Transition², un an après (1/2) : bilan et défi

t2unanapresUn an après le lancement du groupe de travail Transitions², Daniel Kaplan, délégué général de la Fing et directeur de la publication d’InternetActu.net, dresse le bilan et les perspectives de la rencontre entre la transition écologique et de la transition numérique.

« La transition écologique sait raconter son but, mais peine à dessiner son chemin.
La transition numérique, c’est le contraire.
Chacune a besoin de l’autre ! Et pourtant leurs acteurs évoluent trop souvent dans des sphères isolées, sans réaliser la puissance transformatrice qu’aurait leur convergence. »

Cette provocation écrite en juin 2015, à l’origine du programme Transitions², exprimait deux idées. En premier lieu, celle d’un lien entre ces deux grandes « transitions » contemporaines, écologique et numérique. Mais aussi celle de la difficulté d’une telle liaison, que nous allions éprouver à chaque étape.

Cette série de billets tente de faire le bilan de la première année de Transitions² : qu’avons-nous réalisé et appris, qu’est-ce qui a changé et surtout, que devrions-nous faire demain – et d’ailleurs, qui sommes-« nous », à qui appartient Transitions² et comment en faire une « maison commune » ? Cette question s’adresse bien sûr aussi à vous, qui lisez ce billet et (nous l’espérons) le suivant…

Un élan, mais vers où ?

Une adhésion

La proposition de « relier concrètement la transition écologique et la transition numérique » a tout de suite reçu l’adhésion de plusieurs organisations : l’Ademe, la Coalition Climat 21, GreenIT.fr, Les Petits Débrouillard, l’Iddri, Ouishare, Place to B, Without Model… D’autres se sont engagées dans le cadre d’actions précises : le Cigref, le réseau des Villes Santé, le Club des villes et territoires cyclables, Inria…

La COP21 a bien sûr concentré une bonne partie des efforts des premiers mois. Pour Transitions², le temps fort a été la publication d’un « Appel à engagement » commun avec le Conseil national du numérique.

D’autres actions se sont focalisées sur le rôle des modèles coopératifs issus du numérique dans la transition écologique. Après la présentation des projets issus de la formidable résidence d’innovation POC21, un atelier prospectif a également cherché à explorer ce que pourrait être le futur de certains des projets qui en sont issus.
Enfin, tout au long de l’année, Transitions² a nourri la réflexion d’une bonne vingtaine de conférences, ateliers, groupes de travail, etc. à Brest, Nantes, Lille, Lyon, Marseille, Paris…

Le premier objectif était atteint : Transitions² intéresse, intrigue et mobilise.

La plateforme

La plateforme en ligne www.transitions2.net se fixait pour objectif de réunir l’information sur les acteurs, les projets, les connaissances, les outils, les méthodes et les imaginaires qui font le lien entre numérique et écologie. Elle réunit aujourd’hui près de 400 contributions, moins que ce que nous espérions mais plus que ce nous craignions. Sa partie anglophone se développe, mais trop lentement encore. Elle forme enfin, d’une manière efficace, le support documentaire des « défis », les projets thématiques réunis sous la bannière de Transitions².

Les « défis »

L’essentiel du travail de l’année 1 de Transitions 2 s’est organisé autour de « défis » thématiques :

  • Ecology by Design (avec le Cigref et le Club Green IT) : Et si l’informatique (comme fonction, comme ensemble de techniques et d’acteurs, comme culture…) était le vecteur de la transition écologique de toute l’entreprise ? Le défi s’est conclu en avril 2016 par la publication d’un Benchmark Green IT et d’un Cahier qui décrit à la fois plusieurs pistes, leviers et méthodes – sans masquer les difficultés que rencontre la fonction informatique, qui n’a pas toujours comme priorité d’organiser la transformation de son entreprise…
  • Modèles d’affaires ouverts et durables (par Without Model) : Et si les modèles économiques ouverts étaient la clé de la transformation écologique de nombreuses activités ? Ce travail a pour l’instant produit 4 articles et interviews de fond, en vue d’une publication à venir.
  • Agir Local (avec l’Ademe, la Région Normandie et d’autres acteurs territoriaux) : Et si le numérique venait outiller et renforcer les dynamiques locales de transition écologique, les aider à se relier, faciliter la participation et la prise de décision ? Pour beaucoup, les questions écologiques, écrasantes à un niveau global, peuvent trouver des solutions locales. Mais, qu’il s’agisse d’énergie, de mobilité, de circuits courts, de fabrication/réparation, d’open data… les nombreuses initiatives locales pertinentes ne font pas encore système. Agir Local produira un “kit participatif de construction de démarche territoriale” qui décloisonne numérique et écologie.
  • Respire ta Ville (avec le Réseau français des villes santé de l’OMS et l’Ademe) : Et si les citoyens, les innovateurs et les acteurs publics coopéraient au bénéfice de la qualité de l’air ? Pendant 2 jours d’« accélérateur de projets », 60 innovateurs, professionnels de la santé et de l’environnement, acteurs territoriaux ont élaboré des scénarios d’usages, et des villes se sont engagées pour proposer des terrains publics d’expérimentation à certains projets.
  • Mobilités actives (avec le Club des villes & territoires cyclables et l’Ademe) : et si le vélo constituait un gisement de nouvelles activités mobilisant le numérique et créatrices d’emplois ? 14 projets ont été présélectionnés. Ils se sont rassemblés dans 3 consortiums qui produiront des maquettes de services début 2017, pour déboucher sur des preuves de concept et des expérimentations.

Le connecteur recherche

Depuis janvier 2016, plusieurs rencontres (organisées en collaboration avec Inria, l’Ademe et l’Iddri) entre chercheurs de différentes disciplines des sciences « dures » comme des sciences sociales, ainsi qu’entre chercheurs et praticiens, cherchent à mieux qualifier les questions, pistes, controverses, ruptures… sur lesquels la Recherche devra se pencher demain. Elles ont déjà permis de focaliser l’effort sur trois sujets : l’économie circulaire, le low tech et la frugalité, l’empowerment individuel et collectif.

Ce programme dense s’est dans une large mesure défini pas à pas. Nous avons essayé beaucoup de choses, souvent avec bonheur, parfois moins. Nous avons beaucoup appris chemin faisant. Et en tirer le bilan fournit l’occasion de partager ces enseignements.

Numérique et écologie sont dans un bateau

L’appel lancé par le programme Transitions² a été entendu. En un an, nous n’avons donc pas chômé. Nous n’avons cependant pas résolu le problème du changement climatique (quelqu’un l’aurait remarqué)… Le rapprochement entre numérique et écologique serait-il plus difficile qu’on ne le pense ?

Lors de la conférence « Développement durable 2.0 » de l’Iddri (23 juin 2016), la Commissaire générale au développement durable Laurence Monnoyer-Smith racontait combien le caractère transversal des enjeux environnementaux les rendait difficiles à partager avec d’autres départements ministériels, pourtant tout aussi concernés que le ministère de l’Ecologie. Cette chercheuse reconnue sur le sujet de la démocratie électronique aurait pu dire la même chose du numérique. Deux sujets profondément transversaux et transformateurs, d’une certaine technicité (mais pas forcément supérieure à celle d’autres domaines de l’action publique ou de l’entreprise), qui luttent depuis 20 ans pour ne pas rester enfermés dans des organigrammes et des politiques spécialisées. Cela pourrait créer des liens, cela crée au contraire une difficulté à se parler, voire une forme de concurrence : qui sont ces gens qui pensent que seule leur transition importe ?

Aux sources de la scission entre numérique et écologie

Cette tension entre numérique et écologie a aussi une histoire et des fondements qu’il faut prendre au sérieux.

Dans Aux sources de l’utopie numérique (C&F Editions, 2012), Fred Turner raconte comment, au tournant des années 1970, la démarche écologiste se sépare entre un courant politique et un autre centré sur la transformation de soi, lequel rencontrera vite la pensée cybernétique. Les lignes de partage sont bien sûr devenues plus complexes en 50 ans, mais elles subsistent. Parce qu’il se perçoit à la fois comme immatériel et efficient, le numérique se décrit volontiers comme « naturellement » écologique. Tandis que l’écologie politique, qui déconstruit depuis son origine la mystique de la technique, du progrès et de la croissance, en voit plus volontiers les effets négatifs ou pervers.

Nous nous sommes ainsi vite rendu compte que toute conversation sur la « convergence des transitions » devait, au préalable, aborder la question de l’empreinte écologique du numérique lui-même. Nous pensions que la qualité des travaux sur le sujet (en particulier autour du GDS EcoInfo) suffirait à donner la direction. Mais le « Benchmark Green IT » réalisé par le Club Green IT et le Cigref dans le cadre du programme Transitions² nous a démontré que, même sur ce sujet-là, il n’existe que des réponses complexes qui empruntent à la fois à la technologie, à l’économie, au management… Et qu’à chaque progrès pouvait succéder un recul : de l’aveu même des directeurs informatiques les plus engagés, les vagues actuelles du Big Data et de « l’Internet des objets » (sans même parler de la blockchain) sont à l’opposé de toute idée de frugalité informationnelle et technologique.

empreinte-environnementale-salaries-1

Si, cependant, l’usage du numérique permettait de réduire de manière significative l’impact écologique des autres domaines de l’activité humaine, le jeu en vaudrait quand même la chandelle. Un grand nombre d’organisations [1], de rapports, d’entrepreneurs, s’efforcent de démontrer et de mesurer l’apport du numérique dans le « découplage » entre croissance et consommation de matières premières, production de déchets, émissions de CO2. Cette combinaison entre le « Green IT » (la minimisation de l’empreinte écologique du numérique) et « IT for Green » résume à peu près l’état de l’art sur le lien entre numérique et écologie.

Si le numérique fait partie du problème, fait-il partie des solutions ?

Or il nous est vite apparu nécessaire de chercher plus loin, pour deux raisons.

En premier lieu, la multitude des innovations et des initiatives IT for Green ne semble pas beaucoup ralentir la croissance des émissions de CO2. Historiquement, la période de forte accélération des émissions de CO2 (depuis 1990) correspond assez précisément à celle de la numérisation générale de nos sociétés et de nos pratiques. Corrélation n’est pas causalité, mais cela suffit sans doute à démontrer que le numérique ne constitue pas la solution magique aux problèmes climatiques !

s07_fossilfuel_and_cement_emissions
Image : Evolution annuelle des émissions mondiales de CO2 associées aux combustibles fossiles et à l’industrie. Source : Global Carbon Project ; le ralentissement de 2014 – 2015 étant juste une estimation – signale-t-il un retournement de tendance, ou reflète-t-il juste le ralentissement de l’économie chinoise ?

Cette corrélation a une cause profonde : le numérique, tel qu’il se développe, est le produit (et, pour certains, l’emblème) du système de développement à l’origine de la crise climatique et écologique. A l’intérieur de ce système, les gains que le numérique a permis de réaliser ont été intégralement réinvestis dans la croissance : par exemple, la dématérialisation supprime toute incitation à limiter la consommation d’une ressource, tandis que l’amélioration de la productivité des ressources a permis – pour à peu près le même prix – d’enrichir les produits, d’en diversifier les gammes et d’en accélérer le renouvellement. Ce que l’on nomme « effet rebond » prend racine au cœur de nos mécanismes économiques.

Questionner le rôle de l’innovation dans la transition écologique
greentech_bdLa question des effets rebond ne concerne naturellement pas que le numérique, mais au fond toute l’innovation « verte ». On en retrouve l’écho dans le programme « Green Tech » lancé en février 2016 par les ministres de l’Ecologie et de l’Economie, sans doute en partie inspiré par Transitions² [2], qui a ultérieurement ressenti le besoin d’ajouter d’ajouter « Verte » à son nom : pour franciser le nom du programme, sûrement, mais peut-être aussi pour laisser entendre que certaines green techs n’étaient pas si vertes que ça, qu’il faut chercher au-delà des solutions tech ?
De fait, tout en restant focalisé sur le lien entre transition numérique et écologique, Transitions² a progressivement intégré plusieurs réflexions et actions portant sur l’innovation : « Respire ta Ville » avec le Réseau des villes santé de l’OMS, « Définnnovation Mobilités Actives » avec le Club des villes et territoires cyclables, et tout récemment le lancement du défi « Innovation facteur 4 », sur lequel nous reviendrons.

Une transition systémique plutôt que technologique

L’apport actuel du numérique à la transition écologique est aujourd’hui faible, voire nul. Les acteurs du numérique et de l’écologie se comprennent mal. D’autant que le numérique a partie liée au modèle de développement à l’origine de nos crises écologiques… Comment peut-on alors imaginer que demain, il fasse aussi partie de la solution ? L’apport du numérique à l’écologie ne peut pas se limiter à la dimension technique !

Explorant les trois formes d’« effets rebonds » liés au numérique, le chercheur Cédric Gossart conclut que « les stratégies en matière d’efficience énergétique ne peuvent pas reposer entièrement sur des changements techniques » : d’une part, il faut se préoccuper de « l’allocation des gains de productivité » et d’autre part, la recherche de l’efficience énergétique n’a de sens que complétée par une « stratégie de réduction nette des besoins en énergie. »

C’est d’autant plus vrai que l’ampleur de la transition nécessaire pour limiter le réchauffement climatique aux alentours de 2°C n’est pas à la portée d’améliorations techniques, quelle qu’en soit l’importance.

Le « doughnut » de Kate Raworth exprime de manière simple les deux « frontières » supérieure (environnementale) et inférieure (sociale) entre lesquelles nous devons chercher l’espace « sûr et juste » du développement de l’Humanité. Dans les décennies à venir, nous devons à la fois diviser par 4 à 5 nos émissions de gaz à effet de serre, réduire nos autres impacts sur l’environnement, et permettre à une bonne moitié des terriens d’accéder aux conditions d’une vie décente – l’eau, l’alimentation, la santé, l’éducation…

doughnut_full_white400x400

C’est un objectif extraordinairement ambitieux et difficile. À titre indicatif, l’efficience énergétique de notre production a augmenté de 35 % en 40 ans : si rien d’autre ne changeait, il faudrait cette fois qu’elle augmente de 300 % en 35 ans ! Aucune prouesse technologique ne permettra de relever un tel défi. Pour le faire, nous avons besoin également de nouvelles manières de décider, d’agir, de produire, de consommer, d’échanger, de vivre… L’usage de plus en plus courant du mot « transition » n’a rien d’anodin : il décrit en effet « le passage d’un état de départ du système (ou « régime »), devenu instable, à un état d’arrivée stable ou en tout cas, adapté aux conditions du moment. » Une transition est bien un changement global qui touche à la fois les modèles économiques, politiques et sociaux [2]. La technologie y joue un rôle majeur, mais comme déclencheur et support de transformations structurelles.

Et donc, le numérique ?

Pourtant, il paraît difficile d’envisager la transition écologique d’une planète bientôt peuplée de 9 milliards d’habitants, sans le numérique.

Malgré toutes ses limites, le numérique est la grande force transformatrice de notre époque. Il appuie cette puissance, non pas seulement sur des facteurs rationnels, mais sur la participation quotidienne, massive, généralement volontaire et même joyeuse, de chacun d’entre nous. L’ampleur de la transition à venir exige la participation de tous : peut-on se passer du vecteur le plus clairement susceptible de la susciter et de l’organiser ?

Enfin, le numérique conditionne la transition écologique pour une autre raison, sans doute encore plus fondamentale : plus que jamais dans l’histoire, le changement climatique rend tous les habitants de la planète solidaires, des problèmes au minimum, mais aussi des solutions. Dans ces conditions, les technologies qui nous relient, et les pratiques qu’elles appuient, joueront nécessairement un rôle central.

Mais bien évidemment, il y a manière et manière de relier.

Daniel Kaplan

Ce billet a été publié originellement sur Transitions2.net.

Transition², un an après (1/2) : bilan et défi
Transition², un an après (2/2) : pas de transition écologique sans intention
——
Notes
[1] Citons par exemple la Global eSustainability Initiative et le World Business Council for Sustainable Development, mais aussi la Fondation Ellen MacArthur qui se focalise sur l’économie circulaire.
[2] Le programme se fixe en effet pour mission d’organiser « la rencontre de la révolution numérique et de la révolution de la transition énergétique. »
[3] La définition originelle du “développement durable” (1987), intègre de manière indissociable trois piliers, l’économique, le social et l’environnemental : nous n’atteindrons pas des objectifs environnementaux aussi ambitieux que le « facteur 4 » si la société se fracture, ni si l’économie s’effondre.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *