Réseaux contre hiérarchies, liens faibles contre liens forts

Par le 11/10/10 | 16 commentaires | 6,861 lectures | Impression

Pour le New Yorker, Malcolm Gladwell (blog) a rédigé une brillante mise au point sur les différences entre l’activisme en ligne et l’activisme réel, dans un article intitulé “Petit changement : pourquoi la révolution ne sera pas twittée” où il montre les limites des organisations en réseaux comparés aux structures hiérarchiques classiques. Pour accomplir sa démonstration, Malcolm Gladwell nous plonge dans l’histoire politique des Etats-Unis, pour nous aider à mieux comprendre comment, politiquement, les différences de structuration de la contestation induisent des effets qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. Démonstration.

Le lundi 1er février 1960, vers 16h30, 4 étudiants étaient assis au comptoir du Woolworth, un bar du centre-ville de Greensboro, en Caroline du Nord. 4 étudiants en première année d’un collège noir à proximité. Ezell Blair a alors demandé à la serveuse une tasse de café. “Nous ne servons pas les Noirs ici”, a répondu celle-ci. Pour marquer leur mécontentement, les 4 étudiants ont alors décidé de ne pas bouger jusqu’à la fermeture du bar, où les étudiants ont annoncé qu’ils reviendraient le lendemain. Le lendemain, 31 manifestants étaient rassemblés devant le café, pour la plupart provenant du même dortoir que les 4 étudiants d’origine. Les étudiants se sont mis à faire leurs devoirs et étudier au comptoir, attendant d’être servis. Le mercredi, le nombre de manifestants était de 80. Ils étaient 300 le jeudi, dont 3 femmes blanches. Le samedi, le sit-in atteignait 600 personnes. Des adolescents blancs agitaient le drapeau confédéré. Le lundi suivant, le sit-in s’était propagé à Winston-Salem et Durham, à plusieurs miles de là. Le lendemain, des étudiants de Charlotte et de Raleigh rejoignaient le mouvement. Le jeudi et le vendredi, la manifestation avait franchi les limites de l’Etat. A la fin du mois, il y avait des sit-in dans tout le sud des Etats-Unis. Pour l’historien Michael Walzer, c’était comme une fièvre. Quelque 70 000 élèves ont participé à ce mouvement. Des milliers d’entre eux ont été arrêtés et ces évènements ont marqué le début de la “guerre civile” des droits qui a ravagé le sud des Etats-Unis pendant une décennie. Et cela, sans e-mail, sans SMS, sans Facebook ou Twitter.

greenboro-first-day
Image : Les 4 de Greensboro : Ezell A. Blair Jr., Franklin E. McCain, Joseph A. McNeil, and David L. Richmond quittant le Woolworth après la première journée de sit-in, via American History.

“Le monde, nous dit-on, est au milieu d’une révolution. Les nouveaux outils des médias sociaux réinventent l’activisme social. Avec Facebook et Twitter, la relation traditionnelle entre l’autorité politique et la volonté populaire est bouleversée. Ces outils permettent aux impuissants de collaborer, de se coordonner et de donner une voix à leurs préoccupations”, ironise Malcolm Gladwell. Quand 10 000 manifestants sont descendus dans la rue en Moldavie, au printemps 2009 pour protester contre le gouvernement communiste de leur pays, leur action a été surnommée la Révolution Twitter, en raison des moyens par lesquels les manifestants avaient été réunis. Quelques moi après, lorsque des manifestations étudiantes ont secoué Téhéran, le département d’Etat américain a pris l’insolite décision de demander à Twitter de suspendre la décision d’entretien de son service, qui devait le rendre inaccessible, pour qu’il demeure au service des manifestations. Suite à cet évènements, plusieurs voix se sont même élevées pour qu’on nomme Twitter pour le prix Nobel de la Paix… Rien de moins.

Les médias sociaux nous auraient-ils fait oublier ce qu’est l’activisme ?

Les militants sont désormais définis par leurs outils plus que par leurs causes, estime Malcolm Gladwell. Evgeny Mozorov (blog), chercheur à Stanford, a été le plus critique sur le rôle de Twitter lors de la révolution moldave, d’abord parce qu’il y avait très peu de comptes Twitter en Moldavie. Comme le suggérait Anne Applebaum dans le Washington Post, les manifestations pouvaient fort bien avoir été mises en scène par le gouvernement. Dans le cas iranien, il n’y a pas eu de révolution Twitter en Iran, expliquait Golnaz Esfandiari dans Foreign Policy. Les blogueurs de premier plan, comme Andrew Sullivan, qui ont défendu le rôle des médias sociaux en Iran, ont mal compris la situation. Les Occidentaux ont relayé des tweets en langue anglaise avec la balise #iranelection, sans que personne ne se demande pourquoi les gens essayaient de coordonner des manifestations dans une autre langue que le persan.

“Les innovateurs ont tendance à être solipsistes”, souligne Malcolm Gladwell. “Ils souhaitent souvent caser tous les faits dans leurs nouveaux modèles. Comme l’a écrit l’historien Robert Darnton : “les merveilles des technologies de la communication dans le présent ont produit une fausse conscience du passé -comme le sentiment que la communication n’avait pas d’histoire, où n’avait aucune importance avant la télévision ou l’internet”. Mais il y a autre chose à l’oeuvre ici, dans l’enthousiasme démesuré pour les médias sociaux. 50 ans après l’un des plus extraordinaires épisodes de bouleversement social de l’histoire américaine, il semble que nous avons oublié ce qu’est l’activisme.”

Au début des années 60, Greensboro était le genre d’endroit où l’insubordination raciale avait régulièrement rencontré la violence. Les 4 étudiants qui s’étaient assis au comptoir étaient terrifiés, comme l’ont rencontré plus tard certains d’entre eux. Le premier jour, le responsable du magasin avait avisé le chef de la police. Des voyous sont venus faire peur aux jeunes étudiants. Un leader local du Ku Klux Klan a fait une apparition. Le samedi, une alerte à la bombe a causé l’évacuation du restaurant. A l’été 1964, les dangers ont été encore plus grands. Les militants des droits civiques avaient la consigne de ne jamais se déplacer seuls et jamais la nuit. De nombreux militants ont été abattus, des églises et des maisons mises à feu. Un quart des militants des droits civiques du Comité de coordination pour la non-violence étudiante ont abandonné la cause. Le sociologue Doug McAdam de Stanford a observé les motivations qui ont poussé certains à abandonner le mouvement de l’Eté de la Liberté, et d’autres à le soutenir. La principale raison qui motivait les participants n’était pas la ferveur idéologique, mais l’attachement à quelqu’un de menacé et le fait d’avoir déjà quelqu’un que l’on connait dans l’organisation. Le modèle est connu. Une étude sur les Brigades rouges italiennes dans les années 70 a montré que 70 % des recrues avaient déjà un ami dans l’organisation. Même chose pour ceux qui ont rejoint le mouvement des moudjahidin en Afghanistan, même chose pour ceux qui ont rejoint les manifestations “spontanées” d’Allemagne de l’Est qui ont conduit à la chute du mur de Berlin. Les liens forts sont au coeur de ces phénomènes. Le mouvement d’opposition dans l’Est de l’Allemagne était constitué de plusieurs centaines de groupes, chacun avec une douzaine de membres. Chaque groupe a été en contact limité avec les autres: à l’époque, seulement 13 % des Allemands de l’Est avait un téléphone. Tout ce qu’ils savaient était que le lundi soir, à l’extérieur de l’église Saint-Nicolas au centre-ville de Leipzig, les gens se rassemblaient pour exprimer leur colère face à l’État. Et le principal déterminant qui a conduit les gens à rejoindre le mouvement a été d’avoir des “amis critiques” : plus vous aviez des amis qui critiquaient le régime, plus vous aviez de probabilité de rejoindre la manifestation, explique Malcolm Gladwell.

Les liens faibles conduisent rarement à l’activisme à haut risque

Quand on observe les 4 étudiants du café de Greensboro -David Richmond, Franklin McCain, Ezell Blair et Joseph McNeil -, le plus intéressant consiste dans leurs relations entre eux. McNeil était le compagnon de chambre de Blair. Richmond et McCain étaient allés à la même école secondaire. Les 4 faisaient de la contrebande de bière dans leur dortoir. Ils avaient tous le souvenir de l’assassinat d’Emmett Till en 1955, le boycott des bus de Montgomery cette même année et des évènements de Little Rock en 1957. C’est McNeil qui a lancé l’idée d’un sit-in chez Wookworth et ils en ont discuté pendant près d’un mois avant de passer à l’action.

“Or les formes de militantisme associées aux médias sociaux ne sont pas du tout comme ça”, explique Malcolm Gladwell. “Les plates-formes de médias sociaux sont construites autour des liens faibles. Twitter permet de suivre (ou d’être suivit) par des personnes que vous n’avez jamais rencontrées. Facebook est un outil pour gérer efficacement vos connaissances, pour garder le contact avec des gens avec qui vous ne seriez pas resté en contact. C’est pourquoi vous pouvez avoir un mille “amis” sur Facebook, plus que vous n’en avez jamais eu dans la vie réelle. C’est à bien des égards une chose merveilleuse. Ils dessinent la force des liens faibles, comme l’a observé le sociologue Mark Granovetter. Nos connaissances – et non pas nos amis – sont notre plus grande source d’idées nouvelles et d’information. L’internet nous permet d’exploiter la puissance de ces types de connexions distantes avec une efficacité merveilleuse.” Mais, souligne Malcolm Gladwell, “les liens faibles conduisent rarement à l’activisme à haut risque…”

Dans leur livre, L’effet Dragonfly : des moyens rapides, efficaces et puissants pour utiliser les médias sociaux pour conduire le changement social (blog), le consultant Andy Smith et le professeur de la Business School de Stanford, Jennifer Aaker, racontent l’histoire de Sameer Bhatia, un jeune entrepreneur de la Silicon Valley atteint d’une leucémie aiguë qui a merveilleusement réussi à utiliser les réseaux sociaux pour trouver un donneur compatible. Mais si la campagne a fonctionné, a réussi à mobiliser plus de 25 000 personnes, c’est parce qu’on ne demandait pas trop à beaucoup d’entre eux. “C’est le genre d’engagement qui n’apportera que de la reconnaissance sociale et des louanges”, estime Gladwell. Et cela n’a rien à voir avec le fait d’être pourchassé par des hommes armés dans des camionnettes…

Les évangélistes des médias sociaux ne semblent pas comprendre cette distinction : ils semblent croire qu’un ami Facebook est le même comme un véritable ami et qu’apporter sa signature sur un registre de donneurs de moelle osseuse de la Silicon Valley est le même activisme que celui qui a rassemblé 4 étudiants à une table de restaurant à Greensboro en 1960, estime Gladwell.

“”Les réseaux sociaux sont particulièrement efficaces pour accroître la motivation”, écrivent ainsi Aaker et Smith. Mais ce n’est pas vrai. Les réseaux sociaux sont efficaces pour accroître la participation par la diminution du niveau de motivation que la participation requiert. La page Facebook pour sauver la coalition du Darfour a rassemblé 1,2 million de membres qui ont donné en moyenne 9 cents chacun pour la cause. Un autre organisme pour le Darfour a rassemblé 22 000 membres qui ont donné en moyenne 35 cents. Aidez à sauver le Darfour a rassemblé 2 797 membres qui ont donné en moyenne 15 cents. Une porte-parole de la Coalition Save Darfur a déclaré à Newsweek : “Il ne s’agit pas d’évaluer la valeur de quelqu’un pour le mouvement de défense en nous basant sur ce qu’il a donné. Il s’agit d’un mécanisme puissant pour engager la population dans la voie de la critique. (…)” En d’autres termes, l’activisme Facebook ne réussit pas en motivant les gens à faire un véritable sacrifice, mais en les incitant à faire les choses que font les gens quand ils ne sont pas assez motivés pour faire un vrai sacrifice.”

Face aux règles, processus et hiérarchies, les réseaux ne savent pas tout faire

Nous sommes loin de Greensboro. Bien qu’il ait été décrit comme une fièvre, le mouvement des droits civiques ressemblait plus à une campagne militaire qu’à une contagion, rappelle encore Gladwell. A la fin des années 50, il y avait déjà eu des sit-in dans plusieurs villes du Sud, dont une quinzaine officiellement organisée par des organisations comme le NAACP ou CORE. Ces mouvements établissaient des plans, réfléchissaient aux emplacements, faisaient des formations pour leurs militants. Les 4 de Greensboro étaient tous membres du Conseil de la jeunesse du NAACP. Ils avaient été informés de la première vague de sit-in de Durham. Quand le mouvement du sit-in de Greensboro s’étendit dans tout le Sud, il ne se propage pas par hasard. Il s’étend aux villes où des noyaux de militants dévoués et formés étaient prêts à tourner la “fièvre” en action…

Le mouvement des droits civils était un activisme à haut risque, il a également été un activisme stratégique, organisé avec précision et discipline, rappelle Malcolm Gladwell. La NAACP était une organisation centralisée et très organisée, comme le souligne l’étude d’Aldon D. Morris sur L’origine du mouvement des droits civiques.

C’est la deuxième distinction cruciale entre le militantisme traditionnel et sa variante en ligne, estime Malcolm Gladwell : les médias sociaux ne sont organisés sur ce type de hiérarchie. “Facebook et autres sont des outils pour la construction de réseaux, qui sont à l’opposé des hiérarchies, dans la structure et le caractère. Contrairement aux hiérarchies, avec leurs règles et procédures, les réseaux ne sont pas contrôlés par une autorité centrale unique. Les décisions sont prises par consensus, et les liens qui unissent les gens du groupe sont lâches. Cette structure rend les réseaux extrêmement résistants et adaptables pour des situations à faibles risques. Wikipédia en est un parfait exemple. Il n’y a pas de rédacteur en chef, assis à New York, qui dirige et corrige chaque entrée. L’effort de rassembler chaque entrée est autoorganisé. Si chaque entrée dans Wikipedia devait être effacée demain, le contenu serait rapidement restauré, parce que c’est ce qui arrive quand un réseau de milliers de personnes consacre spontanément du temps à une tâche.”

“Il y a beaucoup de choses, cependant, que les réseaux ne font pas bien”. Si les entreprises peuvent utiliser un réseau pour organiser leurs centaines de fournisseurs, ils ont du mal à l’utiliser pour concevoir des voitures par exemple. “Personne ne croit que l’articulation d’une stratégie cohérente et une philosophie de conception est mieux gérée par un système d’organisation tentaculaire et sans chef. Parce que les réseaux n’ont pas un système centralisé, une structure de direction et des lignes d’autorité claires, ils ont une réelle difficulté à atteindre un consensus et à se fixer des objectifs. Ils ne peuvent pas penser stratégiquement, ils sont chroniquement sujets aux conflits et erreurs. Comment faire des choix difficiles sur la tactique ou la stratégie, lorsque chacun a une chance égale de s’exprimer ?”

A l’origine, l’Organisation de libération de la Palestine est structurée comme un réseau, estime Mette-Eilstrup Sangiovanni et Calvert Jones dans un essai récent publié par la revue International Security et c’est pour cela qu’il a rencontré des difficultés en grandissant : “les caractéristiques structurelles des réseaux, l’absence de pouvoir central, l’autonomie incontrôlée de groupes rivaux, et l’incapacité à arbitrer les querelles a rendu l’Organisation de libération de la Palestine trop vulnérable à la manipulation extérieure et aux troubles internes”. En Allemagne, dans les années soixante-dix, l’organisation va se structurer, avec une gestion professionnelle et répartition claire des tâches. Le réseau, concentré géographiquement dans les universités, où il a pu établir une direction centrale, via la confiance, la camaraderie et des réunions en face à face, reposait sur une autre structure. De même, Al-Qaïda était plus dangereux quand il était unifié par sa hiérarchie. Dissipé en réseau, il s’est avéré bien moins efficace.

Les inconvénients des réseaux n’ont guère d’importance, si la structure n’est pas intéressée par le changement systémique ou si elle n’a pas besoin de penser stratégiquement. Mais si vous souhaitez être un établissement puissant et organisé, vous devez être une hiérarchie, estime Gladwell. Le boycott des autobus de Montgomery exigeait la participation de dizaines de milliers de personnes qui dépendaient de ce transport en commun pour se rendre au travail chaque jour. Il a duré un an. Afin de persuader les gens de rester fidèles à la cause, les organisateurs du boycott avaient chargé chaque église locale noire de maintenir le moral et mis sur pied un service alternatif de covoiturage pensé de manière militaire.

Les boycotts, les sit-in et les mouvements non violents ont été des armes de choix pour le mouvement des droits civiques. Mais c’étaient des stratégies à haut risque, qui laissaient peu de place pour le conflit ou l’erreur. Si un manifestant s’écarte du script, répond à la provocation, la légitimité de la protestation tout entière est compromise.

Les réseaux sont chaotiques : pensez à la tendance incessante de correction, de révision, de modification et de débat, qui caractérise Wikipédia. Si Martin Luther King, Jr., avait essayé de faire un wiki-boycott à Montgomery, il aurait été écrasé par la structure du pouvoir blanc, ironise Gladwell. L’outil de communication était la réunion de la communauté noire à l’église, sa discipline et sa stratégie. Autant de choses que les médias sociaux ne savent pas fournir.

Les limites de l’activisme des liens faibles ?

Dans Here Comes Everybody, la bible du mouvement des médias sociaux, Clay Shirky, professeur à l’université de New York, illustre le pouvoir organisateur de l’internet en racontant l’histoire d’histoire d’Evan, un gars de Wall Street, qui perd son smartphone dans un taxi. Rien de grave, puisque les données sont transférées rapidement par l’opérateur dans un nouveau téléphone. Mais Evan poursuit l’enquête et trouve que son téléphone s’est retrouvé entre les mains d’une adolescente du Queens. Evan lui envoie un e-mail pour lui demander de lui rendre son téléphone et l’adolescente l’envoie bouler. Fâché, Evan met en place une page web pour tout expliquer et transmet les éléments de son enquête à ses amis. La très grande publicité donnée à cette histoire en ligne, contraint la police de New York à redéfinir la perte de l’objet en vol et conduit à l’arrestation de l’adolescente.

Pour Shirky, ce genre de chose n’aurait jamais pu se passer sans l’internet. Certes. “Sans internet, Evan n’aurait pas pu traquer son emprunteur. L’histoire n’aurait jamais reçu une telle publicité. Une armée de personnes n’aurait jamais participé à enrichir cette histoire. Et la police n’aurait pas requalifié les faits pour quelque chose d’aussi trivial qu’un téléphone mobile”, ironise avec raison Gladwell.

“Cet exemple “d’activisme” repose sur une organisation qui favorise les liens faibles qui nous donnent accès à l’information, plutôt que sur les liens forts qui nous aident à nous persévérer face au danger”, rappelle Malcolm Gladwell. “Elle concentre notre énergie sur des organisations qui favorisent la résilience et l’adaptabilité, plutôt que l’activité stratégique et disciplinée. Elle rend plus facile l’expression personnelle, mais rend plus difficile pour l’expression d’avoir un impact. Les instruments des médias sociaux sont bien adaptés pour rendre l’ordre social existant plus efficace.”

L’activisme numérique est-il de l’activisme ?

Bien sûr, depuis la publication de la tribune de Gladwell, excessive, notamment dans le contraste entre les deux principaux exemples cités et dans sa conclusion qui semble faire peu cas de ce que les structures en réseaux déplacent, les réponses des défenseurs des médias sociaux n’ont pas manqué.

Pour Léo Mirani du Guardian, Gladwell se trompe sur la faiblesse du pouvoir révolutionnaire des réseaux sociaux. Il en veut pour preuve ce qu’il se pase au Cachemire, où, via Twitter et Facebook, les manifestations ont acquis une couverture médiatique qu’elles n’avaient jamais eu auparavant, que ce soit en Inde comme dans le reste du monde. Tout dépend donc de la façon dont on défini l’activisme. Si elle n’est qu’une action de protestation dans la rue, Gladwell a peut-être raison, mais si l’activisme s’étend à l’évolution des mentalités, à permettre aux populations d’être au courant de ce que font leurs gouvernements en leur nom, à influencer l’opinion à travers le monde, alors il se peut que la “révolution soit tweetée”.

Pour Jillian C. York du Berkman Center for Internet & Society, l’activisme numérique ne s’oppose pas, mais est plutôt complémentaire de l’activisme traditionnel. En traçant une ligne de démarcation entre l’activisme en ligne et hors ligne, Gladwell rend “un mauvais service à la fois à l’utilité des outils numérique et à la résilience de l’action sociale traditionnelle”.

Si Gladwell a raison de pointer du doigt les excès des prosélytes des médias sociaux, Jillian C. York rappelle que le militantisme traditionnel est parfois fortement amélioré par les outils numériques, tandis que les activités exclusivement numériques peuvent être entravées par les liens faibles. Les campagnes de mobilisation en ligne servent deux objectifs principaux, rappelle-t-elle : attirer l’attention sur une cause et mobiliser les gens à faire un effort. La participation numérique enfin, peut présenter les mêmes risques dans certaines sociétés que la participation physique. Le problème avec l’article de Gladwell n’est pas tant son pessimisme sur l’utilité de l’activisme en ligne que son ignorance volontaire de leur rôle pour l’activisme réel. En d’autres termes, “l’activisme numérique seul est assez inutile, mais l’utilisation des outils numériques peuvent rendre l’activisme traditionnel infiniment plus forte.”

Ethan Zuckermann et Henry Farrell dressent eux le même constat : dans son article, Gladwell distille le même sempiternel débat qui oppose l’internet aux régimes autoritaires, “les blogs face aux balles”, comme l’avait résumé une publication de l’Institut américain de la paix à laquelle ils avaient tous deux participés. Les nouveaux médias contribuent-ils à apporter une réponse aux régimes autoritaires ? “On ne sait pas”, répondent clairement les auteurs. “Peu de recherches ont cherché à estimer l’effet causal des nouveaux médias d’une manière rigoureuse. Sans conception rigoureuse de la recherche, sans données riches, les partisans de tout point de vue tourneront tout argument en anecdote ou intuition évidente”.

Pour Andrew P. Wilson, si les liens faibles peuvent avoir une action limitée, ils sont plus importants que pas de liens du tout. Le fait que ces liens existent créent un plus grand potentiel d’action.

Pour David Weinberger, Gladwell a raison de démystifier la croyance que l’internet, par sa seule force, va balayer toutes les institutions traditionnelles qui se dressent sur le chemin de la grande révolte populiste qu’incarnerait le réseau. Oui, le Net ne remplacera pas toutes les formes traditionnelles de gouvernance et d’organisation. Oui, le Slacktivism, ces internautes qui signent des pétitions et les relaient en passant rarement à des actions plus concrètes, est bien présent. Pas sûr que nous en soyons déjà à l’âge adulte de l’activisme sur Facebook.

Le journalisme citoyen n’a pas éléminé le besoin d’un journalisme professionnel, pas plus que les scientifiques amateurs n’ont remplacé les scientifiques professionnels, rappelle Weinberger, même si, pour la presse comme pour les médias, ces nouvelles relations changent la façon dont ils sont faits, évalués, et les effets qu’elles ons.

Pour David Weinberger cependant, les sites sociaux facilitent aussi les liens forts, car les liens forts proviennent des liens faibles et parce que les interactions informelles entre les personnes ayant des liens faibles peuvent les transformer en liens forts. Dans les réseaux de liens faibles, les idées, les informations, l’enthousiasme, le courage, se répandent plus rapidement et efficacement qu’ailleurs. A partir des réseaux de liens faibles viennent les nouveaux militants, les nouveaux partisans, les citoyens engagés…

Enfin, Gladwell se trompe en traitant les réseaux et les hiérarchies comme si elles étaient mutuellement exclusives. Les réseaux peuvent être de puissants outils pour les hiérarchies… alors que les réseaux eux-mêmes ne sont jamais entièrement plats. Ils peuvent avoir des noeuds qui prennent des décisions, organisent des actions… Enfin, c’est mal comprendre que les structures en réseaux portent en elles-mêmes leurs propres hiérarchies.

Reste que dans la critique de Gladwell, il y a quelque chose qui marque, qui rappelle que dans nos sociétés structurées, hiérarchiques, les structures auto-organisées en réseau ne font pas tout. Comme le conclut Ethan Zuckermann : “Nous devons continuer à nous attaquer aux limitations des médias existants, tant que leur audience restera forte”. C’est-à-dire qu’on ne peut pas penser changer la société si le rapport de force n’évolue pas également. On peut continuer à décaler le regard, à porter notre attention sur de nouvelles formes d’activisme, à décaler l’activisme sur de nouveaux supports, c’est important, mais assurément, cela ne fait pas tout. Comme le disait Dominique Cardon, la démocratie internet n’actionne pas les mêmes leviers que la démocratie représentative, tout comme l’activisme physique n’actionne pas les mêmes leviers que l’activisme électronique. Ils jouent des rôles différents, certainement complémentaires.

Viva la Revolution, conclut pourtant Malcolm Gladwell dans son article Comme quoi, maintenant que nous connaissons les limites des structures en réseaux, nous pouvons peut-être les utiliser pour bâtir quelque chose. Mais encore faut-il le vouloir.

Rétroliens

  1. relation, transformation, partage - Lu cette semaine (weekly)
  2. Le blog de la Péniche » Le web c’est du virtuel ?
  3. « Facebook, Twitter : je t’aime moi non plus ! » Du bon usage du slacktivism par les ONG. — LIMITE – agence de communication responsable
  4. Le succès de Foldit : jouer pour la science – Internet Actu | Navicorp

12 commentaires

  1. Ce débat est surréaliste car finalement qu’est ce qu’on regrette dans ce débat clicktivism vs civil right activism le fait qu’il n’y ait pas de Révolution ? Est-ce bien l’horizon de tous les gens cités ici ? Celui de Dominique Cardon aussi :)

  2. par Ssa

    Il est intéressant de noter que deux mots sont absents dans l’article, quand bien même il lui semblent consubstantiels : “injustice” et “lieu”. Dans les cas cités, il est en effet à chaque fois question d’un désir de réparation d’injustice, s’exprimant sur le lieu même où elle s’est produite (le café ségrégationniste, la rue et ses urnes…) sous forme d’un révolte, pouvant elle-même conduire à une révolution (législative, “régimentielle” / mais ça n’a pas été le cas..). Du coup c’est à se demander si par-delà la question des liens faibles vs liens forts, il n’y aurait pas quelque chose qui pourrait se jouer dans le degré de couplage plus ou moins faible ou fort, entre univers (de représentation, de discours, sémio/mantiques) physique et numériques, pour une même réalité..?

  3. par dimsum

    je vais publier cet article sur facebook, on sait jamais :)

  4. par Olivier Blondeau

    Je suis un peu surpris par cet article qui semble être nostalgique de mouvements ultra-radicaux (BR, AD, RAF, etc) qui ont de surcroit tous rompus eux-mêmes avec la violence. Mais c’est vrai qu’une bonne vielle kalachnikov, ça a plus de gueule qu’un iPhone :))))

  5. par Olivier Blondeau

    Et pour compléter mon précédent commentaire, hé me demande si je dois expliquer à mes enfants que l’engagement pour une cause, le vrai, le fort, consiste à kidnapper la Pdt du CNPF et à l’exécuter ?
    Au lendemain d’une manifestation où des milliers de jeunes sont sortis pacifiquement dans la rue pour défendre leur avenir, je trouve cet article, pour le moins déplacé !

  6. En effet,aujourd’hui après la manifestation contre la réforme de la retraite d’hier, à la radio et la télévision certains semblent s’étonner de voir autant de jeunes dans la rue. Des sociologues du vote des jeunes causent dans le poste…Comment ça des jeunes dans la rue ? Et pas même pour un apéro Facebook ? Mais pourquoi est-ce qu’ils font sont pas dans leur chambre à cliquer “j’aime” sur des vidéos lol? Les lycéens utiliseraient-ils aussi le réseau Facebook pour s’organiser, s’échanger des infos, se mobiliser ? Non ils sont juste manipulés par Ségolène voyons :)

  7. reseaux-contre-hierachies?

    liens-faibles-contre-liens-forts?

    pourquoi les réseaux seraient ils le siège d’un activisme du même genre que celui des système hierarchique?

    ne peut on pas simplement râler en réseau sans désirer militer? ni légiférer, ni organiser?

    cela ne suffit il pas à créer une pensée ambiante différente? que les hiérarchie auraient du mal à contrôler?

    l’auteur de ce texte semble opposer les réseaux aux hiérarchies comme un rapport de force donné comme un théoreme
    en réalité il n’y a pas de rapport de force, le reseau est constitué de la masse populaire souveraine
    il représentera toujours plus de force que sa hierarchie bien sur

    en fait la hiérarchie “baigne ” dans le réseau elle permet de le gérer en période calme, mais en période agitée c’est une autre histoire
    si la hierarchie crée les condition de malhaise dans le peuple , l’effet reseau se remet en marche : les echanges reprennent et le reseau renait de ses cendres, evidement le web amplifie le phénomene naturelement

    en période calme:
    dans une certaine mesure les membres de réseaux acceptent de collaborer avec la hiérarchie du fait que la hiérarchie a la main mise sur le monde
    mais sitôt hors de contrôle les membres reprennent leurs activités “annexes”

    les réseaux ont toujours existé, ils sont incontrôlables , car chaotique-ment naturel
    l’ordre c’est le rêve de l’homme, le chaos c’est la nature même de la vie

    le web tend à donner aux membres l’occasion de se rendre compte a quel point ils partagent le même point de vue, les réseaux sont en train de reprendre la place qu’ils ont toujours eu par nature
    le dialogue est de retour

    chomsky nous encourage à être lucide, et ses émules écrivent de bien bons textes également, comme par exemple “le petit manuel d’autodéfense intellectuelle” disponible gratos bien sur
    on peut aussi écouter labas.org (chomsky et cie)

    on y apprend à remettre en cause la propagande
    parfois il suffit de connaître l’auteur d’un texte tout simplement

    en l’occurrence j’ai utilisé le descriptif de l’auteur en cliquant sur son nom en haut de page:

    « Hubert Guillaud, 39 ans, éditeur de formation, est rédacteur en chef d’InternetActu.net et responsable de la veille à la Fondation Internet nouvelle génération. »
    Partenaires (InternetActu.net)

    Internet Actu, l’un des principaux sites francophones de veille sur l’innovation dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, est soutenu par plusieurs acteurs de l’innovation, de la recherche et des médias pour garantir son indépendance, assurer son développement et enrichir son contenu. Rejoignez-les.

    Après avoir été édité pendant 3 ans dans le cadre d’un partenariat avec l’Inist-CNRS,

    Internet Actu se rapproche des acteurs de terrain de la recherche et de l’innovation. Cet accord garantit l’indépendance du titre et pérennise son modèle de diffusion gratuite, sous licence Creative Commons. Il établit surtout un lien étroit avec les chercheurs, les innovateurs,

    les entrepreneurs, pour mieux détecter les signaux faibles, les initiatives fécondes, les idées neuves ou fortes….

    Internet Actu : “L’innovation numérique dans la société ; la société dans l’innovation”
    Publié et édité par la Fing, Internet Actu est un blog, un fil d’information et une lettre électronique de veille consacré à l’innovation dans les techniques, les services et les usages des technologies de l’information et de la communication, et aux débats qui en découlent.
    Avec 70 000 lecteurs hebdomadaire [août 2006], Internet Actu est aujourd’hui l’un des sites francophones de référence dans son domaine. Son public essentiellement composé de professionnels dépasse largement le seul domaine des TIC. Il se compose à 50 % de cadres, d’ingénieurs et de techniciens, à 20 % de chercheurs et d’enseignants, qui le considèrent comme un outil de veille (69 %) et de réflexion (59%).. 43 % le lisent depuis plus de 2 ans, 64 % y accèdent au moins une fois par semaine, 55 % lisent la moitié ou plus du contenu publié. Les principales qualités appréciées par ses lecteurs sont l’indépendance de ton, la rigueur, la curiosité et la qualité de sa réflexion [1].

    Les partenaires qui composent le Comité d’Orientation :
    Cap Digital
    Cap Digital a pour ambition de faire de l’Île-de-France l’un des premiers pôles mondiaux des industries du contenu numérique,

    à travers six domaines stratégiques : Services et Usages, Image et Son, Jeu Vidéo, Patrimoine, Ingénierie des connaissances, Education. L’objectif est de renforcer la place les acteurs françaises sur les marchés internationaux, de créer de nouveaux emplois, et de concourir au rayonnement de la culture française et européenne, en promouvant la recherche et l’innovation. Le pôle compte plus de 250 adhérents, parmi lesquelles des grandes entreprises, établissements publics, universités, laboratoires de recherche et structures de formation.
    http://www.capdigital.com

    « Hubert Guillaud, 39 ans, éditeur de formation, est rédacteur en chef d’InternetActu.net et responsable de la veille à la Fondation Internet nouvelle génération.(fing) »

    Les membres
    Les 160 adhérents de la Fing sont composés à 50% d’entreprises,
    une vingtaine de collectivités,

    des pôles de compétitivité,

    des établissements d’enseignements supérieurs,

    des laboratoires de recherche.

    » Les membres
    Nos grands partenaires
    La Fing a le soutien de ses Grands Partenaires (Caisse des dépôts et consignations,

    Orange,

    Laser,

    Région Provence-Alpes-Cote d’Azur,

    Conseil Général 13,

    la Ville de Marseille,

    la CCIMP).

    Ils sont impliqués dans l’ensemble des projets. Ils participent à la vie de la Fing, à son rayonnement, à son réseau d’innovateurs.
    »

    la hierarchie se permet de venir écraser les reseaux à visage quasi découvert lol

    i’m choking!! lol

  8. CCIMP = Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille Provence

  9. par Filca

    Un article très intéressant, très touffu. Peut-être un peu trop pour une lecture de blog. C’est dommage. L’opposition “Réseaux contre hiérachies” est effectivement au centre des problèmatiques de prises de pouvoir, qu’il soit politique ou médiatique. Il me semble qu’un certain nombre de vos commentateurs s’éloignent un peu du sujet. Les études sur les formes de résistances des faibles face aux forts montrent toutes l’importance de la prudence car le risque pris par les protagonistes est élevé. Autre chose qu’un clic. Autre chose qu’un commentaire fielleux. La notion de réseaux est primordiale pour modifier une opinion publique ou créer du désordre dans un maillage (notion de chaos). En revanche, la prise du pouvoir doit être organisée. Bolchevisme contre guévarisme par exemple ! Et le réseau électronique est coupé de la réalité sociale, c’est le retour de l’esprit petit bourgeois. Je clique donc je m’engage, confortablement couché sur mon canapé. je suis fan.

  10. Benoît Raphaël revient sur la proposition de faillite bancaire lancée par Eric Cantona pour montrer que les réseaux sociaux ne suffisent pas à faire une révolution, notamment parce que le mouvement n’a pas été suffisamment suivi. Il cite pourtant en contrepoint un autre exemple de mobilisation réussie : “Dans “The Facebook Effect”‘ David Kirkpatrick raconte la fascinante épopée Facebook d’Oscar Morales. En janvier 2008, scandalisé par l’attitude des Farc, comme de plus en plus de Colombiens, ce il décide de créer une page Facebook, la première, pour protester contre le mouvement guérillero. Il crée sa page tout seul, dans sa chambre, un soir. “C’était comme une thérapie”. Le lendemain, il avait déjà 15000 membres. Un jour plus tard, ils sont 8000. A la fin de la journée, Morales décide de créer un “événement” sur Facebook : une marche de protestation. Elle a lieu un mois plus tard. 10 millions de personnes défilent dans les rues de Bogota. Plus 2 millions dans le monde. L’effet Facebook. Pas une révolution, une seule journée, mais une vraie capacité à mobiliser.”

    Et de conclure : “Les réseaux sociaux sont des facilitateurs, des accélérateurs de cause, mais ils ne suffisent pas pour tenir une cause. Leurs outils sont virtuels, mais ils ne sont efficaces qu’à partir du moment où ils s’entremêlent avec le réel et l’action quotidienne. C’est le fameux “mix”, qui doit prendre le pas sur le “shift”. On ne bascule pas du réel vers le Net, on utilise le Net pour accélérer et étendre le réel.”

  11. Cory Doctorow pour le Guardian fait une lecture très critique du livre d’Evgeny Morozov qui vient de paraître sur la désillusion internet et dont le propos est assez proche des thèses de Gladwell. Morozov est sceptique quant à la capacité de la technologie à fomenter la révolution et aider la démocratie se propager. Le libre accès à l’information n’est pas nécessaire ou même important pour renverser les régimes corrompus, explique-t-il. Pour autant, Morozov peine à en faire la démonstration, estime Doctorow. L’activisme en ligne a besoin des mêmes outils que ses détracteurs estime Doctorow.

  12. Il y a du pour et du contre dans ces propos. Il est vrai qu’il est plus facile d’émettre des idées sur la toile plutôt que de faire la révolution dans la rue, et d’y laisser sa peau, et surtout moins dangereux. Quoique. Mais alors, pourquoi des régimes et des pays comme l’Iran et la Chine contrôlent ils et censurent ils les réseaux sociaux ? S’il est vrai que tout le monde peut y mettre ses idées, celles-ci peuvent être récupérées par un réseau structuré et hiérachisé qui les mettra en place pour renverser l’ordre établi. Pourquoi est ce que les politiques vont régulièrement sur ces mêmes réseaux , où ils ont un compte, tâter le terrain et répondre aux questions des citoyens lamba, surtout en période électorale ? Il faut bien savoir d’où vient le vent, savoir s’il tourne en faveur de tel ou tel candidat, et au besoin rectifier sa campagne de communication. Car rien ne vaut les commentaires dits entre relations, peu importent les sondages parus dans la presse et autres médias. Il faudra bien qu’on se rendre aux urnes avec notre petit bulletin de vote à la main.
    Quand aux entreprises, elles recrutent, espionnent, contrôlent et exploitent des idées sur le net via les réseaux sociaux. Elles y acquièrent une notoriété et font de la pub avec un impact beaucoup plus rapide qu’avec les moyens traditionels. Et ce sont des groupes parfaitement structurés.
    Conclusion : tout à fait d’accord avec le commentaire de Flica.