Les Palestiniennes et le téléphone mobile

danah boyd rapporte une intéressante étude d’Hiyam Hijazi-Omari et Rivka Ribak du Département de communication de l’université d’Haïfa en Israël, sur « la domestication du téléphone mobile chez les adolescentes palestiniennes en Israël » (.pdf). Une étude qui s’est intéressée aux usages d’une dizaine d’adolescentes palestiniennes qui ont reçu leur téléphones de leurs petits amis et qui en cachent l’usage à leurs amies et à leurs famille.

Les garçons palestiniens offrent des téléphones mobiles aux filles afin de pouvoir communiquer plus facilement avec elles. Les filles, sachant que leurs parents n’accepteraient pas de tels relations, s’ingénient alors à cacher leurs mobiles et leurs usages au reste de leur famille. Cette « liberté » offerte par les garçons a un prix : le téléphone ne doit servir qu’à avoir des communications avec leur petit ami. « Je ne peux pas m’échapper de ma prison sans trouver une autre prison », rapporte l’une des jeunes filles interviewée par les chercheuses. Des adolescentes qui développent des pratiques assez fascinantes pour utiliser leurs téléphones sans qu’on les voit, acheter des cartes d’abonnements en cachette, etc.

Pour les adolescents, partout dans le monde, le téléphone mobile est une clé pour négocier la possibilité d’avoir des relations intimes, explique danah boyd. Les mobiles sont devenus un outil critique dans les relations amoureuses. L’étude d’Hijazi-Omari et Ribak montre avec plus d’acuité comment le mobile permet des relations intimes qui ne pourraient pas être possibles autrement.

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

  1. C’est un ancien/nouveau problème, mais sur le vif, la priorité des palestiniens (nnes), c’est de pouvoir vivre en paix. D’ailleurs, les adloscentes ne peuvent user de leurs portables tranquilement, tant qu’il ne retrouvent leur liberté confisquée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *