Le Fortran, un dinosaure en bonne santé – Ars Technica

Eh oui, cela peut paraitre incroyable, mais le Fortran reste le langage le plus utilisé dans le milieu scientifique, y compris dans les laboratoires les plus en pointe. Ars Technica nous affirme ainsi que les programmes écrits au sein du National Center for Atmospheric Research, de la division sur le changement climatique de la NASA ou même les programmes militaires classifiés sur les armes nucléaires et les lasers, à Los Alamos et au  Lawrence Livermore National Labs, ou encore ceux du consortium de chromodynamique quantique, sont rédigés dans ce langage. Mais continue Ars Technica,une nouvelle génération pourrait aujourd’hui revendiquer la succession du vieux roi sexagénaire. Le plus ancien d’entre eux est Haskell, créé dans les années 90. Plus récent, on trouve Clojure, un dialecte de Lisp (qui est le second plus ancien langage de programmation, venu juste après le Fortran) ou Julia, tout nouveau, créé en 2012, et qui comme Fortran est spécialisé dans le calcul mathématique. Pour L’auteur de l’article, Julia est probablement le langage  qui a le plus de chance d’être utilisé dans le futur au sein de la communauté scientifique.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *