Une lentille de contact “augmentée”

Par le 24/01/08 | 8 commentaires | 18,144 lectures | Impression

De Steve Austin au Neuromancien l’idée d’un oeil bionique doté de capacités étendues est une constante du folklore de la science-fiction. Mais qui souhaiterait se faire enlever son oeil d’origine pour bénéficier d’une version améliorée ?

Les travaux actuels menés à l’université de Washington résolvent le problème grâce à la fabrication d’une lentille de contact “augmentée”.

crédits université de WashingtonUne équipe de chercheurs a en effet réussi à créer un verre, truffé de circuits intégrés et de diodes lumineuses, qui devrait permettre à terme d’afficher une image directement devant les yeux, se superposant à l’environnement réel.

Evidemment les applications sont multiples : de l’augmentation visuelle (permettant demain de zoomer sur ce que l’on regarde), jusqu’à la réalité virtuelle ou au jeu vidéo.

Cette lentille est un exemple d’application de la nanotechnologie, non seulement à cause de la petitesse des composants mis en œuvre, mais aussi en raison du processus de fabrication, qui repose sur le concept d’autoassemblage. Le problème qui se posait consistait à combiner des matériaux organiques sans danger pour l’œil, comme ceux utilisés dans les lentilles de contact traditionnelles, avec des matériaux inorganiques qui sont souvent toxiques ou incompatibles avec la rétine. Les chercheurs ont donc construit des circuits intégrés épais de quelques nanomètres (environ mille fois plus fins qu’un cheveu), et des diodes pour l’affichage d’un diamètre d’un tiers de millimètre. L’ensemble de ces composants se présentait sous la forme d’une “poudre grise” que les inventeurs ont saupoudrée sur le film plastique de la lentille, qui lui est compatible avec l’organisme. Ensuite, les composants se sont spontanément attirés et connectés en fonction de leur forme : autrement dit, le système s’est assemblé lui-même !

crédits université de WashingtonLes verres n’ont pas encore été testés sur les humains, mais sur des lapins, qui les ont portés vingt minutes sans dommage apparent. Mais on est encore loin de la commercialisation d’un tel produit : pour l’instant, les diodes intégrées au système ne s’allument même pas. En effet, la question de l’alimentation se pose. Les chercheurs espèrent combiner l’alimentation par fréquence radio et par l’énergie solaire obtenue grâce à des capteurs intégrés à la lentille. Il faudra attendre pour voir se réaliser un prototype réellement fonctionnel, mais un modèle expérimental affichant quelques pixels devrait être disponible assez vite.

Via Wired blog.

Rétroliens

  1. L’Internet des Objets » Blog Archive » En chair et en bits
  2. L’oeil bionique sans opération ! | Et-demain.com
  3. Revue des sciences 02/08 | Jean Zin

5 commentaires

  1. Beaucoup d’effet d’annonce en un seul lot, a priori…
    Ok, la poudre s’auto-organise et fait un circuit — c’est ce qu’on attend de nano-composants —, mais les diodes ne s’allument pas : on a vérifié le fonctionnement du circuit ? Après tout, avant de régler le problème de l’alimentation sur lapin (quelle marque de piles ?), ça devrait pouvoir fonctionner relié à une alimentation externe.
    Et un chiffre qui me chiffonne pour un “verre truffé de circuits intégrés et de diodes lumineuses” : les diodes d’un diamètre d’un tiers de mm. Une lentille a un diamètre d’un douzaine de millimètres… Je sais que la truffe coûte, mais à ce point, ça fait cher du pixel (et en gardant la transparence autour).

  2. par toni

    Ca risque pas de chauffer un truc comme ça ?

    Et l’alimentation par fréquence radio… Spas un peu moyen comme idée ?
    Une lentille de contact bien sur le oeil, là, qui prend direct de l’énergie dans sa gueule… Je connais pas exactement le fonctionnement du bordel mais ça doit peut-être être un poil nuisible à la rétine de l’oeil globulaire.

    Par contre, au niveau jeux vidéo, ça doit bien le faire…

  3. par Guiwald

    Ha, les rabats-joies :)
    L’”exploit” qui a été accompli ici n’est bien sûr pas destiné à être utilisé sur l’homme dans l’état actuel. Cela a bien été précisé.
    Simplement, il s’agit d’un début, d’ailleurs la nanotechnologie n’en n’est qu’à ses balbutiements aujourd’hui. Dans quelques années, de nombreuses expériences dans ce domaine feront qu’il sera beaucoup plus simple de réaliser nos rêves les plus fous (Bon, je suis en train de lire “l’Âge de Diamant”, ça doit déteindre sur mon jugement :) ).
    J’ai hâte d’y être en tout cas !

  4. @guiwald

    On ne saurait laisser un lecteur fidèle de Neal Stephenson, qui intitule un billet Le Samouraï virtuel : une vision du présent dans l’impression que ça n’avance pas! ;-)
    Si l’annonce de Wired paraît suspecte, les travaux sur des visières ou lunettes permettant l’incrustation d’information en réalité augmentée existent (et ne posent pas les problèmes d’alimentation évoqués ci-dessus).
    Voir par exemple http://www.matbe.com/actualites/commenter/10354/Lunette-ecran-chez-France-Telecom/?page=3

  5. par pvdg

    « Cette lentille est un exemple d’application de la nanotechnologie, non seulement à cause de la petitesse des composants mis en œuvre, mais aussi en raison du processus de fabrication, qui repose sur le concept d’autoassemblage »

    Je ne pige pas trop ce passage : « non seulement à cause de la petitesse des composants mis en œuvre ». L’objet m’a tout l’air macroscopique, j’ai même l’impression que je pourrais pomper le circuit à l’œil nu !