L’internet des Légos

« L’internet entre dans l’ère des Légos. En effet, les blocs de composants logiciels interchangeables prolifèrent sur le web et les développeurs les ajustent ensemble pour créer un choix potentiellement infini de nouveaux programmes utiles. Ces nouveaux logiciels représentent un nouveau départ par rapport aux programmes du passé, peu flexibles, parfois difficiles à manier, conçus pour être installés sur chaque ordinateur », explique John Markoff du New York Times (enregistrement obligatoire). « En conséquence, l’innovation du secteur est en train de devenir très décentralisée. Au lieu de grands programmes complexes et d’un seul bloc tels que Microsoft Word, écrits et maintenus par des armées de programmeurs, de plus petites compagnies, avec juste une poignée de développeurs, produisent maintenant des logiciels et des services web pionniers. » Né dans les années 60, malgré ses promesses, « le concept de logiciel modulaire a longtemps été limité par les stratégies des entreprises qui ont pris en otage les consommateurs et les programmes avec leurs systèmes propriétaires. »

Cette transformation est en train de changer l’économie du développement logiciel, souligne Tim Bray, directeur des technologies web de Sun. Autre conséquence inattendue, indique Michael Schrage dans CIO magazine, il devient beaucoup moins intéressant de délocaliser la production de logiciels dans des pays à bas coût de main d’œuvre, puisque les logiciels ont cessé d’être d’énormes piles de lignes de code.

A moins, bien sûr, que les ingénieurs de ces pays ne s’adaptent rapidement à la nouvelle donne, ce qui paraît probable.

À lire aussi sur internetactu.net

3 commentaires

  1. L’Internet préfigure déjà ce qui se fera avec les nanotechnologies.
    Toute l’évolution actuelle permet d’imaginer le développement des nanos…

  2. J’ai bien compris l’analogie avec les Legos® : les petites briques font un grand ensemble, modifiable à loisir.
    Toutefois l’analogie s’arrête là: un Lego® est un concept breveté, déposé, fermé à toute concurrence extérieure et qui grâce à cela est interopérable dès la sortie de la boîte (comme jamais un logiciel ne l’a été, enfin la complexité n’est pas la même bien sûr).

  3. D’ou l’importance, si je comprends bien ton intervention Felipe, d’une standardisation au moins a minima des protocoles d’échange d’informations. La production de contenu, lla « digestion » et la « création » de flux XML multiplient les espaces de création de valeur ajoutée… syndication/agregation ont permis de densifier les connexions entre les acteurs du web. (ceci pour la partie « info » des Lego)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *