Google avance, l’Europe aussi… peut-être

Alors que Google lance la version bêta de son moteur de recherche Google Print, qui permet de rechercher dans le texte intégral de milliers (puis de millions) d’ouvrages et d’en afficher les pages numérisées correspondant à la requête – 3 pages par livre au plus -, le débat sur la « bibliothèque numérique européenne » se poursuit.

L’Europe semble avancer sur cette voie, promue à l’origine par le président de la Bibliothèque nationale de France, Jean-Noël Jeanneney et demandée en avril par 6 chefs d’Etat et de gouvernement européens.

Mais dans Libération, Wladimir Mercouroff et Dominique Pignon, auteurs en 2002 d’un rapport sur le sujet, reconnaissent l’influence positive du projet de Google et militent en faveur d’efforts nationaux rapides de numérisation des bibliothèques, coordonnés ensuite au niveau européen, plutôt que du difficile montage d’un « grand projet » :

« Pour démocratiser le patrimoine des bibliothèques françaises et le rendre disponible au monde entier en le mettant sur la Toile, il faut mobiliser deux cents personnes par an et dépenser une dizaine de millions d’euros par an. L’effet politique et culturel d’une telle entreprise sera immense et un bel exemple de démocratie.

« Est-ce une entreprise trop ambitieuse pour chaque Etat européen et faut-il mobiliser l’Europe entière et mettre en marche une lourde bureaucratie pour accomplir ce que les bibliothèques auraient dû accomplir massivement depuis une dizaine d’années ? »

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

  1. On relativise beaucoup la position de Jeanneney quand on a utilisé Gallica (http://gallica.bnf.fr), le serveur d’ouvrages numérisés de la BnF. La majorité des livres ont été numérisés en mode image uniquement, et sont accessibles à la lecture en pdf, une seule page à la fois. C’est utile pour retrouver une référence dont on a déjà noté précemment le numéro de page, mais il est très peu pratique de lire un ouvrage de cette manière. Quand il s’agit d’un livre qu’on ne connaît pas, dont la seule description est le sommaire, il faut alors télécharger un groupe de pages, les imprimer, et lire sur papier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *