Pourquoi le plan Hollande pour le numérique va échouer – L’Instit’humeurs

Lucien Marboeuf, ce professeur des écoles qui tient le blog l’Instit’Humeurs sur France Info, estime que le plan Hollande pour le numérique est bien parti pour échouer. En effet, rappelle le professeur, ce plan d’équipement va avoir du mal à se financer, mais surtout parce qu’il prolonge l’illusion du techno-déterminisme, ou s’impose l’outil plutôt que la pédagogie. “La machine est sensée à elle seule ou presque réduire les écarts et les inégalités, sauver les élèves en difficulté, voire l’ensemble du système éducatif”, et ce alors qu’aucune étude n’a montré la moindre corrélation entre équipement et progression des résultats scolaires. La plupart des plans d’équipements échouent pour les mêmes raisons : les machines sont toujours privilégiées sur les contenus et la formation. 

Pour l’instit’, “Il faudrait donc former solidement les profs, non à la simple utilisation du numérique, mais à son intégration dans leur pédagogie, ce qui est tout autre chose et qui ne s’improvise pas, loin s’en faut – souvent une formation aux nouvelles technologies se contente de donner à manipuler les principaux outils aux profs, sans plus.” Mais là non plus, vue la manière dont la formation a été réduite à peau de chagrin, Lucien Marboeuf n’y croit guère, reconnait-il encore en s’en prenant aux rigidités administratives qui rendent toute utilisation d’outils numérique si complexe. Pour lui, il faudrait d’abord changer les mentalités au ministère de l’éducation nationale. Sur Educavox, Michel Guillou liste les réactions dénuées d’enthousiasme de la presse comme des spécialistes. Dans les Inrocks, certains s’emportent contre les tablettes. Pour le Café pédagogique, Alain Chaptal, spécialiste de l’analyse des systèmes techniques dans l’éducation, est très critique également. Pour lui, il faut éviter le systématique qui fonctionne mal et mieux soutenir les initiatives de terrain, en favorisant la formation et le développement de contenus.

Dans le rapport remis par le Conseil national de l’Innovation pour la Réussite éducative, rapportent les Cahiers pédagogiques, les auteurs soulignent que la réforme ne peut être clef en main. “Si on entend faire de l’innovation un véritable levier, il faut moins généraliser les innovations que généraliser la démarche innovante”.

En passant, je découvre un article plus ancien d’Alain Chaptal qui pointe très bien les limites des dispositifs expérimentaux qui souligne que même si l’expérimentation semble toujours de bon sens, on a toujours du mal à en tirer des leçons et que, même quand elle se passe bien sa généralisation est toujours impossible. A lire pour remettre en contexte nos propres discours sur l’expérimentation ! 

MAJ : Signalons encore l’intéressant reportage sur les iPads à l’école sur Rue89, qui là encore, pointe les limites de la formation. 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *