rHealth : l’appareil à diagnostic – Wired

Le développement des outils de mesure de sa santé (ces outils du quantified self que sont les Fitbit, Jawbone, Apple Health ou Google Fit…) ne permet pas de faire de diagnostics. Le dépistage de maladie passe toujours par la médecine. Mais le professeur Eugene Chan et ses collègues de l’Institut de médecine de l’ADN souhaitent changer cela rapporte Wired. Ils ont mis au point un dispositif portable, le rHealth, qui peut diagnostiquer certaines maladies à l’aide d’une petite goutte de sang et qui vient de remporter le XChallenge, qui récompense les innovations dans le domaine des capteurs de santé.

Le dispositif portable développé pour la NASA n’est bien sûr pas capable de détecter toutes les maladies connues. Il est actuellement fiable pour détecter le nombre de cellules, le VIH, le taux de vitamine D et différents marqueurs de protéines dans le corps. Le défi consiste à augmenter le nombre de tests sanguins que l’appareil peut fourbir. L’objectif des chercheurs est de remporter le grand prix de la Fondation Xprize, en proposant un diagnostiqueur capable de détecter jusqu’à 16 maladies différentes, à l’image du fameux Tricorder de Star Trek. 

A l’heure où les séquenceurs ADN à bas coût et qui tiennent dans la poche deviennent réalité, la médecine personnalisée évolue rapidement, estime Guillaume Champeau pour Numerama, en évoquant l’annonce par IBM d’association avec Pathway Genomics, une startup spécialisée dans les tests génétiques en tous genres. Big Blue veut utiliser son intelligence artificielle IBM Watson pour agréger l’ensemble des tests génétiques collectés par Pathway Genomics, pour croiser les informations avec toute une série d’autres données collectées en temps réel sur les utilisateurs (notamment grâce aux montres connectées comme l’Apple Watch ou aux bracelets Fitbit et consorts), et pour exploiter le tout dans une interface simplissime pour l’utilisateur.” L’enjeu : transformer Watson en coach de santé personnalisé, informé de toutes les données de santé de chacun et des modèles basés sur les données de millions d’individus. 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *