Demos : L’Atlas des idées

La couverture de l'Atlas des idéesLe think tank britannique Demos vient de publier une série de rapports qui visent à tirer les enseignement pour l’Europe des modèles d’innovation asiatiques. Cet Atlas des idées est divisé en plusieurs parties, notamment sur la Chine, la Corée et l’Inde, et fait le point sur la structure de l’innovation et de la R&D dans ces pays. Le rapport explore les manières dont la mondialisation redéfinit l’innovation : « La montée de la Chine et de l’Inde va reconfigurer le paysage de l’innovation. La prééminence européenne et américaine dans l’innovation scientifique ne peut plus être considérée comme garantie. Pas plus que les métiers de la connaissance qui en dépendent. Les chaînes d’approvisionnement mondiales ont déjà transformé la façon dont on fabrique des produits. La connexion aux marchés financiers est devenue primordiale. Quelque chose de semblable est en train d’arriver dans la façon dont on développe et applique les idées. »

Au final, le rapport émet une série de recommandations au gouvernement britannique pour mieux appréhender les changements que la montée de ces trois géants va introduire dans l’innovation mondiale :

« La Grande -Bretagne concurrencera l’innovation asiatique peu coûteuse en employant ses ressources d’une manière plus créative. Cela signifie choisir les secteurs où se spécialiser, encourager les sciences multidisciplinaires, favoriser l’investissement dans les technologies émergentes, et relier plus étroitement la recherche à l’innovation dans les entreprises. La City de Londres devrait être le modèle de la Grande-Bretagne pour la science : cosmopolite, compétente et efficace, ouverte aux nouveaux entrants, produits et technologies, soutenue par des régulateurs de confiance, indépendants et favorables à l’innovation. La grande-Bretagne doit se faire le champion d’une innovation plus cosmopolite et se rendre centrale dans les réseaux d’innovation mondiaux. Nos recommandations incluent :

  • créer des fonds globaux de collaboration de 100 milions de livres (148 millions d’euros) pour placer la capacité de coopération internationale britannique à un autre niveau ;
  • lancer un programme de bourses pour attirer chaque année 200 scientifiques asiatiques ;
  • financer des concours mondiaux d’innovation et des banque publiques de connaissances, modelées sur celle du génome humain, pour fournir une base ouverte et partagée pour l’innovation mondiale. »

Signalons que Demos va prolonger sur trois ans cette série de publications en s’intéressant aux modèles d’innovation d’autres continents et d’autres pays : dès avril devraient être publiés des focus sur l’Afrique du Sud, l’Egypte et le Brésil.

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *