A lire ailleurs du 28/03/2011 au 04/04/2011

Revue de web le 04/04/11 | Aucun commentaire | 305 lectures | Impression

La cartographie, contre-pouvoir du citoyen – Owni

Belle revue de projets de cartographie collaborative et réflexion sur le sens de ces partages. 

fabriquer des circuits logiques avec du sang humain

C'est peut être la clé pour fabriquer des "cyborgs": des chercheurs indiens travaillent à construire des composants logiques comme les "memristors" avec un matériau biologique comme le sang humain. Cela faciliterait le communication entre le corps et un organe artificiel.

Comment contrôler le crowdsourcing

La "sagesse des foules" ne donnant pas forcément les meilleurs résultats, il existe aujourd'hui des entreprises qui se chargent de constituer et de gérer les "bonnes foules" susceptibles de répondre le plus efficacement à un projet spécifique

La vérité sur le social média – Emakina

Les marques se trompent sur les attentes des consommateurs dans les réseaux sociaux, rappelle Alexis Mons. La relation entre les marques et notre identité en ligne n'est pas si simple : elles n'ont pas la même place que nos relations sociales. Nous sommes au début de l'apprentissage de ces relations complexes. Une marque ne va pas de soi dans le web social et doit trouver sa posture. 

Marketers vs Social Users: la raison du fossé?

La différence entre les marketers et les usagers des réseaux sociaux est simples : ils ne cherchent pas la même chose ! Les premiers pensent que les utilisateurs souhaitent d'abord de l'information sur les produits, là où les seconds sont d'abord à la recherche de promotions.

Ne négligez pas les smartphones low cost – TerminauxAlternatifs.fr

Frédéric Cavazza nous rappelle que les téléphones mobiles représentent encore 3/4 des parts de marchés en France… Et cette proportion risque de demeurer élever longtemps, malgré le succès des Smartphones. Alors pourquoi se désintéresse-t-on de ces utilisateurs ? Où sont les innovations qui leur sont destinés ? Elles arrivent, par le biais de versions très allégés (des environnements d'exécution d'applications comme Snpatu : http://www.snaptu.com/ Mobiles Republic http://www.mobilesrepublic.com/ ou Goojet http://www.goojet.com/) permettant de faire tourner Facebook ou Linked-in sur des téléphones mobiles traditionnels. Pourtant, rappelle le consultant, c'est là que va être la croissance du marché. Et pas seulement dans les pays émergents. 

Fini le télétravail, vive le coworking | Slate

Le télétravail n'est pas là où on l'attendait et n'a pas la forme qu'on attendait. 

Pierre Bellanger : L'avenir des réseaux sociaux – Henri Verdier Blog

Les réseaux sociaux convergent vers 4 fonctions : la socialisation de la recherche, les transactions, les télécommunications et la simulation du réel… 

Futurelab : Keri Facer propose de "réinventer l'enseignement au XXIe siècle"

Christophe Bénavent livre son sentiment du baromètre de l'intrusion 2011 (qui vient de paraître). Son analyse va dans le sens des travaux d' "Identités actives" à savoir que derrière l'apparente constance du "privacy paradox" (77% des répondants se refusent à être localisés géographiquement, 51% à ce que leurs consultations web soient enregistrées, 34% que l'on enregistre leurs comportements d'achats), se cachent des stratégies très diverses des individus. "l'extrême variance des attitudes des consommateurs parfois liée à la génération, parfois à la position sociale, surtout conditionnée par les situation de consommation et pardessus tout par l'histoire d'une relation." souligne l'auteur. Et de conclure qu'il faut sans doute "prendre une autre voie que celle de la réglementation, de l'interdiction, de l'empêchement, mais simplement donner aux consommateurs les moyens de définir eux même les conditions de l'interaction, et les frontières de leur intimité."

Technologies du Marketing : Baromètre de l'intrusion 2011 – les limites du paradoxe de la privacy

Christophe Bénavent livre son sentiment du baromètre de l'intrusion 2011 (qui vient de paraître). Son analyse va dans le sens des travaux d' "Identités actives" à savoir que derrière l'apparente constance du "privacy paradox" (77% des répondants se refusent à être localisés géographiquement, 51% à ce que leurs consultations web soient enregistrées, 34% que l'on enregistre leurs comportements d'achats), se cachent des stratégies très diverses des individus. "l'extrême variance des attitudes des consommateurs parfois liée à la génération, parfois à la position sociale, surtout conditionnée par les situation de consommation et pardessus tout par l'histoire d'une relation." souligne l'auteur. Et de conclure qu'il faut sans doute "prendre une autre voie que celle de la réglementation, de l'interdiction, de l'empêchement, mais simplement donner aux consommateurs les moyens de définir eux même les conditions de l'interaction, et les frontières de leur intimité."

LIVE Singapore !

Après avoir représenté les flux de communication et de mobilité des villes, l'équipe du Senseable City Lab du MIT franchit une autre étape : rendre exploitable la masse et la diversité des informations temps réel de la ville-Etat de Singapour au service des citoyens, de l'innovation, de la connaissance… Concrètement, LIVE Singapore! se présente comme "une plate-forme ouverte pour la collecte, la combinaison, la fusion et la distribution de données temps réel issues d'un grand nombre de sources". Les applications seront produites par d'autres acteurs.

Internet ne peut pas être contrôlé, autant s'y faire – par Laurent Chemla – Framablog

Malgré toutes les tentatives, Internet ne peut pas être contrôlé, rappelle Laurent Chemla en ouverture du livre AlternC. Pourquoi ? Du fait qu'il est un réseau entièrement décentralisé et non hiérarchique d'abord. Ensuite, du fait qu'il est un réseau international. Enfin, parce qu'il est devenu une source de croissance économique. Et aussi et surtout, parce qu'il permet la libre opinion de tous. "Historiquement, techniquement, économiquement et moralement, Internet ne peut pas être contrôlé. Autant s'y faire !"

Des chercheurs créent une "feuille artificielle"

Cette "feuille" imite le processus de photosynthèse et pourrait devenir une source d'électricité peu onéreuse pour les pays en voie de développement

Sur ces mêmes sujets

Les commentaires sont fermés.