Quand les applications créent leur propre réseau

Par le 02/12/03 | Aucun commentaire | 1,416 lectures | Impression

Pour Maxine Brown, en charge du projet OptIPuter qui réunit plusieurs universités américaines, les applications distribuées les plus exigeantes en ressources réseaux ne peuvent se contenter du fonctionnement de base de l’internet, qui se fonde sur un engagement de moyens (best effort) et ne donnent pas une garantie de fiabilité et de performance. “Les e-scientifiques attendent de leurs réseaux un comportement déterministe et constant”, affirme-t-elle. La solution ne réside pas dans la “qualité de service” au sens classique, mais dans “le développement de logiciels qui permettent aux applications elles-mêmes de contrôler des réseaux métropolitains, régionaux, nationaux et internationaux avancés, tout-optiques, fondés sur la commutation IP de longueurs d’ondes” pour “garantir la bande passante, les délais de latence et/ou la planification des ressources.” Autrement dit, plutôt que de gérer le trafic sur les autoroutes de l’information, il s’agit de permettre à certains usages de se créer, pendant le temps qu’ils estiment nécessaire, leur propre autoroute privative !
Si les applications de tels réseaux se limitent aujourd’hui à certains domaines de la recherche scientifique (physique des hautes énergies, astronomie, géologie, biologie, environnement…), on peut déjà imaginer des extensions à l’éducation, aux services d’urgence, à la santé, voire à certains domaines de l’entreprise.
L’info : http://www.calit2.net/technology/features/11-20_maxine.html
OptIPuter : http://www.optiputer.net
Maxine Brown a coordonné une édition spéciale de la revue Communications of the ACM (Association for Comuting Machinery) sur “L’avenir des réseaux à haute performance” : http://www.calit2.net/research/labs/features/11-19_cacm.html
Selon le New York Times, cité par CA*Net News, l’Europe avance de manière plus décidée que les Etats-Unis sur le grid computing, notamment au travers de deux projets majeurs : “Enabling Grids for E-Science in Europe” (Egee) et DataGrid : http://morris.canarie.ca/MLISTS/news2003/0125.html
Le projet Egee : http://egee-intranet.web.cern.ch/egee-intranet/gateway.html
Le projet DataGrid : http://eu-datagrid.web.cern.ch/eu-datagrid

Sur ces mêmes sujets

Les commentaires sont fermés.