UPFing06 : les réseaux sociaux

Publier son agenda, relier différents réseaux amicaux ou professionnels, rendre ses connexions presque transparentes et en savoir beaucoup sur celles des autres… ne sont pas des actes anodins, ni jusqu’ici habituels. S’afficher membre d’un réseau de rencontres tels que Meetic non plus. Pourquoi nous affichons-nous sur ces réseaux ? Est-ce un facteur d’efficacité, d’intérêt, de mode ? Comment s’organiseront demain les réseaux sociaux en ligne ? Et quels effets auront-ils sur nos manières de faire connaissance, de travailler, d’organiser notre existence sociale ?

Pratiques des réseaux sociaux

Marie-Estelle Carrasco (vidéo), directrice des études chez Médiamétrie, et co-auteure du Nouveau pouvoir des internautes a synthétisé plusieurs études récentes sur les jeunes et les outils d’échange et de rencontre en ligne (slides), qui montre, s’il en était besoin combien les jeunes surutilisent les outils de communication à leur portée. Ces chiffres sont notamment issus de l’Observatoire des usages internet de Médiamétrie ou de l’étude sur les tendances de la blogosphère. Plus que les applications utilisées par ceux-ci pour faire des rencontres (qui placent les tchats, les forums et la messagerie instantanée devant les blogs, sauf pour les 14-18 ans), retenons surtout qu’ils sont 57 % à avoir rencontré 1 à 20 personnes via l’internet et que 43 % déclarent avoir ensuite rencontré 1 à 5 de ces personnes dans le monde réel. Une appropriation de la rencontre virtuelle qui montre combien la génération des plus jeunes est déjà une génération du « réseau social ».

En observateur impliqué du phénomène, Yann Mauchamp, du réseau social OpenBC, a rappelé quelques chiffres essentiels : 10 millions de personnes sont enregistrées sur les quelques 500 sites professionnels de networking qui existent, 150 millions sont inscrits sur les sites de rencontres (dont 22 millions sur Meetic, qui ne compte cependant que quelques 200 000 membres payants). Cependant, ces réseaux soulignent le facteur d’influence de notre environnement pour nous aider à faire de nouvelles rencontres, à croiser de nouvelles idées, à développer de nouveaux projets. Un sondage auprès des 25 000 clients d’OpenBC a montré que 15 % y avaient développé des affaires au cours des 6 derniers mois. C’est beaucoup, et c’est peu. En réalité, ces sites sont d’autant plus utiles qu’on s’y implique et y consacre du temps : sans stratégie, sans investissement, pas de résultats. Reste que ces outils sont encore imparfaits, reconnaît Yann Mauchamp : ces plates-formes ont encore besoin de croître en taille pour améliorer leur potentiel, et de s’améliorer en termes de facilité d’usage comme de fonctionnalités.

La complexité de la chaîne alimentaire de l\'Atlantique Nord... Que se passe-t-il quand on intervient sur l\'un de ces éléments ?Pour Thierry Crouzet, auteur du Peuple des connecteurs, cette révolution du réseau social n’est pas liée aux plates-formes (« les connecteurs sont des gens qui en mettent d’autres en relation, sans que ce soit lié à la technologie »), mais bien avant tout à une révolution sociétale liée à notre manière de nous connecter de plus en plus, quelques soient les moyens (slides). La société se complexifie et devient plus horizontale, moins pyramidale. Là où l’on décomposait les problèmes, il faut désormais avoir une approche plus évolutive : chacun de nous doit reconstruire la réalité. Ainsi, prenant l’exemple de la chaîne alimentaire de l’Atlantique Nord, Thierry explique que « lorsque nous agissons à un point de la chaîne, nul n’est capable de dire ce qu’il va se passer ailleurs, et, en retour, là où nous avons agi ». D’où la difficulté de sauver la morue en cours d’extinction… Face à cette complexité, les experts seraient démunis et n’auraient plus comme seule ressource que de défendre leur statut et jargonner pour s’assurer qu’on ne les remette pas en cause. La solution, selon Thierry Crouzet ? « faire des expériences en divers endroits, comparer les résultats, partir sur les pistes les plus prometteuses, les mettre en concurrence », et multiplier les simulations numériques. Cette approche par le local, le terrain et la fédération des expériences remet en cause les structures de pouvoir. Pour Thierry Crouzet, d’un côté on va avoir la tendance de développer des réseaux sociaux pour que la liberté progresse, tandis que de l’autre, on note une dérive policière qui a pour objectif de contrecarrer cette complexification qui nous échappe.

Enfin, Guillaume Champeau a présenté une forme de réseau social étendu à l’échange d’information : LinkedFeed. En en expliquant la genèse, Guillaume a rappelé les premières formes de réseaux sociaux nés sur le web : Amazon et ses recommandations d’autres lecteurs, ou AudioGalaxy, qui permettait de découvrir des artistes et des chansons qu’on ne connaissait pas à partir d’autres artistes et d’autres chansons qu’on avait déjà écoutées. « A l’arrivée de RSS, je me suis abonné à des centaines de flux jusqu’à être submergé : quels flux lire ? quelles informations lire au sein de chaque flux ?… Les agrégateurs ne répondaient pas à ces questions. » D’où l’idée de développer du réseau social autour des flux d’informations qu’on accumule : c’est le principe de LinkedFeed, qui peut vous proposer d’autres choix de sources ou d’informations selon ce qu’ont lu ou apprécié d’autres utilisateurs.

Plates-formes et standards
Daniel Kaplan, délégué général de la Fing, a ensuite planté le décor du débat : qu’en sera-t-il dans 10 ans, quand les choses dont nous parlons ne seront plus des phénomènes émergents, mais mâtures, soit parce qu’ils auront pour ainsi dire disparu, soit parce qu’ils auront trouvé leur place parmi d’autres dispositifs, soit parce qu’ils auront tout recouvert. Sur quoi ces systèmes innoveront-ils pour progresser ? A quels défis devront-ils faire face ?

Pour Jean-Pierre Legrand, de BNP Paribas, les réseaux sociaux vont certainement se focaliser sur des choses pragmatiques. Les grandes entreprises pourraient par exemple partir des logiciels sociaux afin de fabriquer un réseau d’expert permettant à n’importe quel collaborateur de trouver une réponse à ses questions. Le risque, souligne Olivier Eschapasse en faisant référence à « La montée du Crowdsourcing« , n’est-il pas de générer un morcellement toujours plus important des organisations ?

Laure Endrizzi, de la cellule de veille scientifique et technologique de l’Institut national de la recherche pédagogique, s’interroge sur le sort des très nombreuses plates-formes de « réseaux sociaux » qui coexistent aujourd’hui. Aurons-nous un resserrement de l’activité autour de gros réseaux ou/et une hypersegmentation thématique ou géographique ? Car jusqu’à présent, c’est surtout la masse critique d’utilisateurs qui donne à ces réseaux une valeur ajoutée.

Selon Jean-Marc Manach, d’Internet Actu, il faut veiller à l’exploitation commerciale des données et à la surveillance que permettent ces outils. Daniel Kaplan concourt : les réseaux sociaux se développent à partir de plates-formes commerciales qui stockent les données de leurs utilisateurs et demeurent étanches à leurs concurrentes. Ce n’est pas scandaleux, mais imaginons que les réseaux de télécommunication aient fait de même, aurions-nous l’internet d’aujourd’hui ? Autrement dit, peut-on imaginer un jour où les plates-formes de réseaux sociaux seront un jour remplacées – ou fédérées – par des standards (tels que FOAF) qui permettront à tout un chacun de rester maître de ses données ?

En effet, ajoute Guillaume Champeau, pour qu’un réseau social fonctionne, il faut donner des informations sur soi. Guillaume évoque le concept de PRM (Privacy Right Management, gestion des droits à la protection de la vie privée) permettant aux utilisateurs de mieux contrôler leurs informations. « Or c’est tout l’inverse à l’heure actuelle », s’insurge Nadine Jouanen d’Eifel : on dissémine des informations sur lesquelles on n’a aucune prise. Comment puis-je les gérer ? Qui puis-je inviter à les connaître ? Sont-elles bien protégées ? Comment, enfin, éviter le « spam » de contacts, après celui des courriels ou des commentaires sur les blogs ? Après les connecteurs, il faudra peut-être inventer les « déconnecteurs »…

L’occasion pour Christophe Routhiau du Groupe Reflect de rebondir : « Quand je partageais ma musique sur les réseaux P2P, je choisissais moi-même le morceau que je voulais montrer aux autres et j’en cachais certains. Je maîtrisais ma présence. Demain, on pourrait tout à fait imaginer que je délivre des droits d’accès à tel service ou telle organisation. Plutôt que de poser mes photos sur FlickR, je les laisse chez moi et gère les droits d’accès. »

La gestion de son (ses) identité(s) et les jeux sur l’identité sont en tout cas des éléments essentiels dans les pratiques des réseaux sociaux. A défaut de solutions fondées sur des standards, la multiplicité des plates-formes a du bon : elle nous permet d’être, parfois avec désagrément, mais souvent avec plaisir, une foule de « personnes » différentes.

Silos sociaux ?
Reste encore à comprendre que la connexion n’aplanit pas à elle seule les tensions individuelles et sociales. Les intérêts et les rapports de force ne vont pas disparaître parce que les gens se connectent. Quels effets peut-on attendre des réseaux sociaux, s’interroge Daniel Kaplan ?

Après avoir réagi assez vivement aux thèses de Thierry Crouzet, Michel Briand, de la ville de Brest, s’interroge sur la généralisation des pratiques « connectrices ». Il a fallu huit ans pour développer un projet internet de quartier sur un quartier d’habitat populaire et il faudra encore 10 ans peut-être avant que les services de la mairie puissent publier l’information sans passer par le webmestre. Nos pratiques sociales au travail, ou dans la vie commune, évoluent peu, beaucoup moins que nos pratiques individuelles en tout cas. Or, les usages de plus en plus riches des plus évolués représentent un handicap plus fort pour ceux qui n’y ont pas accès. Dans le même sens, faisant référence à un article de Libération selon lequel c’est en raison de l’apparition d’une herbe devenue plus riche que les mammouths ont disparu, Jean-Marc Manach se risque à une analogie sur la démultiplication de l’information : « Ceux qui vont survivre sont ceux qui parviendront à digérer toute l’information, les autres risquent d’en être exclus. »

Dominique Cardon, de France Télécom R&D, rappelle que les classes supérieures ont toujours pratiqué le réseautage social. Les outils sont un moyen de démocratiser ces pratiques, mais du coup, on imagine aisément que la concurrence pourrait porter sur la « qualité » du recrutement des membres. Pour Vincent Becker de la Communauté d’agglomération de Montbéliard, les réseaux sociaux électroniques risquent surtout de répliquer ce que l’on voit déjà dans les réseaux sociaux réels : des milieux professionnels homogènes, des catégories socio-professionnelles peu différenciées et des réseaux sociaux actifs dans chaque tranche de la pyramide sociale… « Mais alors à quoi sert-il de se mettre en réseau si ce n’est pour reproduire les mêmes hiérarchies que précédemment même si la productivité est augmentée ? », se demande Jean-Baptiste Soufron, avocat. Comment de nouveaux réseaux sociaux peuvent-ils nous aider à « casser le moule » des réseaux établis ?

En outre, si les réseaux sociaux électroniques rencontrent ceux de la vie réelle, cela pose tout de même une question sur l’authenticité de la relation : plus on fonctionne en réseau, plus on « calcule » son réseau. Laure Endrizzi cite l’exemple d’un outil comme CiteULike, un service de partage de signets et de lectures pour les scientifiques : un chercheur qui construit sa notoriété avec ces outils va-t-il être mieux noté qu’un chercheur qui ne les utilise pas ?

Il semble en effet, souligne Cécile Méadel du Centre de sociologie de l’innovation de l’Ecole des Mines, qu’il y ait un préalable partagé par tous les intervenants, selon lequel il faut absolument se connecter, et que les non-connectés seront les perdants. C’est le modèle de la sociabilité aristocratique qui semble devoir s’imposer. Comment, dans ces formes de relation, des formes de solidarité peuvent-elles émerger, une vision de « l’intérêt général » peut-elle se construire ? Et quid de ceux qui, par choix de vie, par profession, par méthode, choisiront d’autres manières d’entrer en relation avec les autres ? L’avenir pourrait bien être à des formes beaucoup plus diversifiées de réseaux, certaines fondées sur le nombre, d’autres au contraire sur la raréfaction et la pertinence des contacts, d’autres encore sous des formes très ponctuelles ou pour atteindre un objectif précis ; certaines purement virtuelles, d’autres mariant le contact physique aux introductions numériques…

Enfin, sur quelles valeurs se fonde la diversité des réseaux ? « La mafia et les francs-maçons sont aussi des réseaux qui marchent bien », rappelle Michel Briand. Certains réseaux se fonderont sur des valeurs partagées, d’autres sur des formes de cooptation, d’autres sur le simple intérêt (tu me mets en relation, je te mets en relation). Pour Benjamin Bois, animateur d’un espace public numérique, les gens qui partagent réellement quelque chose sont très peu nombreux, la plupart consomment plutôt qu’ils n’échangent. Or l’échange ne vient pas naturellement, même avec beaucoup de technologie. C’est cet échange qu’il va falloir favoriser pour ne pas tomber dans des réseaux de consommateurs qui risquent vite de s’épuiser.

On retrouve peut-être ici l’enjeu des standards et des plates-formes. Qu’est-ce qui structurera demain les réseaux sociaux auxquels nous appartiendrons : la logique des outils et des grands intermédiaires, la simple masse, ou d’autres formes plus maîtrisées par chaque participant ? Et il faudra bien, dans un paysage qu’on imagine ici très divers, imaginer des manières de s’orienter entre plates-formes et réseaux, d’agréger celles auxquelles on appartient…

Le domaine des réseaux sociaux en ligne est encore très jeune. Plusieurs années seront sans doute nécessaires pour en apprendre les bonnes pratiques, en comprendre les usages, en identifier les formes efficaces. Leur émergence rapide, ainsi que leur diversité, montre en tout cas que la dimension sociale de l’usage des réseaux est désormais au premier plan des interrogations et des stratégies.

Hubert Guillaud et Daniel Kaplan

À lire aussi sur internetactu.net

8 commentaires

  1. Excellent article, qui offre une perspective différente de ce qu’on entend ou lit habituellement (j’aime bien les analogies herbivores ou maffieuses!)

  2. Merci à la FING pour cet article très pertinent. J’étais sûr que Monsieur Kaplan préparait quelquechose à ce sujet 😉

    Pour qu’un réseau social apporte du sens à ses membres, ces 4
    points vous semblent ils justifiés (voire suffisants…) :

    1. Thématique forte
    >>> Quelle est est la vocation sociale de ce réseau ?
    >> ex : donner du travail à ses membres, changer leur vie amoureuse, …

    2. « Contenus » à haute valeur ajoutée
    >>> Hormis du « lien social », que pourrais je y trouver ?
    >> ex : un emploi, de l’Amour, une relation sexuelle, …

    3. Qualité du recrutement
    >>> Qui sont les personnes présentes ?
    >> ex : les membres déjà présents sont ils dans une logique de contribution et/ou d’échange et/ou de partage ?

    4. Masse critique
    >>> Ma participation sera t’elle prise en compte par la communauté ?
    >> ex : est ce que « ça marche » ?

  3. Et les reseaux visant à créer du lien social entre gens partageant un même territoire? En France j’en connais deux, convillial.com et peuplade.net.
    Qu’en pensez vous?

  4. CONVILLIAL, c’est nickel chrome pour se faire des amis. Les gens qui le fréquentent sont vraiment là pour voir de nouvelles têtes et discuter du quartier, de la ville, de la vie…moins bobo que d’autres sites du même genre!

  5. http://www.globoos.com un réseau social pas encore trés connu mais d’un genre nouveau puisqu’il associe réseau et blogs donnant ainsi une dimension informative. Les thématiques sont autant culturelles que professionnelles. Initiative à suivre

  6. Bonjour,

    Je découvre avec plaisir cet article de la FING (qu’elle, je connais et dont j’apprécie les travaux depuis longtemps) et qui exprime en effet (ou plutôt exprimait) de nombreux sujets d’importance et qui rejoignent globalement ma vision actuelle des choses.

    Les questions fondamentales sont les suivantes à mon sens :
    * L’outil transforme t il l’homme et de quelle façon ? Allons-nous recouvrer des comportements d’équilibres sociaux (qui ne sont pas liés au hasard) ou au contraire cela va-t-il modifier l’ordre social ?
    * L’Homme a-t-il la maîtrise sur l’Homme qui contrôle les machines ?

    Les comportements face à cela sont multiples et tout ce qui est dit ici peut être finalement controversé :
    * Doit-on être prudent dans ses usages et pourquoi ?
    * « sans stratégie, sans investissement, pas de résultats. »

    Je suis plutôt partisan de ceux qui prônent de débattre, d’éclairer, de rendre nos citoyens du Net clairvoyants pour éviter le tout et n’importe quoi.
    J’ai créé une plate-forme pour parler des réseaux sociaux (comme ici, pas que technologiques) : http://www.networkers-in-the-city.com/forum/social-networking-reseaux-sociaux-guanxi.php

    Slts,

    Marc

    @ Globoos : Quel est le génie ou l’innovation de votre concept ?
    @ Mycorners : pour combien de temps et quels sont les leviers de financement et pérennité de votre plate-forme ? Ne saviez-vous pas qu’il vaut mieux ne pas mettre quelque chose collé à votre lien pour être sûrs qu’il soit reconnu par certaines plate-formes ? 🙂
    @ all : 382 affichages de cette page (dont on ne sait pas combien auront lu toute la page et commentaires). Tout est dit sur les portails et les réseaux communautaires, non ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *