Les Nations-Unies ont un objectif contradictoire pour 2030 : lutter contre le changement climatique et fournir de l’énergie à tous – CityLab

Les objectifs de développement durables des Nations Unies pour 2030 visent à éradiquer la pauvreté, la malnutrition, la mortalité infantile et garantir l’accès à l’enseignement secondaire à tous. Mais ils ont aussi un objectif contradictoire : lutter contre le changement climatique et fournir de l’énergie à tous. Mais, si tout le monde a accès à l’électricité, notre planète pourra-t-elle survivre, s’interroge le CityLab

Plus de 1,3 milliard de personnes sur la planète n’a pas accès à l’électricité et nombre de ceux qui y ont accès n’ont accès qu’à un approvisionnement limité. Pire, lorsqu’elle est absente, les gens utilisent des substituts souvent bien plus nocifs pour la planète et leur santé. L’électrification a des effets directs sur le développement : au Nord du Salvador, celle-ci a eut un impact immédiat sur la scolarité des enfants et le développement d’entreprises. Pour cette raison, l’agence internationale de l’énergie (AIE) défend l’accès à l’énergie moderne universel, qui ajouterait seulement 0,7 % d’émission de gaz à effets de serre en 2030. Mais cette faible augmentation n’est possible que si les nouveaux de consommation des nouveaux entrants demeurent bas. Or, les pays riches consomment bien plus d’électricité que les pays pauvres. Selon des données de la Banque mondiale de 2011, les Etats-Unis consomment 13 240 kWh par personne et par an, contre 56 kWh en Ethiopie. Pour l’AIE, 500 kWh par ménage et par an serait suffisant aux nouveaux entrants, suffisant pour faire fonctionner un ventilateur, un petit réfrigérateur, une télé, deux téléphones mobiles et deux ampoules, quand un réfrigérateur américain les consomme à lui seul en une année. Mais les besoins s’arrêteront-ils à ce niveau de consommation ? La Banque mondiale souligne qu’aucun pays dont le revenu par habitant est supérieur à 10 000$ ne consomme moins de 3880 kWh par personne et par an. Si les pays pauvres atteignaient ce niveau de consommation, la production d’électricité devrait grimper de 60 %, et de 130 % si elle parvenait aux niveaux de consommation moyenne des Etats-Unis… 

Les objectifs de développement durable de l’ONU soulignent pourtant que l’accès à l’électricité jouera un rôle essentiel dans l’amélioration de la santé, de l’éducation, de la réduction de la pauvreté… Mais ses objectifs se révèlent contradictoires avec la lutte contre le changement climatique. Bien sûr, l’énergie renouvelable joue un rôle majeur dans cet enjeu : hydraulique, solaire et éolien. Mais même le récent appel à un programme Apollo (.pdf) pour financer la recherche dans le développement d’énergies durables ne suffira peut-être pas. 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *