A lire ailleurs du 28 février au 13 mars 2014

. Est-il possible de construire des villes qui n’isolent pas les gens ? – iO9.com
La vie en ville est paradoxale. Vous êtes entourés de milliers de personnes, et bien souvent, vous vivez de manière isolé. La raison ? La ville manque de cohésion sociale. Urbanistes et organismes sociaux ont tenté de résoudre ce problème, avec des degrés de succès variables. Pour résoudre ce problème, il faut combattre la ghettoïsation, mais également favoriser les organisations qui cherchent à créer un sentiment de cohésion entre citadins, mais ils ne créent pas forcément des rapports de proximité. Pour Zachary Neal, professeur de géographie et d’études urbaines à l’université d’Etat du Michigan, les gens forment des liaisons avec d’autres qui ont des vues similaires, avant que de former des liaisons avec ceux qui vivent à proximité d’eux. Pour le géographe, ! qui a fait des recherches depuis des modèles informatiques, il faut trouver le bon équilibre entre ségrégation spatiale et cohésion sociale. Un indicateur existe : les économistes quantifient la fracture entre riches pauvres dans une région donnée avec le coefficient de Gini. Reste que la coercition, consistant à forcer des gens à vivre dans un quartier, ne fait que favoriser l’aliénation et l’isolement.

. AppMyCity !
Vous avez jusqu’au 1er mai 2014 pour participer au concours AppMyCity lancé par la New Cities Foundation.

. Les Communs, candidats aux municipales – Villes en biens communs
Le réseau francophone autour des biens communs publie 16 propositions illustrées d’exemples pour aider les candidats aux municipales à présenter des mesures pour la défense des Biens Communs.

. Les différences neuronales entre groupes culturels – MedicalXpress.com
Des soldats viennent d’envahir votre village pour tuer tous les habitants. Avec vos voisins et votre bébé vous vous cachez dans un sous-sol. Vous entendez les soldats chercher des survivants quand votre bébé commence à pleurer. Etouffez-vous votre bébé pour vous sauver vous et vos voisins ? Lorsqu’on présente des situations comme celles-ci à des Américains et à des Coréens, les gens arrivent souvent à la même conclusion. Oui, étouffer son bébé peut-être une solution. Mais les deux groupes culturels ne le font pas de la même façon, estime une étude publiée par la revue “Behavioural Brain Research” qui a regardé l’activité cérébrale de 8 Coréens et 8 Américains à quelques 60 problèmes moraux de ce type. Les Coréens ont montré un ! e plus grande activité dans les régions du cerveau associées à l’intuition et au rapprochement des émotions. Les Coréens contrôleraient mieux leurs réactions émotionnelles initiales pour parvenir à une décision qui protège le plus grand nombre de personne. Face à de tels dilemmes, les Américains ont mis plus de temps à réfléchir, en activant des régions du cortex plutôt associé à la gestion des conflits et à la nouveauté. Les résultats pourraient s’expliquer du fait que les Américains sont plus souvent à des conflits socio-personnels, alors que les Coréens (qui recoivent des cours d’éducation morale leur inculquant la tolérance, la coopération…) montrent une meilleure maîtrise des valeurs sociales sur l’expression des désirs individuels lié à leur exposition plus fréquente à des problèmes sociaux. Les groupes culturels auraient donc des approches différentes du raisonnement moral.

. L’ethnographie des technologues – Ethnography Matters
Nick Seaver, ethnologue chez Intel, explore la façon dont les gens imaginent et négocient la relation entre les domaines culturels et techniques. Dans ce cadre, il s’est particulièrement intéressé aux développeurs, et notamment à ceux qui construisent des systèmes de recommandation musicales, comme Pandora, Spotify, Songza ou Beats Music. Comment les développeurs suggèrent des matériaux d’écoute aux utilisateurs en utilisant données, algorithmes et recommandations humaines. Si l’ethnographie est un excellent outil pour montrer combien les utilisateurs sont plus compliqués qu’on pourrait le penser, il est également un outil utile pour comprendre les processus par lesquels la technologie se construit et mieux comprendre les algorithmes ou les Big Data se construisent. Et Nick Seaver d’observer comment ces entreprises catégorisent les utilisateurs, selon une typologie populaire, celle de David Jennings, qui distingue les utilisateurs en savants (7 %), enthousiastes (21 %), occasionnels (32 %) et indifférents (40 %). Cette distinction pose un problème de fond, car bien souvent, les développeurs qui travaillent dans ces sociétés sont surtout un public de spécialistes de la musique, alors que les utilisateurs sont principalement occasionnels ou indifférents et donc abordent la musique d’une manière forcément très différente des experts. Le risque, bien sûr, est que les savants construisent des systèmes qui répondent à leur propres intérêts et à leurs propres idées sur la musique, négligeant les autres types d’utilisateurs. Le regard ethnographique pourrait permettre de construire des expériences qui aillent au-delà de variables trop simplistes comme : ! quel prix payer ? Combien de clics avant d’arriver au morceau que je souhaite écouter ?… Quelles sont les idées préconçues sur la culture des développeurs ? Quelles expériences veulent-ils créer dans les systèmes qu’ils construisent ? L’ethnographie des technologues permet de construire une contre-partie à celle des utilisateurs estime Nick Seaver et ce, même si ce terme d’utilisateur désigne une catégorie de personnes “impuissants” par rapport à la technologie, c’est-à-dire en cherchant à les déresponsabiliser. L’ethnographie a permis de regarder des aspects sous-estimés des rapports entre science et technologie : les influences culturelles, sociales ou politiques dans des milieux supposés être purement rationnels et la dynamique subjective qui détermine la prise de décision technique. Dommage que Nick Seaver traite plus dans son article de la place de l’ethnographie dans la recherche que de ses recherches elles-mêmes !

. Technologies de l’information : où sont les femmes ? – Silicon.fr
L’Europe lance – http://ictladies.com – une web campagne pour célébrer les femmes dans les nouvelles technologies et faire progresser leur présence. Pas sûr que la communication soit une réponse suffisante. ;-(

. L’e-administration en France : état des lieux, enjeux et outils – Lecko.fr
Le cabinet de consulting aux collectivités, Lecko, publie un état des lieux de l’e-administration en France, en étudiant pour les 25 plus grandes villes de France, 18 services aux citoyens sous l’angle numérique. Et souligne qu’aucune des 25 villes n’a développé de manière homogène la sophistication des services aux citoyens. Si depuis 2010 se sont surtout des services à la famille qui se sont développés, le développement des e-services proposés est néanmoins très hétérogène au sein d’une collectivité et de l’une à l’autre témoignant d’opportunités variées : pression des usagers, d’opportunités internes et de choix politiques…

. Le migrant aujourd’hui n’est plus un déraciné – Digital Society Forum
La nouvelle édition du Digital Society Forum s’intéresse au migrant connecté, celui qui doit traverser de nouvelles frontières, informatiques. Celui qui doit franchir de nouvelles prisons numériques et qui arrivé à destination, reste connecté à ses racines, pour vivre à distance. La chercheuse Dana Diminescu rappelle combien l’accessibilité est un facteur d’autonomie.

. Le facteur d’effroi – O’Reilly Radar
Tim O’Reilly revient sur l’interview par Alexis Madrigal de Gibu Thomas de Walmart : http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2014/03/get-ready-to-roboshop/357569/ qui parlait de “facteur d’effroi” quand les utilisateurs prenaient peur par rapport aux données accumulées sur eux que leur révélaient leur usage des systèmes techniques par des commerçants comme Walmart. Pour O’Reilly, ce facteur d’effroi est central dans les réflexions sur l’avenir de la réglementation de la vie privée. Lorsque les entreprises utilisent nos données à notre bénéfice, nous en sommes reconnaissant. Nous donnons volontiers nos données de géolocalisation à Google pour qu’il puisse nous guider, à Yelp pour qu’il nous aide ! à trouver le meilleur restaurant où manger… Nous n’avons pas à l’esprit qu’ils gardent ces données et cela ne nous parait pas si important si cela nous apporte une meilleure recommandation. Mais des entreprises les utilisent aussi contre nous. Quand un crédit vous est refusé non pas du fait de votre capacité à payer, mais parce que vous n’habitez pas au bon endroit ou que vous n’avez pas la bonne couleur de peau, les données génèrent alors une discrimination. The Atlantic parle du franchissement des lignes rouges (Redlining) : http://www.theatlantic.com/business/archive/2014/03/redlining-for-the-21st-century/284235/ pour évoquer le risque que nos données soient utilisées d’une façon qui ne nous plairait guère. Aujourd’hui, des assureurs comme State Farm utilisent les données kilométriques des véhicules pour moduler leurs tarifs. Pour l’instant, ils ne s’intéressent qu’au nombre de kilomètres que vous parcourez. Mais demain, ils pourraient être intéressés par les routes que vous utilisez (parcourez vous des routes où les accidents sont fréquents ?). Comment savoir quand nos données personnelles sont utilisées contre nous ? Pour O’Reilly, il ne faut pas interdire la collecte, mais interdire son utilisation abusive. En fait, nous utilisateurs, risquons de ne guère apprécier de voir les services de personnalisation disparaître si on empêche la collecte. Pour O’Reilly, il faut réglementer les méfaits. Et O’Reilly de faire référence au délit d’initié. Si vous avez connaissance de certaines données, alors de nouvelles règles s’appliquent à vous. Pour O’Reilly, il nous faut interroger cette notion de savoir si les données sont utilisées pour le bénéfice du client ou contre ses intérêts.
Une réponse un peu légère et un peu rapide au “facteur d’effroi”.

. Le PDG de Volkswagen appelle à lutter contre le monstre de données – FT.com
Martin Winterkom, le PDG de Volkswagen, lors du Cebit de Hanovre, a déclaré que la voiture ne devait pas devenir un “monstre de données”. Si le patron a déclaré que les Big Data pouvait apporter plus de sécurité et de commodité, il a expliquer se méfier du paternalisme et de Big Brother. Nous avons besoin que l’industrie automobile s’engage dans ce sens, a-t-il estimé. Certes, les données permettent d’offrir de nouveaux services, certains seront bénéfiques aux consommateurs, mais trop d’effets peuvent être intrusifs. 5 millions de voiture envoient déjà des rapports aux compagnies d’assurance et d’ici 2020, c’est 100 millions de voiture qui seront concernées. L’union européenne est prête pour lancer e-Call, un service qui notifie automatiquement les services d’urgence si votre voi ! ture a un accident. Quelle sera la limite à la vie privée des conducteurs ?

. Télétravail fait aussi monter le collaborateur en compétence – LesEchos.fr
Plus autonome, le salarié en télétravail est responsabilisé. Il développe une compétence d’anticipation et propose souvent des pistes d’amélioration efficaces. Blaise Barbance, responsable développement RH, dresse le bilan de l’expérience menée au sein de Groupama Rhône-Alpes Auvergne.

. Startups : les nouveaux intermédiaires – Quartz
Au lieu de nous affranchir des intermédiaires, beaucoup de start-ups deviennent nos nouveaux intermédiaires, à l’image de Uber ou Airbnb. Et les intermédiaires qui réussissent font des applications mobiles simples et attrayantes… Reste pour beaucoup à conquérir un seuil de marché suffisant pour exister, ce qui n’est plus si simple à l’heure où les marchés sont devenus mondiaux et sociaux.

. Mauvais sperme, stérilité, FIV : les réponses (et questions) de Jacques Testart – Le nouvel Observateur
Jacques Testard nous livre une belle leçon d’écologie appliquée à l’espèce humaine. Rappelant notamment que le génome est compliqué et que la sélection qu’on risque de lui faire de plus en plus subir oublie que les gènes ont plusieurs fonctions et que nous risquons surtout, par la sélection génétique, de générer une humanité génétiquement appauvrie. Avec la technologie (médicale) nous construisons l’inverse de la convivialité et de l’autonomie dont nous allons tant avoir besoin.

. La linguistique est-elle soluble dans la statistique ? – Revue Sciences/Lettres
“De fait, la linguistique de corpus n’a pas toujours permis des avancées décisives”, conclut Thierry Poibeau après avoir fait le point sur comment l’arrivée massive de données textuelles sur support numérique impactait la pratique de la linguistique, même s’ils ont montré leur intérêt dans les domaines de la sémantique ou de la traduction automatique.

. Reflexion sur le Manifeste pour une politique accélérationniste – e-flux
e-Flux publie une réflexion d’Antonio Negri sur le Manifeste pour l’automatisation croissante des processus de production et du travail intellectuel – http://syntheticedifice.wordpress.com/2014/02/11/accelerate-manifesto-for-an-accelerationist-politics/

. Whistle tente de construire le réseau social canin – GigaOm.com
Whistle – http://www.whistle.com – est un collier pour chien qui permet de recueillir ses données d’activité. Et la startup aimerait le transformer en réseau social pour animaux, permettant de documenter son activité, de le connecter à ses relations… Nick Wingfield pour le NYTimes revient également sur Whistle et d’autres startups proposant des produits numériques pour nos animaux de compagnie : http://well.blogs.nytimes.com/2014/03/09/every-dog-has-its-data/ et souligne combien ces objets intéressent les chercheurs vétérinaires ainsi que les sociétés qui vendent des produits et aliments pour nos animaux domestiques. En évoquant également les technologies qui s’intéressent à la solitude des a ! nimaux de compagnie comme https://www.dropcam.com ou http://petcube.comqui nous permettent de jouer avec eux à distance… quand ceux-ci s’ennuient à la maison et vous au bureau.

. 6 clés pour comprendre comment vivent les ados sur les réseaux sociaux – LeMonde.fr
LeMonde.fr a rencontré danah boyd autour de son livre, “It’s Complicated” (dont la traduction est annoncée pour l’automne chez C&F éditions). Sur l’internet, les adolescents veulent être avec leurs amis et les parents doivent respecter le secret de leurs communication et leur espace personnel pour gagner et garder leur confiance. “Les jeunes sont obsédés par leur vie privée et veulent avoir le contrôle de leur vie sociale”, rappelle la chercheuse. C’est pourquoi ils cherchent de nouveaux lieux de socialisation, plus éphémères, car ils ont bien pris conscience des risques à poster des photos et vidéos qui pourront ressurgir des années plus tard. Les réseaux sociaux leur permet d’avoir de l’attention, de se sentir important. Les selfies, un moyen d’être présent au monde. Les adolescents sont ! des internautes comme les autres.

. Secret des correspondances : pour les avocats non plus, ça ne tombe pas du ciel – Reflets.info
La confidentialité n’est pas l’immaculée conception rappelle Bluetouff. Quels avocats communiquent via des canaux chiffrés avec leurs clients ? Des données qui transitent en clair sur l’internet, sont des données nécessairement lues par des tiers.

. L’espionnage de masse a-t-il rendu la vie plus facile aux criminels numériques – TheGuardian.com
En inondant le net de logiciels malveillants et en augmentant la méfiance vis-à-vis du partage de données, les actions de la NSA ont eut un impact négatif sur la lutte contre la cybercriminalité estime Tom Brewster de retour de la conférence spécialisée sur la sécurité, RSA 2014, pour le Guardian. Depuis les révélations d’Edward Snowden, les tensions se sont accrues entre la NSA et les géants du Net ce qui pourrait avoir de plus en plus d’impacts négatifs pour l’application de la loi.

. “Les élections n’ont jamais été conçues pour être démocratiques” – Libération
“En vérité, les élections n’ont jamais été conçues pour être une procédure démocratique. Au contraire, elles ont été inventées pour freiner l’installation de la démocratie”, explique l’historien belge David Van Reybrouck. L’innovation démocratique est souvent locale, pas étonnant que les pays les plus avancés soient les plus petits pays européens. “Quand les citoyens sont considérés comme des citoyens et pas seulement comme du bétail électoral, ils se comportent en adultes et non plus comme un troupeau”. “L’essence de la démocratie est le conflit, pas le consensus.” Mais nul part il n’y a d’apathie politique.

. Carte de l’échiquier politique français | Contrepoints
Intéressante carte du positionnement politique français (entre droite et gauche et entre libéralisme et étatisme), même si certaines choses pourraient être déplacées.

. “L’agriculture biologique peut nourrir le monde” – Reporterre.net
L’agriculture biologique peut-elle alimenter 9 milliards d’êtres humains et être plus productive que notre agriculture conventionnelle ? C’est l’idée iconoclaste que défend l’agronome Jacques Caplat dans “L’agriculture biologique pour nourrir l’humanité” en montrant que l’hypersélection des espèces que nous pratiquons, n’est pas aussi productive qu’affichée et que les plantes sélectionnées sont en fait très fragiles.

. Faire ensemble 2020
La Fonda, laboratoire d’idées du monde associatif, initie une démarche de prospective “Faire ensemble 2020″ pour poser les clefs de compréhension des évolutions qui bousculent la société. Au travers d’une infographie présentant systèmes et tendances, la Fonda tente de représenter l’évolution du monde… Pas très lisible néanmoins.

. La subversion des cartes de fidélité – Dan Lockton
Pour chaque tentative d’imposer un contrôle des utilisateurs, d’autres tenteront de le contourner. Les êtres humains sont conçus pour explorer les paramètres de leurs environnement et s’y adapter”. C’est également vrai dans le domaine, on ne peut plus rigide des cartes de fidélité. Rob Cockerham et son projet Ultimate Shopper – http://www.cockeyed.com/pranks/safeway/ultimate_shopper.html – qui a dupliqué le numéro de sa carte de fidélité à ses amis – afin que tous achètent avec le même numéro de carte, afin de profiter de plus de promotions, car plus vous consommer, plus le programme vous donne droit à des promotions. Rob Carlson, lui, via son projet BonusCard Swap – http://epistolary.org/rob/bonuscard/ – propose à des titulaires de cartes de fidélité de se les échanger afin de préserver la vie privée des utilisateurs et mettre à mal les algorithmes qui profilent les utilisateurs.

. 25 choses que vous ne savez pas sur les 25 ans du web – TheGuardian.com
John Naughton revient sur les 25 ans du web pour tenter de faire la liste de ce que le web a permis et changé, comme l’essor d’une innovation “sans permission”, l’importance de réseaux libres et ouverts. Mais le web est désormais dominé par des grandes entreprises, par les lois de puissances…

. Wifeel, l’application sociale qui donne un autre relief à vos émotions – Même pas mal
Anne-Sophie Novel revient sur Wifeel – http://www.wifeel.com – une plateforme de partage d’émotion.

. De la Liberté et de la sécurité – The New York Review of Books
Extrait du discours d’Angela Merkel devant le Parlement allemand de janvier 2014 : “Le liberté et la sécurité doivent être constamment maintenus en équilibre par les droits et les lois”, rappelle la chancelière qui revient sur la surveillance des peuples par les programmes d’espionnages pour la dénoncer. La surveillance de masse n’est pas juste, car elle touche au coeur de ce qui importent dans la coopération entre les pays alliés : la confiance. “La confiance est le fondement de la paix et de l’amitié entre les peuples (…) Lorsque nous procédons comme si la fin justifiait les moyens, quand nous faisons tout ce qui est technologiquement possible, nous portons atteinte à la confiance, nous semons la méfiance. A la fin, nous obtenons moins, pas plus, de sécurité.”

. Les tiers lieux, relais de proximité pour tous les citoyens – Slideshare
Une courte étude sur les Tiers Lieux, piste d’avenir pour l’Economie sociale et solidaire.

. Un nouveau fiasco financier pour l’Etat – France Info
Le projet d’Opérateur unique de Paie, lancé par le ministère des Finances, a été abandonné. Lancé en 2007, ce projet de mettre en place un système de paie unique pour tous les fonctionnaires de l’Etat, devait coûté 88 millions d’euros, pour unifier 1850 régimes de primes différentes. Un chantier qui aurait coûté quelques 600 millions d’euros, pour un budget initial de 170 millions. Les grands projets informatiques demeurent des Titanic : http://www.internetactu.net/2013/04/18/les-nouveaux-risques-et-opportunites-des-entreprises/

. Préparez vous au Roboshopping – The Atlantic
Alexis Madrigal interview Gibu Thomas, responsable du numérique et de la téléphonie chez Walmart, la grande chaîne de supermarchés américaine. Pourquoi Walmart semble s’intéresser plus aux mobiles qu’à l’achat en ligne ? Parce que visiblement Gibu Thomas croit en l’expérience d’achat augmentée qu’il est en train de généraliser à tous les magasins, avec, comme fonctionnalité, un moteur de recherche de produit dans le magasin. Autre fonctionnalité développée pour les mobiles, le scan d’articles permettant de savoir au fur et à mesure de ses courses, le total de ce qu’on achète, qui marche très bien chez ceux qui sont soucieux de leur budget.

. Silicon Valley : idéologie et hypocrisies – InaGlobal.fr
InaGlobal revient sur le livre de l’ethnologue Alice Marwick, “Status Update”, une critique de la SiliconValley, qui, loin de réduire le fossé des inégalités, creuse et reproduit cyniquement un monde attaché à des valeurs très conservatrices. Derrière la coolitude, Marwick pointe des leaders de la Silicon Valley surtout attachés à leur image, qui vantent une méritocratie bien fabriquée et bien fantôche et décrypte une idéologie libertarienne et hypercapitaliste.

. Internet renforce le phénomène des popstars : 1 % des artistes capte 77 % des revenus – Slate.fr
La longue traine est-elle morte ?

. Pourquoi la technologie seule ne résoudra pas tous les problèmes du monde – Forbes.com
La révolution mobile dans le monde en développement a laissé pensé que les mobiles et les SMS allaient être la solution pour résoudre tous les problèmes de développement. Mais le SMS est-il toujours la meilleure solution pour communiquer ? Certes, la téléphonie mobile a pénétré brutalement les PVD, mais disposer de téléphones mobiles ne veut pas dire savoir les utiliser efficacement, explique une entrepreneure indienne, rappelant les obstacles que forment multiples langues indiennes et l’illettrisme d’une bonne partie de la population. Plutôt que de demander aux gens d’envoyer un SMS, en Inde, de plus en plus de solutions fonctionnent avec la technique de l’appel manqué et du rappel par celui qui reçoit un appel manqué. Le coup de fil est souvent plus efficace, car nul besoin de savoir lire ou écrire pour y r&eacu ! te;pondre. Des systèmes automatisés de réponse vocale interactive voient le jour. Sans apprentissage et formation, les gens n’utiliseront pas la technologie de manière efficace.

. L’expérience utilisateur des technologies d’entreprise – FoolProof.co.uk
Pour le consultant Rob Gilham, le problème des systèmes logiciels d’entreprises, vue du point de vue de l’utilisateur, est qu’ils sont généralement achetés et mis en oeuvre pour résoudre les problèmes de l’entreprise sans prendre en compte les utilisateurs et la façon dont ils veulent travailler. Nombre de systèmes ne font que refléter la complexité de l’organisation, sans prendre en compte l’utilisateur et quand il est pris en compte, très souvent, elle se réduit à la conception de l’interface utilisateur. Au final, bien des entreprises se retrouvent avec un système difficile à utiliser, inefficace, avec un lourd service d’assistance pour compenser les problèmes. Trop souvent, les entreprises pensent que leur système est trop compliqué pour être convivial. Qu’elles doivent se conformer à ce que font les autres et que les données sont l’information. La conception et la prise en compte de l’utilisateur n’est pas simple, concède Rob Gilham, mais son coût n’est si lourd si l’on veut éviter des années d’efficacité technique.

. TOTAL cherche un robot pour le secteur oil & gas – Humanoides.fr
Total a lancé une compétition internationale robotoque pour créer un robot de surface autonome pour le maintien et l’inspection de ses sites d’exploitation d’hydrocarbures. Vous avez jusqu’au 18 mars : http://www.humanoides.fr/2014/01/15/total-cherche-un-robot-pour-le-secteur-oil-gas/www.agence-nationale-recherche.fr/ARGOS-%20Challenge

. Robot Start PME | Un premier robot pour votre PME
Le programme ROBOT Start PME accompagnera 250 PME dans l’intégration de leur premier robot sur une durée totale de deux ans et demi, afin d’aider les PME a rattraper leur retard en matière de robotique. A compléter par le programme d’aide européen : http://www.factory-in-a-day.eu/

. Aucune économie n’a besoin de l’inégalité : c’est un choix politique – The Atlantic
Matthew O’Brien le rappelle. Il n’existe aucune preuve que l’inégalité contribue à la croissance. Selon un rapport du FMI – http://www.imf.org/external/pubs/ft/sdn/2014/sdn1402.pdf – la redistribution pourrait augmenter la croissance.

. Les neuromythes et l’école – ProspectMagazine
Pour Philip Ball, les neurosciences sont en passe de devenir un champ de bataille pour savoir comment organiser nos sociétés. Et notamment dans l’éducation, champ éminemment sensible et poreux aux idéologies, aux dogmes, aux modes et aux angoisses. Un récent rapport britannique – http://educationendowmentfoundation.org.uk/uploads/pdf/NSED_LitReview_Final.pdf – tente de faire le point sur l’efficacité des techniques éducatives à l’aune des neurosciences. Sur les 18 méthodes testées, le rapport reconnait l’importance de l’exercice physique et de la réduction du stress, mais reconnaît également que d’autres méthodes doivent être mieux comprises avant de statuer sur leur efficacité ou pas. Reste qu’il faut être prudent. Il y a un risque a établir les neurosciences comme l’arbitre de notre compréhension du cerveau et de la cognition. Des tests psychologiques bien menés peuvent être tout aussi efficaces.

. De la surveillance par les algorithmes – Bruce Schneier
Le spécialiste de la sécurité, Bruce Schneier, revient sur l’affaire des millions d’images des webcams des utilisateurs des forums de Yahoo ! qu’a collecté l’agence britannique du contre-espionnage. Certes, nous ne sommes pas observés par des gens, mais par des algorithmes. Ce qui permet, tant aux agences d’Etat qu’aux Majors de l’internet, de se dédouaner. Mais nous ne sommes pas observés par des chiens pour autant. Le chien, lui, ne peut pas communiquer qu’il vous a vu nu chez vous. Ce qui n’est pas le cas des ordinateurs : vous ne savez jamais si l’ordinateur dispose d’une copie de ce qu’il a vu de vous ni a qui il l’a communique. Quand un ordinateur stocke vos données, il y a toujours un risque d’exposition, qu’il soit accidentel ou pas… Les ordinateurs interagissent avec d’autres ordinateurs et avec des personnes ! dans le monde. Pas votre chien. Le fait que quelqu’un puisse regarder vos données est ce qui définit la surveillance.

. Audition de MM. Nicolas COLIN et Henri VERDIER – Senat.fr
Dans le cadre de la mission Gorce sur le nouveau rôle et la nouvelle stratégie pour l’Union Européenne dans la gouvernance mondiale de l’internet, la mission accueillait Nicolas Colin et Henri Verdier, les auteurs de “L’âge de la multitude” qui reviennent durant 20 min. sur la question industriel de l’économie numérique. Simple, pédagogique et éclairant.

. 1 milliard de dollars : la très longue traine du financement participatif – Quartz
Christopher Mims et David Yanofsky reviennent en chiffre sur la longue traine du financement participatif de Kickstarter, montrant que si quelques 50 projets ont reçu plus de 1 million de dollars de financement, l’essentiel des financements vont à des masses de petits projets. Les 1000 projets les plus financés ont accaparés 350 millions de dollars. Le montant moyen du financement est de 6743 $ par projet.

. Les applications mobiles vont-elles tuer les conversations (et le web) ? – MediasSociaux.fr
Nous sommes en train de vivre un appauvrissement généralisé du web au profit d’applications mobiles utilisant des technologies et protocoles propriétaires. Une menace bien plus grave que les balises non standards d’Internet Explorer, s’alarme Frédéric Cavazza. Et de dénoncer comment les applications mobiles qui cloisonnent les conversations et pièges les contenus (ainsi que les utilisateurs). Pourquoi ? Parce qu’elles proposent de nouvelles fonctionnalités, séduisantes et simples, même si au final, leur succès n’est qu’éphémère.

. Des DRM sur les capsules de café – Numerama
Des DRM sur les machines à café pour éviter la concurrence et bloquer les consommables compatibles… Les objets électroniques de demain annoncent beaucoup de plaisirs aux consommateurs. On imagine bien à quoi va servir la couche internet dont ils vont se doter. Le piège peu à peu se referme…

. Habiter les zones commerciales ? – Pop-Up Urbain
Margot Baldassi pour pop-up urbain revient sur les travaux de la jeune architecte Aurore Rapin qui propose d’habiter les zones commerciales à l’heure où leur déclin s’accélère.

. Une petite chose qui pourrait déstabiliser les géants de l’internet | A nos vies numériques
“Je suis le plus grand fan de Google, Yahoo, Uber ou Amazon quand ils réinventent le monde, proposent des services à forte valeur ajoutée qui changent la vie et déploient un sens du client sans précédent dans l’histoire.

Je déteste Google quand, comme le dénonce Geneviève Petit, il flirte avec l’abus de position dominante. Je déteste Yahoo quand il m’annonce unilatéralement qu’il déménage en Irlande, mais que je reste libre de fermer mon compte que j’ai depuis 16 ans. Je déteste Uber quand je lis le compte rendu de BFM-TV selon lequel les commissions payées par les chauffeurs transiteraient par les Bahamas pour échapper aux impôts. Je déteste Amazon quand il ferme les yeux sur l’ambiguité d’une market place qui se moque le plus souvent des droits de douane et de la TVA, et que les ombres grandissent sur les conditions de travail dans ses entrepôts.”

“Uber est légitime quand il remet en cause un système qui a fait son temps et gagne nos faveurs par la qualité de son service. Il ne l’est plus quand il ne paie pas d’impôts là où ce service est fourni, selon les règles sinon légales, en tous cas morales, en vigueur pour ses concurrents.”

“Avec les révélations qui se multiplient sur les pratiques des nouveaux entants, nous allons fatalement ne plus systématiquement arbitrer pour le meilleur service quand nous sommes conscients que son coût collectif est exorbitant.

Chers amis multinationales du numérique, voici une dimension des clients que nous sommes qu’il faudrait peut-être envisager : notre définition du cool numérique va au delà du simple plaisir de profiter d’un service de qualité.”

Jean Pascal Mathieu.

. Ces sites qui vous disent sur quels projets de crowdfunding miser – Usine Digitale
Il y a tellement de projets de financement participatif – Kickstarter vient de dépasser le milliard : http://sidekick.epfl.ch – et Kicktraq – https://www.kicktraq.com – à 65 %.

. Un nouveau logo pour identifier les produits Made in Britain – Entrepreneurs d’avenir
Les anglais lancent Made in Britain, une association, un site et un logo pour aider les consommateurs à identifier les produits fabriqués en Grande-Bretagne. Les entreprises qui veulent l’obtenir doivent se soumettre à une enquête de vérification et s’acquitter de frais d’adhésions symboliques. En France, on a un annuaire : http://www.madine-france.com Un Salon : http://www.mifexpo.fr et une réglementation : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fabriqu%C3%A9_en_France

. Quand Fleur Pellerin finance le [plus grand] FabLab [fantôme] de Paris – Reflets.info
Yovan Menkevick pour Reflets.info tacle l’un des 14 dossiers retenu par l’appel à projet fablabs du gouvernement (sur 154 dossiers déposés). L’un des projets retenu semble tout à fait fantôme… mais que voulez-vous, il est parisien ! On trouve même déjà une grinçante parodie contre les FabLab : http://faplab.fr

. Design with Intent toolkit
Intéressant jeu de carte développé par le designer Dan Lockton pour concevoir des outils et prototypes avec des intentions…

. Voulez-vous savoir quand vous allez mourir ? – Passeur de sciences
4 biomarqueurs (sur 106 testés : l’albumine, l’orosomucoïde, les lipoprotéines de basse densité et l’acide citrique) permettraient de prédire d’une manière étonnante le risque de mourir au cours des 5 années suivantes. Le résultat le plus déstabilisant de cette étude sur les “nécromarqueurs” : permettre de prédire un risque grave pour la santé chez des personnes “apparemment en bonne santé. Reste que le test de la mort ne sera pas disponible demain, des études complémentaires sont avant tout nécessaires. Une étude qui pose une question éthique autour des corrélations : si l’on sait détecter demain les personnes dont l’organisme risque de se déglinguer, reste à savoir comment y répondre. Et là, ce n’est pas si simple !

. Les machines liquides promettent l’arrivée des robots souples – Medium
Les champs électriques sont capables de transformer des métaux liquides en solide, et inversement. Les robots liquides, capables de se transformer à volonté, comme le terrible T-1000 de Terminator 2 ne sont peut-être plus si loin… Des chinois ont travaillé sur du métal liquide pour lui donner des formes simples par l’application d’un simple champ électrique.

. Les questions complexes de l’emploi à l’heure des technologies – O’Reilly Radar
Jim Stogdill pour O’Reilly Radar revient sur une conversation avec le chercheur James Bessen qui a récemment publié un intéressant article sur le sujet dans le Post : http://www.washingtonpost.com/blogs/the-switch/wp/2014/01/25/what-the-humble-loom-can-teach-us-about-robots-and-automation/ Voilà longtemps qu’on annonce que la technologie va prendre le travail des gens sans que cela ne se réalise. Si au XIXe siècle les machines à tisser ont remplacé 98 % de la main d’oeuvre, le nombre de tisserands a augmenté du fait de l’augmentation de la demande et de la baisse du prix du tissu. Sommes-nous face au même phénomène aujourd’hui ? Oui dans certains secteurs. Les distributeurs automatiques n’ont pas éliminé les banquiers et les logiciels de traitement de texte n’ont pas éliminé les secrétaires… Les métiers se sont déplacés : il y a moins de typographes, mais plus de concepteurs graphiques… Dans l’ensemble, le nombre d’emplois de bureau utilisant les ordinateurs a augmenté, pas diminué. Mais les nouveaux emplois nécessitent de nouvelles compétences. Et former à ces nouvelles compétences prend du temps, là où les transformations du monde du travail sont souvent plus rapides…

. L’échec des intuitions sociales et morales – Edge.org
Nous sommes dotés d’un point de vue intentionnel, explique le professeur David Pizarro pour The Edge, et c’est notre point de vue par défaut. Ce qui fait que nous prêtons des intentions à des choses qui n’en ont pas du tout, comme quand nous nous énervons après une machine qui ne nous délivre pas le café qu’on lui a demandé. Quand on voit une publicité personnalisée, les gens ont l’impression que quelqu’un les as surveillé, alors que ce n’est que le travail d’une machine, d’un algorithme. C’est ce qui explique que la voiture autonome nous inquiète : nous ne sommes pas en contrôle, nous ne savons pas qui l’est et nous n’aimons pas cela. C’est ce qui explique que l’habitacle silencieux de la BMW nous angoisse, car nous n’entendons plus le moteur, qui était un moyen de rétroaction pour la plupart des conducteurs. Observer comment les gens prennent de mauvaises décisions permet de mettre en place des solutions pour les aider à en prendre de meilleures. Mais cela implique d’avoir une bonne compréhension de ce qu’est une bonne décision. Et le risque est de développer des jugements très normatifs… Entre nos deux cerveaux, estime Kahneman, nous avons des intuitions qui ne sont pas nécessairement compatibles. Pour Pizarro, l’incohérence est une façon de déterminer si notre jugement moral est dans l’erreur.

. La fouille de données montre les embarrassants problèmes des Mooc – Technology Review
Non seulement les chiffres d’audience des Moocs ne sont pas bons, mais la participation aux forums est elle-même assez faible. La raison ? Bah, ce ne sont que des forums, où l’essentiel est perdu au milieu de l’inutile. Comment aider les élèves à repérer les messages qui leur seront utiles ? Il va être temps d’améliorer les Moocs si l’on veut que les étudiants les rejoignent.

. Mashape
Un moteur de recherche d’API.

. Le Bus – RoughType.com
Sur son blog, Nicholas Carr compare le bus mythique et psychédélique des Merry Pranksters à ceux de Google, pour montrer, combien, malgré toutes leurs différences, les deux autobus sont les véhicules d’un même communautarisme, portant des élites avides de se distancier de la culture régnante, se définissant en tant que membres d’une société choisie, un modèle social pour l’avenir. Bezos et Musk rêvent de colonies spatiales. Thiel rêve de colonies d’incubation technologiques flottant sur l’océan. Srinivasan estime que la Silicon Valley est l’ultime issue pour créer un Etat hors de portée des autres Etats défaillants. Le bus, allégorie de la carriole de la Conquête de l’Ouest… n’a-t-il jamais rien promis d’autre que de renforcer les distinctions sociales ?

. Les 50 entreprises les plus intelligentes de 2014 – Technology Review
La Technology Review distingue sa liste annuelle des entreprises les plus intelligentes dans le monde des technos de rupture. En tête du classement, Illumina, Tesla et Google. Illumina propose de générer votre génome pour moins de 1000$.

. Une application pour écouter le danger – Technology Review
One Llama – http://www.onellama.com – est une application pour smartphone qui écoute votre environnement pour vous et vous signale les dangers auxquels vous pouvez être confronté.

. Le problème des jeux sérieux est résolu – Technology Review
Si les jeux sérieux sont de plus en plus populaire, leur problème est de générer de nouveaux scénarios réalistes. Des chercheurs tentent de résoudre ce problème en générant des scénarios réalistes via des questions posées à des utilisateurs du Turk Mécanique d’Amazon.

. Vendez vos données personnelles pour 8$ par mois – Technology Review
Datacoup – https://datacoup.com – vous propose de vendre vos données personnelles (localisation, données provenant des réseaux sociaux que vous utilisez, données bancaires… et bientôt des données provenant de traceurs personnels et historiques web) et permettant à l’utilisateur de choisir celles qu’il propose à la vente, de choisir à qui vous voulez les vendre, tout en les “anonymisant” et en les cryptant… Quelques 1500 personnes ont souscrit à la version bêta (le service n’est pas encore ouvert à tous). Pour l’instant, aucun annonceur n’a acheté les données proposées par Datacoup, mais des discussions sont en cours. Pour Datacoup, l’idée est de proposer aux annonceurs des données plus intéressantes (notamment le couplage donnée d’achats, localisation, activités en ligne…). Reste que les utilisateurs ne savent pas pour autant à quoi sont utilisé leur données et pourraient demain le regretter si cela conduit les sites web qu’ils fréquentent à leur proposer leurs produits préférés plus chers que les autres.

. Des applications “anonymisantes” pour les réseaux sociaux – Technology Review
Facebook et Google nous ont imposés l’usage de nos identités réelles dans nos réseaux sociaux. Mais si l’on apprécie communiquer avec notre réseau, nos vrais noms nous empêchent parfois de dire ce que l’on pense. C’est ce qui explique le succès des applications anonymisantes comme Whisper – http://www.whisper.sh – ou Secret – https://www.secret.ly – qui vous permettent de partager des messages avec vos réseaux et au-delà, sans révéler votre nom. Anonymisant, mais pas anonyme.

. Bienvenue à GoogleTown – The Verge
Sean Hollister, pour The Verge, nous explique comment Mountain View est en train de devenir la propriété de Google. Google vient de signer un accord pour avoir son propre aéroport à proximité du GooglePlex. En 1999, quand Google a emménagé à Mountain View, au 2400 Bayshore Parkway, il n’avait que 50 employés. 15 ans plus tard, il est le plus gros employeur de la ville (malgré la présence de Microsoft, Symantec ou LinkedIn). En 2013, Google emploie 9,7 % de la main d’oeuvre (11332 personnes en juin 2013) de la ville et possède 10,7 % des biens imposables. Google représente 1/10e de Mountain View. Google prévoit de s’étendre pour accueillir 24 000 employés prochainement. Seulement 1/3 bénéficie de ses autobus privés pour venir au travail. Le Nord de Mountain View est saturé par la circulation et les parkings. Le conseil ! municipal s’est plusieurs fois opposé aux ambitions de Google pour construire des logements, un hôtel voir même certains agrandissements. Face à l’extension de Google, le transport et l’environnement sont devenus désormais les principales préoccupations du Conseil municipal. Visiblement, les relations ne sont pas au beau fixe. Certains conseillers municipaux s’alarment que Moutain View ne devienne Googleville.

. Cartographie des accidents de la circulation à New York – The Atlantic Cities
Le hacker John Krauss a utilisé les données de la police de New York pour créer une cartographie des accidents de la circulation à New York : http://nyc.crashmapper.com Si leur localisation n’est pas parfaitement exacte (les accidents sont attachés à des blocs, pas à des coordonnées géographiques exactes), Ben Wellington sur son blog dédié à l’analyse quantitative des données de New York, a utilisé ces données pour créer une carte des secteurs dangereux de New York, ceux où se produisent le plus d’accidents : http://iquantny.tumblr.com/post/77684693503/visualizing-traffic-safety-as-we-prepare-for-vision montrant que 23 % des accidents de la circulation se concentrent sur ! 5 % de la ville. Cela ne signifie pas pour autant que ces endroits sont plus dangereux que d’autres (il faudrait pour cela prendre en compte la densité du trafic notamment). Mais c’est une base de discussion pour regarder ce qui ne va pas là où les accidents sont les plus nombreux…

. Le graphisme qui vous stresse – Graphism.fr
Les icônes qui nous stressent…

. Twitter, les racines de l’injustice – Medium
Les plus anciens adeptes de Twitter ont plus d’audience que les plus jeunes. Si Twitter veut survivre, il doit trouver les moyens de rendre les échanges plus équitables, notamment pour les nouveaux venus.

Les français de la TV connectée : Leankr – Olivier Ezratty
Sur son blog, Olivier Ezratty détaille les réalisations de Leankr – http://leankr.com – une solution de télévision augmentée. Et pointe notamment sur http://telescoop.tv un moteur de recherche qui recense quelques 3000 émissions permettant de retrouver des mots prononcés dans les émissions des 15 derniers jours. La télévision devient “searchable”.

. La loi Numérique mettra l’économie d’un côté, la liberté de l’autre – Numerama.com
“Le grand projet de loi sur le numérique sera envoyé dans les prochains jours au Conseil National du Numérique, avant une présentation en conseil des ministres au mois de juin. Le texte sera composé en deux volets, l’un économique, l’autre sur les libertés. Mais les deux peuvent-ils vraiment être séparés ?”

. Oppia, le nouveau service éducatif de Google – Presse-Citron.net
Oppia – https://www.oppia.org – est un service pour créer des questionnaires interactifs simplement. Maintenant que vous avez mis vos vidéos de cours sur YouTube, voici de quoi poser des questions aux élèves pour voir s’ils les ont bien compris.

. Pascal Boniface : “Partout dans le monde, l’opinion publique prend le pouvoir” – LenouvelEconomiste.fr
Pour le géopolitologue Pascal Boniface, nous assistons à la fin du monopole occidental (mais pas à la fin de sa puissance). Partout dans le monde, l’opinion publique prend le pouvoir, quelque soit le régime en place, mais cela ne signifie pas qu’on assiste à des effets domino démocratiques… “La démocratie n’est pas un produit instantané à effet immédiat”. Si la démocratisation du monde se répand, la réaction à la corruption est un élément plus fédérateur et mobilisateur que le seul appel à la démocratie. La coupure entre les élus et le peuple n’est pas plus importante que par le passé, mais plus flagrante. “Il existe trop de moyens d’information pour que l’on puisse encore croire au discours dominant sans le remettre en cause”… Face à cette nouvelle réalité, les élites souffrent toutes d’un problème d’adaptation. Cette coupure génère une fatigue démocratique, qui se recompose dans les mouvements de solidarités locaux et dans le populisme.

Mais l’un et l’autre ne vont certainement pas dans le même sens, c’est peut-être la seule bonne nouvelle de ce constat…

. Des images de millions de webcams collectées par les espions britanniques – LeMonde.fr
Le Guardian vient de révélé, sur la base des documents Snowden, que l’agence de surveillance des télécommunications britanniques a intercepté de manière massive, entre 2008 et 2012 les images des caméras utilisées par les internautes dans les salons de tchat de Yahoo ! Une interception sans distinction de plus. Signalons tout de même que 3 à 11 % des images interceptées depuis ces caméras montrent des parties intimes et dénudées de gens… Les salons de tchat de Yahoo ! ont défendu leur réputation.

. L’organisation d’un débat public sur des questions scientifiques ou techniques est impossible. A cause d’eux – Slate.fr
Michel Laberganti donne la parole à Pièce et Main d’oeuvre (PMO), ce groupe d’activistes qui refusent le débat public sur les questions scientifiques, n’hésitant pas à venir faire raffut et tapage lorsqu’ils sont organisés. Un quarteron de ministres en retraite s’est insurgé. Pour PMO, la formule du débat public, comme ceux mis en place par la Commission nationale du débat public sert à masquer ce qui n’est qu’une opération de communication pour obtenir l’adhésion à une nouvelle technologie. Opposés aux sociologues spécialistes des controverses, ils dénoncent des formes de débat qui visent à la prévention et à l’apprivoisement des contestations. Car participer, c’est accepter. Les débats substituent des leurres à la confrontation politique de fond, occultant la dissymétrie entre ceux qui ont le pouvoir d’agir et sont qui n’ont que leur expression. Dans la vie réelle, la décision ne tient qu’au rapport de force. PMO récuse expertise et contre-expertise. Les citoyens sont tous compétents pour les affaires de la Cité, qu’elles portent sur le nucléaire, les OGM, les nanotechnologies ou le numérique. Pour PMO, les experts devraient mêmes être exclus des débats, étant juges et partis. Ce n’est que si les citoyens décident de construire des sous-marins ou des centrales nucléaires que les experts devraient être invités à dire comment y parvenir. Scientifiques et technocrates ont tout intérêt à l’organisation scientifique de la société, puisque c’est pour eux le moyen d’assumer leur pouvoir. “L’expertise dépouille la population ! de sa compétence politique en dépolitisant les ! prises de décision”. Si la technologie est le progrès, pourquoi notre société hypertechnologie n’est-elle pas le paradis ? “Le progrès technologique n’est synonyme ni de progrès humain, ni de progrès pour la société”. Les opposants à la technologie sont toujours parodiés comme ceux qui promeuvent le retour à la bougie. Choisir la sobriété énergétique plutôt que la croissance nucléaire ne signifie pourtant pas le retour à la bougie, il signifie surtout ne pas croire dans la vision technicienne du progrès, cette fuite en avant sous le joug de la tyrannie de la technologie.

. Etre géolocalisé par son employeur ? « Je m’en fiche, je n’ai rien à cacher » – Le nouvel Observateur
Avoir son véhicule de fonction géolocalisé par son employeur ? Cela semble devenu banal, sous prétexte de l’optimisation des trajets, des coûts… L’écoconduite devient l’argument marketing. Pourtant, les employeurs ne peuvent s’en servir pour surveiller un employé, notamment un VRP. Si les abus des employeurs augmentent, la jurisprudence permet encore de protéger les salariés contre les abus.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *