Cartes émotionnelles

Christian Nold, un artiste londonien, a réalisé des cartes émotionnelles, qui mesurent les sentiments d’une personne durant une promenade. En combinant un traceur GPS et un capteur GSR (Galvanic Skin Resistance, « Résistance galvanique de la peau » mesurée notamment lors d’un passage au détecteur de mensonge et qui permet d’apprécier les changements de conductivité de la peau et par-là, l’expression de nos émotions), il a dessiné des cartes exprimant nos réactions à un environnement et une situation géographique en un temps donné.

Exemple de parcours émotionnels, les couleurs indiquent des personnes différentes, les pics, des moments de stress.

« BioMapping est un projet de recherche qui explore de nouvelles voies pour utiliser l’information que l’on peut recueillir avec son propre corps. Plutôt que de se servir des données de notre corps pour des technologies sécuritaires, qui servent à contrôler notre comportement, ce projet envisage de nouveaux outils qui permettent aux gens d’interpréter et de partager leurs propres données biologiques. »

Couplées aux API de Google Maps, les cartes sont disponibles en ligne et permettent d’observer et d’analyser les parcours d’individus, comprendre à quoi ils ont été sensibles ou stressés. En avril dernier, un journaliste du Guardian avait utilisé le procédé pour faire une ballade qu’il raconta en détail.

Via SmartSpace.

Autre exemple assez proche, My Beating Blog, une expérience artistique signée Yury Gitman. L’artiste, équipé d’un capteur GPS et d’un moniteur cardiaque, enregistre, lors de promenades, les pulsations de son coeur et blogue les données via des cartes, des photos, des billets pour les contextualiser. Une autre façon d’entrer dans un univers intime et émotionnel.

Une carte, le relevé des pulsations cardiaques et une photo correspondants à la ballade réalisée.

Via Infosthetics.

À lire aussi sur internetactu.net

2 commentaires

  1. la je suis MDR ( = mort de rire ! )
    un jour ils proposeront la carte zobgoogle, où les pics représenteront l’angle obtenu, en degrés, du truc qui en général pendouille près des stades et autres clubs d’aéronotiques, et se lève un peu plus, près des boites de nuits et autres quartiers dits chauds.
    Enfin je donne un exemple.
    8-D

    PS: les gars mettez pas d’accent apparament ca passe toujours pas sur internet, les accents.

  2. Bonjour.

    Merci pour les liens et l’analyse.

    Reste tout de même que trouver LA bonne représentation du SENS d’un discours est plus délicat que d’imaginer des représentations tout court.

    Charge à nous autres de déterminer la meilleure voie de représentation parmi une multitude…. ce que nous devons déjà faire face à une feuille de papier, avec moins de possibilités techniques et dynamiques.

    Trouvera-t-on un lien sémantique-représentation systématique ?
    A suivre.

    Emmanuel.
    http://www.exercicedestyle.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *