Un robot pour apprendre les comportements sociaux des humains

kasparlerobot.jpg

Kaspar, un robot humanoïde, a été imaginé pour aider des enfants autistes à apprendre des compétences sociales humaines. Développé par le programme européen Iromec (Interactive Robotic Social Mediators as Companions), Kaspar, grâce à ses yeux et sa bouche expressive (vidéo), va aider des autistes à décoder les expressions et le langage du corps et du visage. Pour le professeur Ben Robins, du groupe de recherche sur les systèmes adaptatifs de l’université d’Hertforshire, « l’interaction humaine peut être vraiment subtile, et le moindre soulèvement de sourcil peut prendre différentes significations selon différents contextes ». Et d’expliquer que les enfants autistes se ferment à l’échange avec les autres humains parce que, pour eux, celle-ci comporte trop d’information et est trop confuse pour être comprise. D’où l’idée de passer par un robot pour exprimer des émotions uniformément et avec un minimum de complexité. « Kaspar fournit aux autistes la fiabilité et la prévisibilité dont ils ont besoin. Puisqu’il n’y a pas de surprise, ils se sentent en sécurité. Le but n’est pas de remplacer l’interaction et le contact avec d’autres humains, mais d’utiliser un subterfuge pour l’améliorer. » Les premiers tests semblent positifs : l’un des enfants qu’il avait en traitement, après l’avoir ignoré pendant des semaines, a fini par le conduire vers le robot pour partager l’expérience de Kaspar avec lui.

Bien sûr, comme le rappelle l’article de Wired qui dévoile ce projet, utiliser des robots pour interagir avec des enfants autistes n’est pas nouveau. Les poupées Robota, développées par l’EPFL dans le cadre du projet Aurora, sont utilisées comme jouets éducatifs depuis 1997. Le laboratoire de robotique sociale de Yale travaille à mettre au point Nico, un robot humanoïde conçu pour détecter les vulnérabilités à l’autisme durant la première année de l’enfant.

Utiliser un robot pour apprendre des comportements sociaux humain semble tout de même provocateur, mais l’autisme est un cas à part, précise le professeur Cathy Pratt, spécialiste de la maladie. « Les enfants autistes interagissent souvent mieux avec des objets inanimés qu’avec des êtres humains, d’où l’idée qu’un projet tel que celui-ci puisse permettre à ces enfants d’apprendre les comportements humains ». « Reste que la question clé est de savoir si les enfants seront capables de comprendre ce qu’ils ont appris de Kaspar dans d’autres situations et d’autres contextes », minimise le professeur Jennifer Pinto-Martin, une autre spécialiste de l’autisme.

En tout cas, les chercheurs espèrent que le robot pourra agir comme un médiateur social d’un nouveau genre, une étape pour améliorer les relations avec d’autres enfants et adultes.

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

  1. PROBO un robot câlineur intelligent

    Anty foundation est une asbl, qui tente de réaliser un rêve d’enfant mettre au point un robot câlineur faisant office de camarade de jeu pour les enfants malades séjournant à l’hôpital.

    Notre Mission

    The Anty Project s’intègre totalement dans notre vision consistant à mettre la technologie au service de l’enfant et s’aligne sur l’objectif de rendre l’hôpital plus convivial pour les enfants. Le robot Probo est un camarade de jeu qui brise l’isolement des enfants atteints d’une longue maladie ou d’une affection contagieuse. Il les met en contact avec d’autres enfants et même avec leurs parents, au moyen d’un petit jeu qui les fascinera. Une technologie près du cœur pour les enfants. C’est pour cette raison que les concepteurs du robot l’ont façonné et élaboré en l’imprégnant du monde de l’enfance.

    Pour ce projet-pilote de recherche multidisciplinaire de défis sociaux et technologiques, nous travaillons en étroite collaborations avec les universités et les labos de recherches, allant de la robotique, de l’intelligence artificielle, de la psychologie, de la pédiatrie,… Un premier robot prototype verra le jour fin 2007

    Un autre objectif est de jeter un pont entre les entrepreneurs, la recherche et la bonne cause pour améliorer les conditions de vies des enfants à l’hôpital.

    Un tel projet ambitieux nécessite l’engagement concret de tous ceux qui donnent à la fondation les moyens humains, intellectuels et financiers de remplir au mieux sa mission. Tout apport est le bienvenu…

    Probo le robot du projet Anty

    Cliquer ici pour Probo 3D : http://anty.vub.ac.be/info/Probo/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *