Mon blog, mon logiciel social

Par le 05/11/04 | 2 commentaires | 3,366 lectures | Impression

On a souvent tendance à penser qu’un blog n’est qu’un outil de publication. Un CMS (Content Management System : système de gestion de contenu) qui permet de créer facilement un site dynamique et de l’alimenter comme bon nous semble, en quelques clics, sans avoir à se préoccuper de la technique. Et, c’est vrai. Un blog est d’abord un outil simple d’utilisation : une interface en ligne, qui ne nécessite qu’un mot de passe pour y accéder, où il suffit d’indiquer un titre, un message et d’appuyer sur un bouton pour être aussitôt lisible sur le web.

« Bien qu’on puisse y voir un paradoxe, le blog résulte d’une démarche individuelle qui n’a de sens que prise collectivement » (BlogStory, p.48).

Mais réduire les blogs à des systèmes de publication revient à passer à côté de leur potentiel. Les blogs agrègent de nombreuses fonctions – permaliens, hyperliens, blogroll, commentaires, fils de syndication, outils de mesure d’audience, pings, trackbacks (qui permettent d’envoyer, volontairement, de l’information en commentaire d’un article que vous référencez)… qui, pour la plupart, existaient auparavant séparémment – en un ensemble plus homogène, voire “fusionnel”. Et c’est l’interaction de ces fonctions qui fonde en grande partie le succès des blogs.

Les blogs préfigurent un nouveau mode d’utilisation de l’internet, dans lequel les actes d’échange, de partage, de communication et de publication se rapprochent et s’organisent dans une sorte de continuité au travers de laquelle nous manifestons notre identité en ligne.

« La raison d’être de mon blog n’est pas ce qu’il contient, mais ce qu’il représente : un moyen de donner corps à ma personne dans cet espace virtuel qui se surimpose au réel. » (BlogStory, p.49).

Les blogs sont donc beaucoup plus qu’un simple site personnel, car non seulement ils me représentent sur le web, mais ils fonctionnent aussi comme un “logiciel social” à part entière qui définit et circonscrit la communauté électronique dont je me revendique, à laquelle j’appartiens. Ils sont l’expression et la personnification de mon réseau. Ils sont le média où se retrouve “ma” communauté électronique – celle dans laquelle je me reconnais et qui se reconnaît dans ce que je “montre” de moi. Ils s’insèrent dans un réseau de liens où se tisse ma démarche individuelle.

Mais le véritable sens des blogs se comprend aussi collectivement. C’est dans les rapports que les blogs tissent entre eux et dans la facilité avec laquelle des outils permettent à ces systèmes de voir qui les référence ou ce qu’ils référencent, qu’ils créent la différence.

Oui, incontestablement mon blog est mon logiciel social !

______
Profitons-en, si vous êtes curieux des enjeux du blogging, pour vous inciter à lire le remarquable BlogStory, co-signé par notre collègue Cyril Fiévet (avec Emily Turrettini, animateurs de http://www.pointblog.com), dont je ne résiste pas à vous citer la singulière conclusion :

« Au risque d’étonner, on peut soutenir qu’à un horizon de quelques années – disons 5 ans – les blogs auront disparus. Non pas que les gens vont arrêter de bloguer, ou que le blogging n’aura constitué qu’un passe-temps temporaire pour quelques passionnés d’internet. Bien au contraire, les blogs en soi vont disparaître parce qu’ils vont se banaliser, se généraliser, et se fondre avec les outils que nous utilisons, et les usages qui en émergent, pour jouer un rôle majeur au cœur de notre utilisation d’internet. » (BlogStory, p. 238).

BlogStory, Cyril Fiévet, Emily Turrettini, éditions Eyrolles, octobre 2004, 312 p.

Sur ces mêmes sujets