L’expression citoyenne remet en cause l’agenda politique

En 1972, rapelle Martin Lessard, « McCombs et Shaw ont inventé le terme « agenda setting » (« la hiérarchie des priorités ») pour décrire la fonction des médias de masses qui « exercent un effet considérable sur la formation de l’opinion publique, en attirant l’attention de l’audience sur certains évènements et en négligeant d’autres » ». Définir l’agenda ne consiste pas à « dire aux gens ce qu’ils doivent penser, mais sur quoi ils doivent concentrer leur attention ».

L’agenda serait-il l’un des lieux de conflit entre les « vectorialistes » et les « Pro-Ams » qu’évoque Joël de Rosnay ? En tout cas, c’est un phénomène qui est déjà bien analysé par les spécialistes de la question, comme le rapporte NetPolitique.

Dans un article plutôt complet publié par First Monday (Agenda setting, opinion leadership and the world of weblogs), Aaron Delwiche explique comment les blogs remettent en cause la hiérarchie des sujets qui créé l’actualité. Le processus de définition des priorités et des thèmes d’actualité se transforme : on passe d’un temps où les médias disent aux gens de quoi ils doivent parler, au temps où les gens disent aux médias des sujets dont ils voudraient voir parler. Ce qui n’est pas nécessairement toujours plus enthousiasmant.

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

  1. bonjour! je viens de Madagascar. je prépare actuellement mon mémoire qui a pour thème  » sélection des informations dans la presse écrite ». j’ai pas bien compris que l’agenda-setting consiste à » dire aux gens ce qu’ils doivent penser,mais sur quoi ils doivent concentrer leur attention. quelle est la différence entre l’agenda setting et le gatekeeping? pouvez- vous répondre à mon mail car j’ai un peur de mon mémoire de licence!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *