3e Journée française sur les technologies et les standards

En introduction à une série de comptes rendus réalisés lors de la troisième Journée française sur les technologies et les standards de l’internet par le Groupe français pour la participation à la standardisation de l’internet (Gfsi), Nortel Networks et France Télécom R&D, Jean-Michel Cornu dresse un premier point sur les objectifs de cette manifestation. Parmi les principaux enseignements, on note une coordination accrue entre les organismes internationaux de standardisation, ainsi qu’une implication de plus en plus active de la communauté industrielle et de recherche française dans les processus de standardisation de l’internet.

Par Marco Carugi, Nortel Networks & Jean-Michel Cornu, Fing

En introduction à une série de comptes rendus réalisés lors de la troisième Journée française sur les technologies et les standards de l’internet par le Groupe français pour la participation à la standardisation de l’internet (Gfsi), Nortel Networks et France Télécom R&D, Jean-Michel Cornu dresse un premier point sur les objectifs de cette manifestation. Parmi les principaux enseignements, on note une coordination accrue entre les organismes internationaux de standardisation, ainsi qu’une implication de plus en plus active de la communauté industrielle et de recherche française dans les processus de standardisation de l’internet.

Le Groupe français pour la participation à la standardisation de l’internet (Gfsi, http://www.isoc-gfsi.org), Nortel Networks (http://www.nortelnetworks.com/corporate/global/emea/france/index_fr.html) et France Télécom R&D (http://www.rd.francetelecom.fr) ont organisé la « Journée sur les technologies et les standards de l’internet » le 20 octobre dernier au ministère des Télécommunications. Cette journée a été organisée dans le cadre du congrès Dnac 2003 (De nouvelles architectures pour la communication : http://www-rp.lip6.fr/dnac/index.html) avec le soutien de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (http://www.dglflf.culture.gouv.fr) et de l’Isoc France (http://www.isocfrance.org). Il s’agissait de la troisième édition depuis 2001 pour cet événement gratuit dont le but est de partager les informations sur les technologies internet entre le monde industriel et le monde universitaire en France et de chercher à identifier et à promouvoir les synergies entre les organismes de standardisation concernés.

Cette journée remplit également un objectif de mobilisation et de coordination des activités des Français dans le domaine de la standardisation :
· Faire la promotion des activités de standardisation et de normalisation sur divers domaines liés à l’internet et présenter l’implication de la communauté française et francophone dans ce processus ;
· Encourager et promouvoir l’implication active des Français dans le processus international de standardisation de l’internet ;
· Identifier les domaines où une participation plus active de la communauté industrielle et de recherche française serait nécessaire.

La journée a permis de couvrir un grand nombre d’aspects sur les technologies utilisées dans l’internet et sur les activités de standardisation et de normalisation qui y sont associés. Les acteurs clés du domaine ont offert divers points de vue complémentaires (fournisseurs, constructeurs, organismes de standardisation et de normalisation, administration, monde de la recherche et utilisateurs).

Le nom de la journée a changé cette année (elle s’appelait journée Ietf les dernières années), afin de refléter le fait que la standardisation de l’internet a évolué depuis l’origine, principalement fondée sur l’Internet Engineering Task force (Ietf : http://www.ietf.org), vers une coopération élargie entre plusieurs organismes. Le discours inaugural a été donné par Georges Sebek du bureau de standardisation de l’UIT-T (Union internationale des télécommunications, secteur de normalisation des télécommunications : http://www.itu.int/ITU-T/index-fr.html). Il a indiqué l’engagement fort de l’UIT à faire progresser et à promouvoir l’internet, ainsi que des récentes initiatives pour renforcer la coordination dans le domaine. Par ailleurs, les diverses présentations ont démontré à quel point les « liaisons » entre les divers organismes sont devenues tout à fait habituelles et même indispensables pour améliorer la qualité et l’acceptation des standards et des normes dans la communauté internet. On peut citer par exemple les échanges entre le TeleManagement Forum (TMF, http://www.tmforum.org) et l’Ietf sur l’administration, ceux entre l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (Ieee : http://www.ieee.org/portal/index.jsp), l’UIT et l’Optical Internetworking Forum (OIF : http://www.oiforum.com) sur les technologies Ethernet, ou encore entre le 3rd Generation Partnership Project (3gpp : http://www.3gpp.org), l’European Telecommunications Standards Institute (Etsi : http://www.etsi.org) et l’UIT sur les réseaux de nouvelle génération (NGN). Le discours de clôture a été donné par Louis Pouzin, pionnier mondial pour le développement du concept et la mise en œuvre des réseaux datagrammes qui ont donné naissance aux réseaux par commutation de paquets (projet Cyclade dans les années 1970). Il a présenté la nécessité de développer les aspects multilingues et multiculturels pour un internet réellement « pour tous ».

Bien que la participation ait été plus réduite que les précédentes années (du fait d’une programmation avancée dans le temps) les retours des participants étaient extrêmement positifs. Plusieurs intervenants ont souligné qu’il est inhabituel d’avoir une telle série de présentations de haut niveau sur les derniers développements de l’internet dans un événement ne durant qu’une seule journée.

Les détails et les présentations sont disponibles sur le site du Gfsi : http://www.isoc-gfsi.org/gfsi/reunions/journee-francaise-IETF-3.html
Des articles résumant différents aspects présentés lors de cette journée seront publiés prochainement par Internet Actu nouvelle génération.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *