Sommes-nous multitâches ? (1/2) : Comment apprendre à maîtriser notre attention ?

Par le 26/05/09 | 20 commentaires | 17,323 lectures | Impression

Avec le ton assez personnel auquel il nous a accoutumé, Howard Rheingold, l’auteur des Foules intelligentes, dans un récent billet évoque son métier de professeur à l’heure des téléphones et des ordinateurs connectés. Non par pour dénoncer l’inattention de ses élèves – “une salle pleine de gens qui ne sont pas en train de me regarder ou de se regarder, mais qui semblent être hypnotisés par quelque chose sur leur écran d’ordinateur” – et leur propension à accomplir plusieurs tâches à la fois, mais pour interroger les méthodes d’enseignement à l’heure des ordinateurs connectés, dont Howard Rheingold encourage l’utilisation en cours. Comment les utiliser et à la fois prêter attention au professeur et veiller à ce que les étudiants ne sortent pas du cours via les écrans ?

Comment être attentif dans un monde où les sollicitations sont multiples ?

Après avoir porté un regard réflexif sur la pratique de ses élèves (qu’il a même filmé), Howard Rheingold s’intéresse à la maîtrise de l’attention (le sujet avec lequel il ouvre ses cours, comme il l’explique en vidéo). Et d’expliquer que la maîtrise de l’attention en classe, pour lui, est un exercice collectif et toujours mouvant, auquel il doit fortement associer ses élèves. Parfois, pour ramener l’attention, il demande à ses étudiants de fermer leurs ordinateurs et à d’autres moments, il leur demande de tchatter sur ce qu’il dit, pendant qu’il demande à un autre groupe de faire une recherche sur le sujet qu’il a lancé et à d’autres de prendre des notes de ce qu’il raconte pour les partager avec le reste de la classe. Howard Rheingold a ainsi testé in vivo l’application de multiples règles, lui permettant de comprendre que celles-ci sont des outils essentiels pour ceux qui voudraient maîtriser l’art de l’attention à l’ère de la connexion permanente.

La salle de classe d'Howard Rheingold vue par l'oeil du professeur sur son vlog
Image : La salle de classe d’Howard Rheingold vue par l’oeil du professeur sur son vlog.

Mais le but doit rester clair, selon lui :

“Je veux que mes étudiants apprennent que l’attention est une compétence qui doit être apprise, pratiquée, et mise en forme : cette compétence doit évoluée si l’on évolue.
L’extension technologique de notre esprit et de notre cerveau par les puces et le net a apporté une réelle puissance à des milliards de personnes, mais même dans les premières années de cette connexion permanente, il est clair que même pour les technologues enthousiastes de mon acabit, cette puissance peut induire en erreur, fasciner et détourner ceux qui n’ont pas appris – à qui l’on n’a jamais enseigné – comment exercer un contrôle mental sur les outils qu’on utilise.”

“J’ai tendance à découvrir les choses en trébuchant sur elles, puis à me demander ce qu’elles signifient, d’où elles viennent, qui est derrière elles”, explique Howard Rheingold en faisant référence aux travaux de Linda Stone sur ce qu’elle appelle “l’attention partielle continue” et ceux de Cliff Nass du Département de communication de l’université de Stanford qui travaille à mesurer l’efficacité de ceux qui accomplissent plusieurs tâches en même temps (multitasking) ou encore le récent livre de Winifred Gallagher sur le sujet.

Quand quelque chose de lumineux clignote ou apparaît sous nos yeux, il a tendance à gagner automatiquement la compétition pour l’attention de notre esprit… “Il faut beaucoup de force de caractère à votre cerveau pour ne pas traiter un stimulus aussi fort qu’une publicité télévisuelle”, explique le professeur DeSimone, directeur de l’Institut pour la recherche sur le cerveau du MIT. “Si vous essayez de lire un livre en même temps, vous risquez de ne pas avoir les ressources cognitives suffisantes pour vous concentrer sur les mots” Les neuroscientifiques ont identifié un processus de synchronisation du cerveau, qui permet de travailler à des thérapies capables de renforcer l’attention à partir d’impulsions lumineuses justement (voir pour plus de précision ce qu’en disait Rémi Sussan dans nos pages). “Notre capacité à être multitâche est un mythe”, assène Winifred Gallagher. “Vous ne pouvez pas faire deux choses à la fois. Le mécanisme de l’attention est la sélection : c’est ou l’un ou l’autre. (…) Les gens ont pourtant du mal à comprendre que l’attention est une ressource finie, comme l’argent”

Génération multitâche ou diabolisation des pratiques générationnelles ?

Reste que, comme l’explique Howard Rheingold, il y a encore beaucoup à faire pour apprendre à être attentif (et à ne pas l’être). Assurément, un défi s’annonce, comme le proclament plusieurs articles qui interrogent la génération multitâche voire en dénoncent son mythe.

Pourtant, la capacité du cerveau humain à faire deux choses en même temps n’est pas née avec les nouvelles technologies : voilà longtemps que nous savons faire quelque chose en parlant ou en chantant, ou que nous savons conduire en écoutant la radio par exemple. Mais pour beaucoup, le phénomène s’accélère avec l’internet qui nous rend capables de tenir plusieurs conversations en même temps, tout en cherchant quelque chose dans un moteur de recherche, en regardant une vidéo et en écoutant de la musique. Une étude de la Kaiser Family Foundation en 2005 avait souligné que si les enfants entre 8 et 18 ans passaient 6,5 heures par jours sur des médias électroniques ils étaient exposés à quelques 8,5 heures de médias dans le même temps en faisant plusieurs choses à la fois.

My Competitive Nature is Such par Betenoir
Image : CC. “My Competitive Nature is Such” par Betenoir.

Bien évidemment, beaucoup de psychologues, d’éducateurs, de scientifiques ou de simples commentateurs s’en inquiètent voire s’en alarment. “En fait quand vous faites plus d’une chose, vous les ordonnez et vous décidez toujours laquelle faire à quel moment”, rappelle le neuroscientifique Jordan Grafman responsable de section neuroscience cognitive à l’Institut national des désordres et attaques neurologiques. Nous savons faire plein de choses en parallèle, mais c’est une capacité qui décline au-delà de 60 ans et que les petits enfants ont également du mal à accomplir. La capacité à accomplir plusieurs tâches en même temps a ses limites, même pour les jeunes adultes. Quand les gens essayent de faire deux ou plusieurs tâches en même temps ou en alternant rapidement entre elles, le taux d’erreur grimpe et cela prend plus de temps à accomplir que quand on le fait de manière séquentielle, explique le professeur David Meyer, directeur du Laboratoire Cerveau, cognition et action à l’université du Michigan. Bien sûr, si vous devez résoudre un problème d’algèbre en même temps que vous tenez une conversation par messagerie instantanée, le problème d’algèbre risque de prendre plus longtemps à être résolu…

Mais force est de constater qu’il s’agit rarement, en terme de pratique, de faire des choses qui méritent beaucoup d’attention en même temps. Et que nos outils numériques démultiplient peut-être aussi les micro-tâches, celles qui ne méritent pas beaucoup d’attention justement… Ce que confirme le professeur Meyer d’ailleurs : d’autres recherches montrent que la relation entre la stimulation et la performance suit une courbe en cloche : une petite stimulation – un café ou une musique bruyante – peut stimuler les performances, mais trop de stimulation est stressante et entraîne une chute de l’attention. De plus, le cerveau a besoin de repos et de temps de récupération afin de consolider pensées et souvenirs. Ceux qui remplissent chaque moment de tranquillité par un appel téléphonique ou une stimulation électronique ne reçoivent pas l’apaisement dont ils ont besoin, ce qui conduit leur cerveau a un état de surexcitation qui leur rend encore plus difficile de se concentrer quand ils en ont besoin.

Dans les universités américaines, à l’image de ce que connaît Howard Rheingold, plusieurs professeurs cherchent des solutions. Beaucoup interdisent les ordinateurs en classe. “Je demande à mes étudiants de ne pas me traiter comme une télé”, explique Aaron Brower professeur à l’université du Wisconsin. D’un autre côté, cette génération est plutôt habile à manipuler l’information et à analyser images et données visuelles. Quitte à reconnaître que les classes ne lisent plus beaucoup de livres du début à la fin… ironise Claudia Koonz, professeure d’histoire à la Duke University. “Et c’est la Duke University !”, rappelle-t-elle pour dire que cela ne concerne pas que les plus mauvaises écoles… Jusqu’à donner le sentiment d’altérer leur capacité à tenir un raisonnement du début à la fin… Dans les travaux de mes élèves, “je trouve des paragraphes avec une logique interne, mais qui ne suivent pas nécessairement une ligne d’argumentation construite”, explique encore Claudia Koonz au Time. Koonz les trouve même moins tolérants à la complexité. Selon elle, cette aversion est directement liée au multitâche : “C’est comme s’ils avaient trop de fenêtres ouvertes sur leur écran.” Pour compenser, il faut que les choses soient plus simples, plus accessibles…

Hubert Guillaud

Voir également la seconde partie du dossier : Peut-on mesurer les bénéfices de la distraction ?

Rétroliens

  1. Couteau Suisse N°34 la série des trouvailles
  2. Multitâches – multiécrans « jca’s Com blog-notes – communiquer.ch
  3. Relief » Multitasking, mémoire et déficit d’attention
  4. Bibliobsession 2.0 » Pourquoi lit-on moins  et comment lit-on aujourd’hui ?
  5. bookmark from diigo 09/15/2009 | Relation, transformation, partage
  6. Gilles Meiers » Blog Archive » S’isoler pour mieux varier
  7. Multitâches… nous? | Opossum, apprentissage et technologies
  8. Veille Antic
  9. Le multi-tâches, multitâches ou multitasking a la vie dure | LaGestionDeProjet.com
  10. Scénarisation by TICE - Pearltrees
  11. Multitâche, multiples nuances | Mario tout de go

9 commentaires

  1. Signalons une intéressante étude, mise en exergue par Howard Rheinghold lui-même, sur la conception de “chorégraphies” pour la nouvelle économie de l’attention.

    Les chercheurs Eric Gordon et David Bogen interrogent comment les professeurs doivent faire cours où les élèves utilisent de plus en plus de nouvelles technologies qui les conduisent ailleurs. L’émergence des médias sociaux impose de trouver de nouvelles méthodes et de nouvelles “chorégraphies” d’attention. Plutôt que de bannir les ordinateurs portables et les téléphones des salles de cours, la question n’est-elle pas plutôt comment les utiliser plus efficacement ?

  2. il a été montré que les facs ne proposant pas de connection internet au étudiants pendant les cours sont plus concentré sur le contenu du cours. Par rapport a ceci, nous ne sommes pas multitaches de manière efficace …

  3. par kdlk

    @Creation site internet
    Oui et non.

    C’est sur que si vous allez sur internet pour y voir votre facebook je doute que vous aurez la concentration suffisante pour suivre le cours.
    Mais on peut toujours rever n’est-ce pas?

    Par contre, je vais sur internet pendant les cours et je puis vous assurer que certains profs n’aiment pas cela car ils savent bien que je vérifie leur dire…
    wikipedia étant fiable à environ 90% je vais là pour les bases et le reste sur les sites spécialisés.
    Je puis vous garantir que le cours je le suis très bien.

    @Hubert Guillaud
    Tout à fait d’accord.

    Lorsque mon ordinateur a été mal configuré j’ai du ramer un peu avant de vraiment pouvoir l’utiliser correctement pendant le cours.
    Une fois qu’il est comme il faut ce n’est que du bonheur.
    Je pense que ce sont les outils qui permettent de se connecter via le web qui doivent etre correctement par l’école:
    leur “serveur” doivent etre capable de fournir le service demandé sans plus.

  4. par kdlk

    OUBLI
    Je pense que ce sont les outils qui permettent de se connecter via le web qui doivent etre correctement “configuré” par l’école

  5. Le multitasking est un leurre et de plus en plus d’ouvrages ou de sites (4hww, zen habits…) se focalise sur ce point pour une meilleure productivité. le suivi d’un cours n’a pas grand chose a voir finalement, si c’est vraiment pour le suivre, ca reste ‘dans le flux’

  6. Je ne suis pas d’accord, le mutitasking permets sans conteste une meilleure productivité, il suffit de voir l’exemple du Japon.

  7. It’s incredible ! Fun article.

  8. par Jdhhbfbb

    golden retriever clipart,

  9. par NIZON marcel

    Avant de fermer ou ouvrir l’accès Facebook pendant les cours peut etre faut il s’interroger sur la dose d’enseignement magistral, la dose de travail personnel sur un cas et la dose de travail en intelligence collective ou le multi tasking est devenu roi.
    Le savoir est passé sur internet exploitons le et concentrons nous sur le savoir faire !
    pour ma part je suis passé de 50 % de cours magistral à 30 % et les 2/3 du temps c’est lui qui devient l’acteur, et j’ai multiplié par deux le travail demandé en exercice personnel chez soi ou collectif en travail dirigés sur google doc , je peux vous assurer que avec 2/3 du temps ou l’èlève est le maitre de ses actions , il n’a vraiment pas le temps d’aller sur facebook
    Marcel nizon professeur de management,analyse financiere et réseau sociaux IDRAC NANTES avec 100% des cours notebook wifi autorisés pour les étudiants deB3 à M2