Les interfaces tactiles sont-elles adaptées aux ordinateurs ?

Alors qu’elles prouvent chaque jour un peu plus leur utilité dans le monde de la mobilité, les interfaces tactiles peinent à montrer leur intérêt pour l’informatique traditionnelle. Comme l’explique Michael Arrington de Techcrunch en critiquant la gamme TouchSmart de Hewlett Packard, qui propose des ordinateurs avec écrans tactiles, « le problème est que vous êtes très vite fatigué de garder vos mains en l’air et sur l’écran pendant une longue période de temps », notamment en position assise. « Les experts du tactile auxquels j’en ai parlé disent que c’est parce que nos mains sont au-dessus de notre coeur, ce qui n’est pas confortable très longtemps. » Que faut-il faire ? S’équiper de bureaux comme des tables à dessin, inclinables ?

« Nous n’allons pas toujours utiliser un clavier et une souris pour interagir avec des ordinateurs ! », s’énerve MG Siegler sur TechCrunch, qui visiblement a envie d’interagir tactilement avec les données de son PC.

Peut-être faut-il voir une piste de solution dans le concept 10/GUI imaginé par R. Clayton Miller, de créer non pas un écran tactile, mais une dalle tactile multipoint qui se pose devant le clavier, à l’emplacement de votre pavé tactile. C’est ce tapis qui permet d’interagir avec l’écran, non plus avec un doigt, mais avec vos 10 doigts. En concevant ce prototype, Clayton Miller s’est rendu compte qu’une telle interface aurait des impacts sur l’organisation même des interfaces d’exploitation et des interfaces logicielles. La fenêtre de programme traditionnelle n’est plus adaptée à la courbe des doigts, tant et si bien que Miller a imaginé réorganiser le système d’exploitation pour que les fenêtres des programmes s’insèrent d’une manière plus fluide les unes dans les autres (vidéo).

10/GUI from C. Miller on Vimeo.

À lire aussi sur internetactu.net

16 commentaires

  1. Cette vidéo est en bonne place dans mes bookmarks. Elle respire le bon sens et le souci d’être en prise avec ce que nous faisons de nos mains depuis la nuit des temps.
    Il y a là-dedans quelque chose de ce que nous faisons avec des feuilles de papier, sinon avec les livres. En la regardant, je pense aux réflexions en cours sur la manipulation des ebooks dans les readers.
    Et je ne parle pas, non plus, de l’analogie avec la pratique des instruments de musique, sans parler de ce qui se passe dans les jeux vidéos…

  2. Dans le registre des ordinateurs portables, plusieurs marques travaillent sur des machines à doubles écran tactiles (l’un peut servir d’écran alors que l’autre, posé sur une table, peut éventuellement servir de support d’interaction tactile — une des nombreuses configuration de modularité possibles, ce qui devrait faire de ces objets des produits bien plus complets que les tablettes simples). Clayton Miller aborde là la problématique de l’ordinateur de bureau (en ayant l’intelligence de conserver un clavier en dur — merci Clayton 😉 , ce qui est intéressant. En revanche, je trouve difficile de juger sur pièce du bénéfice de l’interface logicielle multitouch. Je pense qu’il va y avoir pas mal de tâtonnement (sans jeu de mot) avant d’arriver aux bons dosages, avant d’arriver à des compromis ou des options de réglages qui puisse s’adapter à tous les usages.

    Intéressant aussi de mettre le doigt sur les notions ergonomiques de bases (bras en l’air prohibé, inclinaison clavier/écran pour soulager le nuque, taille du clavier adaptée à la celle de nos mains) qui, je l’espère, vont contribuer à faire disparaitre pas mal de fantasmes technologiques ambiants (tablettes grand format, interface dans le vide façon Minority report, interface sur papier électronique souple, et j’en passe…). Bref, sans être un « experts du tactile » (hihihi, l’expression m’a bien fait rire !), je trouve que c’est une très belle contribution.

  3. « ’est parce que nos mains sont au-dessus de notre coeur » => c’est surtout la première partie du bras relié à l’épaule qui est plus ardue à maintenir en l’air. L’autre partie souffre moins. Il suffit de voir les pianistes.

  4. Très intéressant, par contre je trouve dommage d’avoir à la fois une interface tactile en plus d’un clavier.

    Pour ne pas utiliser une combinaison de doigt qui permettrait de transformer cette interface tactile en clavier (en dessinant des caractères dessus) ?

    Aujourd’hui le déplacement de la main du clavier vers la souris nous fait perdre beaucoup de temps.

    L’avantage serait aussi de pouvoir changer facilement de mapping (azerty qwerty… ou de s’en faire un personnalisé).

  5. À fuse : l’intérêt d’un clavier « en dur » est de pouvoir poser ses doigts sur les touches avant de les saisir (et ainsi savoir taper plus rapidement avec ses 10 doigts, sans regarder le clavier — méthode dactylogaphique), ce qui peut être important dans le cadre d’une utilisation de bureau intensive. Mais effectivement, pour des ordinateur de type portables, il peut être intéressant de sacrifier un clavier en dur pour laisser place à un double écran tactile, et ainsi pouvoir moduler la bête selon de multiples usages, comme cela par exemple :
    http://www.wepc.com/discussions/view/6090/Would_we_game_more_comfortably_in_a_dual_touch_screen_world_

  6. <>
    hola hola, pas la peine d’aller jusqu’au systeme d’exploitation, le manager de fenetres suffit. (allez, le desktop si vous preferez). Un os fait infiniment plus qu’afficher un bureau.

  7. Les 10 doigts peuvent faire beaucoup plus que de tapoter ou glisser.

    une partie importante de la video tourne autour du sujet de la codification de gestes « intuitifs » pour faire un peu plus que le glissé et les maniements type objets avec vision de ce qui se passe.

    Quand on voit le nombre de commandes ou d’icones que l’on utilise dans une application un peu screen intensive, les gestes analogiques ne suffisent pas.

    Voir Tiki6keys®, élu « best user interface » dans un concours international Nokia à Mountain View, qui unifie les actions « pointeur » « clavier » et tout mouvement sur une seule surface multitouch, à une main et 2 fois plus rapide à 2 mains, bien qu’un peu plus
    difficile dans le monde mobile.

  8. À Alexi :

    Je vais être un peu hors sujet mais lorsque j’évoque le cas des ordinateurs portables, je pense, à moyen terme, voire à court terme, à des machines complètement modulables. Le double écran tactile posé horizontalement permet une utilisation comme un ordinateur portable classique (clavier virtuel + écran, même si un clavier virtuel est moins pratique qu’un clavier en dur) avec en bonus la possibilité d’ajouter un système de navigation multitouch tel que présenté dans le billet, entre autres modes d’interaction possibles ; un double écran tenu verticalement permet une utilisation façon livre (2 écrans dédiés au contenu) ; un des 2 écrans plié à 180° permet une utilisation en tablette ; et on peut aller bien plus loin en imaginant que les deux écrans puissent se séparer (un couple d’utilisateur pourrait alors regarder chacun un film sur un écran ; lire un livre sur chaque écran ; jouer l’un contre l’autre à un jeu, chacun sur son écran ; etc.). Je veux dire par là que la première interface qui soit, avant de parler logiciel, c’est la machine. Et à mon avis, il y a encore énormément de chose à « inventer » dans le domaine (oui je sais, c’est l’évidence), notamment pour ce qui concerne les ordinateurs portables (les smartphones étant de fait limités à une très petite taille, avec les usages qui vont avec). Un tel objet me semblerait infiniment plus intéressant que les readers et les simples tablettes tels qu’on les conçoit aujourd’hui.
    Mais je suis hors sujet.

    Ci dessus, Clayton Miller a eu « les couilles » de s’attaquer au sacro saint ordinateur de bureau, qui se doit d’être adapté à des usages très pointus, et à des utilisations qui peuvent s’étaler sur des cessions quotidiennes de plusieurs heures, avec un écran de taille plus importante, et tout cela demande des solutions adaptées. C’est moins facile à imaginer, je trouve mais la transposition de la surface multitouch à proximité du bloc clavier me parait déjà fort sympathique. (C’est juste un avis d’observateur un peu rêveur, je ne suis pas « expert du tactile » hein 😉

  9. Merci pour cet article tres interessant.

    Par rapport au remplacement de la souris, Apple semble visiblement travailler sur la future mighty mouse (elle a perdu son nom d’ailleurs) et devrait comporter une surface tactille, disponibilite avant la fin de l’annee (?). Je pense qu’ils prennent en consideration la majorite des recommendations de la video (la partie interface reste tout de meme non definie).

    Ils ont reussi a faire une grande revolution dans l’univers du mobile, peut etre que la souris en sera une nouvelle. 🙂

    De nouveau, merci pour ce partage 🙂

    Twitter: http://twitter.com/xethorn

  10. Bonsoir,
    la main, cet obstacle entre l’organe décisionnel et l’interface. Comment s’en affranchir, ne faire qu’un avec la machine ?
    Je pense que le tactile -10 points ou plus, on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve sur le nombre de nos doigts- n’est qu’une étape vers une interdépendance plus ténue encore.
    Répondre à la voix et à l’œil, par exemple, peut sembler légèrement plus ambitieux.
    Mais hier on savait que demain ne se ferait pas en un jour. Fort heureusement certains réduisent l’espace qui nous sépare de nos rêves.
    Merci à lui et à vous.

  11. L’habitude est le premier frein au changement. donc soyez gentil avec vos claviers, ils sont là pour longtemps. Le tactile sert a quelques usages nouveaux dont essentiellement le multi-utilisateur simultané comme usage avéré. Les nouveaux trackpad Apple sont très désagréables à l’usage.
    Toutes les réflexions intelligentes ci-dessus ne trouverons hélas que peut d’echo ici, car nous n’avons plus de fabricants de hardWare important.

  12. Bonsoir messieurs-dames.

    Il me serais convenable que vous puissiez agréer à ma requête qui est la suivante:
    Je me positionne en tête de classe de première S. Et à mon grand désagrément je ne puisse trouver une problématique sur un sujet de TPE.
    Je souhaiterai traiter un sujet portant sur les téléphones tactiles.

    Merci de bien vouloir répondre sous peu.

    Cordialement OBER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *