Architecturer la prise de décision en entreprise – Harvard Business Revue

Les employés comme leurs responsables commettent tous des erreurs évitables : sous-estimer le temps pour réaliser une tâche, négliger ou ignorer des informations qui révèlent une faille dans ce qu’on a prévu… Il est difficile de gérer les raisons qui conduisent à de telles erreurs, mais peut-être peut-on modifier l’environnement dans lequel les décisions sont prises afin que les choix faits soient mieux adaptés à la réalité. C’est la ligne que défendent deux professeurs à la Business School d’Harvard, adeptes de l’économie comportementale, John Beshears et Francesca Gino dans un long article pour la Harvard Business Revue.

Pour eux, les dirigeants d’entreprise doivent agir comme des architectes de la décision plus que comme des décideurs : ils doivent mettre en place des processus qui permettent de prendre de bonnes décisions plus que les prendre eux-mêmes. Faudra-t-il demain que les entreprises se dotent de responsables des décisions ?

Pour cela, leur méthode consiste à comprendre les erreurs systématiques dans la prise de décision, en comprendre les causes, modifier le contexte de prise de décision pour atténuer les préjugés, les impacts négatifs et la motivation insuffisante et tester la solution. L’article fourmille d’exemples pour contourner les excès d’intuition ou les excès de raisonnement qui conduisent à de mauvaises décisions. Les auteurs invitent à décomposer les problèmes organisationnels pour mieux les comprendre, changer l’ordre des alternatives proposées et à utiliser la technique du groupe test pour mesurer les effets des modifications apportées, à favoriser les évaluations conjointes plutôt que séparées… à créer des moments de réflexions et pas seulement de production qui peuvent avoir des effets directs sur les méthodes de travail…

Il n’empêche que cet article qui part un peu dans tous les sens nous laisse sur notre faim. Quelles techniques sont reproductibles ? Quelles méthodes concrètes permettraient à chaque entreprise de se doter de telles stratégies. On comprend à les lire en tout cas, qu’effectivement, face à la diversité des situations, il faudra certainement que les entreprises se dotent d’architectes du choix, ce qui les réserve pour l’instant aux plus importantes d’entre elles.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *