En cachant sa grossesse en ligne, elle devient suspecte – Slate.fr

Andrea Fradin pour Slate.fr revient sur la conférence de la sociologue Janet Vertesi (@cyberlyra) faite lors de la conférence Theorizing the web expliquant comment elle a tenté de cacher sa grossesse en ligne. Il faut dire que la femme enceinte est l’une des cibles publicitaire de choix des annonceurs en ligne, la valeur de ses données est d’environ 1,5 dollars, bien plus que les 10 cents et moins que valent la plupart d’entre nous (voir le calculateur de valeur des données personnelles du Financial Times).

Pour éviter l’avalanche publicitaire, Janet s’est prêté à un exercice compliqué : faire en sorte que tout système qui enregistre des données ne puisse comprendre qu’elle était enceinte. Elle a réglé ses produits relié à sa grossesse en espèce, a utilisé Tor pour se rendre sur des sites d’information sur la grossesse, etc. Des mesures très contraignantes… et des précautions qui ont eu un effet boomerang : celui d’attirer l’attention sur son comportement. Le fait d’utiliser des cartes cadeaux d’Amazon payées en espèces a valu à la jeune femme une notification de sa chaîne de pharmacie, l’avertissant qu’elle devrait signaler des transactions excessives aux autorités…

“Le simple fait de sortir des sentiers battus du web, des rails installés par la bande des Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple), est en soi devenu suspect. Et est synonyme, pour reprendre ses termes, de comportement immoral voire criminel.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *