A lire ailleurs du 02/05/2011 au 09/05/2011

Montrez-nous les données ! Ce sont les nôtres après tout… – Framablog

L'économiste Richard Thaler est clair : "Non seulement nos données devraient être protégées, mais elles devraient aussi être disponibles pour que nous puissions les utiliser selon nos propres besoins. Après tout, ces données nous appartiennent.
Voici un principe de base : si une entreprise commerciale collecte électroniquement les données des utilisateurs, elle devrait leur fournir une version de ces informations facile à télécharger et à exporter vers un autre site Web. On peut résumer cette démarche ainsi : vous prêtez vos données à une entreprise, et vous en voudriez une copie pour votre usage personnel." Le gouvernement britannique a annoncé une initiative intitulée "MyData" qui va dans ce sens. Et surtout, cela pourrait être un formidable appel d'air pour la création de logiciels et d'applications dédiées à l'interprétation de ces données… 

50 idées pour une nouvelle ville – Urban Omnibus

50 idées sous formes d'affiches pour la ville de demain, développé par un collectif d'architectes de New York intéressé à faire discuter le design et les citoyens.

Comment augmenter les objets physiques avec une projection d’informations ? – Graphism.fr

Display Cabinet – http://journal.benbashford.com/post/4530562245 – est un anneau de lumière dans lequel on peut placer un objet équipé d'un tag RFID pour projeter autour de lui des informations relatives à ses fonctions. Vidéo : http://vimeo.com/22252022

Quand le vêtement fait « Bloom » ! – Graphism.fr

Bloom est un vêtement interactif poétique développé par des étudiants de l'université Simon Fraser permettant, via des capteurs de transmettre des sensations de toucher à un utilisateur distant, via une fleur qui s'ouvre et se referme… 

Un laboratoire collaboratif pour l’Internet du futur – L'Usine nouvelle

Le Lincs regroupe 50 chercheurs de l'Inria, de l'Institut Télécom, de l'UPMC et d'Alcatel-Lucent. Leur ambition, devenir la référence internationale de la recherche sur l'internet du futur ! http://www.lincs.fr

Netflix est en train de tuer BitTorrent aux Etats-Unis – TorrentFreak

La mise à disposition de séries en vidéo à la demande par Netflix (ou itunes) aux Etats-Unis gonfle le revenu de ces deux géants au détriment du partage illégal, estime l'un des administrateur de TorrentFreak. Comme l'ont longtemps affirmé les pirates, la seule façon de faire décroître l'offre pirate est d'offrir une offre légale de qualité à un tarif adapté, et ce alors même que l'offre illégale est présente. 

Paris Sémantique

Si les données livrées par la ville de Paris sur son site opendata.paris.fr, l'exploitation de ces données n'est pas chose aisée pour tous. Cette initiative a eu la bonne idée d'utiliser les technologies du "Web sémantique", tout en favorisant l'exploration de ces données à l'aide d'une interface facilement abordable et intuitive, conçue dans un esprit collaboratif et participatif.

Réinjecter de la durée de vie dans la société du jetable – Owni

Le procédé "d'obsolescence programmée" semble avoir connu une accélération au cours de ces deux dernières décennies, avec la complexification de l'électronique dans les produits de tous les jours. De plus en plus de citoyens, inquiets, cherchent à trouver parades et des façons de contourner cette obsolescence : partage, mise en commun…

Tthe new economics foundation

La "New economics Foundation" est un think tank Britannique travaillant à redéfinir les indicateurs de bien être en promouvant des idées innovantes sur les sujets de l'économie.

Quelle sera la première ville open source du monde ? – Owni

Voici deux traductions pour s’interroger ensemble sur le concept de « ville open source ». Il s’agit de voir ici la ville comme une plateforme, une plaque tournante, un incubateur, bref un lieu privilégié où peuvent s’épanouir les entreprises et start-up qui placent l’open source au cœur de leur stratégie et de leur développement. Les villes de Raleigh (USA) et Montréal (Canada) souhaitent apparemment poser leur candidature et ont, semble-t-il, de bons arguments. Encore faudrait-il définir ce qu’est ou peut être une « ville open source », et se demander s’il est pertinent de vouloir créer, favoriser ou labelliser de telles villes. L’un des auteurs nous propose ainsi trois critères : la volonté de partager, la volonté d’être informé, et une attitude ouverte à l’innovation, à la créativité et aux expérimentations de toutes sortes. Et en France, me direz-vous ?

Les villes sans limite de l'urbanisme collaboratif – Villes – Le Monde.fr : Supplément partenaire

La spécificité du projet "Villes sans limite", porté par l'architecte urbaniste Alain Renk, est de réintroduire le corps et les sens dans l'interaction numérique. À partir de smartphones et de tablettes connectées, les habitants auront la possibilité, in situ (c'est à dire dans la rue), de construire individuellement, à partir de choix multiples, leurs visions de l'évolution du quartier de la Bastille à Paris. "Ce que vous voyez est ce que vous pourriez obtenir." Un serveur compilera ces différentes données et présentera en ligne, sur internet et les réseaux sociaux, en temps réel, les propositions des habitants et des analyses graphiques illustrant les choix (plusieurs dizaines de milliers). Le logiciel développé pour le projet "Villes sans limite" (1) esquisse peut-être ce que seront les outils de l'urbanisme du futur, avec de nouvelles capacités données aux habitants d'apporter des idées, de réagir et surtout de le faire de façon simple, en situation réelle.

Classes sociales et prolétariat chez Google – Andrew Norman Wilson

Les employés de Google sont séparés en 4 classes : les badges blancs pour les Full-time Googlers ; les badges verts pour les stagiaires ; les badges rouges pour les prestataires externes et les badges jaunes pour les "prolétaires", ceux qui scannent les livres page par page, sans avoir accès à aucun des privilèges Google (manger gratuitement, utiliser les vélos, avoir un téléphone gratuit, …) Un mythe s'effondre ?

Vigie-Nature, tous ensemble pour la connaissance de la biodiversité | Knowtex Blog

L’Observatoire de la biodiversité des jardins s’adresse à un plus large public de bénévoles, qui récoltent des données près de chez eux. Cet observatoire est une composante originale, puisqu’il s’agit d’une initiative participative nationale, coordonnée par une équipe de recherche, qui vise une surveillance de long terme. Pour les papillons, nous comptons 3 500 jardins observés (soit environ 200 000 papillons comptés chaque année) et pour les chauves-souris, 300 sites suivis. Pour la flore, 2009 était la première année avec 70 sites, un chiffre en augmentation cette année. Troisième profil d’observateurs : les gestionnaires d’espaces verts (parcs, jardins en ville, milieux forestiers) qui peuvent ainsi comparer leurs données avec celles de leur région et connaître l’impact de la gestion de ces sites.

Un "kit pour démarrer une civilisation" (Ted.com)

Dans sa conférence Ted (sous-titres français disponibles ) Marcin Jakubowski explique comment il a placé en open source les spécifications de 50 machines agricoles, avec à terme le projet de permettre à un village d'accéder à l'autosuffisance.

Comment le cerveau reconnait les actions spontanées. (Science Daily)

Une équipe de chercheurs de Leipzig a étudié le cerveau de musiciens de jazz pour comprendre comment le cerveau était capable de reconnaitre une improvisation. Il semblerait que l'amygdale, partie du cerveau qui s'active souvent face à des stimuli impossibles à prédire ou ambigus, joue un grand rôle dans cette reconnaissance, ainsi que certains circuits cérébraux spécialisés dans la simulation des états mentaux d'autrui. Reconnaitre le caractère spontané d'une action impliquerait en effet la capacité de se mettre à la place d'un autre et voir les choses avec une perspective différente.

Une maison pour 300 $ ? (The Economist)

A l'origine il s'agissait d'un simple post sur le blog de la Harvard Business Review qui demandait s'il était possible de créer des maisons de bonne qualité à très bas prix pour les plus pauvres. Les réponses ont été si nombreuses que depuis, Vijay Govindarajan, l'un des auteurs du post originel, a organisé un concours pour sélectionner les contributions les plus créatives.

Dépolluer des lacs à l'aide d'îles artificielles (Wired.com)

En fabriquant de petites îles artificielles à partir de déchets industriels et en y laissant pousser certaines plantes faisant office de filtre, il serait possible de redonner vie à des zones aquatiques polluées.

Les outils de management anglo-saxons inadaptés à la France | Le Cercle Les Echos

"Les Français sont donc pris dans une machine infernale : leurs élites utilisent des outils qui supposent délégation, travail d’équipe et pur professionnalisme, alors que nous sommes dans une culture de pouvoir, d’individualisme et d’émotions." Les outils du management que les anglo-saxons exportent à travers le monde ne sont pas adaptés aux contextes culturels locaux.

Reconcevoir la banque grâce à l'économie comportementale – Technology Review

BankSimple – https://www.banksimple.com – est un projet de banque en ligne imaginé par des designers qui tentent de reconcevoir toutes nos interactions avec la banque pour les rendre plus simples, plus fluides, plus préhensiles. Inspirés par l'économie comportementale, ils souhaitent également que la banque en ligne favorise avant tout des comportements responsables et économes. Une expérience qui dépassera peut-être le modèle du porte-monnaie virtuel imaginé par Ideo – http://www.ideo.com/work/virtual-wallet-interactive-banking-experience/ – pour la banque PNC : https://www.pncvirtualwallet.com/main.html 

Vers un modèle iTunes pour les données ? – O'Reilly Radar

A mesure que nous avançons vers une économie des données, estime Audrey Watters pour O'Reilly radar, le problème est de savoir ce que nous pourrons acheter ou vendre. Gil Elbaz, fondateur de Factual – http://www.factual.com – explique que le problème des données n'est pas leur stockage mais leurs modalités d'accès. Il y a besoin de place de marchés pour les données : un iTunes des données pour savoir ce qui est accessible et selon quelles modalités… 

Le contenu en orbite – A list Apart

Le contenu est de moins en moins prisonnier des sites web, mais flotte, en orbite, autour des utilisateurs, qui y accèdent depuis une variété toujours plus grande d'outils. Cette transformation de notre relation au contenu va nous conduire à devoir repenser la distribution, les modèles de monétisation et la réputation des marques qui leurs sont associés, estime Cameron Koczon en esquissant quelques pistes. 

Mashape : une place de marché pour les API

Une place de marché pour les interfaces de programmation (API) dédiée au services de l'informatique en nuage. 

L’iPhone, un téléphone à votre écoute ? Quelle surprise ! – Bug Brother

Jean-Marc Manach revient sur le traçage via iPhone – et souligne que ce serait plutôt les antennes relais utilisées par le téléphone que les déplacements précis qui seraient conservées – et rappelle que bien d'autres données de vie privée sont encore plus facilement accessible que votre localisation. La traçabilité des télécommunications n'a rien de neuf… 

Les test de Q.I mesureraient en fait la motiviation de ceux qui les passent

D'après un étude effectuée à l'université de Pennsylvanie, les tests de Q.I mesureraient moins l'intelligence que le désir de réussite de ceux qui les passent. Les moins motivés réussiraient moins bien au test….

Recharger des piles grâce à l'océan

Selon les auteurs d'un article pour Nano Letters, on pourrait utiliser la salinité de l'océan pour recharger des batteries

À lire aussi sur internetactu.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *