Coudre et peindre son électronique personnelle

Leah Buechley surveille les doigts de geeks assemblésA Etech2009, la conférence sur les technologies émergentes organisée par O’Reilly, Leah Buechley, responsable du groupe High-Low Tech au Media Lab du MIT, a fait sensation en organisant un atelier de couture pour geeks. Pour elle, Lego Mindstorms est un système génial pour apprendre l’électronique et la robotique, mais cela reste hélas, – tout propos sexiste assumé -, réservé aux garçons. Comment permettre aux filles d’apprendre la programmation simplement ? C’est en utilisant les textiles électroniques que Leah Buechley s’est mise à la mode sur circuits imprimés, lui permettant de combiner artisanat et informatique.

Leah a développé des kits (baptisés LiLypad, comprenant des capteurs à coudre ou à thermocoller, du fil conducteur, des accéléromètres, des LED, etc.), commercialisés par Sparkfun (qui a déjà vendu 20 000 pièces), qui permettent de coudre de l’électronique dans les vêtements, afin que chacun conçoive ses propres technologies pour répondre à ses propres besoins. Elle a ainsi conçu une veste avec des flèches lumineuses dans le dos, lui permettant d’indiquer la direction qu’elle compte prendre quand elle fait du vélo, des bonnets lumineux ou des tee-shirts qui changent de couleurs selon la vitesse à laquelle vous bougez (voir notamment ses anciennes réalisations).

La veste qui réagit à vos mouvements !

Une feuille de papier, des diodes et de la peinture conductrice d'électricité Leah travaille à mettre sur pied des kits similaires, mais en peinture : « C’est un kit informatique pour le papier », explique-t-elle. Quelles interfaces pourrions-nous construire si l’on pouvait esquisser leurs systèmes fonctionnels directement sur le papier ? A quoi ressembleraient les circuits s’ils étaient peints ou gravés plutôt qu’usinés ? A l’aide de peinture électroconductrice, Leah travaille à créer de l’informatique à partir d’encre et de papier : à voir les premières images sur FlickR, on a hâte d’en savoir plus sur ce projet…

Via TreeHugger, UgoTrade et The Guardian.

À lire aussi sur internetactu.net

1 commentaire

  1. L’excellent Next Nature évoque l’encre conductrice, qui, appliquée directement sur le corps, pourrait permettre de faire le lien entre le corps et l’électronique. Le projet est développé par Becky Pilditch, Matt Johnson, Isabel Lizardi et Bibi Nelson, du département de Design Industriel du Royal Collage of Art britannique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *