Les usages de Skype

Maxime Crepel, de France Télécom R&D vient de livrer une intéressante étude (95 pages, .pdf) sur les usages de Skype, cet outil hybride entre téléphone et logiciel de messagerie instantanée (IM). Il remarque notamment que les jeunes âgés de 20 à 30 ans font majoritairement trois types d’usages distincts du logiciel qui est le système de Voix sur IP (VoIP) le plus diffusé au monde :

  • Le premier type consiste, assez classiquement, à entretenir des réseaux de relation familiaux ou amicaux, géographiquement dispersé, dans un entrelacement d’usages régulier avec d’autres systèmes d’IM. Le réseau de relation entretenu par Skype est dans ce cas essentiellement composé de relations réelles. Le logiciel est valorisé pour son côté pratique, convivial et économique. Il fait émerger cependant des craintes quant à la perte d’intimité et à la possibilité d’intrusion des membres du réseau dans la sphère privée de l’individu ce qui engendre des stratégies d’évitement parfois vécues sur le registre de la culpabilité.
  • Le second type d’usage est celui de la collaboration dans le cadre d’activités professionnelles. Skype est ici perçu comme un moyen de communication optimisé pour effectuer des conférences entre professionnels ou la réalisation simultanée d’une activité ou d’un projet particulier. L’usage de l’oral y est alors valorisé (parfois même en connexion audio continue ce qui permet de partager des environnements sonores), car il permet une meilleure fluidité des échanges en améliorant la compréhension entre interlocuteurs. On observe un entrelacement d’usage régulier avec d’autres logiciels spécifiques à l’activité professionnelle et d’autres moyens de communications (mobile, fixe, mail, IM). Dans ce cas, le réseau de relation entretenu via Skype est composé principalement de relations réelles, mais pas seulement.
  • Le troisième type d’usage est celui de la collaboration synchrone dans le cadre d’activités culturelles (jeux vidéo en réseau, musique, échange linguistique…). Le logiciel est ici utilisé avec ceux utilisés dans le cadre de ces activités culturelles et permet de partager, en continu, environnement sonore et échanges audio. Le réseau de relations entretenu est à la fois composé de relations réelles et virtuelles (partenaire de jeux, partenaire linguistique…). La constitution d’une vie sociale virtuelle, dont les liens sont entretenus via la VOIP, génère un certain intérêt, mais est également source de contrainte pour les utilisateurs.

Une étude, qui rappelle que ces usages s’inscrivent dans un continuum, c’est-à-dire dans une complémentarité avec d’autres moyens de communication (mail, IM, fixe, mobile…) et que les usages innovants constatés (connexion audio continue, sessions musicales, entrelacements d’usages avec d’autres logiciels…), ne sont pas liés aux développements du programme et des services Skype – qui restent la plupart du temps méconnus des utilisateurs -, mais des possibilités d’utilisation synchrone de la VoIP.

En conclusion, Maxime Crepel souligne que la VOIP s’intègre de plus en plus au web 2.0 (intégration de la Voip sur les sites de Kodak et d’eBay avec Skype, prochainement sur MySpace avec Tglophone) et qu’elle est appelée à s’intégrer de plus en plus avec de nombreux services web (services clients, sites de communautés, forums…). Il signale d’ailleurs, l’arrivée d’outils VOIP optimisés pour des usages spécifiques comme Ninjam ou eJamming pour les musiciens (voir « La latence, un souvenir ? ») ou Teamspeak pour les joueurs de jeux vidéo.

Via Vecam.

À lire aussi sur internetactu.net

5 commentaires

  1. Monsieur Maxime Crepel occulte, ignore ou passe à coté du réel usage majoritaire qui est une combinaison de 2 activités :
    – Le chat avec des inconnus pour passer le temps ou rigoler.
    – Le cybersexe avec des inconnus.
    Skype est le logiciel favoris pour ces 2 activités car les utilisateurs sont nombreux, facilement trouvables et il y a le support de l’audio et de la video.

  2. Bonjour

    D’abord merci de réagir à l’étude. Je ne pense pas avoir occulté les usages que tu décris. En effet, le troisième idéal type « l’usage dans le cadre d’activités culturelles » intègre par exemple les joueurs de jeux vidéos ou l’utilisation de Skype dans le cadre d’échanges linguistiques ou culturels avec des contacts qui peuvent effectivement être « inconnus » (relations exclusivement entretenues via internet / IVL). Si ce type d’usage avec des « inconnus » est au sein de l’échantillon fréquemment associé à la réalisation d’une activité parallèle, il n’est pas moins inscrit dans un cadre de loisirs durant lesquels les utilisateurs se détendent et s’amusent. Le jeu vidéo en réseau ou autres ne sont pour certains qu’un moyen de rencontrer des « inconnus » avec lesquels ils vont pouvoir échanger et se divertir.

    Pour l’utilisation de Skype dans le cadre du Cybersexe, il n’est pas présent au sein de l’échantillon des 17 utilisateurs interrogés. Cependant je fais référence à ce type d’usage (rencontres amicales ou amoureuses) dans la première partie de l’analyse consacrée au développement du logiciel et des services intégrant le système Skype. Il existe de plus en plus de sites intégrant Skype ou d’autres systèmes de VOIP accès sur la rencontre entre internautes (notamment avec le développement du system « Skype me »). Cet usage de Skype existe également sans aucun doute de manière plus spontanée et informelle, sur d’autres sites ou forums de rencontres amicales ou amoureuses.
    La vidéo associée à l’audio, bien qu’assez irrégulièrement utilisée par les membres de l’échantillon, est effectivement valorisée dans leurs propos car elle permet une plus grandes intimité et fluidité dans les échanges.

  3. Seuleument 17 utilisateurs interrogés ? Tout s’explique.
    Note : Je n’ai lu que cet article, pas les 95 pages.

  4. Il s’agit d’une étude qualitative, à visée exploratoire, auprès d’un échantillon diversifié de jeunes utilisateurs de Skype.

  5. Salut Max,
    est-ce que ta maman s’appelle Mireille et ta soeur Léa? Paul Verlaine, René Clair, Camille Claudel? 1979? Si oui, on se connaît bien…
    Sinon, bravo pour ton étude!

    Une Villeneuvoise trop sexy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *