Lettre ouverte à ceux qui n’ont rien à cacher

Par le 21/05/10 | 42 commentaires | 64,983 lectures | Impression

Apportez-moi deux lignes du plus honnête homme et j’y découvrirai de quoi le faire pendre.
Louis-Benoît Picard, inspiré de cette citation attribuée au Cardinal de Richelieu : “Avec deux lignes d’écriture d’un homme, on peut faire le procès du plus innocent“.

On entend souvent dire que “seuls ceux qui ont quelque chose à se reprocher ont quelque chose à cacher“, remarque “de bon sens” allègrement utilisée par ceux que ne dérangent pas -voire qui défendent- l’extension des mesures, contrôles et lois sécuritaires, et des technologies de surveillance qui leur sont associées.

Il fut un temps où la peine de mort relevait elle aussi du “bon sens“, tout comme auparavant l’interdiction faite aux femmes d’aller voter, ou encore le fait que les “nègres” et “bougnoules” ne pouvaient pas avoir les mêmes droits que ceux qui les avaient colonisés.

L’abolition de la peine de mort, tout comme le droit des femmes à aller voter, sans parler du droit des peuples à l’auto-détermination, ont été adoptés alors même que le “peuple” y était pourtant majoritairement opposé, par des hommes politiques ayant compris qu’il en allait des droits et libertés inhérents à ce que l’on appelle une démocratie.

En attendant de savoir jusqu’où notre société ira vers une prolifération de “Big Brothers“, ou si nous parviendrons à enrayer cette mécanique infernale, et à trouver les parades et arguments susceptibles de mettre un terme à la paranoïa sécuritaire de ceux qui nous gouvernent.

In fine, ou en résumé : le problème, c’est le voyeur, pas celui dont l’intimité ou la vie privée est ainsi violée. Les paranoïaques ne sont pas ceux qui s’étonnent d’être surveillés, mais ceux qui veulent surveiller tout le monde à tout prix. La question n’est pas de savoir si nous avons quelque chose à cacher, mais de renvoyer la question à ceux qui veulent nous “protéger” à l’insu de notre plein gré.

Dans une démocratie, c’est à l’accusation d’apporter les preuves de la culpabilité des suspects, pas à ces derniers d’apporter les preuves de leur innocence. Le problème des atteintes à la vie privée est éminemment politique, voire idéologique. Ce qu’il convient de démontrer, et ce que la presse “people” révèle relativement bien, par ailleurs.

Car ce qui pose problème aux “people“, ce n’est pas d’être exposé au regard du public : ils en vivent; ce qui leur pose problème, c’est l’intrusion dans leur vie privée : ils voudraient juste avoir le “droit d’être laissé seul“, pour reprendre la fameuse définition de la vie privée que donna Louis Brandeis, avocat et membre de Cour suprême des États-Unis, à la fin du XIXe siècle :

“Ceux qui ont rédigé notre constitution entendaient sécuriser les conditions favorables à la poursuite du bonheur. Ils reconnaissaient l’aspect spirituel de la nature humaine, de ses sentiments et de son intelligence. Ils savaient que seulement une part des peines, plaisirs et satisfactions de la vie sont à trouver dans les choses matérielles. Ils cherchaient à protéger les Américains dans leurs croyances, leurs pensées leurs émotions et leurs sensations. Ils ont donné contre le gouvernement le droit d’être laissé seul – le plus étendu des droits et le plus estimé pour les êtres civilisés”

postsecretnothingtohidebehind-450x278

Quand on cherche, on trouve

Le secret d’une autorité, quelle qu’elle soit, tient à la rigueur inflexible avec laquelle elle persuade les gens qu’ils sont coupables“.
– Raoul Vaneigem

Il existe de très nombreuses façons d’attenter à la vie privée de quelqu’un, et que même ceux qui n’ont “rien à cacher” peuvent en faire les frais.

Les milliers de Français nés à l’étranger qui, l’an passé, ont connu les pires difficultés pour renouveler leurs papiers, parce que suspectés de fraudes aux titres d’identité par des fonctionnaires tatillons ou suspicieux, devant leur rapporter moult papiers et preuves de filiation et de nationalité, n’avaient rien à cacher.

Ce SDF qui s’est vu refuser le renouvèlement de son RSA, au motif qu’il était trop propre, tout comme cette mère de famille qui a connu pareille mésaventure parce qu’on la soupçonnait de ne plus être célibataire, et qui dut faire le tour de ses voisins pour leur demander de témoigner qu’aucun homme ne vivait chez elle (la contrôleuse de la CAF vint fouiller ses tiroirs en lui demandant à qui appartenait les petites culottes), n’avaient eux non plus rien à se reprocher.

Branly Nsingi, un Congolais de 21 ans résidant en France, parti en vacances en Côte d’Ivoire et qui y est décédé d’une crise cardiaque après que les autorités lui aient refusé de rentrer à Paris parce que son passeport n’était pas biométrique (le même avait pourtant été validé au départ), ou encore ces 32 Marocains placés en rétention, et expulsés, alors qu’ils… rentraient tranquillement chez eux, n’avaient rien fait de mal, ce qui ne les a pas empêchés d’être pris dans la nasse de cette société de surveillance et de son usine à gaz sécuritaire qui renversent la charge de la preuve.

Dans le meilleur des mondes, policiers et gendarmes ne feraient jamais de fautes de frappe au moment de saisir le nom d’un suspect, et de ce dont il a été suspecté, dans leurs fichiers de suspects. Dans les faits, nombreuses sont les victimes qui sont fichées comme suspectes, sans parler des problèmes d’homonymie, d’absences de mises à jour des fichiers, de détournements de ces fichiers… En 2008, la CNIL a ainsi recensé 83% d’erreurs dans les fichiers policiers qu’elle a été amenés à contrôler.

Dans le meilleur des mondes, ceux qui sont payés pour regarder, toute la journée, les écrans de contrôle des caméras de vidéosurveillance, ne feraient jamais de délit de faciès, et ne se permettraient jamais de zoomer sur les décollettés de ces dames. Dans les faits, “15% du temps passé par les opérateurs devant leurs écrans de contrôle relèverait du voyeurisme, 68% des noirs qui sont surveillés le sont sans raison spéciale, tout comme 86% des jeunes de moins de 30 ans, et 93% des hommes“.

nothing_to_hide_thumb

Dans le meilleur des mondes, les employeurs n’espionneraient jamais la vie privée de leurs salariés, pas plus que les époux jaloux, non plus que les parents suspicieux, ne se permettraient d’installer de mouchards dans l’ordinateur ou le téléphone portable de leurs maris, femmes ou enfants.

Sauf que nous ne sommes pas dans le meilleur des mondes, et que si la loi est censée empêcher ce genre de détournement de fichiers et d’atteintes à la vie privée, elle est rarement appliquée, d’autant que ceux qui sont ainsi espionnés, surveillés, à leur insu, sont souvent en situation d’infériorité hiérarchique face à ceux qui abusent ainsi de leurs pouvoirs.

Nombreux sont ceux qui n’ont rien à se reprocher, mais qui, pourtant, se voient suspectés, voire mis en accusation, par des surveillants, contrôleurs et représentants de l’administration ou de l’autorité agissant en-dehors de tout cadre judiciaire. Dès lors, et non content de ne pas pouvoir être assisté par un avocat, ce n’est, trop souvent hélas, pas à l’administration, à la fois juge et procureur, d’apporter la preuve de votre “culpabilité“, mais à la personne suspectée d’apporter la preuve de son “innocence“…

Ce n’est pas parce que vous n’avez rien à cacher que rien ne vous sera, un jour, reproché. Quand on cherche, on trouve, toujours.

Vidéosurveiller les chambres à coucher ?

Si vous n’avez rien à vous reprocher, vous n’avez pas à avoir peur d’être filmés !
Brice Hortefeux. Le lendemain, LeMonde.fr publiait la vidéo de son dérapage sur les arabes…

Dans la société de surveillance, de contrôle et de suspicion, le problème, ce n’est pas Orwell, c’est Kafka, ce qu’a très opportunément souligné Daniel Solove, professeur de droit à l’université George Washington, dans un remarquable article intitulé “Je n’ai rien à cacher”, et autres malentendus au sujet de la vie privée, qui a largement inspiré Hubert Guillaud dans son article sur la valeur sociale de la vie privée.

Permettez-moi une remarque “de bon sens“. En suivant la logique de ceux qui estiment que “seuls ceux qui ont quelque chose à se reprocher ont quelque chose à cacher“, et qu’il faudrait donc tout mettre en oeuvre pour que la peur “change de camp“, le meilleur moyen serait d’installer des caméras… à l’intérieur de nos maisons, appartements, mais également dans les voitures, voire sur nos vêtements, comme l’expliquait brillamment Anastassia Tsoukala, juriste, criminologue, et maître de conférences à Paris XI lors d’une table ronde organisée lors du colloque “Identification et surveillance des individus : quels enjeux pour nos démocraties” au Centre Pompidou, en janvier 2009 :

Le premier argument qui est avancé pour justifier les politiques et les moyens de la vidéosurveillance, c’est l’argument de la sécurité. Par extension, c’est pour notre bien que nous devons accepter le sacrifice de notre vie privée. Un corollaire est que ceux qui s’opposent à ce type de technique ont quelque chose à cacher. Soit. On peut donc s’attendre à ce qu’on applique la même logique à tous les contextes.

Or il s’avère que toutes les enquêtes de criminologie démontrent clairement que l’espace le plus criminogène, c’est-à-dire où se commet le plus d’infractions dans nos villes contemporaines, ce n’est pas la rue, mais c’est notre domicile et surtout nos chambres à coucher. C’est là où sont commis les violences conjugales, les cas d’inceste, de viol, de maltraitance d’enfants, etc.

Nous avons là des milliers de victimes réelles, et pas hypothétiques. Devrions-nous alors au nom de la violation de toute une série de valeurs sociales incontestables (le droit à la vie, à la famille, à la protection de l’enfance, etc.) accepter l’installation de caméras de surveillance dans nos chambres à coucher ?

Si on est cohérent, il faudrait dire que oui ! Et ceux qui s’y opposeraient auraient forcément quelque chose à cacher. Parce qu’on ne peut pas dire que la protection de la pudeur serait un contre-argument efficace pour contre-carrer la protection de toutes ces valeurs sociales.

Tout ça pour dire que les logiques qui lient protection de la sécurité et hausse de la surveillance sont loin d’être évidentes. Ces questions nous ramènent à notre notion de la vie privée. La question n’est pas évidente. Nous avons de multiples perceptions de la vie privée, une surveillance consentie, choisie, et une surveillance imposée, par la police.

Et comme nous n’avons rien à cacher, nous acceptons les Facebook, les blogs, les émissions de télé-réalité, etc., nous acceptons sans trop de problèmes les pass Navigo, les GPS, les portables, les cartes bleues, mais nous réagissons lorsque nous perdons le contrôle.

Mais là aussi il y a une illusion parce que la majeure partie des informations diffusées sur l’internet ou ailleurs peuvent être récupérées à notre insu, par des acteurs aussi bien publics que privés.

La question est de savoir si nous sommes vraiment sûrs de prendre des décisions en connaissance de cause. J’en doute fort : dans la plupart des cas, nous ignorons la plupart des enjeux, et nous pensons, de manière illusoire, que tant que nous contrôlons la diffusion première des informations, nous ne sommes pas en danger.

Des caméras dans des doudous

Allons-y franco : être dotés de caméras filmant, en permanence, l’intégralité de ce que l’on vit rendrait bien plus facile l’identification des voleurs, violeurs, criminels et délinquants. Et dans la mesure où la majeure partie des actes de pédophilie ont lieu au sein même du cercle familial, et sont souvent le fait du père, d’un oncle, grand-père, d’un entraîneur, prêtre, enseignant (voire de la mère, aussi), le meilleur moyen de combattre la pédophilie serait donc d’équiper tous les enfants (ou leurs chambres, les gymnases ou les presbytères) de caméras de vidéosurveillance.

1004NothingToHideAucun pays n’a, pour autant, décidé de généraliser à ce point l’installation de caméras de vidéosurveillance, pour la simple et bonne raison que, d’une part cela coûterait trop cher, que d’autre part cela constituerait une atteinte à la vie privée de tous ceux qui (la majorité des gens) ne sont pas victimes de crimes ou de viols.

Dans une démocratie, il serait difficile d’imposer des systèmes de vidéosurveillance dans des espaces privés. Mais dans les espaces publics, rien ne s’y opposerait, et le projet de loi LOPPSI prévoit d’ailleurs explicitement la possibilité, pour l’Etat, d’imposer aux maires récalcitrants l’installation de caméras.

En Grande-Bretagne, 85% des établissements scolaires seraient équipés de systèmes de vidéosurveillance, et 10% en auraient même dotés leurs toilettes. Les services sociaux peuvent par ailleurs placer des familles pauvres et en difficulté dans des appartements vidéosurveillés 24h/24 afin de s’assurer qu’ils sont capables de s’occuper de leurs enfants.

Aux Etats-Unis, le scandale du WebcamGate a révélé que les webcams des ordinateurs portables confiés à des adolescents par leur lycée pouvaient être activés à distance. Officiellement, il s’agissait de pouvoir les retrouver en cas de vol. Dans les faits, le scandale a éclaté après qu’un responsable de l’école ait reproché à un élève de s’être livré à des “pratiques impropres” à son domicile, en lui montrant deux captures d’écran, prises dans sa chambre depuis la webcam, où on le voyait manipuler des pilules qui se sont avérées être des bonbons…

teddy17On pourrait également évoquer ces employeurs qui surveillent ce que font leurs employés au moyen du GPS qu’ils leur ont confié, ou par le biais de caméras de vidéosurveillance, mais également de ces parents qui installent des mouchards dans les ordinateurs de leurs adolescents, ou encore des caméras de vidéosurveillance cachées (y compris dans des doudous) afin de surveiller les nounous de leurs bébés.

Initialement conçues pour sécuriser un petit nombre d’espaces privatifs particulièrement sensibles afin d’en restreindre les conditions d’accès (coffre-forts, ambassades et autres établissements officiels…), les technologies de surveillance ont envahi l’espace public, et commencent à grignoter nos sphères privées.

Ainsi, dans son rapport sur l’efficacité des systèmes de vidéosurveillance installés sur la voie publique, le ministère de l’Intérieur mentionnait 18 faits marquants d’élucidation, grâce à la vidéoprotection. Or, seuls 3 d’entre-eux l’ont été grâce aux caméras contrôlées par le ministère de l’Intérieur, les autres affaires ayant été résolues grâce à des caméras installées dans des bureaux de tabac, hôtels, banques, supermarchés… le ministère allant même jusqu’à inclure dans ce rapport sur l’efficacité de la vidéosurveillance les images d’une vidéo qu’un particulier avait fait d’un mariage.

La vidéosurveillance permet d’identifier les délinquants : où est le problème ?

Nombreux sont ceux qui justifient l’accroissement de la vidéosurveillance parce qu’elle permettrait de dissuader les délinquants, ou d’identifier les voleurs.

Les études effectuées par des chercheurs indépendants concluent en effet toutes ou presque que la vidéosurveillance est globalement inefficace ou, plus précisément, que les caméras sont généralement aussi efficaces que des “boites en carton peintes en noires sur des poteaux” (voir aussi cet excellent dossier de Laurent Mucchielli et Tanguy Le Goff, deux des meilleurs spécialistes de la question).

Dans certains cas, bien particuliers, elle permet certes de lutter contre la délinquance (dans les parkings fermés et éclairés, ou bien dans les magasins, par exemple), mais il a été démontré que sur la voie publique, il valait mieux investir dans l’éclairage, ou encore en embauchant des gens, plutôt qu’en installant des caméras.

D’une part parce que personne, généralement, ne regarde les écrans de contrôle, que cela ne peut donc servir qu’après coup, et que par ailleurs la mauvaise qualité des images fait qu’il est souvent très difficile, voire impossible, de s’en servir pour identifier criminels et délinquants, d’autant que certains, de plus en plus nombreux, apprennent aussi à relever leurs capuches, ou mettre des casquettes…

D’autre part, la vidéosurveillance ne pourra jamais empêcher un quidam de péter un plomb : la vidéosurveillance peut éventuellement inciter des voleurs à aller voler ailleurs, mais elle n’enraye quasiment jamais les violences physiques, pas plus que les actes pulsionnels : ceux qui pètent un plomb n’ont que faire de la présence de caméras… Il pètent un plomb, point barre.

Cela fait maintenant 10 ans que je m’intéresse à la question, et je suis arrivé à la conclusion que la vidéosurveillance ne sert principalement qu’à rassurer les gens, et lutter, non pas contre la délinquance ou l’”insécurité“, mais contre le “sentiment d’insécurité” : les caméras permettent à ceux qui les ont installées de montrer qu’ils se sont saisis du problème… quand bien même cela ne change généralement pas grand chose en terme d’”insécurité“.

Ce pour quoi, en résumé, la vidéosurveillance en particulier, et les technologies de surveillance en général, servent en fait d’abord et avant tout à acheter des voix, et être (ré)élu lorsqu’elles ont été installées, sur la voie publique, par un élu politique.

La vidéosurveillance permet bien évidemment d’identifier des délinquants : le contraire serait désespérant. Sauf qu’une fois l’effet de surprise dépassé, ceux qui sont vidéosurveillés apprennent à s’en protéger, et déploient moult tactiques pour s’en prémunir, soit en mettant des casquettes ou capuches pour ne pas être reconnus soit, plus simplement, en allant voler, ou s’embrasser, là où ils ne sont pas surveillés, tout simplement.

La vidéosurveillance ne fait généralement que déplacer le problème, sans pour autant le résoudre. A contrario, elle peut paradoxalement contribuer à accuser, faussement, un innocent dont le seul tort était d’être au mauvais endroit, au mauvais moment, et qui se retrouvent, acculés, à devoir se justifier, et à démontrer qu’ils sont innocents de ce que la caméra de vidéosurveillance permettrait de supposer qu’ils pourraient éventuellement être coupables d’avoir fait.

La vidéosurveillance sème le doute, et instille de la suspicion, au point que d’aucuns parlent, non pas de “vidéo-protection“, pour reprendre l’expression qu’essaie d’imposer le gouvernement, mais de vidéodiscrimination, arguant notamment du fait que les jeunes hommes de couleur font l’objet de bien plus d’attention que le reste de la population, par les opérateurs de vidéosurveillance.

Enfin, il n’est pas anodin de remarquer que de nombreuses installations de vidéosurveillance ne respectent pas la loi. En 2001, Alain Bauer, le “Monsieur vidéosurveillance” en France, reconnaissait lui-même que les 3/4 des installations de vidéosurveillance étaient hors la loi, une situation pour le moins paradoxale : prétendre lutter contre ceux qui violent la loi tout en violant la loi n’est pas du meilleur aloi, et jure quelque peu avec l’objectif afficher qui serait de “garantir nos libertés“.

Depuis, Alain Bauer est devenu le principal conseiller ès-insécurité de Nicolas Sarkozy, à la tête de la commission de la vidéosurveillance, qui cherche à récupérer le contrôle de ces systèmes, aux dépens de la CNIL. Motif : en 1995, le gouvernement a décidé de placer la vidéosurveillance sous le contrôle des préfets, et donc du ministère de l’Intérieur. Dès lors, si ces systèmes sont aussi massivement hors la loi, c’est à cause de ce même ministère de l’Intérieur. Et il serait dommage que la CNIL vienne y fourrer son nez, et cherche à faire respecter la loi…

Every logs belong to us

En 2001, lorsque le gouvernement français décida, suite aux attentats du 11 septembre, de placer l’internet sous surveillance, et de garder la trace, pendant un an, de tout ce qu’y font les internautes, j’écrivais qu’”on imagine mal un gouvernement faire passer une loi d’exception, au nom d’impératifs de sécurité, stipulant qu’il convient de surveiller tous les faits et gestes de ses concitoyens, obligeant les compagnies de téléphone, ainsi que La Poste, à garder la trace, pendant un an, de qui communique avec qui, et quand, stipulant qu’il convient désormais de se doter d’une caméra de vidéosurveillance dès que l’on franchit la porte de son logis, contraignant les gens à garder la trace, pendant un an, des endroits qu’ils ont visité, des trajets effectués, des personnes rencontrées“.

C’est pourtant ce que le gouvernement français, comme d’autres, a fait : sur l’internet, il est d’autant plus difficile de revendiquer un droit à la vie privée que les traces de tout ce que l’on y fait sont, par principe, stockées par les fournisseurs d’accès, et gardées à la disposition de la justice, “au cas où“.

Or, l’une des toutes premières mesures mises en place par les dictatures est précisément d’abolir la vie privée, la liberté d’expression, d’opinion et de circulation, de généraliser la suspicion et de placer tous leurs “citoyens” sous surveillance.

A contrario, les démocraties estiment que ces libertés sont fondamentales, et que l’Etat ne peut pas -et ne doit pas- y déroger, sous peine de mettre le doigt dans un engrenage qui, in fine, nuirait à la démocratie dans son ensemble, et donc à ses citoyens.

Les démocraties considèrent qu’il faut faire confiance aux gens, que seule une minorité violera la loi, et qu’il est donc dangereux, et contre-productif, de considérer l’ensemble de leurs citoyens comme des délinquants potentiels, présumés criminels : la présomption d’innocence est la règle, et il revient à l’accusation de démontrer la culpabilité des suspects, pas aux suspects de démontrer leur innocence.

C’est ce qu’on appelle un “état de droit“. Et la loi, en France, précise ainsi qu’il faut d’une part déclarer (voire demander l’autorisation) à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) dès lors qu’une institution, une entreprise ou un organisme décide de ficher ou surveiller celles et ceux qu’ils accueillent, mais qu’il faut également les avertir du fait qu’ils sont surveillés, et leur accorder un certain nombre de droits (d’information, d’accès, d’opposition, de rectification aussi).

On ne peut pas surveiller n’importe qui n’importe comment. Ainsi, il est interdit, en France, d’identifier les mineurs par leurs empreintes digitales -ce que faisait le groupe scolaire Saint-Denis, à la cantine- parce que ce type de mesure est considéré comme “disproportionné” au regard de l’objectif recherché : une chose est d’identifier le directeur ou l’employé d’une banque par ses empreintes digitales lorsqu’il s’agit d’accéder aux coffres-forts, une autre est d’utiliser ce genre de méthodes pour que des adolescents puissent accéder à la cantine…

On ne tue pas les mouches avec des marteaux. En 1981, le journaliste Louis-Marie Horeau l’avait encore plus clairement expliqué, dans le Canard Enchaîné, évoquant “la recette bien connue de la chasse aux lions dans le désert : on passe tout le sable au tamis et, à la fin, il reste les lions“.

Les professionnels de la sécurité savent bien que rien n’est pire qu’un faux sentiment de sécurité : appliquer les méthodes anti-terroristes, ou destinées à lutter contre le grand banditisme, à l’ensemble de la population, ne peut qu’être contre-productif, ne serait-ce que parce qu’elles identifieront, à tort, nombre d’innocents comme “suspects“, mais aussi parce que cela leur fera surtout perdre du temps, de l’énergie, et de l’attention, à ceux qui sont chargés de veiller à la sécurité des gens.

In fine, sombrer dans l’hystérie ou la paranoïa sécuritaire revient à considérer que les terroristes ont gagné, parce qu’ils ont bel et bien réussi à nous terroriser.

D’autre part, ceux qui se font fort de culpabiliser les gens, de sorte qu’ils n’aient rien à cacher et acceptent d’être surveillés, sont souvent les premiers à refuser d’être transparents, et à avoir, sinon des choses à se reprocher, tout du moins des choses à cacher. Ainsi, les policiers sont souvent les premiers à réclamer l’installation de caméras de vidéosurveillance sur la voie publique. Mais ils sont également souvent les premiers à refuser d’en installer dans leurs locaux, ou à refuser que l’on puisse venir filmer leurs cellules et conditions de garde à vue. Et si la vidéosurveillance permet parfois de révéler des violences policières, il arrive également que les bandes, curieusement, disparaissent, ou que les caméras aient précisément été en panne à ce moment-là…

Nothing_to_Hide-06-02-08

La vidéosurveillance ne me dérange pas : où est le problème ?

Jusqu’à présent, ne pas être fiché signifiait une présomption d’innocence. Aujourd’hui, exister « sans trace » fait de vous le premier suspect.
– François Ewald, professeur au Conservatoire des arts et métiers.

Nombreux sont ceux qui ne voient pas pourquoi certains se permettent de critiquer ou de remettre en question des mesures ou systèmes de surveillance qui les dérangent d’autant moins qu’ils y sont habitués.

Je me suis sérieusement penché sur la question, enquêtant tout autant sur ce pour quoi la vie privée n’est pas un problème de “vieux cons” que ce pour quoi les “petits cons” d’aujourd’hui, qui ont grandi tout en étant constamment surveillés, ont de fait appris à en jouer, et à se mettre en scène, plutôt que de se contenter d’être observés à l’insu de leur plein gré.

Bruce Schneier, qui a travaillé pour l’armée américaine avant de devenir l’un des experts les plus réputés en terme de sécurité informatique, a très bien résumé le problème, dans un article opportunément traduit par Tristan Nitot, fervent défenseur des libertés ès-internet, qui rappelle opportunément que, sans vie privée, vous qui me lisez ne seriez probablement tout simplement pas nés, pour la simple et bonne raison que s’il y avait des caméras dans les chambres à coucher, personne ne ferait plus l’amour, et qu’il n’y aurait donc plus de bébés (sans parler des autres inconvénients qu’il y aurait à ne plus faire l’amour) :

La notion de vie privée nous protège de ceux qui ont le pouvoir, même si nous ne faisons rien de mal au moment où nous sommes surveillés. Nous ne faisons rien de mal quand nous faisons l’amour ou allons aux toilettes. Nous ne cachons rien délibérément quand nous cherchons des endroits tranquilles pour réfléchir ou discuter. Nous tenons des journaux intimes, chantons seuls sous la douche, écrivons des lettres à des amoureux secrets pour ensuite les brûler. La vie privée est un besoin humain de base.

(…) Si nous sommes observés en toute occasion, nous sommes en permanence menacés de correction, de jugement, de critique. Nous devenons des enfants, emprisonnés par les yeux qui nous surveillent, craignant en permanence que – maintenant ou plus tard – les traces que nous laissons nous rattraperont, par la faute d’une autorité quelle qu’elle soit qui porte maintenant son attention sur des actes qui étaient à l’époque innocents et privés. Nous perdons notre individualité, parce que tout ce que nous faisons est observable et enregistrable. (…)

Voici la perte de liberté que nous risquons quand notre vie privée nous est retirée. C’est la vie dans l’ex-Allemagne de l’Est ou dans l’Irak de Saddam Hussein. Mais c’est aussi notre futur si nous autorisons l’intrusion de ces yeux insistants dans nos vies personnelles et privées.

Trop souvent on voit surgir le débat dans le sens “sécurité contre vie privée”. Le choix est en fait liberté contre contrôle. La tyrannie, qu’elle provienne de la menace physique d’une entité extérieure ou de la surveillance constante de l’autorité locale, est toujours la tyrannie. La liberté, c’est la sécurité sans l’intrusion, la sécurité avec en plus la vie privée. La surveillance omniprésente par la police est la définition même d’un état policier. Et c’est pour cela qu’il faut soutenir le respect de la vie privée même quand on n’a rien à cacher.

De 1789 à mai 1968 et au-delà

Lorsqu’on ne s’étonne plus du traçage, de la vidéosurveillance ou de la conservation des données, c’est justement le signal qu’on est entré dans un monde orwellien.
– Alex Türk, président de la CNIL

Ceux qui se permettent de critiquer les technologies de surveillance sont d’ailleurs régulièrement accusés de baigner dans une idéologie “droit-de-lhommiste” et/ou “post-soixante-huitarde“.

De fait, la Révolution française, les déclarations des droits de l’homme, “mai 68” en particulier, et les mouvements de libération (des femmes, des homosexuels, sans oublier ceux qui, précédemment, visaient à libérer les peuples “colonisés“) en général, ont consacré le droit des gens à l’autodétermination de leurs vies.

Certains le déplorent, d’autres s’en félicitent (j’en suis) : la démocratie et les droits qui y sont associés ne sont pas réservés mâles blancs dominants de plus de 18 ans. Et les droits de l’homme, le droit à la liberté d’expression, de circulation, ainsi le droit à la vie privée et à l’anonymat, s’appliquent désormais à tout le monde.

Mon enquête sur le groupe scolaire (privé, et catholique) Saint Denis (voir Quand Big Brother s’invite à l’école) a par ailleurs été perçue par certains comme relevant d’une forme d’”anti-catholicisme“…

Je n’ai que faire des convictions politiques ou religieuses de ceux dont je parle : je m’intéresse à la société de surveillance, j’ai eu l’occasion de brocarder des gens de droite comme de gauche, et la religion n’a rien à voir. La loi Informatique et libertés a été adoptée sous un gouvernement de droite par des gens, de droite ou de gauche, qui se rappelaient de l’utilisation qui avait été faite des fichiers par les administrations Pétain et nazie, par des personnalités de droite qui dénonçaient l’utilisation des fichiers par les communistes, et par des personnalités de gauche qui dénonçaient le fichage des “socialo-communistes“.

La loi informatique et libertés transcende les partis, et les idéologies, et a été adoptée pour rappeler qu’en démocratie, on ne peut pas ficher ni surveiller n’importe qui, n’importe quand.

TerroristsHateFreedom

La vidéosurveillance, la biométrie, les fichiers policiers et autres mesures ou technologies de surveillance peuvent être utiles. Dans certains cas, bien précis, encadrés, et en respectant la loi. Ce qui est souvent loin d’être le cas. Ce qu’il convient de rectifier.

Rétroliens

  1. Numérique » L’insécurité par le filtrage
  2. Vidéosurveillance à acceptation variable » OWNI, News, Augmented
  3. Lettre ouverte à ceux qui n’ont rien à cacher « InternetActu.net » Quality and security of information systems
  4. PRISM en résumé | Korben
  5. PRISM en résumé | - Dépannage Informatique, Limoges et toute la haute vienne, 87, Réparateur Ordinateur, Maintenance PC à Domicile, installation box, créateur de sites internet- Dépannage Informatique, Limoges et toute la haute vienne
  6. PRISM en résumé « Mes idées HIGH TECH
  7. Notre vie privée… publique aux USA | Swoog.fr
  8. NSA, FBI, CIA et compagnie.....
  9. Tracking | raimanet
  10. sersnow
  11. Rien à cacher | Youdawa!
  12. Prism de la taverne ? kesako
  13. IM, RSS & mysoginie | No-life
  14. SENSIBILISATION A LA SECURITE – SE PROTEGER | l'oeil du web
  15. Prism Break | Sharedwanderlust's Blog

27 commentaires

  1. par Gengis

    Rien à cacher, rien à montrer.

  2. Un problème : on se dit souvent que le contrôle est une pulsion de l’Etat (de l’autorité) contre l’individu. Mais… je n’en suis pas sûr, il me semble qu’une bonne proportion des individus se sentent finalement plus à l’aise quand ils étendent le contrôle autour d’eux, sur leurs biens, sur les personnes qui leur sont chères (ou celles qu’elles perçoivent comme adversaires). Le fameux “sentiment d’insécurité” est une réalité psychologique, une anxiété diffuse assez répandue, et le fait qu’il excède largement la réalité de l’insécurité (de la menace) n’y change rien. il n’est qu’à voir le succès viral de toute annonce alarmiste ou catastrophiste pour se convaincre que l’esprit humain est poreux à l’idée de menace.

    Donc avec l’Internet des objets, la loi de Moore et la marche en avant vers la dimension nano, il sera effectivement aisé de truffer son environnement personnel de caméras ou autres enregistreurs de faits et gestes. Cela de la part des individus libres dans un marché libre, donc en dehors du prisme d’analyse contrôle public versus vie privée.

  3. par jmm

    @iPhone : il ne vous aura peut-être pas échappé que, pour le coup, nous ne sommes pas vraiment face à des “individus libres dans un marché libre”; vous avez entendu parler du Livre bleu du Gixel ?

    Les technologies de surveillance étant difficile à vendre, parce qu’anxiogènes, le Gixel proposait d’en déployer dès l’école maternelle afin d’y habituer les enfants dès leur plus jeune âge, et donc de contribuer à augmenter leurs parts de marché…

  4. (jmm) Merci du lien. Ma réflexion se fonde plutôt sur l’observation anthopologique. Par exemple, il n’est pire “société de contrôle” qu’une tribu de chasseurs-cueilleurs sans Etat : on a montré que la majorité de l’activité langagière quotidienne est consacre au gossip (le commentaire des faits et gestes d’autrui), ce qui est une forme de surveillance permanente de l’individu par le groupe. Un autre exemple : les communautés fermées aux Etats-Unis, où des gens riches choisissent très librement d’imposer un contrôle étroit des actes. Ou bien encore ces panneaux dans les quartiers londoniens incitant les habitants (indépendamment des caméras nombreuses) à dénoncer à la police tout agissement suspect de leur quartier.

    Partant de là, et de nombreux autres exemples de servitudes dans l’histoire, je doute un peu que dans l’équation “dois-je privilégier la liberté ou la sécurité?” nous soyons très fermement programmés à tous répondre sans hésiter: “la liberté bien sûr”. En tout cas, je pense que la paranoïa de contrôle qui caractérise l’Etat (le pouvoir en général) n’est pas une strate purement artificielle imposée à des sociétés qui seraient spontanément très respectueuses de la liberté et de la vie privée des individus.

    Cela n’empêche nullement la manipulation des tendances sécuritaires par des agents publics ou privés qui entendent en profiter. Mais ces tendances ne sont pas crées ex nihilo, c’est juste mon propos… et il ne vise évidemment pas à dédouaner les manipulateurs de leurs responsabilités (ce que vous décrivez très bien).

  5. par Sophisme

    Sans juger le reste, je trouve falacieux l’argument du “Vidéosurveiller les chambres à coucher ?”. Vous poussez une idée à l’extreme pour la rendre ridicule. En jouant a ça, je pourrait dire que votre point de vue est mauvais car bientot vous interdirez les telephones, puis l’internet, puis le courant etc… Or nous savons bien que ce n’est pas votre propos. Tout comme ce n’est pas le propos de Mr X qui pense honnetement qu’une caméra dans la rue ne le gene pas. (Bon, aprés ca peut l’aider a comprendre la géne que lui ne ressent pas.)

  6. par Mirabo

    Je suis naturellement d’accord avec vous, mais je ne peux m’empêcher de constater que l’argumentation proposée est bien faible… Pousser les choses jusqu’à l’absurde, faire des analogies, c’est bien pour prendre conscience qu’il y a quelque chose qui cloche, mais c’est insuffisant pour combattre ces démons-là. Il faut des arguments positifs, et je n’en ai pas trouvé beaucoup. Non pas qu’il n’y en ait pas (le plus fructueux que vous proposez est probablement le renversement du regard : le problème réside dans ce que la vidéosurveilance révèle du surveillant, pas du surveillé). Mais cette absence d’arguments incontestable est un indice du fait que les tenants de la vie privée ont un train de retard sur les tenants de l’état policier. Il manque dans ce monde une vraie réflexion de philosophie sociale et politique capable de contrer efficacement la pensée unique actuellement en position de force. Ce n’est pas pour rien que Rousseau et Montesquieu ont précédé la Révolution…

  7. (Mirabo) Sur le manque d’arguments positifs. Une hypothèse : cela tient au fait que la liberté est risquée et que l’aversion au risque joue sur du velours. On demande à une population lambda : «craignez-vous d’être agressé dans la rue par un autre individu ou que votre enfant soit molesté ou que votre vieille mère soit bousculée par un voleur à la tire?». Il y a de forte chance que, malgré les statistiques, l’esprit de beaucoup d’individus soit porté à surestimer les risques réels, donc à acquiescer à des mesures supposées protectrices. On demande à la même population lambda : «craignez-vous l’instauration d’un gouvernement totalitaire des conduites par des outils de surveillance permanente ?», ils seront certes une majorité à exprimer une crainte (enfin… il faut l’espérer), mais je gage que celle-ci sera plus diffuse, plus abstraite, moins intense que dans le premier cas. Cela malgré le fait que l’histoire humaine est parsemée de régimes tyranniques, les régimes libres étant exceptionnels.

    Une autre manière de dire cela : les gens ne raisonnent pas sur des probabilités abstraites (j’ai une chance sur X d’être agressé / volé, et ce taux est relativement constant, et une caméra ne change rien, et les effets pervers d’une caméra peuvent être nuisibles), mais sur des projections concrètes (on va me piquer mon iPhone, on va faire du happy slapping avec mon fils, on va arracher le sac à main de ma mère). Or, ce type de projection annihile des vues plus rationnelles et permet aux promoteurs du contrôle d’avancer leurs pions sous couvert de toujours généreuse protection des faibles et des innocents. La posture défensive de justification de la non-surveillance tient à une asymétrie : il existe aujourd’hui de l’insécurité (comme dans toute société, mais ce n’est évidemment pas une excuse pour les malfaiteurs) versus il existera peut-être demain un mauvais usage de la surveillance. Un problème concret et présent contre un problème hypothétique et futur.

    Cela dit et sur la « pensée unique », je vous trouve excessif. Nous vivons globalement dans des sociétés inspirées par l’héritage libéral, pas seulement en économie, mais aussi en théorie de la société et du pouvoir. Aucun parti n’a comme programme officiel la suppression des droits de l’homme et de leur valeur constitutionnelle, ceux qui s’en rapprochent restent très minoritaires, les régimes tyranniques ne sont nullement perçus comme désirables et la majorité semble acquise au fait que la liberté de l’individu présente d’importants bénéfices. La modernité a réalisé un lent travail d’autonomisation de l’individu, et si cette autonomie n’est pas spontanée (naturelle) à mon sens, elle n’en reste pas moins appréciée comme expérience collective, pour ses résultats comparés avec ceux des sociétés hétéronomes dictant les conduites et les pensées. Ensuite, il y a tout le travail d’influence que l’on sait (le lien de jmm par exemple) mais c’est «le jeu», l’autonomie n’est pas un état pur et protégé en soi, l’humain vise toujours à influencer son voisin dans le sens qui l’intéresse ou qui lui convient.

    Je suis donc d’accord avec la conclusion de jmm : il ne faut pas une position maximaliste, mais une étude au cas par cas des bénéfices-risques de chaque technique, de leur rapport coût-efficacité et des moyens de surveillance des surveillants.

  8. par Cinqasept

    “Il n’y a pas que la perfidie qui ait besoin d’un masque” (Nietzsche)

    Et quelle foi ingénue, folle, apolitique, dans la vertu du pouvoir… Y aurait-il eu une Résistance, si les occupants avaient joui de tels instruments ?

  9. par Joe Linux

    >>Aucun parti n’a comme programme officiel la suppression des droits de l’homme et de leur valeur constitutionnelle,

    Oui, c’est vrai, dans son programme “officiel” – notez, aucun voleur ne se promène non plus avec une étiquette “je suis un voleur” sur le front.

    Quant aux réacs qui aiment bien la surveillance, si vous voulez toucher leur cœur, parlez-leur de la surveillance en ex-URSS… vous verrez bientôt qu’ils aiment la surveillance uniquement quand c’est leur parti qui est au pouvoir…

    En même temps, c’est vrai que du PS à l’UMP, les partis réacs sont toujours au pouvoir… ça s’appelle : la démocratie :)

  10. par cpolitic

    Article complet et impressionnant de détails. Great Job! ;-) JMM

  11. par nikko

    Un argument positif, pour limiter la dissémination des caméras de surveillance ?
    En voici un, à mon sens : l’état, déjà dépositaire de la violence légitime, capable, ce faisant, de déployer en cas de problème forces policières ou militaires, n’a certainement pas besoin du surcroît de pouvoir que lui donne la vidéo-surveillance. Nous vivons dans une démocratie – pour l’instant, et bien qu’i y ait de nombreuses critiques à faire sur “sa qualité”- que se passerait il en cas de virage autoritaires des régimes politiques occidentaux si s’ajoute aux moyens coercitifs déjà existant la possibilité de surveiller le moindre fait et geste des citoyens européns ? C’est le rêve de Staline…on voit déjà les dégats qu’il a fait sans autant de pouvoir de surveillance…

  12. par zal

    Les juifs qui allèrent se faire recenser en octobre 1940 dans les préfectures de France n’avaient rien à cacher.

  13. par d1d1er

    Je me permet un autre point de vue complémentaire aux précédents.

    Faisons une expérience pour jauger de l’utilité d’une caméra : trouver un endroit public filmé mais peut fréquenté à ce moment là. Quelques personnes se connaissant simulent une agression. Après cet évènement on peut mesurer l’efficacité de la caméra avec les questions et constatations suivantes :

    – Est ce que la police est arrivée immédiatement ?
    – Est ce qu’un surveillant a vu l’agression en directe sur son écran de contrôle ?
    – Est ce que la caméra est enregistrée ?
    – Est ce que l’enregistrement est visionné même si aucune plainte n’a été déposée ?
    – Est ce que les participants peuvent être identifiés ?

    Aujourd’hui, la réponse sera non à toutes les questions. Pourquoi ? Eh bien simplement parceque la technologie en particulier et les moyens en général ne sont pas encore là.

    Sachant cela, tout individu se sachant filmé peut déclarer “Je n’ai rien à cacher”. Même un dealer de hall d’entrée d’HLM peut dire dans une conversation de comptoir “Je n’ai rien à cacher” car il sait que ceux qui l’observent n’ont pas l’instrument adéquat pour voir tout les détails permettant de le mettre en cause.

    Nous avons tous un jardin secret à cacher, cela est évident. Pour le moment nous savons d’une part qu’une caméra dans un lieu public ne nous fait ni chaud ni froid. D’autre part nous pouvons encore contrôler la mise en lignes de nos informations privées sur le web.

    De la même façon que nous sommes habillés au moins pour une question de pudeur, nous entourons, même inconsciemment, notre jardin secret de la clotûre nécessaire à préserver notre intimité.

    Le contenu du jardin dépend de ce que la société nous conseille d’y cacher à un certain moment : en 1940 il fallait cacher sa religion juive….

    “Je n’ai rien à cacher” est un défit, c’est simplement une réponse à l’incompétence des autorités publiques ou privées à pouvoir trouver ce que nous cultivons dans notre jardin secret. C’est une façon de dire “Tu peux toujours essayer de m’observer avec n’importe quel instrument, tu ne verras évidemment pas plus loin que le rempart qui entoure naturellement mon jardin secret”.

  14. par Wintermute

    Le fantasme de la vidéosurveillance et la mythologie de l’identification n’existent que grâce à une formule magique:

    “Let’s enhance it”

    http://www.youtube.com/watch?v=Vxq9yj2pVWk

    PS
    Magnifique article

  15. par FW

    Excellent article !

  16. par Ordo

    Et ainsi, ce blog requiers de mettre son e-mail si l’on souhaite écrire un commentaire. Une jolie collecte qui peut servir à la revente de ces information, au spam et autres dérives du genre.

    En bref, un simple exemple pour illustrer le coup de l’hôpital et de la charité.

    Concernant l’article en lui-même… Beaucoup de contradictions et d’imprécisions, le tout saupoudré par une bonne touche de subjectivité.

    Un simple exemple qui m’a frappé :
    “[...]ceux qui pètent un plomb n’ont que faire de la présence de caméras… Il pètent un plomb, point barre.”
    Je suis d’accord, alors pourquoi dire juste avant :
    “[...]il a été démontré que sur la voie publique, il valait mieux investir dans l’éclairage, ou encore en embauchant des gens, plutôt qu’en installant des caméras.”

    Il me semble que “quelqu’un qui pète un plomb” n’a que faire d’un lampadaire en plus ou en moins… Quand aux “embauches de gens”, des “gens” c’est assez vague tout de même. J’imagine qu’il s’agissait de “Forces de l’ordre”, eux-même si haïs et responsable, de par leur propre métier, d’une bonne dose de violence.

    Bref, bien que le fond et l’idée soit noble, la forme est mauvaise.

  17. par Anonymous

    Je suis content d’avoir enfin trouvé un article qui invalide l’aphorisme ridicule “si tu n’as rien à te reprocher, tu n’as rien à cacher”.

    L’assertion : “Ceux qui ont quelque chose à cacher sont ceux qui ont quelque chose à se reprocher.” est fausse.

    L’assertion : “Ceux qui ont quelque chose à cacher sont ceux qui craignent qu’on puisse leur reprocher quelque chose.” est vraie.

    Il y a une différence entre se sentir coupable et sentir qu’on pourrait vous traiter en coupable.

    N’est-ce pas Maître Eolas qui disait : “Quand on met des rideaux à ses fenêtres, ce n’est pas pour pouvoir assassiner sa femme plus facilement.” ?

  18. par Khisanth

    @Ordo :
    Certes caméra ou policier, si un individu “pète un câble”, il le fera dans les deux cas. La différence se joue au niveau de l’intervention : comme le disais l’auteur dans un autre article : “on imagine mal la caméra descendre de son lampadaire pour arrêter l’agresseur de ces gros bras musclés”, alors qu’un policier, lui le pourra. Après, c’est sûr que ni l’un ni l’autre n’empêcheront l’acte, mais par conte, dans le deuxième cas, les dégâts peuvent-être moins sévères.

    Pour le lampadaire en plus ou en moins, il semble évident qu’on préfère tous marcher la nuit dans un chemin éclairé car on y discerne mieux notre environnement.

    Pour le problème de la “violence” des forces de l’ordre, c’est un autre débat, même si dans le cadre d’un parking / parc, la simple présence de gardiens peut suffire.

    Enfin, pour la question de mettre son mail pour poster, c’est un mal minimum, puisqu’il n’est pas conserver comme identifiant de session. Et cela reste nettement moins intrusif qu’un cookie. D’ailleurs, rien ne vous empêche d’utiliser une adresse spéciale spam que vous ne consultez jamais

  19. par Kanroom

    Cela me fait penser à un bouquin que j’ai lu récemment… Corpus Delicti : un procès, de Juli Zeh. A lire. Et à frémir.

  20. par chatlibre

    Un internaute écrivait plus haut”: L’assertion : “Ceux qui ont quelque chose à cacher sont ceux qui ont quelque chose à se reprocher.” est fausse.”"

    On pourrait ajouter “L’assertion : “Je n’ai rien à cacher” est fausse”. Ceux qui prononcent cette assertion sont-ils prêts à diffuser les informations financières et bancaires qui les concernent? Sont-ils prêts à diffuser les informations médicales qui les concernent?

    Et il existe des professions qui DOIVENT conserver le secret quant à certaines informations qu’ils possèdent. A titre d’exemple, un médecin qui divulguerait les informations médicales de ces patients dans des conditions en infraction à la loi relative à la protection de la vie privée commettrait un délit.

  21. par nono

    pas de caméra dans la chambre ?? sérieux et que faites vous de la prochaine xbox ? combien de personnes ont ou auront de consoles dans leur chambres ?

    http://www.ecrans.fr/Xbox-One-Microsoft-vous-regarde,16420.html

    pensez y lorsque vous passerez tous nu devant votre kinect :-)

  22. par Jean-Marc

    Jean-Marc, je commence à être inquiet, vraiment, ça converge et ça vient de tous côtés.

    Bien que cet autre axe de surveillance pour le bien des “peuples” dit on soit éminemment glissant, je le propose, car il est parallèle au reste, je crois.
    effaconsleracisme.org

    Peut être parce que j’ai eu une nuit un peu courte, la fatigue, disons…

  23. par caps

    j’ajouterai à tout ça les notions de bien et de mal …
    rien a cacher soit, rien fait de mal soit .. mais c’est quoi qque chose de mal.
    il n’y a qu’a regarder les exemples derniers :
    * printemps arabe, tout le monde (états, médias …) se félicitait de l’apport d’internet de des mobiles sans qui rien n’aurait pu arriver
    * qques semaines plus tard, soulevements en angleterre, le meme monde (état, médias) s’insurge que ces mêmes moyens permettent cela sans que l’etat ne puisse faire quoi que ce soit !

    enfin, pour revenir au “je n’ai rien à cacher” .. il n’y a pas a aller tres loin en arrière dans le temps pour se souvenir que certaines tendances politiques devîmes causes d’emprisonnement (et je ne parle pas de certaines religions). Ces tendances politiques n’étaient pourtant pas honteuses peu de temps avant.
    je n’aimerais pas qu’un jour, la police vienne me voir parce que j’ai liké un document de tel parti … parce qu’un nouveau gouvernement a décrété que ce parti etait devenu “pas convenable” … pourtant, aujourd’hui, quand je le like, je n’ai pas l’impression de faire qque chose de mal et je n’ai pas de raison de me cacher d’avoir une opinion politique

  24. par jacques D

    Pour rester peinard, ne pas avoir d’opinion politique !!!
    ce serait le pied !!!

    non ???????????

    mince, je viens d’émettre une opinion …. politique !! si si !

  25. par Lucius

    Le droit de vote des femmes a été accordé par le maréchal Pétain, du temps où il disposait des pleins pouvoirs après l’invasion de la France.

    Comme exemple de mesure adoptée “alors même que le “peuple” y était pourtant majoritairement opposé, par des hommes politiques ayant compris qu’il en allait des droits et libertés inhérents à ce que l’on appelle une démocratie”, on a vu plus pertinent.

  26. par manhack

    mars 1944 Le programme du Conseil national de la Résistance reste silencieux sur la question du vote des femmes.
    18 mars 1944 Le Général de Gaulle déclare devant l’Assemblée consultative provisoire que « le régime nouveau doit comporter une représentation élue par tous les hommes et toutes les femmes de chez nous ».
    24 mars 1944 A l’Assemblée consultative provisoire, l’amendement Fernand Grenier instaurant le vote des femmes est adopté par 51 voix contre 16.
    21 avril 1944 L’article 17 de l’ordonnance portant organisation des pouvoirs publics en France après la Libération dispose que « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ».
    http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/femmes/citoyennete_politique_chronologie.asp

  27. par Peregrine

    Caps: je partage ton opinion.
    Ce ne sont pas les gouvernement et les corporations d’aujourd’hui qui me font personnellement peur, ce sont ceux de demain.
    Mes opinions politiques et religieuses, ainsi que mon style de vie, aujourd’hui tout à fait légaux, pourraient être retournés contre moi si, par exemple, l’extrême droite prenait le pouvoir dans ce pays. Improbable ? Je ne pense pas. Les partis et religions extrêmistes ont le vent en poupe en cette période de crise. Les Allemands des années 30 étaient très fiers de leur pays libéral-socialiste. Il n’est pas exclu que la France puisse redevenir une dictature. Je pense à cette possibilité à chaque fois que je m’exprime sur Internet aujourd’hui.