Les cours en ligne, plus efficaces que les salles de classe ?

Par le 07/09/09 | 12 commentaires | 10,401 lectures | Impression

“Les étudiants dont les cours ont lieu en tout ou partie “en ligne” obtiennent, en moyenne, de meilleurs résultats que ceux qui assistent aux mêmes cours, mais de façon traditionnelle, en face à face.”

La conclusion de l’étude que vient de publier le ministère américain de l’éducation, a le mérite de la clarté. Le New York Times n’hésite d’ailleurs pas à titrer que “l’éducation en ligne bat la salle de classe“. L’étude en question est moins péremptoire, et incite à plus de modération.

Les auteurs, membres du Centre pour la technologie dans l’éducation de SRI International (l’ex Standford Research Institut), insistent en effet sur le fait que sur les 1132 études publiées entre 1996 et 2008 qu’ils ont analysées, seules cinq se penchaient de façon expérimentale et explicite sur les mérites comparés des cours en ligne et des classes traditionnelles auprès d’enfants et d’adolescents.

Pour parfaire leur “méta-analyse“, ils ont donc également pris en compte 94 autres études portant sur l’apprentissage en ligne ou la formation à distance de militaires, personnels médicaux, étudiants, etc. de 13 à 44 ans.

Si les études portant sur les cours par correspondance (par vidéoconférence, télévision ou courrier interposés), n’ont jamais montré leur supériorité par rapport à l’enseignement traditionnel, l’étude relève, a contrario, que “les cours combinant apprentissage en ligne et en face à face sont plus performants que ceux qui ne sont effectués qu’en ligne seulement“.

How many non-Mac are there
CC Quang Minh (YILKA)

L’éducation en ligne n’est pas supérieure en tant que médium, mais en terme d’attention

Pour être encore plus précis, ce qui marche le mieux, c’est de profiter des services (vidéo, messagerie instantanée) et outils (collaboratifs, notamment) disponibles sur le web pour personnaliser le cours en fonction des individus qui y assistent. Le recours aux technologies est ainsi un moyen d’inviter les apprenants à être plus actifs, à “apprendre en agissant” plutôt qu’en écoutant seulement.

Ainsi, les gains escomptés seraient moindres lorsque les enseignants “dirigent” les cours, ou se contentent de les enrichir de vidéos, questionnaires ou quizz, que lorsque les élèves sont invités à se les approprier, de façon autonome, interactive ou collaborative.

Interrogée par le New York Times, Barbara Means, coordinatrice de cette analyse, explique que “le principal enseignement de cette étude est la démonstration que l’apprentissage en ligne n’est pas un pis-aller quand il n’existe pas d’autre moyen, mais qu’il peut être meilleur que les méthodes conventionnelles d’éducation.” Le rapport, quant à lui, évoque un gain “modestement plus efficace” :

“Cette méta-analyse ne démontre pas que l’enseignement en ligne est supérieur en tant que médium (mais) en terme de temps passé, de programme et de pédagogie, et de la combinaison de ces conditions, d’autant que les cours en ligne sont bien plus propices à l’expansion du temps passé à étudier que ne l’est l’enseignement en face à face.”

L’étude conclut également que les bénéfices sont bien plus probants dès lors que les élèves sont sous-diplômés ou âgés que lorsqu’il s’agit d’enfants ou d’adolescents, et en appelle à d’autres analyses scientifiques de la question, au vu des développements attendus, et de l’engouement, liés à l’éducation en ligne.

En commentaire du billet que Nicholas Carr consacre à ce sujet, deux enseignants pointent également du doigt un autre biais : les expériences étudiées ayant été le fait d’enseignants ayant fait le choix de s’impliquer dans ce type d’apprentissage en ligne, il n’est pas étonnant de voir que les résultats s’avèrent globalement positifs, la qualité de l’enseignement dépendant en bonne partie de l’implication de l’enseignant.

Et puisqu’il est aussi question de l’économie de l’attention, l’une d’entre-elles rajoute à ce titre avoir été “étonnée de découvrir que j’en apprenais plus sur la personnalité de mes élèves en ligne que je ne pouvais le faire en classe. Probablement parce qu’être en ligne induit plus d’interactions interpersonnelles“.

Aux Etats-Unis, 63% des enseignants des écoles primaires et secondaires déclaraient, en 2007, disposer d’un accès à l’internet à haut débit dans leurs classes, et plus d’un million d’élèves de 5 à 18 ans (sur un total de 48,4 millions) ont ainsi eu droit, en 2007-2008, à des cours en ligne.

Via Francis Pisani, sur Tumblr, Friendfeed & Twitter.

Voir aussi :
Et si l’on autorisait les bacheliers à se connecter à l’internet ?
Les mobiles de l’école 2.0
Sur le chemin de l’école 2.0

Rétroliens

  1. links for 2009-09-07 | Metaverse3d.com
  2. Cours en ligne : un élément pour être efficace ! « Techniques innovantes pour l’enseignement supérieur
  3. Community-Chest » Bookmarks for septembre 7th from 17:22 to 17:32
  4. Une semaine sur la toile. « La vie mobile.
  5. Les cours en ligne, plus efficaces que les salles de classe ? « TICEs – Quelques usages pédagogiques
  6. Cours en ligne — Formation à distance
  7. Dans la salle de classe du futur, les résultats ne progressent pas | Mediatic
  8. La technologie peut-elle vraiment former les futurs citoyens? | juboniface
  9. Les cours en ligne plus efficace que les salles de cours ??? | | Blog du e-learningBlog du e-learning

3 commentaires

  1. A voir, cette étude de cas pédagogique d’utilisation de monde virtuel en ligne : projet Shome park avec rapport relié en fin d’article.

    Amusantes ces lignes :”Dans ce projet, le rôle des enseignants a plutôt été celui de « facilitateur », car les apprenants ont pu rapidement ensuite transmettre leurs connaissances aux autres de façon informelle.”

    http://www.infobourg.fr/sections/actualite/actualite.php?id=13252

  2. par Carl

    Je viens de finir deux formations ENTIÈREMENT à distance et je ne sais pas si les cours sont plus efficaces mais dans tous les cas, j’ai beaucoup mieux réussi que dans le cursus traditionnel.

    Pourquoi ?

    1 – Déjà parceque les handicaps disparaissent, je pense principalement à la timidité ou la difficulté de s’imposer dans un groupe. Mais d’autres handicaps peuvent disparaitre grâce à la distance et à l’outil.

    2 – Car nous pouvons étudier au moment ou nous sommes disponible. Certaines personnes ont plus de faciliter à se concentrer le matin, d’autre le soir etc …

    3 – Parceque les profs s’impliquant dans ce type d’apprentissage sont peut-être plus indulgents ? (mais ce n’est qu’une hypothèse fondé sur mon vécu)

    4 – Et enfin car comme l’affirme l’article : “les bénéfices sont bien plus probants dès lors que les élèves sont sous-diplômés ou âgés que lorsqu’il s’agit d’enfants ou d’adolescents”

  3. par jmm

    Article repris par LeMonde.fr