugin pour Firefox pour évaluer la valeur de votre profil selon les sites que vous consultez.

. Carlo Ratti propose au citoyen de façonner sa ville via l’open source | L’Atelier
Carlo Ratti dirige le Senseable City Lab du MIT qui propose d’intégrer les données à l’urbanisme non pas pour façonner une vision top-down de la ville du futur, mais pour intégrer le citoyen comme acteur de sa ville. Le projet Urban Mechanics – http://www.newurbanmechanics.org -propose de transformer le citoyen en « mécanicien de la ville » à l’aide d’application lui permettant de récolter des informations pour « changer » son espace. La ville du futur ne sera pas différente de celle d’aujourd’hui dans sa conception physique, estime le chercheur, mais dans la façon qu’elle nous permettra d’interagir avec les autres.

. FabHub – Digital Fabrication Hub
Un répertoire mondial des makers, des ateliers, des usines et des fabricants qui offrent un ou plusieurs services utilisant des technologies de fabrication numérique.

. Internet : la liste noire des sites dont vous ne pouvez pas vous désinscrire – SudOuest.fr
Sur Youtube, Pinterest, Wikipedia, Blogger, Bitly, Evernote, Picasa… la désinscription est tout simplement impossible… http://justdelete.me/fr.html

. L’UFC-Que choisir dénonce les coûts cachés du compteur intelligent Linky – Lemonde.fr
Pour l’UFC-Que choisir, la modification de puissance liée à l’installation des compteurs intelligents ne doit pas être supportée par les consommateurs. A EDF de proposer un moratoire sur ces modifications ou de proposer des tarifs plus adaptés à la consommation réelle.

. De nouvelles pistes pour financer le jeu vidéo « made in France » – LeMonde.fr
Les sénateurs André Gattolin et Bruno Retailleau ont présenté un rapport sur l’avenir des jeux vidéos « Jeux vidéo : une industrie culturelle innovante pour nos territoires » – http://www.senat.fr/notice-rapport/2012/r12-852-notice.html – pour proposer des mécanismes d’aides simplifiés et spécifiques à ce secteur rapporte Laurent Checola pour Le Monde. La France, 2e producteur en volume derrière les Etats-Unis (soit 5 à 7 % du marché mondial estimé à 2,7 milliards d’euros en 2011) est surtout confronté à la difficulté à financer les productions et pour cela, les rapporteurs proposent d’utiliser le programme d’investissements d’avenir et la taxation des ventes de jeux neufs.

. Climat : comment concilier lutte contre le réchauffement et croissance ? – LeMonde.fr
La décroissance n’est pas une option, estime l’économiste britannique Nicholas Stern qui s’apprête à publier le second volume de son rapport sur l’économie sur le changement climatique.

Constitute
Un moteur de recherche sur les constitutions de tous les pays du monde (qui en ont une).

. L’écosystème culturel en temps réel de la ville de Rome – Art is Open Source
Une visualisation temps réel pour capturer les interactions culturelles sur les réseaux sociaux de la ville de Rome. http://artisopensource.net/emc1/viz/

. Le Chaos Computer Club a brisé le TouchID d’Apple – CCC
TouchID d’Apple, à peine sorti, déjà brisé. Il aura suffit d’un peu de plastique pour reproduire une empreinte. Rien d’étonnant. « La biométrie est fondamentalement une technologie conçue pour l’oppression et le contrôle » conclu le CCC.

. Une époque sur le point de se réinventer | RSLN Mag
ESRI, une société spécialisée dans les systèmes d’informations géographiques met les données au service de la prévention des catastrophes naturelles. Le but, modéliser la meilleure intervention possible des pompiers en cas d’incendies ou d’inondation via des données topographiques, en orientant les ressources, en utilisant un calculateur de propagation des incendies selon la topographie, les sols, le vent, l’humidité… .

. Brèches informatiques – Courrier international
Infographie : Où sont volées nos données ?

. École numérique : de quoi parle-t-on ? – Sciences Humaines
« Depuis le début du XXe siècle, du cinéma aux jeux sérieux, en passant par la télévision et les MO7 du plan informatique pour tous, beaucoup de nouvelles technologies n’ont pas tenu leurs promesses éducatives. À chaque fois, on a cru pouvoir moderniser l’école grâce aux nouvelles technologies. Je crois qu’il est temps d’admettre que ce n’est pas une bonne façon de poser le problème. L’école a sans doute besoin d’être plus efficace et plus juste. Quand nous saurons comment faire cela, alors nous saurons en quoi les façons d’apprendre, d’enseigner et d’organiser l’école doivent être modifiées, alors seulement nous pourrons savoir quelle contribution telle technologie, nouvelle ou ancienne, peut apporter à cette amélioration. Dans l’attente, nous sommes condamnés à innover un peu au hasard, en essayant quelque chose dans l’espoir que ça marchera, et en nous préparant à être déçus.


Au cours des trente dernières années d’innovations « un peu au hasard », nous avons appris beaucoup de choses. Nous avons appris que les conditions d’intégration des nouvelles technologies à l’école dépendaient de leur utilité, de leur simplicité et de leur compatibilité avec ce qui se passe dans la classe. Nous avons appris que leur utilité résidait essentiellement dans leur effet positif sur la motivation, l’engagement, le plaisir des élèves ; sur la richesse et la complexité des contenus que l’on peut aborder ; sur l’interactivité et la possibilité de personnaliser l’apprentissage pour un élève singulier. Mais nous avons appris que ces plus-values en termes d’utilité s’obtenaient souvent au détriment de la simplicité. Nous avons dû admettre que les évaluations proposées par un ordinateur sont souvent rudimentaires mais qu’elles offrent la possibilité de mieux suivre l’activité d’un élève, d’augmenter le nombre d’évaluations et de favoriser l’autoévaluation. Nous avons enfin à peu près compris les apports des différents types d’image et de textes, ainsi que de la simulation, à la compréhension ; nous avons compris l’intérêt de proposer des supports nouveaux qui parviennent parfois à détourner certains élèves de leurs difficultés scolaires, ainsi le grand intérêt de disposer de médias adaptables à des handicaps sensoriels, physiques et peut-être, un jour, mentaux.  » André Tricot.

. Temps long : Le contresens attristant de Jacques Attali | Le blog de Philippe Silberzahn
Philippe Silberzahn revient sur le dernier rapport de Jacques Attali et dénonce le fait que l’absence de prise en compte du long terme n’est pas la principale cause de la crise actuelle. Ce n’est là qu’une vieille antienne jacobine pour justifier l’action de l’Etat, estime Philippe Silberzahn. Pourtant, ni avec le Crédit Lyonnais, ni avec Dexia, ni par le changement permanent des lois, l’Etat n’est le maître du temps long. Et de dénoncer aussi les mesures, comme encourager la micro-finance qui est le business de Jacques Attali. Pour Philippe Silberzahn, le capitalisme est capable de gérer le temps long et l’innovation et la faillite est le meilleur régulateur du court-termisme.

. 45 propositions pour une économie positive – LeMonde.fr
Jacques Attali, président de PlaNet Finance et initiateur du LH Forum a remis au président de la République un nouveau rapport pour une économie positive qui propose de nouveaux indicateurs de la positivité de l’économie où la France se classe au 19e rang mondial.

. Habakuk.fr
L’écrivain François Bon commente l’actualité scientifique et technique pour la transformer en science fiction.

. Le CAC 40 survivra-t-il au choc numérique à venir ? – Le Cercle Les Echos
Pour Gilles Babinet et Nicolas Collin, les entreprises du CAC40 sont bien gérées : leurs résultats en témoignent. Toutes ou presque ont réussi leur internationalisation et sont en expansion, même si elles ne créent plus beaucoup d’emplois en France. Il y a pourtant un motif de s’inquiéter : nos grandes entreprises ne sont pas prêtes à affronter les conséquences de la révolution numérique. »

. «Ce sont les grandes plateformes qui font la loi sur la Toile» – Libération
Fleur Pellerin, ministre de l’économie numérique : « On reste très focalisé aujourd’hui sur la régulation des réseaux, comme l’illustre le nouveau «paquet télécom» proposé par la Commission. Mais on oublie que l’enjeu principal concerne désormais les grandes plateformes, comme Apple, Google, Facebook, Amazon et consorts, qui sont devenues les points d’accès obligés à l’Internet. Ce sont les conglomérats du XXIe siècle qui organisent la nouvelle économie à leur avantage. Si l’on ne fixe pas des règles, c’est tout l’écosystème de l’innovation qui est en danger. Or, il y a urgence à construire des champions européens du numérique. C’est le message que la France fera passer au prochain Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement, consacré pour la première fois au numérique et à l’innovation. »

. L’économie collaborative devient réelle – Shareable
L’économie du partage a besoin d’un nouveau modèle d’affaire, estime Janelle Orsi. Le moyen et le but commun de services très variés ne suffisent plus. L’économie du partage n’existe pour l’instant que comme une économie grise. Mais celle dont nous entendons le plus parler, reposent sur des entreprises qui n’ont pas vraiment remis en cause le modèle d’affaire des entreprises. « Vous ne pouvez pas vraiment remédier aux problèmes économiques d’aujourd’hui en utilisant les mêmes structures d’entreprises qui ont créé les problèmes économiques que l’on connaît ». Et la seule façon de s’assurer que ces entreprises prendront des décisions dans l’intérêt des populations qu’ils servent est de faire entrer ces gens au contrôle de ces sociétés ! Et Janelle Orsi d’en appeler à créer des coopératives plus que des sociétés ! L’économie collaborative doit faire sa révolution intérieure. Il serait temps !

. Stationnement, champ de bataille : quelle place pour l’auto-immobile ? – Demain La Ville
Une voiture individuelle n’est utilisée que 5 % de son temps et occupe 20m² d’espace le plus souvent public. Comment « Reconquérir les rues », comme le clame l’architecte urbaniste Nicolas Soulier dans un livre récent ? En diminuant la place de la voiture au profit d’une pluralité de transports.

. Se quantifier sans vendre son âme – Wired.com
Le problème des outils de mesure de soi est qu’ils impliquent de remettre vos données personnelles à des organisations hors de votre contrôle, comme Fitbit ou Google. Si vous voulez vous quantifier, vous devez jouer selon leurs règles. Vous ne négociez pas les termes de services qui peuvent changer à tout moment… Les français Benjamin André et Frank Rousseau ont créé un nouvel ensemble d’outils qui permet aux utilisateurs de garder le contrôle, CozyCloud : https://www.cozycloud.cc/. Un système de logiciels open source adaptés à un monde de plus en plus préoccupé par la vie privée… qui accueille les données sur les nuages en cherchant avant tout à les protéger ou que vous pouvez héberger chez vous.

. Comment les robots nous incitent-ils à les aimer ? – NYTimes.com
Le Roomba de Maggie Koerth-Baker fait du bruit quand il nettoie à côté d’elle, comme s’il communiquait avec elle. Ses déplacements font qu’il existe dans l’espace physique et mental de son propriétaire. A l’avenir, les robots vont de plus en plus habiter cette zone étrange où les robots cohabitent avec nous et leur comportement ont un impact sur la relation que nous avons avec eux et à mesure qu’ils se rapprochent de nous nous brouillons un peu plus la frontière entre les outils et les êtres. Ce n’est pas neuf. Les humains ont depuis très longtemps noué des relations avec les objets. « Quand un robot se déplace par ses propres moyen, il exploite un instinct social fondamental que tous les êtres humains possèdent : la capacité de séparer les choses en objets ou en agent ». Et cette capacité à distinguer les agents des objets est la base de l’empathie cognitive (encore appelée théorie de l’esprit) : c’est-à-dire la capacité de prédire ce que les autres êtres pensent, et ce ils veulent, en observant comment ils se déplacent .Nous savons attribuer des états d’âme à des objets à condition qu’ils apparaissent au moins autonome. Reste qu’en sollicitant notre empathie, ils peuvent aussi la décevoir du fait de leur manque de capacités, même s’ils sont programmés pour nous manipuler, comme le fait le robot Paro. Notre futur sera-t-il peuplé d’objets qui nous leurrent ?

. Les Big Data ne nous soignerons pas – Big Data Journal
Le plus grand défi pour l’utilisation de  » big data  » dans les soins de santé est sociale , pas technique, rappelle Gina Neff de l’université de Washington dans cet article de recherche. Appliquées à la médecine et à la modélisation prédictive, les Big Data détiennent un potentiel énorme. Mais force est de reconnaître que les praticiens ne sont pas très enthousiastes. Pour beaucoup, les données ne sont pas une source de valeur, mais une source de travail supplémentaire. Toute la question est de savoir comment elles seront intégrées dans les pratiques ? La difficulté de « l’interopérabilité sociale » fait que pour longtemps, les risques risquent de l’emporter sur les avantages… ‘

. Quand le Wi-Fi sniffing permet aux chercheurs de comprendre les foules – TechWorld
Des chercheurs italiens ont utilisé les signaux des téléphones mobiles pour en déduire des informations sur la foule présente à certains endroits d’une ville ou à un évènement, et notamment évaluer son niveau de revenu ou son entregent. Leur étude, soumise à la conférence Internet Measurement 2013 – http://conferences.sigcomm.org/imc/2013/cfp.html -, qui se tiendra à Barcelone en octobre. Ils ont déduit des types d’appareils connectés des niveaux sociaux, la nationalité et la langue des gens présents, mais surtout ont eut souvent accès à des informations sur l’existence de relations entre plusieurs appareils présents… Voir leur étude : http://conferences.sigcomm.org/imc/2013/papers/imc148-barberaSP106.pdf

. Tobii EyeMobile : le contrôle de sa tablette par le regarde – Digital Trends
L’EyeMobile de Tobii – http://www.tobii.com/eyemobile – est un dispositif qui se place sur une tablette pour la contrôler par le regard. Fini les doigts et la souris !

. Manifeste : le 21e siècle sera défini par les jeux – Kotaku
Le 21e siècle sera jouable ou ne sera pas, estiment le designer Eric Zimmerman et l’essayiste Heather Chaplin. Alors que les siècles précédents ont été définis par le roman et le cinéma, demain sera défini par le jeu. Une réponse : http://killscreendaily.com/articles/articles/uncomfortable-politics-ludic-century/

. Le verre qui change de couleur – NextNature.net
Parce que les médicaments de viol sont inodores, incolores et sans saveur, les victimes ne se rendent pas compte normalement ils ont été attaqués avant qu’il ne soit trop tard. D’où l’idée pour les fondateurs de DrinkSavvy de créer des gobelets jetables qui changent de couleur quand ce qu’ils contiennent n’est pas bon pour la santé.

. Des magasins réels virtuels ? – NextNature.net
Demain, ferons-nous nos courses en boutique sur des écrans LCD géants sans plus jamais toucher des produits autrement que leurs images ? Consommerons-nous plus d’images que d’objets ? http://www.nextnature.net/themes/image-consumption/

. Interview avec Arne Hendriks le père de l’homme qui rétrécit – NextNature.net
L’artiste hollandais Hendriks Arne a récemment proposé de réduire l’espère humaine à 50 cm de haut afin de mieux réduire nos besoins. Provocation ? « Le défi n’est pas tant de surmonter les impossibilités physiques à rétrécir notre espèce, que de stimuler notre désir à le faire. »

. Les civilisations vus par les réseaux – Wired Science
Kalev leetaru – http://www.kalevleetaru.com – a utilisé les réseaux sociaux et le New York Times pour cartographier les « civilisations » du monde, c’est-à-dire la manière dont les gens (ou les journalistes du Times) découpent le monde en grandes entités. http://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/3663/3040

. Des techniques de cryptages étendues – NYTimes.com
Des scientifiques du laboratoire de Toshiba ont annoncé avoir développé une technique de cryptage qui permet d’étendre une protection à un petit groupe d’utilisateurs d’ordinateurs. Certes, depuis les révélations de la NSA, les chercheurs soulignent que le système n’empêche pas l’écoute, mais il sait déclencher une alerte si c’est le cas.

. Le micro magique – New Scientist
Ivan Poupyrev – http://www.ivanpoupyrev.com – , chercheur chez Disney Research, a mis au point Ishin Den Shin – http://www.ivanpoupyrev.com/projects/ishindenshin.php – , un système qui permet d’enregistrer un son via un micro et de le convertir en signal électrique qui permet de faire vibrer l’ouïe d’une personne juste en le touchant tout en reproduisant ce que la personne a dit.

. Oubliez les routes : les drones sont l’avenir du transport de marchandises – NewScientist
La construction d’infrastructure n’est pas toujours facile. Andreas Raptopoulos de Matternet – http://matternet.us – a une autre idée : créer de vastes réseaux de drones pour délivrer des biens. C’est en tout cas, ce qu’il disait déjà au dernier TED Global de juin 2013 : http://blog.ted.com/2013/06/11/speedy-delivery-andreas-raptopoulos-at-tedglobal-2013/

. Un simulateur de nourriture – NextNature.net
Tenet est un simulateur de nourriture pour vous donner envie de manger…

. La fenêtre parlante – Mail Online
Nous ne nous reposerons plus contre les fenêtres des trains, des métros ou des bus… Demain, elles nous parlerons et nous enverrons de la pub. http://www.youtube.com/watch?v=azwL5eoE5aI

. Une carte pour l’avenir des neurosciences – The New Yorker
Gary Marcus, professeur de psychologie à l’université de New York et qui prépare un livre sur l’avenir du cerveau, pointe le rapport que vient de publier le National Institutes of Health américain sur l’avenir des neurosciences – http://www.nih.gov/science/brain/09162013-Interim%20Report_Final%20Composite.pdf -, qui est la première étape importante dans l’élaboration de l’initiative Brain lancée par le président Obama pour « révolutionner notre compréhension de l’esprit humain et de découvrir de nouvelles façons de traiter , prévenir et guérir les troubles du cerveau ». Un rapport qui évalue l’état des neurosciences. Pour relever le défi de la complexité du cerveau, le rapport propose 9 enjeux afin de comprendre comment le cerveau perçoit le monde et dirige les actions :
– le recensement des cellules
– la cartographie structurelle du cerveau
– mieux enregistrer les réseaux d’activité neuronale à large échelle
– mieux travailler sur la manipulation des circuits neuronaux
– lier l’activité neuronale au comportement
– mieux intégrer les théories, les modèles aux expérimentations
– améliorer les technologies d’imagerie
– mieux collecter les données sous forme de mécanismes
– mieux disséminer la connaissance et les expérimentations sur ces sujets.
Pour progresser, nous devons apprendre à combiner les connaissances de la biochimie moléculaire avec celle de la cognition et de la psychologie cognitive. La clé repose dans l’interdisciplinarité. Reste que les progrès de l’intelligence artificielle par exemple, reposent pour l’instant surtout sur l’informatique, la psychologie et la linguistique, plus que des neurosciences qui cherchent, par le biais de ce rapport à s’imposer. Cela pourrait changer un jour… Mais rien n’est moins sûr. Sommes-nous sur la bonne piste pour comprendre le cerveau ?

. Et si le Car-sharing changeait le design automobile ? – Transit City
Contrairement à ce que tente de nous faire croire une excellente campagne de publicité d’un service de prêt de voiture collaboratif néo-zélandais, l’aménagement intérieur des voitures n’offre guère de convivialité à des passagers et plus encore à des inconnus. Pour favoriser l’échange de voiture ou leur prêt, faut-il réfléchir à l’habitacle, sous le prisme du confort et de la convivialité ? Et de pointer vers Taxis for the Future, un groupe de travail de designer qui avaient réfléchis à cette question. http://www.designtrust.org/projects/project_05destaxi.html et http://transit-city.blogspot.fr/2011/02/taxis-for-future.html

. La crise écologique exige une révolution de l’économie des services – Développement durable
Pour construire une économie écologique des services, il faut d’abord s’intéresser aux bilans écologiques complets de ces activités, rappelle Jean Gadrey. Il apparaît alors que l’immatérialité parfois supposée des services est un mythe. Il pourrait bien en résulter des freins à l’expansion future des services dans l’emploi, dès lors que leurs externalités environnementales seraient internalisées et que l’agriculture et l’industrie seraient réorientées sur une voie non productiviste. Mais ces bilans et prospectives doivent être effectués à un niveau sectoriel plus fin que la trilogie traditionnelle.

. Google Glass : c’est pas encore ça ! | Meta-media
Barbara Chazelle, directrice de la stratégie et de la prospective à France Télévisions a essayé les Google Glass… Elles sont bien moins fluides qu’elle l’espérait.

. Panorama des services et entreprises des TIC en Paca (.pdf)
La mission de développement économique régional dresse l’état du secteur des TIC en Paca.

. Interactions tactiles, un langage qui reste à créer ! – Graphism.fr
Il y a encore plein de façons de toucher un écran… nous rappelle les designers de Qeexo.

. Qu’est-ce qui fait un bon prof ? L’expérience ? L’intelligence ? Le cran ? – The Atlantic
Une étude de Teach for America montre que les jeunes enseignants ou ceux sans formation peuvent être aussi bon que les profs intégrés. Une étude qui montre que l’expérience ou les connaissances ne font pas forcément les bons profs. La ténacité, le sens de l’efficacité et la croyance dans le potentiel des élèves s’avère au final plus payant.

. Les territoires numériques de la France de demain – Scribd
Claudy Lebreton, président du Conseil Général des Côtes d’Armor et président de l’Assemblée des départements de France depuis 2004 a remis un rapport sur les territoires numériques de la France de demain.

. Urbanisme tactique – Groupe Chronos
L’urbanisme tactique est l’exact inverse de la planification urbaine : échelle micro, low cost, court terme.

. 5 intelligences artificielles effrayantes – Learning Mind
L’ordinateur schizophrène, le robot tricheur, le robot impitoyable, le supercalculateur prophète… Notre avenir est ce que nous en construisons.

. Une cuillière antitremblements – Fast Company
Une cuillère qui compense les tremblements des personnes atteintes de la maladie de Parkinson pour les aider à manger. http://www.liftlabsdesign.com

. Le défi – Défi Data+
Rennes Métropole, Rennes, Orange, Imagination for people et quelques autres lancent un défi aux fablabs francophone et à ceux qui les fréquentent autour de la fabrication de prototypes pour « rendre tangible la donnée par l’objet, le volume, l’interaction ». A gagner, 10 000 euros de matériel pour équiper votre FabLab. Vous avez jusqu’au 12 novembre 2013 pour déposer votre projet.

. La disparition du travailleur mâle – Pew Research Center
Le taux de participation des hommes à la population active aux Etats-Unis est en baisse constante depuis les années 50, souligne Rich Morin pour le Pew Research Center, alors que celle des femmes n’a cessé de progressé avant de se stabiliser depuis 10 ans. Les femmes quittent moins leur emploi et sont mieux formées que les hommes, estiment les analystes.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *