Discothèques 2.0

En relayant l’appel de Todo, les organisateurs du festival estival florentin BIP 2007, qui sont à la recherche de projets numériques capables d’augmenter un festival de musique électronique d’installations interactives, Régine Debatty dresse un intéressant panorama d’installations interactives musicales. Notamment les projets présentés à l’édition précédente de BIP comme Light Tracer, un dispositif qui permet d’écrire sur des écrans avec de la lumière, Electric Moons, un ballet de ballons qui bougent au rythme de la musique, Wrong Plug, un rideau musical et lumineux ou Mossalibra, qui mémorise et projette une représentation stylisée de danseurs, invitant les participants à faire évoluer le modèle en dansant à leur tour.

LightTracer

L’occasion également de jeter un oeil sur les créations de Todo, une société de design elle-même à l’origine de quelques créations intéressantes dans le domaine des « jeux » pour discothèques : Face2Face2Face, un système qui utilise les photos des visages de night clubbers pour en faire des compositions projetées sur les murs ; Oneword, un système SMS interactif qui déploie sur les murs des boîtes de nuits les messages de l’assistance sous forme d’un arbre dont chaque pousse exprime un nouveau message.

Les projets doivent donner du plaisir, être relationnels, expérimentaux, ouverts au bruit ambiant et aux interférence, spectaculaires – et pas trop chers -, tout en étant techniquement solides. Pour Giorgio Olivero, directeur de Todo : « Quand on pense à un espace comme une boîte de nuit, les matériaux fondamentaux ne sont pas de béton, de verre ou de métal, mais sont avant tout technologiques. Le son, la lumière et l’image opèrent une transformation de ces espaces comme le signalait déjà l’architecte Arata Isozaki il y a 20 ans en évoquant la construction du Palladium à New York : « Le bain de technologies crée de nouveaux désirs ». Notre question conceptuelle est : comment un système peut-il répondre aux besoins relationnels et sociaux d’un espace qui est utilisé et qui a besoin, continuellement, d’être redéfini par la technologie ? »

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *