Superstruct, un jeu pour imaginer demain

Il y a quelque temps, Jamais Cascio s’interrogeait sur la portée de « jeux sérieux » susceptibles d’aider à la recherche en prospective. Il semble bien être depuis passé à la pratique : il a participé à l’élaboration de Superstruct en compagnie de l’Institut pour le futur et de la conceptrice de jeux Jane McGonigal. Les créateurs du projet espèrent ainsi opérer un « crowdsourcing » de la prospective, en mobilisant l’imagination et les capacités de prédiction de milliers d’internautes.

Le scénario du jeu est exposé par un – faux – communiqué de presse daté de 2019, annonçant qu’une super-simulation sur ordinateur a établi que l’espèce humaine n’en avait plus que pour 23 ans à vivre. Elle aurait toutes les chances de s’éteindre vers 2042. Elle devra en effet se confronter à cinq « supermenaces », lesquelles agiront généralement en combinaison :

  • La première, Quarantaine, concerne les réactions à la multiplication des pandémies.
  • La seconde, Famine, est liée à l’effondrement du système global de gestion de la nourriture, et tous les problèmes associés.
  • La Lutte pour le pouvoir traite de l’accès à l’énergie et du combat des nations pour obtenir la maitrise des ressources dans ce domaine.
  • La Planète hors la loi regroupe tous les problèmes de sécurité, de criminalité ainsi que les droits de l’homme et de la vie privée.
  • La Génération Exil est le nom donné à la « diaspora des diasporas », c’est-à-dire les déplacements massifs de populations générés par la multiplication des problèmes politiques, économiques ou environnementaux.

Comment jouer ? C’est simple : les différents participants envoient leurs créations sur le futur en 2019, en tenant compte du contexte indiqué par le scénario. Celles-ci peuvent être de simples textes, mais aussi des vidéos, des sons, ou même des objets.

Le jeu a commencé le 6 octobre. Il ne devrait durer que 6 semaines.

Pour première mission les internautes doivent plancher sur la question suivante : c’est un diner en 2019. Quels seront les sujets de conversation abordés par les convives ? Et les réponses commencent déjà à fuser.

Jane McGonical, co-conceptrice de Superstruct, raconte comment elle s’est fait prendre à son propre jeu. Il y a quelques jours, expliquait-elle, un collègue de l’Institut pour le futur l’informait qu’ils avaient « reçu un étrange paquet dans le courrier ce matin. Adressé à Superstruct, avec la mention « fragile » à l’adresse de l’expéditeur. A l’intérieur se trouvait 8 enveloppes séparées contenant de petites bouteilles en verre et une lettre de http://2019.theweatherproject.org nous demandant de vider les bouteilles de leur contenu (de l’air d’Angleterre !) pour y mettre nos propres échantillons. Nous devons alors les renvoyer à l’expéditeur. Ce site web est la première superstructure. Vraiment cool ».

Effectivement, rien dans la site web mentionné ne peut laisser penser qu’il s’agit d’un élément de fiction. A part bien entendu son objet totalement délirant…

Pour Cascio, ce jeu va fonctionner aux limites du canular, de l’illusion, Selon lui, a l’instar de la Guerre des mondes, la fameuse émission d’Orson Welles qui créa quelques frayeurs sur le territoire américain en 1938, des gens prendront ces témoignages au sérieux quand ils tomberont dessus sur le web ou sur Youtube (comme par exemple ces cinq vidéos)… Ce qui peut avoir dans le présent des conséquences inattendues.

Cascio cite un évènement qui s’est produit récemment : Google avait en effet publié par erreur un article vieux de six ans mentionnant la possibilité d’une faillite d’United Airlines. Dans la journée, l’action perdit jusqu’à 75 % de sa valeur, avant de remonter le soir lorsque le malentendu fut découvert. Ceci dit, comme le rappelle Cascio, ceux qui ont acheté des actions United Airlines à 3 $ en milieu de journée pour le revendre à 11 $ quelques heures plus tard se sont constitués un joli magot !

Quelles seront les conséquences pour le marché ou l’opinion si, par accident (ou volontairement…), un élément de Superstruct se trouve publié hors contexte ?

À lire aussi sur internetactu.net

5 commentaires

  1. ça c’est marrant il n’ont pas intégré la supermenace extra-terreste la seule vrai menace qui fait péter les neurones et tout le reste n’est que politique expliquée aux enfants.

  2. Le problème serait l’inverse :
    Nous sommes tellement submergé de « Fakes » de publicités virales qu’on doute de plus en plus. Et si un jour une vidéo amateur avec de vrais extraterrestres se trouvent sur youtube tous le monde pensera a un coup marketing ou a un amateur d’effets speciaux

  3. desfossez thomas:
    Internet n’est pas un lieu ou aucune source n’est vérifiée ni analysée par des experts pro ou experts amateurs
    La question n’est pas la preuve extraterrestre mais le traitement véritablement scientifique de l’hypothèse extraterrestre, du contact et de l’obligation morale d’intervenir dans un vaste plan de sauvetage avant extinction.
    Quand on est submergé de « Fakes » c’est déjà qu’on à des contacts non fiables inutiles et invalidés sans outils de recherches intégrés: une quasi faute professionnelle!

  4. Je joue à Superstruct depuis quelques semaines maintenant. Cela fait très plaisir de voir que l’on parle de sur InternetActu.
    Première étape: allez vous enregistrer : http://superstructgame.org/UserRegistration
    Des joueurs français se sont organisés pour jouer à Superstruct. Nous avons une IRC, un groupe Facebook en français ainsi qu’un site collaboratif (www.daily2019.ning.com).
    N’hésitez pas à me contacter pour plus d’infos 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *