Les mobiles outils de « sérendipité sociale »

Logo Reality MiningLe projet « Reality Mining » du MIT MediaLab vise à étudier comment les téléphones mobiles peuvent devenir à la fois des outils d’étude des comportements sociaux, et des moyens personnels d’organiser ses contacts sociaux.

Le dispositif, dénommé « Serendipity » (la « sérendipité » décrit le fait de trouver la bonne information par hasard) repose sur des mobiles dotés d’une puce Bluetooth et un dispositif central qui suit trois données associées aux mobiles : les communications, la localisation (à partir de l’identifiant des cellules) et la proximité physique à d’autres mobiles, la puce Bluetooth agissant comme un capteur. En un an, les chercheurs ont ainsi stocké 350 000 heures de données. Ils s’en servent désormais pour modéliser les comportements sociaux des individus – ou ils vont et quand, qui ils croisent ou rencontrent, avec qui ils communiquent – ainsi que la dynamique sociale de groupes d’individus. « A partir de très peu de données, nous sommes capables de prédire ce que vous allez faire prochainement », explique Nathan Eagle à The Feature.

Serendipity forme également la base d’un « logiciel social mobile » qui sera commercialisé par une société en création, SenseSix. Les utilisateurs de SenseSix possèderont sur leur mobile Bluetooth, un petit logiciel de mise en relation. Lorsque deux utilisateurs se trouvent à proximité l’un de l’autre, leurs mobiles communiqueront avec le serveur de SenseSix qui déterminera, en fonction de leurs profils respectifs, s’il convient de leur proposer de se rencontrer. Outre le fait de fonctionner sur un mobile plutôt qu’un PC, Serendipity dispose d’un autre avantage, selon Nathan Eagle : « il ne se fonde pas uniquement sur le profil que vous avez vous-même entré, mais aussi sur vos comportements effectifs. » En contrepartie, les concepteurs ont prévu plusieurs manières de protéger la vie privée de leurs utilisateurs – sans pour autant, visiblement, considérer le sujet comme particulièrement essentiel.

Les chercheurs-entrepreneurs imaginent plusieurs applications à leur système, depuis le classique service de rencontre jusqu’à l’amélioration des modes de coopération dans une entreprise, en passant par les introductions lors de conférences. Dans un univers d' »intelligence ambiante », il pourrait aussi permettre à un utilisateur de repérer et d’exploiter les ressources qui l’environnent, ou encore, à un bus de repérer qu’un passager en retard arrive et de l’attendre.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *