A quoi – et à qui – sert vraiment Autolib – L’interconnexion n’est plus assurée

On savait déjà que l’usage du vélo en libre service n’est pas uniformément distribué (aux Etats-Unis en tout cas où sont introduction est récente, en Ile-de-France, l’usage du vélo – pas seulement le vélo en libre service – semble plus distribué rapporte Rue89 citant une étude de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France, et l’usage du Velib s’est également démocratisé depuis son lancement rapporte Jean-Laurent Cassely sur Slate). Pour lutter contre ces problèmes de distribution des usagers au dépend des moins fortunés, il faut jouer sur les tarifs et renforcer sa présence et son accessibilité. En serait-il pareil avec les voitures électriques ? Olivier Razemon sur son blog détaille une intéressante enquête sur les l’usage des voitures électriques en libre service à Paris, qui montre que les usagers d’Autolib sont principalement des cadres, des hommes, qui utilisent principalement cette voiture pour se rendre au travail, et l’utilisent surtout parce qu’elles assurent une place de parking ! Comme cela a été le cas avec le vélo en libre service, sont-ils là encore les pionniers qui annoncent sa démocratisation ? 

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.