Bilan d’audience 2015

Comme chaque année (2014, 2013, 2012, 2011, 2010) nous publions notre bilan d’audience annuel. Et pour cette année encore, nous accusons une perte notable d’audience passant de 3 à 2,4 millions de pages vues, tout supports confondus.

Il devient difficile pour un petit site, produit d’une manière bien artisanale, d’exister. Vue depuis InternetActu, les phénomènes de concentration d’audience semblent de plus en plus forts et ce alors que les outils permettant d’avoir une maîtrise de ses publications et de leur distribution, eux, diminuent. Multiplier sa présence dans des réservoirs d’audience, les démarcher, les intégrer, les animer, comme nous l’avons toujours fait en initiant des partenariats avec d’autres médias et supports, demande du temps, sans qu’ils suffisent à produire des effets notables.

Nous avons des efforts à faire, que nous avons trop longtemps repoussé, pour vous proposer un site et une lettre d’information plus adaptés aux évolutions d’aujourd’hui, même si cela ne contrebalancera pas les phénomènes de concentration à l’oeuvre. Nous ne souhaitons rien céder sur notre exigence à proposer des contenus fouillés et difficiles et ce d’autant que parler des transformations d’aujourd’hui et de demain nécessite de batailler avec des problèmes de plus en plus complexes. Et c’est parce qu’ils sont complexes qu’il nous faut continuer à porter nos contenus sur des supports les plus grands publics possibles.

Parler de nous, relayer nos informations, venir les discuter et les enrichir est pour un petit média comme InternetActu.net essentiel. Continuez !

Hubert Guillaud

À lire aussi sur internetactu.net

13 commentaires

  1. Bonjour,

    Ce serait en effet bien dommage que ce travail de vulgarisation que vous accomplissez avec talent disparaisse. Pourquoi ne pas passer au modèle payant. Toute peine mérite salaire. Les algorythmes n’ont rien changé à cette règle intangible !

    Cdt

  2. InternetActu reste sans doute aucun une des voix plus intelligentes et subtiles dans l’analyse des transformations technologiques au monde. La qualité, la profondeur la systematicité et la compréhension des phénomènes sociaux reste unique. Il m’est donc vraiment difficile d’accepter cette baisse d’audience et je sais que le site a des lecteurs fidèles et enthousiastes comme moi. Je pense effectivement que nous assistons à une concentration constante sur peu de sources. On peut en faire une analyse cognitive aussi bien que sociologique et cela soulève encore plus de préoccupations par ce que c’est difficile de combattre l’épuisement attentionnel. La seul solution est de devenir une partie intégrante des routines de lectures que nous avons tous. Etre partie du flow (la présence de InternetActu dans le stream twitter, facebook etc est essentielle dans ce sens et je me rends compte sur moi même combien ça aide à me souvenir de vous lire). La concentration a succès par ce que une brand est tellement omniprésente que ça demande aucun effort pour l’évoquer. Je ne sais pas comment vous pourriez être liés à encore plus de canaux mais je sais sans doute comme vous, que le problème n’est ni le contenu ni la complexité ni la longueur mais seulement la surcharge et la compétition acharnée pour l’attention.

  3. Le passage à un abonnement payant permettrait, nous sommes sans doute plusieurs à l’espérer, de viabiliser le site sur le long terme voire de lui donner une nouvelle impulsion.

    Comme le dit Stefana Broadbent, la surcharge et la compétition pour l’attention sont sans doute responsables, ne serait-ce qu’en partie, de la baisse d’audience.

    Le format actuel des articles impose de prendre le temps de les lire ou de les mettre de côté pour le faire plus tard, car ils sont trop longs et denses pour être injectés dans des flux. En l’état, ils me semblent donc s’adresser à ceux qui sont déjà relativement convaincu a priori de leur l’intérêt. Le renouvellement du lectorat est donc logiquement difficile: quelque que soit la fuite de la baignoire, elle se remplit au compte goutte.

    De là, 3 directions possibles: contenu, diffusion, lectorat.

    La première serait de changer le format des articles: les fragmenter en textes plus courts, comme autant de concepts entre lesquels il serait possible de naviguer via des liens, de façon à pouvoir inclure ces fragments dans le flux, en espérant qu’ils trouvent ainsi leur place. Un tel changement de ligne éditoriale est sans doute aussi délicat et improbable que de dire du complexe simplement et de façon concise.

    La seconde serait de varier le format de diffusion. À titre d’exemple, une excellente émission de @franceculture sur « la radio de demain » mentionnait la possibilité de faire des podcasts à partir de textes lus à haute voix. De cette façon, il serait possible « d’écouter » InternetActu lors d’activités où la compétition de l’attention est moins féroce (en voiture par exemple, en faisant du sport – excellent dopant des fonctions cognitives, etc.).

    Un troisième axe serait d’élargir l’audience elle-même en changeant un peu d’angle. Je crois que ce n’est pas la réflexion en tant que telle qui se propage d’individus en individus avant de s’incarner en pratique collective, mais que c’est la réflexion mise en pratique qui diffuse d’individus en individus. Dit autrement, la pratique est une médiation à encourager, ce qui suppose d’envisager des modes collectifs où elle est possible. Par exemple, peut-être serait-il possible de susciter l’émergence d’un réseau de contributeurs délocalisés – dans la vie réelle -, versé autant dans la réflexion que dans la pratique. Je crois qu’une telle organisation collective, distribuée et participative serait d’ailleurs en phase avec la disparition programmée des media orientés « diffusion », par opposition à ceux orientés « participation », en accompagnant le désir d’engagement que je suspecte chez vos lecteurs, qui auraient ainsi l’occasion faire tache d’huile. Un think tank distribué, en quelque sorte.

    @alatitude77

  4. @Eric Lachaud : il n’y a pas d’enjeu à passer à un modèle payant pour nous. Le modèle économique d’InternetActu, financé par les partenaires et membre de la Fing, qui payent pour que cette publication existe, est plutôt solide, même si elle limite le développement du média…

    @Stefana : merci beaucoup 😉

    @aurelien : sur le contenu, nous souhaitons continuer à privilégier la réflexion de fond, donc un peu longue et fouillée. La réintégration d’AlireAilleurs dans InternetActu devrait permettre d’avoir plus d’actualités pour nourrir le flux et aussi des contenus plus accessibles et plus courts. Sur le format : il est difficile de faire autre chose que ce que nous savons faire (et ça prend du temps qui se ferait au détriment de la production). Sur les contributions extérieures, notre audience est certainement trop faible pour en accueillir quand tous les médias en accueillent. On a plusieurs fois essayé, mais sans grand succès…

  5. Je viens de rajouter à nouveau le site dans mon lecteur de flux. Je ne sais plus pourquoi je l’avais enlevé à un moment, peut-être un ménage de printemps.

    Pour ce qui est du site Web lui-même. La page article individuelle est un peu difficile à lire dans son design, et encourage peu à la lecture, surtout pour les yeux qui vieillissent. La page d’accueil est également très fournie, ce qui ne donne pas très envie.

    Ce serait en effet intéressant de savoir si un abonnement pourraît fonctionner. Je vois 18 billets pour 2015 dans les archives. Quoi que si les articles sont riches et bien développés, cela peut peut-être fonctionner.

    Un article de fond par mois plus quelques brèves. Imaginons que cela se fasse sur une campagne de type kickstarter où vous annoncez la couleur. Si nous obtenons une somme XXXX pour 2016 nous nous engageons à publier 12 articles de fond ou peut-être moins mais vraiment très développés. Peut-être que cela peut inclure à la fin de l’année l’ensemble des articles au format epub ou même pourquoi pas en papier à ceux qui ont contribué à la plateforme. Le pari étant de savoir, existe-t-il suffisamment de lecteurs prêt à payer pour dégager des revenus suffisants.

    Par exemple, cet article est une mine :
    Consommation collaborative : l’enjeu du financement et de la gouvernance, mais le design sur le site actuel et sa longueur demande un certain effort de nombreuses personnes.

    J’ajouterai aussi un feed des commentaires. Il y a des commentaires pour chaque article mais c’est parfois utile d’avoir un feed de tous les commentaires. Cela permet de raccrocher aux vieilles discussions sans avoir à créer une liste monstrueuse de feed dans son lecteur. 🙂

    Bon courage.

  6. Excellente idée que de réintégrer AlireAilleurs 🙂

    Concernant les contributions extérieures, je voulais éclairer la relation de causalité inverse: j’ai l’intuition que ce n’est pas parce que l’audience est trop faible que les contributions extérieures n’ont pas rencontré de succès, mais plutôt parce qu’elles ne rencontrent pas de succès que l’audience est trop faible [1].

    Sous cet angle se poserait donc la question de faire advenir ces contributions extérieures là où elle sont, non pas tant au sens de les « accueillir » que de celui « d’aller les chercher ». Ça relève davantage du ressort de l’inspiration et de la fédération d’une intelligence collective en action que de la raison persuasive construite et intelligible. Peut-être n’est-ce pas le but recherché par InternetActu, mais plutôt celui de la Fing ?

    [1] L’une et l’autre s’alimentant, évidemment, de sorte qu’en dessous d’une masse critique, un cercle vicieux s’installe et une publication se meurt.

  7. Bonjour

    J’allais dire que le site manque un peu de crudités, par rapport aux articles plats de résistance. Et j’en étais presque à me dire : zut ! la chute est importante.

    Sauf que :
    124 articles publiés en 2015 : -21 % (et -17 % en 2014)
    Passage de 3 à 2,4 = – 20 %

    Avec -21 % d’articles, le reste est mathématique, pourtant seulement -13 % de pages vues, et -9 % de visites.

    Et il y a quand même +17% d’abonnés. De 1300 à 1500.
    et 17000 abonnés sur Twitter… Ce qui est bizarre, puisque messages limités à 140 signes lorsque les articles InternetActu sont plutôt copieux. Mais fort intéressants. De RSS à Twitter ?

    On a aussi le chiffre final de 5700 (2015) contre 28233 (2014). Là, il faudra m’expliquer comment sont calculées ces valeurs 2014 et précédentes.
    Et aussi pourquoi vous n’êtes pas sur Facebook. Peut-être par choix ?, je n’y suis pas non plus.

    Si on change la façon de compter, il faut aussi répercuter le changement sur les années antérieures et comparer ce qui est comparable.

    Les fils RSS sont en berne, il me paraît nécessaire de les éliminer des comptes, pour toute les années.
    Je ne parle même pas des Newsletters que l’on reçoit et stocke pour le jour où on aura le temps… lorsque c’est plus pratique d’aller lire sur le site.

    Pas non plus de like, +1 qui vous permettraient d’avoir un véritable feedback audience. Un commentaire copieux, c’est long à écrire. Une appréciation style Twitter ou +1 me paraît plus dans l’air du temps.

    Demander aux internautes de voter pour les sujets (choisis par vos soins) qui les intéressent en priorité pourrait être aussi une piste de développement/recherche d’augmentation d’audience. Même si vous goûts priment sur ce que vous voulez écrire, vous pouvez générer une certaine « attente » du lectorat. (via des sommaires prévisionnels soumis à vote).

    On toucherait alors à du journalisme 2.5.
    Le journalisme 3.0, c’est celui où le lectorat demande au journaliste de répondre à une problématique précise, avec tout son talent et ses compétences.
    Fini l’angoisse de savoir quel article écrire, ou s’il va être bien reçu ou pas.
    C’est le public qui demande. Ce qui n’empêche pas les articles à l’ancienne, où le journaliste partage ses envies et ses recherches.

    Le journalisme 3.0, c’est une chose à réfléchir. Affronter des défis, ça aide à écrire.

    Bien cordialement
    B. Majour

  8. Bonjour,

    votre site est des plus interessant, dense aussi. Il faut prendre le temps de lire.
    Mais toujours des articles de qualité, avec des idées, des notions et des mises en rapport & perspectives d’un interet total.

    Je n’ai rien à vous conseiller, je n’y connais rien ou si peu en audience internet, mais franchement ce site vaut le coup.

    Continuez le bon boulot, ne cedez pas trop (ou intelligemment) aux sirenes de l’audimat…

  9. Bonjour Hubert,

    J’ai été pendant très longtemps un fervent lecteur d’Internet Actu et je le recommande encore régulièrement. Mais voilà, mes usages ont changé et je ne me sers quasiment plus de mon ordinateur, mais uniquement de mon smartphone. Et je dois dire que votre site, comme vous le dites si bien, n’est malheureusement plus adapté aux usages d’aujourd’hui. C’est un calvaire d’essayer de lire un de vos articles sur mobile, dans le métro par exemple (lieu qui se prête parfaitement à la lecture d’articles longs selon moi). Idem, je n’utilisais quasiment pas les réseaux sociaux jusqu’à récemment ; mais aujourd’hui je partage à mes contacts tous les contenus pertinents que je découvre. Là encore, le site n’est pas propice à cela.

    Certes, un nouveau site « responsive » ne résoudrait pas tout mais il semble aujourd’hui plus que nécessaire. (Je n’ai d’ailleurs pas réussi à publier ce commentaire via portable, votre site me renvoyant systématiquement une erreur.)

    Merci pour votre investissement et votre rigueur, et au plaisir de participer si vous le souhaitez à la réflexion sur une éventuelle refonte des supports et/ou de la maquette.

    Julien

  10. @Bernard Majour : le dossier contre l’effondrement est une belle illustration d’une réponse à certains de nos lecteurs 😉

    @Julien… Oui oui. On va essayer d’enfin parvenir à réparer cela.

  11. Je rejoins Karl sur l’expérience de lecture qui pourrait être grandement améliorée, mais le projet de refonte résoudra probablement cela !
    Je rajouterais, en tant que lecteur et veilleur : une structuration des articles graphiquement plus lisible, et des rebonds vers les autres contenus (internetactu + À lire ailleurs) à la fin et dans les articles.

  12. bonjour
    Votre lettre me conviendrait mieux s’il elle avait une image significative par article et des tètes de textes plus longs…
    Merci quand même. J’apprécie votre travail de fond!
    luc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *