Le web mobile sera-t-il plus qu’un Minitel amélioré ?

Le mobile est en train de devenir un chemin important, et parfois dominant, d’accès à l’internet. Ainsi, en Inde, un utilisateur de téléphone mobile sur cinq s’en sert pour se connecter à l’internet, et un internaute sur cinq est en fait un internaute mobile. La faute aux infrastructures, pas ou peu adaptées à la téléphonie fixe, et donc à l’internet « traditionnel« , et au marché de masse de la téléphonie mobile, comme cela se passe souvent dans les pays en voie de développement.

Mobile phone IndiaMieux : l’an passé, le nombre d’abonnés à l’internet à haut débit y a décliné alors que celui des internautes se connectant au web via leur téléphone mobile explosait. Les fournisseurs d’accès expliquent qu’ils se sont en effet décidés à couper l’accès à près de 400 000 de leurs 9 millions d’abonnés à l’internet parce qu’ils ne se connectaient jamais. A contrario, le nombre de mobinautes progressait de 7 millions (+ 23 %), portant à 38 millions le nombre d’Indiens se servant de leurs mobiles pour accéder à l’internet, soit près d’un cinquième des 200 millions de possesseurs de téléphones mobiles que compte le pays.

Philipp Hoschka, responsable des programmes consacrés au web ubiquitaire et à l’accès au web via des terminaux mobiles du W3C, se demande ainsi quelle forme aura le web, et quels usages nous en aurons, dès lors que l’on y accèdera essentiellement via nos téléphones.

La victoire des mobiles sur les portables ?

Il rapporte à ce titre l’expérience d’une amie qui, ne pouvant momentanément plus se servir de son ordinateur portable, s’est mise à surfer depuis son téléphone, et qui ne peut plus aujourd’hui s’en passer : contrairement à son ordinateur, son téléphone est léger, toujours avec elle, il démarre bien plus rapidement et on accède donc à l’information beaucoup plus vite.

Mais à quel prix ? Et quelle sera l’expérience et la perception de l’internet lorsqu’on le pratique, voire le découvre, sur une fenêtre de quelques centimètres carrés ? Faudra-t-il développer des interfaces spéciales, comme le suggère une équipe de recherche de Motorola ? Ou bien, comme le suggère le reportage de Karyn Poupée au Japon, les mobiles deviendront-ils notre « nouvel appendice corporel«  ?

Mobile phone JapanA en croire Karyn Poupée, le tiers de la population, dans les transports en commun nippons, a les yeux rivés sur l’écran de son mobile, et ils seraient 40 % à avoir déjà utilisé leur téléphone portable dans leur baignoire, pour téléphoner, écrire des e-mails, écouter de la musique ou bien jouer.

Mobile phone London
Quelle que soit la dextérité de celle qu’on a appelé la « génération pouce« , il reste difficile d’imaginer qu’il soit possible de faire autant de choses sur l’internet avec ses deux pouces qu’avec ses dix doigts, et sur un écran de la taille (au mieux) d’une carte de visite.

Des mobiles qui permettent de plus en plus de choses, mais à l’interaction de plus en plus limitée

Certes, le téléphone fait désormais office de porte-monnaie électronique, ticket de train, de billet d’avion ou de train, de clef pour ouvrir et fermer la porte de chez soi, de carte de fidélité ou encore d’aspirateur à publicités, suivant en cela la prédiction de Takeshi Natsuno, gourou de NTT Docomo, qui voulait « remplacer le portefeuille et le sac à main de ses clients par leur téléphone portable« .

Pour autant, les interactions avec les données, elles, on tendance à être plus que limitées. Si les codes barre 2 ou 3D et les messages sonores subliminaux permettent aux annonceurs d’envoyer une URL sans que le destinataire n’ait rien à taper, force est de constater, à la suite de Karyn Poupée, que cela ne permet pas aux internautes mobiles de disposer d’une grande latitude dans ce qu’ils font des données qu’ils reçoivent.

Les téléchargements de musique, les fonds d’écran, les sonneries de portables, les services de tchat et de mises en relation (roses ou non), sont certes des gadgets très profitables pour les opérateurs, mais qui restent bien loin des possibilités d’échanges offertes par l’internet.

On est loin aussi des services futuristes qu’évoque par exemple ReadWriteWeb : systèmes permettant de « tagguer » la réalité et les gens, de créer des réseaux sociaux « physiques« , de reconnaître ce que l’on aura photographié, de se servir de nos mobiles comme pièce d’identité ou encore d’espace de stockage de nos dossiers médicaux…

Retour vers le futur du Minitel

Les usages assez pauvres de l’internet mobile en France comme dans le reste du monde, le montrent bien : « plus que répondre à un besoin, l’internet mobile est donc pour l’instant plutôt un moyen de remédier à l’ennui !« , explique avec raison le JournalduNet.

kiwanja_uganda_mobile_shopLes utilisateurs des pays pauvres, n’ayant souvent pas la possibilité de se connecter via un ordinateur, une bonne partie des « services » qui leur seront proposés le seront sur mobile, sans tous les gadgets et fioritures proposés aux mobinautes des pays riches, mais avec de probables réels impacts économiques mais aussi sociaux, politiques et culturels.

L’expérience internet proposée aux utilisateurs mobiles est généralement pauvre, peu interactive, très « descendante » – et chère. En cela elle fait penser – pour ceux qui s’en souviennent ! – au Minitel : peu d’informations sur l’écran, des commandes séparées du contenu (très loin de l’expérience des liens hypertextes disséminés dans le contenu multimédia d’une page web), un compteur qui tourne en permanence… ce qui ne l’empêchait nullement d’être utile, mais n’en faisait pas non plus un média de la puissance du web.

Il n’est donc pas exclu d’imaginer que la mobilité nous ramène à une espèce de Minitel marchand, certes pratique et en couleur, mais souvent payant, relativement lent, pas très ergonomique, et limité dans ses fonctionnalités.

Faut-il voir dans ce futur web mobile marchand, la même conception que celle qui, dans les années 90, nous présentait l’avenir de l’internet comme ne devant être qu’un vaste supermarché ? Quels usages sera-t-il possible de créer au milieu de ces fonctionnalités limitées ? Les utilisateurs en provenance des pays en voie de développement se contenteront-ils d’interagir avec leurs pouces ? Le web mobile sera-t-il autre chose qu’une vaste tuyau à divertissement, information calibrée et messages commerciaux ?

Pour aller plus loin, il va falloir réfléchir aux appareils (à commencer par l’iPhone), aux interfaces et aux concepts de services. On lira à ce titre le manifeste de la conférence MEX (Mobile User Experience), qui se tiendra en mai prochain à Londres, et qui dresse de toutes autres perspectives, autrement plus stimulantes. En vrac :
kiwanja_south_africa_mobile_phone_shop

  • le contenu est l’interface du futur,
  • le combiné doit sortir du seul cadre de la main,
  • la fragmentation, la multiplication de formats et d' »écosystèmes » propriétaires est l’ennemie de l’innovation,
  • le design est plus motivant que les fonctionnalités,
  • les pays en voie de développement sont la nouvelle frontière de la mobilité,
  • les moteurs de recherche requièrent une approche radicalement différente en matière de mobilité,
  • les listes de contacts intelligents sont au coeur des futures interfaces utilisateurs,
  • les systèmes de paiement par mobiles permettront de nous connecter aux machines, et plus seulement aux gens,
  • les utilisateurs sont des individus complexes, uniques et contradictoires,
  • le web 2.0 ne devrait pas faire oublier le potentiel de la reconnaissance vocale.

mobile_map_JapanLedit manifeste a quelque peu évolué depuis l’an passé, où il était plutôt question de simplifier les interfaces, de trouver le juste prix des services proposés, d’encourager l’interaction avec la communauté, ainsi que la publicité sur téléphones mobiles, de mieux reconnaître et mesurer les retours d’expérience des utilisateurs, et de favoriser une personnalisation « en profondeur« . Preuve que la réflexion sur les usages du web mobile ne fait que commencer, que rien n’est encore fixé et qu’il n’est peut-être pas encore trop tard pour proposer aux mobinautes autre chose qu’un Minitel amélioré.

À lire aussi sur internetactu.net

6 commentaires

  1. Le mobile du futur : imaginez un de ces eBook avec écran tactile, lisible en pein air, beaucoup de mémoire et de capacité de calcul, connecté à internet haut débit (accessoirement, il fait téléphone) : vous êtes beaucoup plus proche d’un ordinateur actuel correctement connecté à internet que de l’antique Minitel. L’iPhone d’Apple commence à ressembler à ce mobile du futur.
    Bernard

  2. Je réagis à plusieurs amalgames ou ambiguités qui m’apparaissent dans cet article :

    – Mobile = téléphone.
    En tant qu’ancien utilisateur de Psion 5, en tant qu’utilisateur de Zaurus SLC860, je n’arrive pas à assimiler la notion d’internaute mobile à celle d’usager de téléphone. Mon téléphone concerne d’abord mes oreilles, le web concerne d’abord mes yeux, et chacun doit se mettre dans l’axe physique correspondant, l’un de près (le téléphone de mon oreille), l’autre un petit peu éloigné tout de même (le web sous mes yeux).

    Le sujet des objets informationnels mobiles est sensible, et les classifier en téléphones et PDA est réducteur. Mais ne plus parler que de téléphone est clairement une erreur.

    Je ne m’étend pas davantage sur ce sujet insondable de rencontre entre les besoins informationnels mobiles et l’immensité des moyens techniques potentiellement disponibles qui n’ont été mis en oeuvre et diffusé jusqu’ici que sous des formes très limitées, et même insuffisantes, frustrantes, parfois bètes, truffées d’incapacités et de lacunes…. Avoir mis des appareils photos numériques dans les téléphones mobiles n’a été qu’une innovation à but commerciale, et n’a pas répondu aux besoins des usagers qui ne peuvent toujours pas saisir une note de 20 mots dans le temps très court laissé par une discussion rapide de coin de couloir.

    Peut faire « très très mieux » …!!!

    Michel.

  3. @Michel : moi-même ancien utilisateur d’un Psion, puis d’un Zaurus, j’aimerais bien avoir un tel/PDA qui fasse les deux, plutôt que d’avoir deux appareils; d’autant que Psion a fermé sa boutique grand public, que Zaurus cessé sa production…: force est de constater, pour l’instant en tout cas (en attendant un éventuel Ebook tactile et pliable), que c’est plutôt du côté de la téléphonie que l’ordinateur (mobile) va… d’où la question du Minitel.

  4. L’avenir du mobile passe bien évidemment par l’invention d’une interface vraiment efficace pour pouvoir faire « rentrer » des données par l’utilisateur.
    La taille limitée des écrans des mobiles est certes une limite à l’interactivité, mais l’iPhone d’Apple est en train de montrer la voie dans le bon sens.
    Reste donc le problème du clavier (ou donc de la saisie des données) que même l’iPhone n’améliore que marginalement.
    Le jour où il sera possible de taper en moins de 5mn le billet que je suis en train d’écrire sur un téléphone mobile, ce jour, changera la manière dont on s’en sert et provoquera certainement à nouveau une explosion de ses usages.
    Pour l’heure, on peut difficilement imaginer de sa ballader avec un clavier dans la poche et l’on continue à « tapoter » des messages avec frustration en utilisant le pseudo langage des SMS

  5. On pourrait rajouter ce manifeste qui est une véritable liste de défis.

    – Imaginer de bonnes configurations adaptées aux bonnes finalités.
    C’est à dire de l’équilibre des possibles de ces futurs appareils: fonction, action, contenu et pratiques réelles.
    Cette bonne configuration tranchera le débat entre la bouche, l’oreille et les yeux.

    ex: réseaux de device sans operateurs, mobile VoIP, plateforme de chat mobile, etc…..

    – Imaginer la bonne taille: cahier, portefeuille, couteau suisse numérique. Autrement dit la poche de jean, de chemisette, le sac. l’écran est le point dur de cette synthèse

    – Imaginer la bonne interface, car c’est l’interface qui rend le service, l’usage et l’appropriation possible. Elle sera multisensorielle.
    Ces interfaces devront être construites sur le plan du désir, de l’ouverture et d’une forme d’intégrité.
    En cela, il faut travailler la « désirabilité » (un désir non pulsionnelle, c’est à dire l’amour), plutôt que de s’arcbouter sur des supposés besoins, critères d’usabilité et autre prothèses pulsionnelles et artificielles.

    Le secteur des interfaces utilisateurs bougent beaucoup en ce moment: smasung, Kddi, apple, Comwax , etc….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *