A lire ailleurs du 22 juin au 9 juillet

Revue de web le 10/07/09 | 4 commentaires | 3,858 lectures | Impression

Ce fil d’information, accessible sur notre site, sur notre compte Twitter ou sur aaaliens.com, est aussi disponible au format RSS. Vous êtes invités à nous aider à réaliser cette sélection en nous signalant des articles qui vous semblent importants et qui interrogent notre réflexion et notre futur en utilisant le tag “internetactu” dans Del.icio.us.

Politiques publiques
. eTourisme, les nouvelles vitrines des territoires (.pdf)
L’Aquitaine Numérique consacre un intéressant et documenté dossier sur l’etourisme à l’heure des services 2.0 et pose la question : comment assurer la promotion d’un territoire dans ce contexte ? Investir les sites sociaux, les espaces de partage et envisager le mobile comme une passerelle de connexion durant le séjour.

. Où est mon bus ?
Le département des transports de Washington a mis en place une application mobile pour permettre aux citoyens de connaître l’emplacement en temps réel du bus qu’ils s’apprêtent à prendre. Une ouverture de donnée qui répond au concours Apps for Democracy – http://www.appsfordemocracy.org – et au catalogue de données ouvertes depuis : http://data.octo.dc.gov.

. Vers les hyperlieux
Pour François Verron, l’hyperlieu repose sur l’idée que l’usage du lieu où on se trouve ou qu’on traverse, est augmenté : services personnalisés, fluidité et réactivité, échanges et partages des flux d’information , de conversation, de transaction liés au contexte. L’individu nomade et mobile est désormais un individu des hyperlieux, un individu multi-contexte. Tout un chacun (et notamment les marques, car le discours est ici essentiellement marketing) doit désormais apprendre à composer avec la mobilité et plus encore la proximité des lieux que nous traversons le plus souvent.

. 20 visualisations pour comprendre le crime
L’excellent Flowing Data recense une série de cartographies et de représentations de la criminalité…

. La voie/x légitime des collectivités sur Internet villes de France
USEO publie une étude sur le Dialogue Citoyen en ligne intégrant un état des lieux des dispositifs participatifs des 100 plus grandes villes de France. L’étude fait ressortir la faible utilisation d’Internet par les communes dans le cadre du Dialogue Citoyen. Si 75% des villes étudiées affichent une politique de démarche participative seules 22% donnent un espace d’expression à leurs concitoyens sur leur site. Une très faible minorité (4%) s’appuie sur des espaces de dialogue modernes ou de réseaux sociaux territoriaux.

. Comment les villes utilisent l’innovation pour répondre aux défis sociaux
Le British Council vient de publier un rapport écrit sous la plume de Charles Leadbeater et Geoff Mulgan sur le rôle de l’innovation sociale dans la transformation des politiques publiques.

. Une plateforme ultralocale dans un ascenseur ?
Tel est le projet développé par Ma-Résidence, explique Fred Cavazza. L’idée : équiper les ascenseurs d’écrans pour donner accès à des services aux résidents dans 163 logements d’Alforville. Des écrans qui permettent de discuter et de publier des petites annonces : http://tout-sur.ma-residence.fr/2009/06/24/l%E2%80%99ascenseur-numerique%C2%AE-une-innovation-mondiale/

. Une politique antidrogue virtuelle bien concrète
Comment mener une politique antidrogue sur les sites sociaux comme Habbo Hotel ? Utiliser des moyens de communications interactifs en s’adressant aux jeunes là où ils sont, avec leur langage et faire naitre des possibilités de dialogues inédites. Via La 27e Région.

. Des outils pour construire l’avenir du journalisme
Pour Christopher Csikszentmihályi, co-directeur du Centre pour l’avenir des médias civiques – http://civic.mit.edu -, qui vient d’organiser une importante conférence au MIT sur le sujet – http://civic.mit.edu/knightconf -, “pendant 200 ans, les journaux ont été le moyen pour les communautés de savoir ce qu’il se passait dans leur communauté et ce qu’elles pouvaient en faire”. Ce n’est désormais plus le cas. L’occasion bien sûr de réfléchir et d’outiller l’avenir du journalisme, avec un système comme Selectricity par exemple, qui permet à des votants de classer leurs préférences, plutôt que de juste élire le projet qui recueille le plus de voix – http://civic.mit.edu/projects/c4fcm/selectricity – qui a permis de récompenser http://www.tweetbill.com, un site qui permet d’être au courant quand un projet de loi sur un sujet qui vous intéresse arrive au Parlement.

. Utiliser les médias sociaux pour améliorer les services publics locaux
A l’occasion du LocalGovCamp – http://localgovcamp.com – qui s’est tenu fin juin à Birmingham, plusieurs intervenants reviennent en vidéo sur comment les médias sociaux transforment les services publics locaux (en anglais).

Données publiques
. Un manifeste pour les droits de nos données de santé
Tim O’Reilly a publié un court manifeste pour les données de santé – http://www.healthdatarights.org -, s’inspirant des principes pour les données publiques ouvertes – http://www.internetactu.net/2007/12/20/principes-pour-des-donnees-publiques-ouvertes/ – : “à une époque où la technologie permet à l’information personnelle de santé d’être toujours plus facilement stockée, mise à jour et échangée, les droits suivants devraient devenir évidents et inaliénables. Nous avons le droit
- de posséder nos propres données de santé.
- de connaître la source de chaque élément de ces données.
- de rentrer en possession d’une copie complète de nos données de santé personnelle, sans délai, à un coût minimal.
- de partager nos données avec d’autres comme il nous sied.”

. Ne demandons pas au public de faire attention à ses données
Les conservateurs britanniques viennent de proposer que tout un chacun conserve ses données de santé sur des services existants comme HealthVault de Microsoft ou Google Health. Est-ce que Google peut remplacer l’enregistrement de données de santé du Service de santé national (NHS) britannique ? Pas sûr que cela suffise à réduire les coûts de développement informatique auquel le NHS est appelé à être confronté, estime Michael Cross pour le Guardian ? Les services publics doivent-ils proposer des bases de données centralisées pour leur services ou laisser faire ce métier à d’autres ? Reste que la motiviation des patients à conserver leurs données n’est pas acquise, loin de là. Le problème de la propriété des données risque de se complexifier avec de telles solutions. Enfin, cela ne veut pas dire que le NHS n’aura pas besoin de nouveaux services informatiques dignes du XXIe siècle et de ses missions.

. Database Journalism : un renversement de perspective
Intéressante interview de Nicolas Kayser-Bril sur le journalisme de base de données, une méthode journalistique qui met au centre de l’enquête une base de données pour en extraite des informations inédites.

. La donnée sur l’action publique est un bien public
Retour de Nicolas Vanbremeersch du Personnal Democracy Forum où il montre que le sujet était surtout les données publiques et leur mises à disposition ainsi que la volonté par ce biais de rendre l’administration transparente – cf. le projet USAspending (les dépenses des EU) http://www.usaspending.gov afin de permettre à chacun de suivre les dépenses de l’administration américaine. Versac rappelle que la donnée publique ce sont des données accessibles électroniquement (et pas des .pdf). Quant à la mobilisation militante, elle semble plus facile à mobiliser pour la conquête de pouvoir que d’être prolongée après.

. Participation ou transparence ?
Francis Pisani revient sur la conférence du Personal Democracy Forum qui se tient actuellement à New York consacrée à l’impact des TIC sur la politique et l’Etat. On y insiste moins sur la participation que sur la mise des données de l’Etat à la disposition du public…

. Comment mettre les données gouvernementales en ligne par Tim Berners-Lee
Les données sont mises en ligne pour accroître la responsabilisation , accroître la qualité de l’information, et permettre aux gouvernements et aux Nations de fonctionner plus efficacement. Tous de ces objectifs sont servis en mettant les informations sur le web comme des données liées (Linked Data : http://www.ted.com/index.php/talks/tim_berners_lee_on_the_next_web.html). Commencez par les “fruits mûrs”, conseil Tim Berners-Lee, car les données doivent être disponibles le plus tôt possible et de préférence sous forme de données liées. En troisième priorité, elles doivent être liées à d’autres sources. La technologie des données liées permet à toute donnée d’être composée de vocabulaires variés, capable de discuter entre eux quelque soit leur origine (locale, industrielle, internationale…), ce qui permet d’avoir un meilleur compromis que des solutions d’interopérabilité plus difficile à négocier.

. 4 leçons sur l’avenir du journalisme
Le Nieman Journalism Lab revient sur l’expérience lancée par le Guardian autour du scandale des notes de frais des députés britanniques, réussissant à engager 20 000 lecteurs dans le déchiffrage des 457 000 documents récupérés. Parmi les 4 leçons à retenir : rendre le processus agréable, être rapide, avoir des serveurs robustes…

Identités actives
. Les internautes modèrent naturellement leurs pages de profils
Les recruteurs regardent désormais les pages des candidats sur les réseaux sociaux. Une attitude qui pousse les jeunes diplômés à gérer le contenu affiché pour qu’il leur ressemble sans les trahir. Résultat : 90% des personnes interrogées estiment que leur compte reflète leur vraie personnalité.

. Comment Nike a déchainé la puissance des mesures personnelles
Wired revient sur le système Nike+ qui permet aux coureurs de mesurer leurs progrès en utilisant leur iPod, une connexion internet et des baskets augmentées de capteurs biométriques. Pour de plus en plus d’utilisateurs, faire leur exercice est devenu aussi indispensable que de les mesurer. Ce qui arrive après la course et les échanges avec d’autres coureurs, aussi important que la course elle-même.

. Hacking Citoyen
A l’occasion de son projet de diplôme à l’Ensad, le designer Geoffrey Dorne nous présente par le menu ses prototypes de hacking citoyen, c’est-à-dire comment le citoyen peut déjouer la surveillance au profit de la liberté. Carte qui répertorie les emplacements de caméras de surveillance, broche et bonnet infrarouge qui rend son porteur anonymes aux caméras, une clef usb permettant de générer des identités en ligne aléatoires, une clef usb de protection, un porte-cartes Rfid qui les rend silencieuses…

. per.sonn.es, le réseau social fictif
per.sonn.es est un projet artistique visant à créer le premier réseau social entièrement fictif d’Internet. Les « membres » de ce réseau social sont créés par combinatoire à chaque visite du site – qu’il s’agisse d’un visiteur humain ou d’un robot d’indexation. Ils sont détruits instantanément. Leur existence n’est qu’une illusion informatique, une persistance rétinienne à l’ère du fichage social. per.sonn.es sème un peu de pagaille dans les fiches bien ordonnées de la dataveillance commerciale et policière.

. Les données sociales vont permettre de créer de nouveaux produits
Selon Reid Hoffman, le créateur et président de LinkedIn, l’accumulation sans précédent de données sociales va être un terreau fertile pour la culture de nouveaux produits et applications qui tireront profits des analyses de l’identité des utilisateurs et de leurs relations.

. La vie privée requiert de la sécurité, pas de l’abstinence
Simson Garfinkel pour la Technology Review revient dans un long dossier sur l’évolution de la vie privée à l’âge de Facebook et rappelle combien la protection de nos vies privées est un droit inaliénable. “Depuis plus de 100 ans, la jurisprudence américaine reconnait la vie privée comme une exigence pour la démocratie, les relations sociales et la dignité humaine. Depuis 50 ans, nous avons compris que sa protection ne consistait pas seulement à contrôler les intrusions dans votre maison, mais aussi l’information (…). Nous avons besoin d’apprendre comment protéger notre vie privée par intention, et non pas accident. Même si la technologie peut aider, ma conviction est que ces protections doivent commencer avec des politiques clairement énoncés. Tout comme Nixon a créé l’Agence de protection de l’environnement pour protéger notre environnement, nous avons besoin d’une Agence de protection de la vie privée. Notre approche parcellaire n’est plus acceptable.”

Prospective
. Demain, les moteurs de recherche
“Demain nous n’utiliserons plus les moteurs de recherche comme moteurs de recherche mais comme moteurs de signaux. Nous n’y chercherons plus des contenus (c’était hier), nous n’y attendrons plus simplement une recommandation et une logique de prescription (c’est aujourd’hui), mais nous voudrons y trouver une qualification des contenus. Une qualification qui se voudra la symbiose entre des métriques sociales et comptables.” Olivier Ertzscheid.

. Le grand jeu de l’évaluation
Kevin Maney pour The Atlantic revient sur le grand jeu de l’évaluation… D’ici quelques années, explique-t-il, tout sera évalué par les internautes : les dentistes, les coiffeurs, les sermons, toi, moi… “Si il peut être évalué, il sera évalué” assène Rich Barton, fondateur de Zillow et de Glassdoor. Des classifications qui sont déjà en train de changer la dynamique de nos sociétés : 47 % des patients américains se renseignent sur leurs médecins via le net, estimait le Pew Internet. Qui a dit que plus la technologie peut contribuer à la prise de décision, meilleure sera la vie ?

. Facebook vs. Google
Avec 200 millions d’utilisateurs et un trafic qui approche celui de Google, Facebook est en train de devenir un géant de l’internet. Dans cette course à la domination, deux visions s’opposent : la vision algorithmique à la Google contre la vision sociale à la Facebook.

. Le manifeste du gaspillage
Dans le dernier numéro d’Interaction magazine, Victor Margolin publie un manifeste du gaspillage dont il appelle à prendre conscience de son économie et de son fonctionnement, seul moyen pour la combattre.

. Il nous faut une meilleure télévision
Genevieve Bell, chercheuse chez Intel, explique que toutes les télévisions ne vont pas devenir des ordinateurs… Pire, ce n’est pas ce que les gens cherchent : “on a besoin de mieux mixer télévision et internet. Mes conclusions sont claires : les consommateurs aiment la télé et la portent sur leurs ordis parce qu’ils veulent être connecté à l’internet.” Comment apporter les réseaux sociaux et les technologies de l’internet sur la télé ? Pour l’éminente anthropologue, la télé a besoin de nous permettre d’accéder à Twitter ou FlickR… Un défi ? Assurément.

. Les 10 défis du futur
Le futurologue Peter Schwartz du Rensselaer Polytechnic Institute a récemment produit un classement des défis que les scientifiques devraient relever publié par The Futurist, la revue de la Société pour le futur du monde. 1. Créer des solutions à long-terme pour rendre notre demande d’énergie durable. 2. Lancer une révolution bio-industrielle pour créer une fabrication soutenable. 3. Comprendre et améliorer le cerveau humain pour résoudre les problèmes liés au vieillissement de la population notamment. 4. Améliorer l’agriculture pour réduire les coûts et augmenter son efficacité énergétique et eau. 5. Construire des villes soutenables utilisant une architecture plus intelligente. 6. Stimuler la croissance de l’emploi et le développement économique. 7. Fusionner la dimension culturelle technologique et spirituelle. 8. Mettre en place des instruments pour porter la découverte scientifique plus avant…

. Comprendre le plan stratégique 2009/2010 de la Darpa
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin sur Automates Intelligents reviennent en détail sur le plan stratégique de l’agence de projets de recherche avancés de la Défénse américaine (Darpa) et égrainent les directions de recherche prioritaires : production rapide et de masse de vaccins, aéronefs robotisés, énergies alternatives…

. Google devient le Centre Universel de Traduction
Jean-Marie Le Ray revient en détail sur les fonctionnalités du Centre Universel de Traduction de Google, en montrant comment s’imbriquent les outils et les fonctions en une place de marché particulièrement innovante. Comment ces outils permettent au moteur de Google d’apprendre des techniques humaines.

. La distance n’est pas morte avec l’internet
Si vous pensez que l’e-mail rend les distances géographiques moins importantes qu’avant, vous risquez de vous tromper. Selon une étude publiée par Jacob Goldenberg et Moshe Levy de l’université hébraïque de Jérusalem – http://arxiv.org/abs/0906.3202 -, “la proximité géographique est devenue une force plus puissante que jamais”. Leur étude porte sur les habitudes de 100 000 utilisateurs de Facebook observés par leur code postal, montrant que la proximité géographique renforce la proximité géographique. [From Technology Review].

. affordance.info: Du “cloud computing” au “home computing” : comment le web devînt fractal
Intéressante réflexion d’Olivier Ertzcheid sur la (re)naissance du Home Computing, via Opera Unite, l’idée que chaque ordinateur soit vraiment un noeud du réseau en permettant à chacun de devenir serveur. Un P2P généralisé : “Un web parfaitement et rigoureusement fractal. Chaque navigateur de chaque ordinateur connecté au réseau devenant son propre client, son propre serveur, son propre client-serveur, son propre internet. C’est là tout l’enjeu du Home Computing.” Reste que ce n’est pas la première tentative et qu’il n’est pas sûr que l’essai soit à nouveau le bon… Mais force est de reconnaître, comme le signale Fred Cavazza – http://www.fredcavazza.net/2009/06/18/opera-10-chrome-4-firefox-4-vers-des-plateformes-sociales-et-applicatives/ – que tous les navigateurs songent à se transformer en plateformes applicatives, sociales… libératoires !

Innovation
. L’art d’être un hacker – Télérama.fr
Dans ce court (mais bon) reportage vidéo consacré au Hacker Space Festival, qui s’est tenu fin juin à Vitry, Télérama rapelle que le hacking est un art du détournement, à distinguer du piratage, et qu’il touche aussi bien l’informatique que l’électronique, l’art que le DYI low tech.

. Il faut douter pour inventer – Le Monde Informatique
“J’ai cru pendant longtemps qu’il fallait penser pour changer. Je suis convaincu maintenant du contraire : il faut changer pour penser”. Pour Luc de Brabandère, directeur associé du Boston Consulting Group, “L’innovation peut être définie comme un changement de la réalité. La créativité comme un changement de la perception.” Si bien que pour le consultant, l’innovation est synonyme de continuité, et la créativité de rupture. Donc, « d’une certain manière, plus on innove, moins on est créatif. »

. Des applications iPhone accessibles à des non développeurs
TapLynx – http://www.taplynx.com – promet d’offrir un outil pour développer des applications pour l’iPhone pour les non-programmeurs.

. Google lance des services SMS pour l’Ouganda

Google vient de lancer plusieurs services SMS – http://www.google.co.ug/sms -(dont une place de marché et un service de question réponse) pour l’instant uniquement accessible depuis un réseau télécom de l’Ouganda.

. Innovation et brevets sont-ils solubles dans le jeu ?
Pour Bill Tomlinson de l’université de Irvine et Andrew Torrance de l’école de droit de l’université du Kansas, les brevets seraient un frein à l’innovation. Et pour le montrer, ils ont utilisé un jeu de simulation. Dans le jeu, les joueurs avaient généré beaucoup plus de profits et d’innovations dans un environnement où personne n’était pénalisé pour avoir violé un brevet, et ou personne ne perdait de temps à en défendre un autre.

. Les labos du MIT plus verts
Pour comprendre le défi nécessaire du changement de comportement face à l’énergie, le MIT a décidé d’appliquer à son propre campus des normes de réduction d’énergie et montrer les progrès que peuvent permettre de nouvelles technologies et de nouvelles conceptions, rapporte la Technology Review.

. Voyager sur le web tous ensemble, simplement
L’essentiel de nos activités en ligne sont sociales, mais la possibilité de faire du surf collaboratif est encore rare. Des chercheurs américains ont développé le navigateur pour la collaboration en temps réel (RCB) qui, contrairement à bien des concurrents, ne nécessite pas que tous les utilisateurs disposent de l’extension approprié pour fonctionner. Reste que RCB n’est pas encore accessible au public : http://www.usenix.org/event/usenix09/tech/full_papers/yue/yue_html/index.html

. Le PC à 100 dollars devient une clé USB à 5 dollars !
En mettant le logiciel qui fait tourner l’OLPC sur une clé USB capable de fonctionner sur n’importe quel vieux ordinateur, le projet OLPC peut-il se réinventer ? L’interface donnera vie à des millions de vieilles machines, mais ne risque-t-elle pas d’oublier bien des autres innovations que l’OLPC proposait (énergétique, qualité d’affichage…) sous prétexte du fonctionnel ?

. Geoffrey Dorne : Comment bien choisir sa boîte pour un colis ?
La réalité augmentée peut-elle être utile ? Voici une application non-ludique qui a pour but de vous montrer si votre colis est adapté à la taille de la boite.

Ressource
. Free est free
Le dernier livre de Chris Anderson, en anglais, est accessible sur Scrib, gratuitement, en ligne.

. Internet rend-il encore plus bête ?
Books consacre son numéro d’été à l’internet en sélectionnant une belle brochette d’articles consacrés à des livres (pour la plupart américains) traitant de l’évolution de la société à l’aune des nouveaux médias. En pointant du doigt des opinions contradictoires, le numéro de Books montre en filigrane combien la question du changement culturel relève bien plus des croyances de chacun que de la science.

. Pirates de tous bord
Ecrans revient sur le numéro de la revue Esprit consacrée aux Pirates et à la piraterie – http://www.esprit.presse.fr/review/details.php?code=2009_7 -, et de dessiner deux portraits de pirates : l’acteur rationnel pur et celui qui récuse toute autorité. A compléter par l’interview du philosophe Dominique Weber qui dresse le portrait de la figure politique du pirate : http://www.ecrans.fr/Une-utopie-qui-se-construit-contre,7643.html : “la figure du pirate réunit de façon étonnante, voire inquiétante, l’esprit libéral et l’aspiration libertaire, tous deux désireux d’un monde liquide, désinstitué, débarrassé de la contrainte des États telluriques. Mais dans un monde liquide, qui protégera les plus faibles ?”

. Quels articles pour Sociologie 2.0 ?
Cherchant à innover en matière d’édition électronique, la revue Sociologie publiera des articles scientifiques distingués par la mobilisation de procédés faisant un usage avancé de dispositifs numériques innovants d’argumentation, d’administration de la preuve et de documentation de la recherche (techniques d’enrichissement textuel, documents audiovisuels, représentations graphiques animées…).

. eigenfactor.org
Une cartographie des revues scientifiques par discipline.

. L’évolution de l’intelligence… artificielle
Forbes consacre un volumineux dossier à l’intelligence artificielle et à la révolution des machines.

. L’informatique dans les nuages : révolution ou pas ?
La Technology Review consacre un imposant dossier au Cloud Computing, cette révolution qui est déjà en place, qui créé des collections de services qui amènent l’illusion que la puissance computationnelle et le stockage sont infinis. Mais sommes-nous bien face à une révolution de l’industrie logicielle où les applications seront accessibles à tous, tout le temps, sur n’importe quelle machine ? Ou une dépense en contradiction avec une époque caractérisée par la perspective du changement climatique ?

Internet des objets
. Le gestionnaire de dressing
Et si votre dressing communiquait par Rfid avec votre mobile ? C’est l’idée un peu étrange développée par quelques designers…

. L’union européenne annonce son plan pour l’internet des objets
La Commission européenne a lancé un plan d’action en 14 points pour résoudre les défis qu’adressent la connectivité des objets.

Twitter
. L’usage de Twitter lors d’un évènement
A l’occasion du WordCamp de San Francisco, Pathable a analysé les 797 tweets postés sur l’évènement pour montrer qu’1/3 des gouzouillis n’avaient pas de rapport direct avec l’évènement, qu’1/3 pouvaient être utiles aux gens qui n’étaient pas physiquement présent et qu’1/6e des gazouillis avaient rapport avec la localisation des gens. 20 personnes sur 258 ont commis l’essentiel des tweets.

. De Twitter au journalisme
Benoît Raphaël, rédacteur en chef du Post, revient sur les clefs de la “révolution Twitter” qui nous fait passer du monde de l’information certifiée à celle de l’information partagée. Twitter amorce une transition qui nous amènera tous à être plus vigilant et plus actif face à l’information. On prend les paris ?

. Twitter, de la hiérarchie à l’hétérarchie jusqu’à la hiératique
Olivier Ertzscheid dresse le portrait de Twitter. Si l’industrie de l’information est d’abord une industrie de la hiérarchisation, Twitter est lui profondément hétérarchique (une organisation sans niveau supérieur, comme la définissait Warren Mc Culloch). Pour Ertzscheid, Twitter utilise le filtrage collaboratif comme système éditorial et joue d’une dimension hiéroglyphique (des codes) et de stratégies visuelles, cognitives ou scripturales. Twitter procède d’une écriture hiératique (composée de signes arbitraires) qui se substitue à l’absence de lecture hiérarchisée.

. L’art du ReTweet
Yann Leroux revient en détail sur la récente étude publiée par danah boyd et quelques collègues de Microsoft research sur l’art du Retweet, entre préservateurs et adapteurs des messages. Et l’étude de remarquer que les Tweet les plus RT sont des messages de demande d’aide ou d’information…

. Twitter l’épiphénomène planétaire
Frédéric Cavazza revient sur les données statistiques publiées par le cabinet Sysomos sur Twitter – http://www.sysomos.com/insidetwitter/ – sur une base de 11,5 millions d’utilisateurs, qui continue à montrer que 5 % des utilisateurs génèrent 75 % de l’activité.

. Comprendre le Tweet et RT sur Twitter
danah boyd vient de livrer une étude sur la pratique du retweet comme une pratique de conversation. Pour la chercheuse, l’analyse montre la complexité du RT : la limite des 140 caractère introduit de nouvelles dynamiques et des complexité qui font penser que le RT est l’incarnation moderne du jeu du téléphone.

. Une religion Twitter ?
Le Département d’Etat américain est intervenu pour demander à la société Twitter de reporter une interruption technique afin de ne pas couper les communications entre manifestants iraniens et le reste du monde à un moment crucial. Twitter a obéi. Cette intervention n’est pas neutre, rappelle Daniel Schneidermann, mais encore faut-il savoir l’analyser. Elle rappelle la foi inébranlable dans la communication, comme celle que clame Jared Cohen, auteur des Enfants du Jihad, fonctionnaire au département d’Etat, qui clame que la jeunesse arabe ne déteste pas les Etats-Unis et que l’accès au paradis technologique fera tomber les barrières idéologiques, religieuses et culturelles. Utopie technophile ? Mythologie planétaire ? Ou universalisme droit-de l’hommiste plus conservateur que libéral ?

Usages
. Les meilleures pratiques du turc mécanique
Ben Lorica pour le radar d’Oreilly fait un intéressant compte rendu de la première rencontre autour du Turc mécanique d’Amazon qui s’est déroulé en juin 2009 au Etats-Unis et qui a depuis généré des clones comme le TxtEagle de Nathan Eagle ou le Dolores Lab. Faire accomplir des tâches séquentielles par la communauté fonctionne réellement, estiment les chercheurs en évoquant de nombreux exemples et en rappelant que contrairement à ce que l’on pense, l’essentiel des clients sont des internautes américains. Reste que ceux qui travaillent derrière la machine le font sans droits pour défendre leur travail : d’où l’idée de mettre en place un Turkopticon – http://turkopticon.differenceengines.com -, un outil permettant de noter ceux qui exploitent les turcs d’Amazon. Un billet riche en liens et projets sur le sujet.

. L’aigre Wikipédien
Nicolas Carr rapporte une intéressante étude révélée par le New Scientist – http://www.newscientist.com/article/dn16349-psychologist-finds-wikipedians-grumpy-and-closedminded.html – qui s’est attardée sur la psychologie de ceux qui font Wikipédia. Oubliez l’altruïsme, la misanthropie et l’égoïsme sont le vrai carburant de la production sociale en ligne. Les Wikipédiens sont généralement plus grincheux, plus désagréables et plus réfractaires aux idées nouvelles. “Le comportement prosocial apparent dans Wikipédia est principalement relié à des motifs égocentriques…” Selon une autre étude – http://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/0809/0809.3030v1.pdf – sur les motivations des gens à publier des vidéos sur YouTube : les chercheurs ont constaté qu’elles étaient essentiellement tirées par un besoin d’attention. La production sociale serait-elle en fait une production antisociale ?

. Les forces de la transparence
La Sunlight Foundation vient de lancer un projet baptisé TransparencyCorps – http://transparencycorps.org -, sur le modèle du Mechanical Turk d’Amazon, qui consiste à demander à des volontaires de remplir des petites tâches que ne sauraient pas faire les machines dans le but de rendre les données publiques plus transparentes. Par exemple en étiquetant des textes provenant du gouvernement américain ou de la Chambre des représentants, en y ajoutant des descriptifs, des titres, en précisant des sommes d’argents en cause ou en identifiant des organismes…

P2P
. Un fichier téléchargé n’est pas une vente perdue
Les économistes Felix Oberholzer-Gee et Koleman Strumpf ont rendu une étude sur le téléchargement – http://www.hbs.edu/research/pdf/09-132.pdf – pour montrer qu’un téléchargement n’équivalait pas une vente perdue. Si l’on regarde par exemple les habitudes d’écoute sur leurs iPod de 5 600 personnes, on se rend compte que 64 % des chansons ne sont jamais écoutés. L’étude montre que la production de musique est à la hausse, comme la demande de tickets de concerts…

Economie
. La science peut-elle réinventer l’économie ?
N’avons-nous pas créé un monstre, se demande le New Scientist dans ce dossier spécial. Les marchés financiers sont devenus tellement complexes que ni l’intuition, ni les modèles économiques standards ne peuvent s’attaquer à eux. Mark Buchanan examine quelques unes des idées avancées par des économistes mais aussi par des physiciens, des ingénieurs ou des biologiques pour mieux réguler les marchés.


. Où vont les utilisateurs selon l’application qu’ils utilisent ?

Une étude Hitwise compare les destinations des internautes selon qu’ils utilisent Twitter, Facebook, Google ou hotmail. Hotmail renvoie les gens vers les sites sociaux, Google vers le commerce en ligne, Facebook et Twitter vers les contenus de divertissement.

. De la complexité croissante des systèmes tarifaires dans l’informatique
Christian Fauré revient sur la complexité croissante des systèmes tarifaires dans l’informatique qui rendent les solutions, les services comme les produits volontairement incomparables. “La multiplication des produits et de leurs déclinaisons nous met face à un “hyperchoix” qui risque de paralyser l’acte de choix.” L’offre devient incompréhensible, cherchant à paralyser les processus cognitifs. Le prix devient un algorithme, pour justifier son élasticité. Les moteurs (et journaux) de comparaison se démultiplient pour y répondre. Mais la question d’avenir est comment exploiter, pour un même produit, l’élasticité que les gens sont près à payer selon leur besoin sans être contraint d’afficher un prix unique correspondant à une moyenne optimisée. A moins que la contre-tendance, l’ultra-simplicité tarifaire, ne l’emporte. Ca ne serait certainement pas un mal…

. Un second souffle pour les places de marchés amateurs
Fred Cavazza pointe quelques intéressantes places de marché amateurs, mettant en relation ceux qui cuisines ou ceux qui font du sport… Des plateformes d’intermédiation comme solution anticrise ?

Censure
. Les appels au boycott de Nokia se multiplient
Les révélations du Wall Street Journal sur l’implication de Nokia et Siemens dans le système de surveillance du web iranien multiplient les appels aux boycott contre ces marques. Peut-on vendre des systèmes d’écoutes à des pays non-démocratiques (et aux autres) ?

Design
. Pechakucha 9
Si vous ne connaissez pas les rencontres PechaKucha, précipitez-vous sur les liens de ce compte rendu pour découvrir le travail d’une dizaine d’artistes et de designers, tous plus stimulants les uns que les autres.

Sémantique
. Données et métadonnées : transfert de valeur au coeur de la stratégie des média
Le Times publiera sous peu son corpus sous forme de ‘Linked Data’ (données liées), une méthode qui consiste à permettre aux données en rapport les unes avec les autres de se lier entre elles, là où il n’existait pas de lien auparavant.

Infrastructures
. Fibres : les règles du jeu enfin fixées
Pour faciliter le changement d’opérateur ou la souscription à plusieurs services, l’Arcep a tranché : il faudra tirer autant de fibres que d’opérateurs… “La fibre est là pour au moins un demi-siècle, elle ne doit pas conduire à une remonopolisation de la boucle locale”, juge Jean-Ludovic Silicani, le président de l’Autorité des Télécoms. Une multiplication des fibres peu coûteuses, a estimé l’Arcep. De quoi relancer enfin le marché ?

Non-usages
. Kevin Kelly : le triomphe du défaut
Le réglage par défaut est un concept technique utilisé depuis les années 60 pour indiquer un standard présélectionné. Cette notion est passé de la science informatique à la culture commune. “Le défaut fonctionne quand on ne fait rien, mais ne rien faire n’est pas neutre. Ne pas faire de choix est devenu un choix. Il n’y a rien de neutre, même dans la non action. Malgré l’avis de beaucoup, la technologie n’est jamais neutre.”

Fracture
. Le web 2.0 a transformé la fracture numérique en fracture sociale (Bertrand DUPERRIN)
La fracture numérique serait donc aujourd’hui une fracture sociale, non dans le sens que lui a donné en son temps un candidat à la présidence, mais dans la mesure où elle concerne la capacité à s’impliquer dans des dynamiques “sociales” au sens anglais du terme, suivant la logique des réseaux du même nom.

Neutralité
. L’Europe rappelle les valeurs d’un Internet neutre et ouvert
Viviane Reading, la commissaire européenne chargée des TIC, a réaffirmé la nécessité d’internationaliser la gouvernance du Net et en a profité pour rappeler les valeurs du réseau : ouverture, neutralité et interopérabilité. [From Ecrans.fr].

Cognition
. Les nouveaux médias , un plus pour la mémorisation ?
Les présentations multimédias favorisent-elles l’apprentissage ? Pas si sûr, de nombreuses études ont montré, on s’en doute, qu’un texte linéaire était plus abordable qu’un texte hypertexte, qui facilite la possibilité de se perdre. Les documents multimédias sont souvent moins bien mémorisés que ceux que l’on lit, car la vitesse de lecture s’adapte à la compréhension. Par contre l’apport des illustrations semble indéniable : en répétant l’information du texte sous une autre forme, elles aident à la mémorisation, dommage qu’elles soient peu utilisées comme support de compréhension, car elles ont aussi besoin d’être décodées. La mise en forme de l’attention (guidages, fléchages…) la conforte. En terme d’apprentissage, les animations multimédias ne sont pas plus efficaces qu’une image fixe, alors qu’elles sont plus complexes à réaliser, sauf si là encore elles facilitent le guidage.

. Nature : Media research, la boîte noire (angl.)
Nature consacre un long article aux recherches sur l’impact des médias (et notamment la télévision) sur les enfants. Et rappelle que la télévision a des impacts négatifs sur la concentration, augmente le risque d’obésité et interfère avec le jeu et la communication, essentielles à l’enfance. Pour autant, elle a aussi des apports positifs, elle augmente l’imagination et élargit les connaissances.

Sur ces mêmes sujets